1. Accueil
  2. Justice et faits divers
  3. Crimes et délits

Les crimes déclarés à la police en recul au Canada en 2020

Le nombre de crimes haineux a augmenté de 37 %, principalement ceux ciblant la race, qui ont presque doublé.

Des véhicules du SPVM sont situés à proximité d'une scène de crime.

L'indice de gravité de la criminalité (IGC) au pays, qui tient compte à la fois du volume et de la gravité des crimes, est passé de 79,8 en 2019 à 73,4 en 2020.

Photo : Radio-Canada / Kolya Hubacek-Guilbault

RCI

En raison des confinements, des ordres de rester à domicile et d'autres restrictions, les crimes déclarés par la police au pays en 2020 ont diminué de 8 %, rapporte Statistique Canada.

Pour évaluer la criminalité au pays, l’organisme fédéral mesure l’Indice de gravité de la criminalité (Indice de gravité de la criminalité), qui tient compte à la fois du volume et de la gravité des crimes déclarés par la police au pays.

Entre 2019 et 2020, l’Indice de gravité de la criminalité est passé de 79,8 en 2019 à 73,4 en 2020 (-8 %). L’indice est de 11 % inférieur à ce qu’il était il y a 10 ans, en 2010.

Le volume de crimes déclarés à la police a de son côté diminué de 10 % en 2020 pour s’établir à 5301 affaires pour 100 000 Canadiens

Statistique Canada (nouvelle fenêtre) explique qu’en 2020, huit provinces et un territoire (Nunavut) ont enregistré une baisse de l’indice de gravité de la criminalité, tandis qu'il a augmenté en Nouvelle-Écosse (+8 %), dans les Territoires du Nord-Ouest (+6 %), au Nouveau-Brunswick (+3 %) et au Yukon (+1 %).

Le taux d'homicides augmente, celui de la violence familiale demeure inchangé

Pour une deuxième année, le taux d'homicides est à la hausse. Les policiers ont déclaré 743 homicides en 2020, soit 56 de plus qu’en 2019.

Il s’agit d’une augmentation de 7 % qui fait passer de 1,83 homicide pour 100 000 habitants en 2019 à 1,95 homicide pour 100 000 habitants en 2020.

Chez les Autochtones, ce taux est sept fois supérieur, relève l’agence fédérale.

Le poing menaçant d'un homme devant la silhouette d'une femme.

Contrairement aux craintes, les cas de violence conjugale rapportés à la police n'ont pas augmenté en 2020.

Photo : iStock

Pour ce qui est de la violence familiale, le taux global d’affaires rapportées demeure inchangé, indique Statistique Canada, alors que le taux de victimes de violence non familiale a baissé de 4 %.

Les infractions impliquant l’utilisation d’une arme à feu sont pour leur part en augmentation pour une sixième année de suite. Une hausse de 15 % est rapportée en 2020.

Les crimes haineux à la hausse de 37 % en 2020

La pandémie et les confinements qui ont suivi ont eu un impact sur la nature des crimes signalés, observe Statistique Canada.

Le nombre de crimes haineux (nouvelle fenêtre) déclarés par la police à travers le pays a augmenté de 37 % au cours de la première année de la pandémie, passant de 1951 affaires en 2019 à 2669 affaires en 2020. C’est le plus grand nombre enregistré depuis 2009.

Statistique Canada précise que ces crimes ciblant la race ou l'origine ethnique ont presque doublé (+80 %) par rapport à l'année précédente. Ils ont été à l'origine de la majeure partie de la hausse des crimes haineux observée à l'échelle nationale, ajoute l’agence fédérale.

Les services de police rapportent, en outre, de plus en plus d'infractions criminelles liées à Internet.

En entrevue à Radio-Canada, l’expert en criminologie Jean-Claude Bernheim rappelle qu’au début de la pandémie le virus était considéré venant de Chine […] et certaines personnes ont fait un amalgame, qui a rapidement fait des personnes originaires d’Asie la cible de plusieurs attaques haineuses.

Le terrain le plus propice à ces attaques a été la toile via les réseaux sociaux dans un contexte de confinement.

Comme les gens ne pouvaient pas s’exprimer en public à l’extérieur, ils s’exprimaient par le biais d’Internet et des réseaux sociaux.
Jean-Claude Bernheim, expert en criminologie

Le reportage de Julie Emond.

Hausse continue du harcèlement

Les comportements de harcèlement criminel et de menaces se sont multipliés. Cela va de la distribution non consensuelle d'images intimes (+10 %), de communications indécentes ou harcelantes (+9 %) au harcèlement criminel (+4 %) et aux menaces (+3 %).

Par contre, le taux d'agressions sexuelles déclarées par la police diminue (-9 %) pour la première fois en cinq ans. La police en a rapporté 28 639 en 2020 soit 75 affaires pour 100 000 habitants.

À la une