1. Accueil
  2. Économie
  3. Consommation

Faible hausse de l'indice des prix à la consommation en juin

Une personne pousse son panier d'épicerie.

L’indice des prix à la consommation augmente de 3,1 % pour le mois de juin, mais demeure en baisse par rapport à la hausse de 3,6 % en mai.

Photo : Radio-Canada

RCI

L'indice des prix à la consommation enregistre une augmentation de 3,1 % pour le mois de juin, une tendance confirmée d’année en année. Mais cette augmentation demeure en baisse par rapport à la hausse de 3,6 % du mois précédent.

Malgré la hausse des prix du logement (+4,4 %) et du transport (+5,6 %), qui ont significativement contribué à la hausse de l'indice d'ensemble, la progression des prix s’est faite lentement d'une année à l'autre dans quatre des huit composantes principales en juin, a indiqué mercredi Statistique Canada.

Les prix de l’essence ont également connu une hausse plus lente (+32,0 %) qu'en mai (+43,4 %) en raison d'un effet de glissement annuel.

Au Québec, la hausse du mois dernier s'établissait à 3,7 %.

Un homme coupe de la viande de poulet.

Les consommateurs déboursent moins pour le bœuf et plus pour le poulet.

Photo : iStock

On apprend également que les consommateurs déboursent moins pour le bœuf et se tournent surtout vers le poulet. Ainsi, l'indice des prix du bœuf frais ou surgelé a reculé de 11,1 % par rapport à juin 2020. Là aussi, on explique la diminution, la plus forte baisse annuelle depuis 1982, par les effets de glissement annuel.

Par contre, les prix du poulet frais ou surgelé ont connu une augmentation de 10,6 % d'une année à l'autre. C’est la hausse la plus importante depuis 2004.

D'un mois à l'autre, les prix du bœuf (+0,6 %) et du poulet (+0,7 %) se sont accrus par rapport à mai 2021.

Pour ce qui est des prix des légumes frais, ils sont en recul pour un quatrième mois d'affilée. L'indice de ces prix a reculé de 7,5 % d'une année à l'autre. Il s'agit de la baisse annuelle la plus marquée depuis mars 2017. Elle est partiellement attribuable à la baisse des prix des tomates (-30,3 %) et des pommes de terre (-7,7 %) enregistrée en juin.

Cette baisse s’explique également par l'effet d'un accroissement de l'offre résultant de conditions météorologiques favorables dans les régions productrices et en partie par un effet de glissement annuel.

Moins pour les forfaits de téléphonie et les appareils cellulaires

Un téléphone intelligent, un ordinateur et une tablette.

Les prix des appareils électroniques ont enregistré un recul (archives).

Photo : iStock

Les données indiquent que, d'une année à l'autre, les Canadiens ont déboursé 21,4 % de moins pour les services de téléphonie cellulaire au mois de juin. Les dépenses sont de 17,0 % de moins pour le mois de mai.

Les promotions offertes dans l'ensemble de l'industrie pour des forfaits moins coûteux et des données supplémentaires expliquent cette baisse.

Par ailleurs, les prix des dispositifs numériques multifonctionnels comme les téléphones intelligents et les tablettes ont enregistré un recul de 13,7 % d'une année à l'autre en juin.

À l’échelle nationale, c’est en Saskatchewan que l’on observe le ralentissement le plus important pour la croissance des prix en juin (1,8 %) par rapport à mai (+2,7 %).

Une grande partie de ce ralentissement provient de la baisse des primes d'assurance de véhicules automobiles (-24,2 %), qui ont diminué pour un deuxième mois consécutif, les remises du mois de mai ayant continué d'être offertes aux conducteurs, rapporte l’agence fédérale.

Les Canadiens dans cette province ont également déboursé moins d'une année à l'autre pour le loyer (-0,5 %) par rapport aux consommateurs ailleurs dans le pays.

À la une