1. Accueil
  2. Économie
  3. Transports

Un navire israélien bloqué en Colombie-Britannique par des militants pro-Palestine

Une affiche devant le port de Prince Rupert sur laquelle est écrit « Block the Boat » (Bloquez le navire).

Le mouvement Block the Boat est une campagne du groupe Boycott, Désinvestissements, Sanctions (BDS) mené par des Palestiniens.

Photo : Radio-Canada / Matt Allen

RCI

Des militants associés à la campagne Block the Boat ont empêché un conteneur d'une entreprise israélienne d'accoster au port de Prince Rupert, en Colombie-Britannique.

Une dizaine de manifestants ont formé lundi une ligne de piquetage à l’entrée du terminal à conteneurs Fairview. Leur but est de bloquer la compagnie maritime israélienne ZIM partout en Amérique du Nord où elle livre des marchandises, en réaction au plus récent conflit entre Israël et le Hamas.

Le monde est interconnecté, donc le navire qui débarque ici a un impact sur la vie des gens à l'autre bout du monde, affirme Francis Riley, l’un d’eux. C'est une idée difficile à faire valoir, mais je pense que c'est important de le faire.

Une manifestante brandit une affiche qui indique Block the Boat : Resist Apartheid (Bloquez le navire, résistons à l'apartheid).

Les manifestants promettent de revenir si le navire Volans tente à nouveau d'accoster.

Photo : Radio-Canada / Matt Allen

Les travailleurs solidaires

Les débardeurs syndiqués, qui arriment et déchargent les navires qui entrent dans le terminal, n’ont pas franchi le piquet.

Nous tenons à exprimer notre solidarité avec les camarades qui choisissent de ne pas franchir la ligne de piquetage pour défendre une cause aussi noble, écrit l’association International Dockworkers Council dans un courriel envoyé au syndiqués du local et obtenu par CBC.

Lorsque les manifestants ont obtenu une confirmation de l'autorité portuaire de Prince Rupert que le Volans ne déchargerait pas sa marchandise à son port, les manifestants ont plié bagage, permettant aux travailleurs de poursuivre leurs activités.

Ils promettent toutefois de revenir si le navire tentait à nouveau d'accoster.

Mardi, le porte-conteneurs Volans était toujours ancré dans les eaux au large du port de Prince Rupert, selon le site web des arrivées et départs de l’autorité portuaire (nouvelle fenêtre). Il est prévu de quitter la région le 17 juin.

L'entreprise ZIM et l’autorité portuaire de Port Rupert n’avaient pas répondu aux questions de CBC/Radio-Canada au moment de la publication de ce texte.

Victoire à Oakland

En mai, des manifestants ont réussi à bloquer le porte-conteneurs Volans à Oakland, aux États-Unis. Le navire s’est ensuite dirigé vers le sud de la Californie avant de retourner à Oakland, mais, sans succès, il a pris la route vers le Canada.

Compte tenu de la victoire à Oakland, nous espérons que les inconvénients et les coûts que nous avons causés à ZIM et notre efficacité en termes d'impacts politiques et économiques se reproduiront également à Prince Rupert, note la militante Lara Kiswani, chef de la campagne de Block the Boat.

Le mouvement Block the Boat est une campagne du groupe Boycott, Désinvestissements, Sanctions (BDS) mené par des Palestiniens opposés à l'apartheid.

Il n’est pas né du dernier conflit meurtrier entre Israël et le Hamas. En 2014, le groupe se félicitait d’avoir accompli une victoire décisive contre ZIM à Oakland, alors que leur navire a été dérouté vers la Russie. Pour la toute première fois, un navire israélien a été complètement refoulé avant d'atteindre son port de destination en raison d'une organisation communautaire soutenue, écrivait le groupe à l'époque.

Un conflit meurtrier

Du 10 au 21 mai, 254 Palestiniens ont été tués par des frappes israéliennes dans la bande de Gaza, parmi lesquels 66 enfants et des combattants, selon les autorités locales. En Israël, les tirs de roquettes depuis Gaza ont fait 12 morts, dont un enfant, une adolescente et un soldat, d'après la police.

Un cessez-le-feu fragile est en vigueur (nouvelle fenêtre), et le nouveau gouvernement de coalition israélien veut instaurer un programme pour réduire les tensions avec les Palestiniens.

À la une