1. Accueil
  2. Politique
  3. Politique fédérale

Pas le droit de voter si vous venez de contracter la COVID-19

Une infirmière tient une trousse de test de dépistage.

Une infirmière tient une trousse de test de dépistage. (archives)

Photo : CBC / Ben Nelms

Jean-François Nadeau

Une citoyenne de Québec se dit à la fois déçue et en colère de ne pas pouvoir aller voter le 20 septembre prochain. Caroline Tremblay vient de recevoir un résultat de test de la COVID-19 positif et devra demeurer isolée chez elle jusqu’au 22 septembre. Elle est loin d’être la seule dans cette situation.

Mme Tremblay a commencé lundi à perdre le goût et l’odorat. Elle est allée passer un test de dépistage mardi et a reçu son résultat mercredi matin.

Elle a contracté la COVID-19, malgré le fait qu’elle soit doublement vaccinée.

Les électeurs avaient jusqu'à 18 h, mardi, pour commander une trousse de vote par la poste. Le vote par bulletin spécial au bureau du directeur de scrutin se terminait également mardi à 18 h.

Élections Canada demande donc à Caroline Tremblay de respecter les consignes sanitaires et confirme qu’elle ne pourra pas voter le 20 septembre.

Je trouve ça plate. On entend toujours, et c'est un fait, que tout le monde doit faire sa part. On a la chance d'avoir notre mot à dire sur ceux qui vont être élus et s'occuper du pays, se désole Caroline Tremblay.

Des centaines d'autres cas

Il y a fort à parier que des centaines d’électeurs partout au pays sont dans la même situation qu’elle. La présence du variant Delta provoque une augmentation importante des cas de COVID-19 dans bien des régions.

Les plus récents bilans des autorités en santé publique faisaient état jeudi de 782 nouveaux cas au Québec dans les dernières 24 heures et de 864 cas supplémentaires en Ontario durant la même période.

De nouvelles infections devraient aussi être rapportées dans chacune des provinces d’ici le scrutin du 20 septembre.

Accroc à la démocratie

Caroline Tremblay y voit un accroc à la démocratie.

Ils n'ont pensé à aucun moyen pour qu'on puisse voter. C'est mon rôle de citoyenne. J'ai la chance de pouvoir voter. On est dans une société démocratique. Ça joue sur les résultats, je pense, affirme-t-elle.

Cette citoyenne de Québec s’étonne qu’aucune solution de rechange n’ait été envisagée afin de permettre aux personnes en isolement de voter.

Il me semble qu'ils ont eu le temps en masse de penser à quelque chose. Ce n'est pas arrivé la semaine passée qu'il s'est mis à y avoir autant de personnes qui ont la COVID. Je trouve ça déplorable, conclut-elle.

Chez Élections Canada, on explique que la date butoir pour le vote par la poste ne pouvait pas être modifiée, car il faut un certain délai pour pouvoir produire les listes électorales finales.

Ces listes doivent être remises aux partis politiques et aux scrutateurs pour la soirée électorale.

Élections Canada a refusé de nous accorder une entrevue sur le sujet.

Jean-François Nadeau

À la une