Réalisateur d'une émission d'affaires publiques
 
L'émission d'affaires publiques passe au crible, au moyen de reportages et de chroniques, les événements de l'actualité. Elle fournit également des services (météo, circulation, calendrier culturel, etc.).

Ginette Viens est réalisatrice du magazine de fin de journée Montréal-express. Son rôle, elle le voit comme celui d'un chef d'orchestre. Autour d'elle gravitent un animateur, des journalistes attitrés à l'émission, une recherchiste, une adjointe à la réalisation, des chroniqueurs et des journalistes de la salle des nouvelles. Elle veille à ce que chacun d'entre eux joue parfaitement de son instrument, en harmonie avec les autres, pendant les deux heures d'émission.

Le métier de réalisatrice demande un sens de l'organisation extraordinaire. Paradoxalement, il exige aussi une grande souplesse. Dans le domaine de l'actualité, tout change rapidement. L'émission la mieux préparée doit pouvoir être remodelée en un tournemain…

Étape 1 : Se mettre à l'écoute de son milieu
Étape 2 : Assister à la réunion d'affectation
Étape 3 : Coordonner la réunion de production
Étape 4 : Épauler l'équipe et assurer le contrôle de la qualité
Étape 5 : Gérer la mise en ondes


» Étape 1 : Se mettre à l'écoute de son milieu
 
C'est chez elle, au déjeuner, que Ginette commence sa journée. Ses habitudes ne diffèrent pas de celles de la majorité des gens : entre la douche et le café, elle lit les journaux et écoute la radio, attentive aux sujets du jour. Mais Ginette va plus loin. Ce qui l'intéresse, c'est le côté éditorial. Comment les médias traitent-ils la nouvelle ? Quels aspects du sujet présentent-ils ? Qui ont-ils choisi comme source, témoin ou invité ? La réalisatrice se prépare, car plus tard elle aura à cerner, avec son équipe, les sujets dont il sera question au Montréal-express.

Et surtout, elle devra se démarquer des autres émissions d'information en trouvant un angle original : au moment du retour à la maison, les auditeurs auront besoin d'un regard neuf sur les dossiers du jour.

Un pari difficile, qui exigera de Ginette une vigilance soutenue tout au long de la journée. Et ne pensez pas que sa tâche se termine après l'émission ! Le pari de la nouveauté, Ginette le tient quotidiennement, ce qui la pousse à lire, à écouter et à relire, histoire de trouver des idées et de comparer les points de vue…

» Étape 2 : Assister à la réunion d'affectation
 
Pour s'assurer de l'actualité de son émission, la réalisatrice s'allie à l'affectateur. C'est lui qui distribue les tâches aux journalistes de la salle des nouvelles au cours de la réunion d'affectation.

Ginette participe à cette réunion. Elle prend connaissance des sujets, pose des questions pour savoir sous quels angles ils seront abordés. Dès 8 h 30, elle sait déjà qui l'affectateur enverra sur le terrain. Elle peut dès lors s'organiser avec les journalistes pour qu'ils interviennent au Montréal-express au moment opportun.

Ce lien avec la salle des nouvelles, Ginette le garde tout au long de la journée. Ainsi, elle aura les ressources à portée de voix en cas d'imprévus.

La réalisatrice tisse des liens non seulement avec la salle des nouvelles, mais aussi avec les réalisateurs des autres émissions radio. Ensemble, ils échangent sur les sujets abordés, les angles choisis, etc. Chacun évite ainsi de marcher dans les plates-bandes de l'autre ou de répéter ce qui a déjà été dit.

