1. Accueil
  2. Politique
  3. Politique provinciale

L'Ontario engage 10 M$ pour identifier des sites d'enterrement des pensionnats autochtones

Le grand chef du grand conseil du Traité no 3 exige que le pape François se rende au Canada pour présenter les excuses de l'Église catholique pour son rôle dans le système des pensionnats.

Des enfants aux vêtements de couleur orange tiennent une carte du Canada et des pancartes en souvenir des enfants autochtones disparus.

Des élèves d'une école de Toronto revêtus de la couleur orange rendent hommage aux enfants victimes du système des pensionnats autochtones, le 30 septembre 2020.

Photo : CBC/Martin Tailor

Theodore Doucet

Doug Ford a annoncé mardi qu'il débloquera 10 millions de dollars en 3 ans pour « identifier, enquêter, protéger et commémorer » les lieux de sépulture des pensionnats autochtones de la province.

Ce fonds promis, le premier du genre investi pour les sites d'enterrement par une province, sera aussi en partie alloué à procurer des services de soutien en santé mentale aux survivants des pensionnats dans la province, à leurs familles et à leurs communautés.

Le 2 juin, Ottawa avait annoncé une subvention de 27 millions de dollars (nouvelle fenêtre) pour soutenir les communautés à travers le pays qui souhaitent faire des recherches autour des sites qui ont autrefois abrité les pensionnats.

Le premier ministre de l'Ontario a déclaré vouloir remédier à la perte des générations qui ne sont plus avec nous, et à la perte continue vécue par les survivants des pensionnats et leurs familles. Le travail de mémoire sera effectué en partenariat avec les communautés autochtones.

Alors que nous faisons avancer une véritable réconciliation, il est important que nous continuions tous à approfondir notre compréhension collective du legs du système des pensionnats autochtones.
Doug Ford, premier ministre de l'Ontario

Cette annonce intervient plusieurs semaines après la découverte des restes de 215 enfants autochtones (nouvelle fenêtre) dans l'ancien site d'un pensionnat autochtone à Kamloops, en Colombie-Britannique, qui a secoué le Canada.

Nous savons que les découvertes tragiques faites sur un ancien site de pensionnat autochtone en Colombie-Britannique ne sont malheureusement pas des anomalies, a déclaré le ministre des Affaires autochtones, Greg Rickford, lors d'une conférence de presse tenue physiquement à Kenora, dans le Nord-Ouest de l'Ontario, et virtuellement.

Les communautés autochtones pourront travailler avec des équipes d'experts ontariens dont des archéologues, des historiens, des spécialistes judiciaires et des ressources du Centre des sciences judiciaires, du Bureau du coroner en chef et du Service de médecine légale de l’Ontario.

Selon l'Ontario, l’identification des possibles différents sites sera la première étape d’un processus beaucoup plus vaste, en fonction des souhaits des familles et des communautés touchées.

18 anciens pensionnats dans la province

La Commission de vérité et réconciliation du Canada a dénombré 18 pensionnats autochtones en Ontario; le dernier d’entre eux a fermé ses portes en 1991, et certains sites ont depuis été réaffectés, abandonnés ou détruits.

Carte de l'Ontario précisant le lieu des pensionnats autochtones. Le Nord-Ouest de l'Ontario est la zone la plus remplie.Agrandir l’image (nouvelle fenêtre)

Les sites des différents pensionnats autochtones en Ontario.

Photo : Radio-Canada

Au moins 426 enfants qui ont fréquenté ces pensionnats sont décédés, tandis qu’un nombre inconnu est toujours porté disparu.

Le montant du financement provincial correspond à ce qu'avait réclamé dimanche Mark Hill, le chef des Six Nations de la rivière Grand, dans le Sud de l'Ontario, pour découvrir d'éventuels restes humains. Cependant, ces 10 millions de dollars demandés correspondaient à des recherches à mener sur un seul site, l'ancien Mohawk Institute, qui a été le premier pensionnat et celui qui a été en activité le plus longtemps au pays.

Le pape François invité à présenter les excuses de l'Église

M. Hill a déclaré que l'annonce de mardi constitue un pas vers la justice.

Nos enfants nous ont été enlevés par un diktat gouvernemental dans le but d’éliminer notre langue, notre culture, nos valeurs et notre identité, et certains d’entre eux n’ont jamais été revus.
Mark Hill, chef des Six Nations de la rivière Grand

Par ailleurs, l'Église catholique, qui était responsable de l'exploitation de 70 % des pensionnats au Canada (nouvelle fenêtre), était la grande absente de l'événement.

Francis Kavanaugh, le grand chef du grand conseil du Traité no 3, a réclamé la venue du pape François au Canada pour qu'il présente des excuses formelles au nom de l'Église.

Il a également souhaité lors de la conférence de presse que l'institution religieuse participe au processus de recherche à la lumière de son implication dans le système des pensionnats.

Fonds insuffisant pour la tâche à accomplir, pour l'opposition

Lors d'un point de presse ultérieur à l'annonce du fonds, le porte-parole néo-démocrate en matière d'affaires autochtones a soutenu que la somme allouée par l'Ontario est une goutte d'eau par rapport à l'ampleur du projet, qui n'a pas fait l'objet selon lui d'une évaluation approfondie des coûts nécessaires.

Le député autochtone s'est recueilli ce matin à Queen's Park, où des souliers ont été déposés à la mémoire des enfants.

Le député Sol Mamakwa demandait depuis plusieurs semaines aux gouvernements ontarien et canadien d'examiner tous les sites d'anciennes écoles résidentielles à la recherche de sépultures d'enfants autochtones.

Photo : Radio-Canada / Natasha MacDonald-Dupuis

C'est dégoûtant. En considérant tout le travail à faire, cette somme est insignifiante.
Sol Mamaakwa, porte-parole du NPD de l'Ontario en matière d'affaires autochtones

M. Mamakwa a aussi espéré que le processus de recherche sera effectivement mené et centré autour des communautés autochtones, dans le respect de l'éthique et des coutumes des Premières Nations. En session à Queen's Park à la fin du mois de mai, le député de Kiiwetinoong avait lui aussi réclamé que des excuses de la part du pape en ce qui concerne les pensionnats.

Il a également demandé à ce que l'Église donne accès à ses archives sur ce sujet. Elle a été hésitante et a même refusé de les partager. Je pense qu'il est très important qu'elle les partage.

Le Parti libéral de l'Ontario a dit soutenir le fonds fourni par le gouvernement progressiste-conservateur.

Nous devons aux victimes, à leurs familles et aux survivants une enquête approfondie sur chaque pensionnat, afin que nous puissions comprendre les véritables dommages causés au cours de ces nombreuses années.
Steven Del Duca, chef du Parti libéral de l'Ontario
Theodore Doucet

À la une