1. Accueil
  2. Santé
  3. Recherche médicale

Des chercheurs examinent un lien possible entre la COVID-19 et le diabète

Diabète Canada croit qu'il pourrait simplement s'agir de cas de diabète non diagnostiqués avant une infection au SRAS-CoV-2.

Une personne mesure son taux de glucose dans le sang.

Au Canada, près de 3 millions de personnes souffrent du diabète.

Photo : iStock

RCI

Un consortium international de chercheurs tente de déterminer si le coronavirus peut provoquer le diabète chez certains patients, ayant constaté qu’à travers le monde beaucoup de personnes ont reçu un diagnostic de la maladie peu après avoir contracté le virus.

Le projet est une initiative conjointe de l'Université King's College de Londres et de l'Université Monash, en Australie. Le chercheur Sathish Thirunavukkarasu, de l’Université McMaster, en Ontario, est le seul Canadien au sein du groupement.

Les cas de diabète ont certainement augmenté au cours de la dernière décennie. On cherche à savoir si la COVID-19 aggrave cette épidémie de diabète, dit-il.

Selon une revue systématique de huit études (nouvelle fenêtre) (en anglais) dont Sathish Thirunavukkarasu est l'un des auteurs, 14,4 % des 3700 patients hospitalisés pour la COVID-19 ont reçu, pour la première fois, un diagnostic de diabète.

Les personnes atteintes de diabète, soit ne peuvent pas produire d'insuline, ce qu’on appelle diabète de type 1, soit ne peuvent pas utiliser correctement l'insuline produite par le pancréas, ce qu’on appelle diabète de type 2.

L'insuline régularise la quantité de sucre dans le sang. S'il n'est pas traité, le diabète peut provoquer une maladie rénale, une maladie cardiaque, des accidents vasculaires cérébraux et même la mort.

Le SRAS-CoV-2 attaque les cellules du pancréas, ce qui pourrait expliquer un lien entre les deux maladies, selon Sathish Thirunavukkarasu.

Lors de l'épidémie de SRAS, en 2003, des niveaux élevés de sucre dans le sang ont été détectés chez certains malades. Dans la plupart de ces cas, la situation s'est rétablie, précise le chercheur.

Des cas possiblement non diagnostiqués

Diabète Canada surveille les résultats du groupe de recherche. Il faudra plusieurs années de recherche pour bien comprendre ce qui se passe, croit toutefois Amanda Sterczyk, gestionnaire de la recherche en santé et de l'analyse des politiques de l'organisme.

Il est possible que de nombreux cas de diabète n'ont simplement pas été diagnostiqués en raison d'un manque d'accès à des soins de santé, ou encore parce que les gens que ne savent pas quels symptômes surveiller.

Diabète Canada estime qu'il pourrait y avoir jusqu'à 1,5 million de personnes au pays atteintes d'un diabète non diagnostiqué.

Sathish Thirunavukkarasu reconnaît qu'il est possible que, parce qu'elles ont attrapé la COVID-19, ces personnes intègrent le système de santé et sont finalement diagnostiquées. Pour le déterminer, les chercheurs vont entre autres mesurer le taux moyen de glycémie des participants à l'étude au cours des trois mois précédant une infection au coronavirus.

Avec les informations de Maryse Zeidler

À la une