Accueil Première chaîne

Serge Reggiani

10 émissions pour revivre la passion Reggiani ! Une grande lettre d’amour à la vie. Voici comment se présente cette série qui tente de jeter un regard documenté sur le mystère Reggiani. Cet homme de passions a touché à tous les arts de la scène: théâtre, cinéma, acrobatie, chanson, et, finalement, l’écriture et la peinture.
Levons le voile sur cet homme de paroles, mais très secret dans la vie!

Fred Hidalgo, rédacteur en chef de la revue Chorus, parle de l'importance de Serge Reggiani
[Écoutez l'extrait audio »]

Serge Reggiani

En plus de ramener à nous cette voix unique, la série permet d’établir un lien intime avec Serge Reggiani à travers Dernier courrier avant la nuit, un recueil de ses lettres publié en 1995.

Ces lettres, il les a aussi enregistrées en 2004. Reggiani y parle de ses amis présents ou absents. Il s’adresse à eux directement. Des passages évoquant son amour pour sa mère, le suicide de son fils Stéphan en 1980 ou ses lieux chers, Paris et Saint-Paul-de-Vence, rythment la série.

Les extraits de cette correspondance introduiront les sujets ou les gens qui parleront de lui. Comme Serge Reggiani ne les a pas toutes enregistrées, certaines lettres seront lues par Jean-Guy Moreau.

Les chansons tirées de sa vingtaine d’albums se succèdent afin d’évoquer sa vie et de rappeler son apport considérable à la chanson française.

Chacun des épisodes nous fait entendre la voix de Reggiani à diverses époques de sa carrière, au moyen d’éléments puisés dans les archives de nos radios francophones.

Puis, nous entendrons les témoignages de ses collaborateurs et amis, mais aussi de ses admirateurs, connus et inconnus, qui le racontent en expliquant ce qu’il a représenté pour eux.

La série est habillée musicalement par des versions instrumentales au piano du merveilleux Philippe Noireaut, qui a déjà accompagné Serge Reggiani en tournée. Dans le 8e épisode, il signe d’ailleurs une lettre musicale qui lui rend hommage.

Plus de 35 personnalités ont collaboré à ce portrait hommage, sans compter les disparus, ravivés grâce à la magie des archives. Parmi ceux-ci, nous entendrons Jacques Canetti, celui qui l’a encouragé à tenter sa chance en chanson, le comédien François Périer et Raymond Bernard, son pianiste, décédé quelques mois après m’avoir accordé une entrevue.

Élizabeth Gagnon, réalisatrice