1. Accueil
  2. Économie
  3. Relations de travail

Des travailleurs des services frontaliers du Canada pourraient se mettre en grève

Des postes de contrôle sont séparés par des barrières.

De nombreux travailleurs seraient jugés essentiels et devraient rester en poste, mais l’Alliance indique que l’impact d’une grève sur l’économie canadienne se ferait néanmoins sentir (archives).

Photo : La Presse canadienne / JONATHAN HAYWARD

RCI

Plus de 8500 travailleurs de l’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) pourraient déclencher une grève dès le 6 août. Le conflit de travail pourrait perturber le plan de réouverture du pays.

Les membres de l’Alliance de la Fonction publique du Canada (Alliance de la fonction publique du Canada) et du Syndicat des Douanes et de l’Immigration (Syndicat des Douanes et de l’Immigration) sont sans contrat depuis 2018. Ils ont annoncé mardi matin que la majorité de leurs membres ont voté en faveur d’un mandat de grève.

Les revendications des travailleurs s'articulent autour de trois axes : la parité salariale avec d'autres corps de protection au Canada, une meilleure protection contre le harcèlement et la discrimination ainsi qu'une entente sur le travail à distance pour les employés de bureau.

Ce n'est vraiment pas une bonne place pour travailler maintenant, a précisé, en entrevue à Réseau de l'information, le président national du Syndicat des douanes et de l'immigration, Mark Weber. Il note au passage que les membres du syndicat se font discipliner pour tout et n'importe quoi.

Il y a tellement de choses qu’on devrait changer. On est à la table pour faire exactement ça.
Mark Weber, président national du Syndicat des Douanes et de l'Immigration

Le syndicat affirme que plusieurs situations troublantes se sont produites ces dernières années. On mentionne entre autres le cas d'un superviseur masculin qui aurait agressé une agente du service devant de nombreux témoins, sans recevoir de réprimande. On affirme également qu'un superviseur aurait forcé des agents à procéder à une fouille à nu illégale lors de l'inspection d'un autobus rempli d'étudiants.

Si les discussions restent au point mort, les employés pourraient débrayer à partir du 6 août prochain.

Leur fenêtre pour éviter une grève se ferme rapidement, a dit le président national de l’Alliance de la Fonction publique du Canada, Chris Aylward. Il dit que son syndicat est prêt à retourner à la table des négociations afin d'éviter le conflit de travail.

Le Conseil du Trésor, par l'entremise de sa porte-parole Geneviève Sicard, affirme de son côté que l'Alliance de la Fonction publique a rejeté une offre juste. La partie patronale se dit également prête à négocier rapidement.

La semaine dernière, alors que le vote avait lieu, l'Agence des services frontaliers du Canada avait indiqué qu'elle se préparait à des arrêts de travail et à une possible grève.

L'Agence des services frontaliers du Canada réagira rapidement à toute intervention/interruption de travail afin de maintenir la sécurité de notre frontière, d'assurer le respect de nos lois et de faciliter la circulation des marchandises et des déplacements, a écrit Louis-Carl Brissette dans un courriel envoyé à Canadian Broadcasting Corporation News.

Nous nous attendons à ce que nos agents continuent de s'acquitter de leurs fonctions avec le plus haut niveau d'intégrité et de professionnalisme, a-t-il ajouté.

90 % des agents désignés comme travailleurs essentiels

L'Agence des services frontaliers du Canada indique que 90 % des agents des services frontaliers ont été désignés comme étant essentiels et devraient rester en poste en cas de grève.

L’Alliance indique que l’impact d’une grève sur l’économie canadienne se ferait néanmoins sentir. Une grève pourrait occasionner notamment un ralentissement du trafic commercial à la frontière, des effets sur la livraison internationale du courrier et des colis, comme sur la perception des taxes et des droits sur les biens qui entrent au pays, selon l’Alliance de la fonction publique du Canada.

Ces possibles perturbations à la frontière font bondir Manufacturiers et exportateurs du Québec (MEQ) qui invite les parties à poursuivre les négociations afin de dénouer l'impasse.

Nous avons vu les conséquences économiques des grèves au Port de Montréal. Imaginez maintenant l’impact d’une grève à tous les points d’entrée de notre frontière.
Véronique Proulx, présidente-directrice générale de Manufacturiers et exportateurs du Québec

Alors que notre économie a subi des contrecoups importants en raison de la pandémie, cette grève aurait des conséquences supplémentaires sur une chaîne d’approvisionnement manufacturière déjà fragile, a aussi prévenu la présidente-directrice générale de MEQ, Véronique Proulx, dans un communiqué.

Les manufacturiers québécois n’ont vraiment pas besoin de nouvelles perturbations à la frontière, qui plus est en période de reprise économique, a-t-elle indiqué.

Un agent des services douaniers numérise des colis.

Un agent des services douaniers numérise des colis.

Photo : Radio-Canada

Les membres des deux syndicats comprennent des agents des services frontaliers aux aéroports, aux points d'entrée terrestres, aux ports maritimes et aux points d'entrée commerciaux, des agents chargés de l'application des lois intérieures, des agents de renseignements, des enquêteurs, des agents commerciaux, des agents d'audience et des membres en civil.

Réouverture prochaine des frontières

L'Agence des services frontaliers du Canada [...] répondra rapidement à toute mesure de grève ou d’interruption de travail afin de maintenir la sûreté et la sécurité de la frontière du Canada, d'assurer le respect de nos lois et de garder la frontière ouverte aux voyageurs et aux marchandises légitimes, indique un porte-parole de l’Agence des services frontaliers du Canada dans un courriel à Radio-Canada.

Nous nous attendons à ce que nos agents remplissent leurs fonctions avec le plus haut degré d'intégrité et de professionnalisme.

Sur Twitter, le Conseil de patronat du Québec a réagi à cette possible grève en affirmant que son impact serait catastrophique pour le transport des marchandises et la mobilité des individus, la réouverture de la frontière étant une étape importante de la relance.

La frontière canadienne devrait rouvrir aux Américains (nouvelle fenêtre) pleinement vaccinés dès le 9 août pour les voyages non essentiels, puis aux voyageurs vaccinés du monde entier dès le 7 septembre.

Avec les informations de Catharine Tunney et Jacaudrey Charbonneau

À la une