1. Accueil
  2. Santé
  3. Santé publique

Il faut tirer des leçons de l’Alberta et de la Saskatchewan, prévient la Dre Tam

Elle est songeuse lors d'une conférence de presse.

L'administratrice en chef de la santé publique, la Dre Theresa Tam

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

RCI

Le piètre exemple de l’Alberta et de la Saskatchewan en matière de gestion de la pandémie doit servir de leçon aux autres provinces, a prévenu, jeudi, Theresa Tam, administratrice en chef de l'Agence de la santé publique du Canada. Et ce, afin qu'elles évitent la crise qui frappe les services de santé de ces provinces.

Lors d'un point de presse jeudi, la Dre Tam a affirmé que les Canadiens qui ne sont pas vaccinés sont à l’origine de la hausse des taux d’infection et d’hospitalisation.

Ne soyez pas complaisants, a-t-elle mis en garde. Vous devez être extrêmement vigilants avec ce virus. Lorsque vous le voyez prendre de l’ampleur, agissez promptement.
Theresa Tam, administratrice en chef de l'Agence de la santé publique du Canada

Je pense que nous devons apprendre de ce qui se passe en Alberta et en Saskatchewan actuellement, a-t-elle ajouté.

Jeudi, le premier ministre de l’Alberta, Jason Kenney, a réinstauré des mesures strictes (nouvelle fenêtre) destinées à contrer l’expansion de la COVID-19. De plus, les Albertains devront, à partir du 20 septembre, présenter une preuve de vaccination ou un résultat négatif de test de dépistage de la COVID-19 s’ils veulent entrer dans certains commerces et participer à certains événements.

L’Alberta est la province qui recense le plus grand nombre de cas actifs de COVID-19 à l’heure actuelle, soit plus de 18 000. En tout, 896 personnes étaient hospitalisées dans les établissements de la province, jeudi, en raison du coronavirus, dont 222 aux soins intensifs.

À titre de comparaison, l’Ontario, trois fois plus populeux que l’Alberta, comptait le même jour 346 hospitalisations, dont 188 aux soins intensifs.

Cet été, nous espérions tous que nous pourrions mettre la COVID-19 derrière nous une bonne fois pour toutes, a admis le premier ministre Kenney en présentant les nouvelles mesures.

Il est désormais évident que nous avions tort, et pour cela je vous présente mes excuses.
Jason Kenney, premier ministre de l'Alberta

En dépit du fait qu’une vaste majorité de Canadiens est vaccinée, sept millions de Canadiens ne le sont toujours pas, a dit Theresa Tam. Et dans les régions où le taux de vaccination est bas, a-t-elle ajouté, des gens dans la quarantaine et la cinquantaine viennent remplir les unités de soins intensifs.

Des événements plus rares – tels que la contamination des jeunes adultes – se produiront de plus en plus lorsque suffisamment de personnes seront infectées, a-t-elle dit.

Éviter les fermetures d’écoles

L'Agence de la santé publique du Canada a examiné différents services de santé publique à travers le pays, a expliqué la Dre Tam. Et cet examen a fourni quantité de preuves éloquentes qu’une hausse des infections au coronavirus se produit dans les régions où le taux de vaccination est bas.

Theresa Tam affirme que l’Alberta, le nord de la Saskatchewan et des régions du nord et du centre de la Colombie-Britannique sont les zones où la pandémie connaît la pire remontée.

Si nous voulons maintenir les écoles ouvertes, par exemple, nous devons nous assurer de gérer la transmission du virus […] afin de protéger les enfants de moins de 12 ans qui ne peuvent être vaccinés à l’heure actuelle.

Des mesures plus sévères

Theresa Tam affirme que, dans les régions où il est difficile de faire monter les taux de vaccination, les autorités de santé devraient imposer des restrictions : limiter le nombre de personnes lors de rassemblements, rendre le port du masque obligatoire à l’intérieur, exiger le lavage des mains et la distanciation physique.

Si les taux de vaccination n’augmentent pas et que ces mesures ne sont pas imposées, a déclaré la Dre Tam, des mesures plus sévères pourraient devoir être décrétées, telles que le confinement et des assignations à domicile.

Je crois que les administrations doivent se préparer à cette éventualité, mais si on agit tôt on pourra l’éviter, a-t-elle expliqué.

Aucune province n’est à l’abri du variant Delta, très contagieux, a-t-elle conclu. Mais dans les provinces de l’Atlantique, où on a agi rapidement en imposant des mesures localisées, on est parvenus à contrôler la hausse des taux d’infection.

Avec les informations de CBC

À la une