1. Accueil
  2. Politique
  3. Politique fédérale

Où sont les priorités des jeunes dans la campagne électorale?

Une jeune femme confuse et des points d'interrogation

Quelles sont les préoccupations des jeunes électeurs?

Photo : getty images/istockphoto / turk_stock_photographer

Myriam Eddahia

Ils espèrent un coût de la vie abordable, une gestion du pays écoresponsable et plus de respect des cultures. Mais ils se sentent peu interpellés par la campagne électorale, les politiciens et leurs plateformes.

Elwad Ahmed, 18 ans, étudie au centre-ville de Toronto. Elle exerce son droit de vote pour la première fois cette année.

Elwad Ahmed au centre-ville de Toronto.

Elwad Ahmed, 18 ans, vote pour la première fois. Elle espère que d'autres jeunes comme elle auront le courage de voter pour les candidats qui véhiculent leurs valeurs.

Photo : Radio-Canada / Myriam Eddahia

Je suis un peu nerveuse parce que je ne sais pas pour qui voter, avoue-t-elle. J'ai l'impression que les gens votent pour les libéraux par défaut. Nous sommes à un point où le Parti libéral n'en fait pas assez, pense la jeune femme.

Elwad Ahmed souligne croire davantage aux promesses du NPD et du Parti vert en matière de lutte contre les changements climatiques.

Si vous ne votez pas en fonction de vos valeurs, le pays restera le même et il n’y aura pas de changements
Elwad Ahmed, 18 ans

Pour moi, les enjeux environnementaux représentent le problème le plus pressant. Je vois des impacts directs sur ma communauté en Somalie, cite-t-elle à titre d’exemple.

Les droits des peuples autochtones sont aussi l'une de mes priorités. Ils devraient pouvoir vivre avec dignité comme nous, ajoute-t-elle. Elle cite également la lutte contre l'itinérance. Selon la jeune femme, le gouvernement devrait en faire bien plus pour répondre à cette crise.

Votez pour le candidat auquel vous croyez réellement plutôt que pour ce que vous disent vos parents, conclut-elle.

Rejoindre les jeunes... sans TikTok

Deux jeunes sur le campus de l'Université Ryerson.

De nombreux jeunes, comme Isabel Jordan (gauche), ont voté ou votent pour la première fois. Radio-Canada en a rencontré plus d'un au centre-ville de Toronto et sur le campus de l'Université Ryerson.

Photo : Radio-Canada / Myriam Eddahia

Isabel Jordan, 18 ans, est étudiante en première année à l’Université Ryerson. Elle a voté pour la première fois par anticipation cette année.

Sa génération, composée de personnes de 18 à 24 ans, ne s'informe pas nécessairement sur les médias traditionnels, explique-t-elle.

Avant de voter, j’ai comparé tous les partis politiques et leurs plateformes, mais c’est difficile de trouver des sources d’informations fiables qui s'adressent aux jeunes, dit-elle. Je sais que le NDP mise beaucoup sur les réseaux sociaux, ce qui est facile à suivre.

C’est la première fois que j’ai autant de responsabilités en tant que citoyenne.
Isabel Jordan, étudiante de 18 ans

Selon la poignée de jeunes sondés par Radio-Canada, tous les partis, sauf pour Jagmeet Singh et son équipe, manquent le bateau sur TikTok.

Pour Isabel Jordan, il s'agit d'une occasion manquée de joindre des jeunes comme elle puisque TikTok est une plateforme sur laquelle de plus en plus d'entre eux obtiennent leurs informations.

Les priorités qui comptent pour la jeune femme sont les frais de scolarité, le traitement des personnes âgées car elle pense à l’avenir de ses parents, et l’accès la propriété. À mon sens, il faut aussi prioriser notre réconciliation avec les Premières Nations, ajoute-t-elle.

Déception chez les jeunes

C'est vraiment étrange. Encore une fois, les libéraux et les conservateurs se battent l'un contre l'autre, dit Mohammad Zohour, 21 ans.

L'étudiant d’origine syrienne inscrit à l'Université Ryerson a perdu espoir.

Je sens qu’ils nous oublient.
Mohammad Zohour, étudiant universitaire de 21 ans

Ni Justin Trudeau ni les autres partis ne pensent aux étudiants, à l'exception du NPD, croit le jeune homme de 21 ans. Ils ne comprennent pas que nous sommes l’avenir du pays, ajoute Mohammad Zohour.

Lors de son choix le 20 septembre, il priorisera l'offre de revenus adéquats, l'offre d'une bonne qualité de vie aux résidents, aux immigrants et aux réfugiés et la gestion du conflit entre la Palestine et Israël.

Mohammad Zohour assis sur des marches devant son université.

Mohammad Zohour, 21 ans, habite à Mississauga avec sa famille. L'étudiant se dit déçu des promesses des différents partis.

Photo : Radio-Canada / Myriam Eddahia

Nous avons deux partis qui ont gagné pendant toute notre vie. Je pense que ce sera ça pendant très longtemps aussi, lance pour sa part Sufian Ali, 19 ans.

Pour cette raison, il avoue se soucier peu de la campagne électorale, mais il reconnaît l’importance de faire entendre les voix des jeunes lors de l'élection.

En tant que jeune, je ne peux pas me permettre d'avoir une maison. Je pense que je dois économiser la majeure partie de l'argent que je gagne pendant 25 ans avant de pouvoir verser une mise de fonds hypothécaire. L'accès à la propriété compte vraiment, croit-il.

Un jeune homme à l'extérieur, au centre-ville de Toronto.

Les différents partis ne lui inspirent pas d'espoir, mais l'homme de 19 ans reconnaît l’importance de faire entendre les voix des jeunes le jour du scrutin.

Photo : Radio-Canada / Myriam Eddahia

Ses priorités : un revenu adéquat, une vie abordable, les impôts et l'amélioration des infrastructures.

C'est toujours du pareil au même, mais c’est très important de voter pour ce en quoi nous croyons vraiment, affirme Sufian Ali qui est déjà propriétaire d'une entreprise.

Je pense que les jeunes ne votent pas parce qu'ils ne trouvent pas le bon parti pour eux, explique le jeune électeur.

À son sens, il s'agit d'une excuse. Si tu ne vas pas voter, tu ne peux pas te plaindre, ajoute-t-il.

Élections Canada considère que les personnes de 18 à 24 ans sont de jeunes électeurs.

L'agence fédérale précise par courriel que 2 679 652 d'entre eux peuvent voter. Cela représente 9,7 % des quelques 27 millions d'électeurs admissibles au pays.

Mais le contexte évolue constamment puisque chaque année, 2,9 millions de Canadiens déménagent, 100 000 personnes deviennent des citoyens canadiens, 400 000 personnes atteignent 18 ans et 300 000 électeurs décèdent, ajoute Élections Canada par courriel.

Le taux de participation électorale chez les jeunes est en hausse depuis les élections fédérales de 2011, selon Élections Canada. Mais malgré cette hausse, il est encore considérablement plus bas que celui des électeurs plus âgés, indique l’agence fédérale.

Myriam Eddahia

À la une