COLOMBIE-BRITANNIQUE, CANADA, Éducation
Une école réussit à séduire ses élèves

Une étude de l’Institut Fraser a démontré que les jeunes autochtones de Colombie-Britannique éprouvent de grandes difficultés d’apprentissage. Mais une école a trouvé le moyen de corriger la situation.
 
Il y a huit ans, l’école secondaire Grand View n’avait pas une bonne réputation. Elle était reconnue pour sa violence et ses démêlés avec la police. Plusieurs parents avaient retiré leurs enfants de l’école. En conséquence, les résultats académiques étaient catastrophiques. Seul un élève sur trois terminait son cours secondaire dans des temps normaux. 
 
Aujourd’hui, tout a bien changé. La direction a décidé de changer son programme. Au lieu d’axer ses cours sur les faiblesses des élèves, elle les a axés sur les forces et intérêts de la clientèle. Ainsi, l’école offre davantage de cours de sport, d’art et d’informatique, sujets préférés des élèves. L’école devient ainsi attirante et permet un climat plus agréable, ce qui favorise l’apprentissage des autres matières. 
 
Aussi, puisque les élèves autochtones sont souvent seuls, laissés à eux-mêmes, l’école Grand View a décidé d’ouvrir ses portes tôt le matin pour offrir le déjeuner et d’autres activités, et reste ouverte tard le soir. Les enfants considèrent depuis leur école comme un refuge, et ils apprécient davantage l’instruction qui y est offerte. 

 
Dernière mise à jour: le 13 février 2004


 


Un reportage de Dominique Arnoldi.
Écoutez  



Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes.