1. Accueil
  2. Politique
  3. Politique internationale

Ottawa offre l’asile aux Afghans qui ont aidé le Canada

D'anciens interprètes afghans manifestent devant l'ambassade des États-Unis à Kaboul.

D'anciens interprètes afghans, qui ont travaillé avec les troupes américaines en Afghanistan, s’inquiètent pour leur sécurité après le départ des forces étrangères.

Photo : Reuters

RCI

L’appel du personnel afghan au service des Forces armées canadiennes en Afghanistan a été entendu. Le Canada ne laissera pas tomber ceux qui ont contribué à sa mission militaire dans ce pays, où la situation se détériore. Ottawa leur offrira l’asile.

Les ministres de l’Immigration, des Affaires étrangères et de la Défense ont annoncé, vendredi, un programme spécial pour protéger et réinstaller les ressortissants afghans qui ont grandement contribué aux efforts du Canada en Afghanistan.

Il s’agit de protéger ces Afghans qui ont travaillé pour le Canada depuis 20 ans dans divers secteurs d’activité et qui sont aujourd’hui en danger en raison de leur travail.

Le programme vise notamment les interprètes (nouvelle fenêtre) qui ont travaillé avec les Forces armées canadiennes, les cuisiniers, les chauffeurs et le personnel d’entretien recruté sur place qui travaille ou qui a travaillé à l’ambassade du Canada en Afghanistan, et les membres de leur famille.

Des vies sont en jeu. C’est pourquoi nous prenons des mesures rapides et décisives pour appuyer les Afghans qui ont aidé le Canada et leur offrir un avenir dans ce pays. Le Canada s’occupera des personnes qui nous ont aidés.
Marco E. L. Mendicino, ministre de l’Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté

Le ministre Mendicino n'était pas en mesure de dire combien d'Afghans seraient ainsi évacués, mais il a parlé de plusieurs milliers de personnes. Celles-ci seront accueillies au Canada avec un statut particulier de réfugié.

Marco Mendicino parle assis à la table de presse et Harjit Sajjan écoute.

Le ministre de l’Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté, Marco Mendicino (gauche), parle en compagnie du ministre de la Défense, Harjit Sajjan.

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

En reconnaissance des services rendus

Le Canada a la responsabilité de protéger les personnes courageuses d’Afghanistan qui nous ont aidés à mener à bien notre mission, affirme pour sa part Marc Garneau, ministre des Affaires étrangères.

Alors que la violence se propage, assurer la sûreté et la sécurité de tout notre personnel, qu'il soit canadien ou afghan, passé ou présent, et des personnes qui nous aident sur le terrain, est notre priorité absolue.
Marc Garneau, ministre des Affaires étrangères

Harjit S. Sajjan, ministre de la Défense, a ajouté que le Canada doit assurer la sécurité des personnes qui ont servi aux côtés de nos militaires.

Les premiers ressortissants au Canada dans les prochaines semaines

Les trois ministères œuvrent ensemble pour identifier et aider les personnes qui sont admissibles à la réinstallation au Canada. Et ce dossier avance bien, assure le cabinet du ministre de l’Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté.

Il précise que des équipes opérationnelles sont en Afghanistan en ce moment et le traitement des demandes commence dès maintenant.

Le Cabinet du ministre de l’Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté indique que les critères d’admissibilité à la réinstallation sont fondés sur l’importance ou la durabilité de la relation des demandeurs avec le gouvernement du Canada.

Les candidats doivent satisfaire aux exigences d’admissibilité, y compris celles relatives à la sécurité, à la criminalité et aux examens de santé.

Pour des raisons de sécurité, le ministère de l’Immigration ne divulguera pas l’identité des personnes réinstallées, ni la date, ni la façon dont elles seront évacuées.

Washington débloque 100 M$ pour les urgences migratoires

La Maison-Blanche a annoncé vendredi avoir débloqué quelque 100 millions de dollars pour faire face aux urgences migratoires liées à la situation en Afghanistan, selon un communiqué de presse.

Il s'agit de répondre à des besoins urgents et imprévus de réfugiés et migrants afghans, y compris les interprètes et autres assistants de l'armée américaine, qui demanderaient à bénéficier d'un programme spécial de visa mis en place par les États-Unis.

Les Nations unies ont estimé récemment que la moitié des quelque 39 millions d'Afghans ont besoin d'aide, et ont appelé la communauté internationale à maintenir son soutien financier au pays.

Trop tard

Pour le NPD, cette décision d'offrir l'asile aux Afghans arrive trop tard. Les porte-parole du parti en matière de défense, Randall Garrison, et d’immigration, Jenny Kwan, ont fait la déclaration suivante : « Le ministre de l’Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté a déclaré que ces mesures arrivent en temps "opportun" , mais il n’y a rien d’opportun à annoncer au lendemain de la mort tragique d’un interprète afghan des mesures qui auraient dû être prises depuis longtemps. »

Le NPD reproche à Ottawa non seulement d'avoir tardé à intervenir, mais aussi de ne pas être capable de préciser à quelle vitesse il sera en mesure de mettre ces personnes en sécurité.

Ces collaborateurs afghans, qui ont joué un rôle essentiel dans le travail de l'Armée canadienne, sont livrés à eux-mêmes depuis une décennie sans le soutien dont ils avaient désespérément besoin pour trouver refuge au Canada. Ils méritent mieux, a-t-il déploré.

Avec les informations de La Presse canadienne.

À la une