 

» Étape 3 : Coordonner la réunion de production
 
La liste d'actualités en main, les membres du Montréal-express discutent de l'intérêt de chacun des sujets. Ils devront en développer cinq ou six. Mais sous quels angles ? Chacun y va de ses points de vue et suggestions. L'animation devient vite générale - parfois, c'est la cacophonie ! - mais Ginette veille au grain. Elle décortique les sujets, aide à préciser les idées, oriente les discussions. Elle cherche l'essentiel, le point de vue qui intéressera l'auditeur.
Écouter: un extrait d'une réunion de production (5 min 17)

Vers 11 h, Ginette - ou son adjointe - sort de la réunion avec, en main, une ébauche de feuille de route. C'est l'outil qui permettra à la réalisatrice de prévoir le déroulement de l'émission dans ses moindres détails, avec les minutages correspondants : à 15 h 6, la circulation, à 15 h 8, la météo, à 15 h 10, le topo du correspondant parlementaire, etc. Elle sait ce que chacun a à faire et combien de temps il dispose.

Mais la feuille de route ne sera pas nécessairement suivie à la lettre. L'actualité peut tout chambouler. Ginette en a déjà eu l'expérience. Un artiste meurt, un politicien commet une bourde en chambre, un accident de la route survient, et elle doit oublier l'émission qu'elle a en tête, ou du moins certains de ses éléments. Au plus vite, elle oriente sa recherchiste et son animateur vers un nouveau sujet. Cela peut arriver avant l'émission, mais aussi pendant !


» Étape 4 : Épauler l'équipe et assurer le contrôle de la qualité
 
À partir de 11 h et jusqu'à ce qu'ils passent en ondes, les journalistes du Montréal-express peaufinent leur reportage. Parfois, ils disposent de plus de temps, car des sujets peuvent avoir été ciblés à la réunion de production, mais en prévision d'une émission qui sera diffusée plus tard en semaine.

Au fur et à mesure qu'ils avancent dans leur travail, les journalistes consultent la réalisatrice. Elle les aide à mettre de l'ordre dans le matériel recueilli, à dégager les points importants.

Les chroniqueurs échangent également avec la réalisatrice sur les sujets qu'ils vont couvrir.

Pour s'assurer de l'intérêt et de la véracité de l'information, la réalisatrice essaie autant que possible de tout vérifier. Avec l'animateur, elle est responsable de la qualité de l'émission.


» Étape 5: Gérer la mise en ondes
 
Tout au long de la journée, la réalisatrice et l'animateur discutent du temps accordé pour telle entrevue, du nombre d'interventions de tel journaliste, de l'ordre de présentation des reportages et chroniques, etc … À la porte du studio, les deux sont parfaitement au diapason. Ils sont prêts à relever de nouveau le défi du direct !

Le mot clé : minutage. Faire en sorte que tous les éléments prévus à l'émission s'enchaînent agréablement les uns à la suite des autres. Pas si facile, quand on pense aux pépins qui peuvent survenir. Ginette en a vu de toutes les couleurs : un invité qui ne se présente pas à une entrevue en direct, le journaliste dont le reportage est attendu, mais qui doit courir à une conférence de presse annoncée à la dernière minute… La réalisatrice doit toujours prévoir un éventail de plans B en cas d'imprévus !

Dans les cas où un événement majeur de l'actualité oblige à changer le visage de l'émission, le meilleur soutien de la réalisatrice reste son équipe. Elle choisira des gens expérimentés, rapides et débrouillards. Des gens que le direct stimule et dont la fierté est de fournir à l'auditeur une information de qualité et bien analysée.

 

Reportage : Jacinthe Bussières
 






Vous voulez devenir réalisatrice ? Oubliez le
9 à 5… (51 s)

 



La collaboration avec l'affectateur : pour savoir qui couvre quoi aujourd'hui… (1 min 19)

 



La passion des journalistes : une énergie à canaliser.
(1 min 3)

 



Animateur et réalisatrice, des liens constants.
(1 min 36)

 



Pour bien épauler ses journalistes, rien de mieux que l'expérience du métier. (47 s)

 



La réalisatrice « maîtresse d'école » : celle qui voit à la qualité du contenu.
(1 min 7)

 



L'équipe a beau préparer l'émission, une fois en ondes tout peut encore arriver. (1 min 23)

 



Le direct, tous les jours. Pas de répit pour la réalisatrice… (36 s)

Retour