1. Accueil
  2. International
  3. Politique internationale

Haïti : un autre responsable de la sécurité du président arrêté

Les suspects de l'assassinat sont assis par terre, menotés.

Des membres présumés du commando responsable de la mort du président Jovenel Moïse, présentés aux médias hier en conférence de presse.

Photo : Reuters / STRINGER

RCI

Les arrestations se multiplient dans l'entourage de la sécurité du président haïtien Jovenel Moise, assassiné le 7 juillet dernier.

L’agence Reuters rapporte que le coordinateur de la sécurité du président haïtien a été arrêté par la police lundi.

Selon son avocat, Jean Laguel Civil est soupçonné d'avoir participé au complot qui a mené à l'assassinat du président dans sa résidence privée à Port-au-Prince (nouvelle fenêtre).

L’assassinat du président haïtien avait été perpétré par un commando composé de 26 Colombiens et deux Américains d’origine haïtienne.

Le 15 juillet dernier, des médias américains ont rapporté que la police avait placé en détention Dimitri Herard (nouvelle fenêtre), le chef de la sécurité du Palais national d’Haïti.

Une note datée du 10 juillet signée par Dimitri Herard et relatant les événements de la nuit de l'assassinat a été diffusée sur les réseaux sociaux. Cependant, l’authenticité de ce document n'a pas pu être confirmée.

Dans ce document de trois pages, Dimitri Herard indique qu'il a reçu un appel à l'aide du président Jovenel Moise à 1 h 39 du matin le 7 juillet, après quoi il s'est rendu à la résidence du président et a ordonné l'envoi de renforts.

Le 11 juillet dernier, la police nationale d’Haïti a annoncé l'arrestation d'un homme soupçonné d'avoir recruté des mercenaires (nouvelle fenêtre) responsables de l'assassinat du président.

Christian Emmanuel Sanon, 63 ans, serait arrivé début juin en Haïti à bord d'un avion privé accompagné d'agents de sécurité, selon le chef de police Léon Charles.

Depuis l’assassinat du président Jovenel Moïse, les Haïtiens s’interrogent ouvertement sur le rôle joué par les responsables de la sécurité du président, qui ne semblent pas avoir échangé le moindre coup de feu avec les assaillants.

Par ailleurs, le chef de la Police nationale d’Haïti (PNH), Léon Charles, avait indiqué que 24 policiers étaient frappés par des mesures conservatoires.

La PNH a aussi lancé quatre avis de recherche visant Joseph Félix Badio, John Joël Joseph, Rodolph (Dodof) Jaar et Gordon Phenil Désir. Ils sont tous recherchés pour assassinat, tentative d’assassinat et vol à main armée.

Parallèlement, du côté de la justice, le commissaire du gouvernement Bed-Ford Claude a entamé son enquête (nouvelle fenêtre). Il a depuis quelques jours convoqué plusieurs acteurs de la vie politique et économique haïtienne.

Lors des funérailles du président haïtien (nouvelle fenêtre), une foule de citoyens en colère a réclamé que justice soit faite.

Les partisans du président Jovenel Moïse ont accusé les autorités d’être responsables de sa mort.

Avec les informations de Reuters.

À la une