Réalisateur de documentaires
 
Une oreille sensible et exercée, voilà sans doute l'outil de travail le plus précieux pour le réalisateur de documentaires ! Ses histoires, il les construit à l'aide de la parole, de la musique et des sons. Plus il est habile à combiner ces différents éléments, plus il stimule l'imagination et l'intérêt de l'auditeur.

Alan Conter est réalisateur de documentaires. Son métier est bien différent de celui de réalisateur d'une émission d'affaires publiques, par exemple. Il travaille surtout seul, pendant une longue période de temps, et traite d'un sujet précis et unique. Un documentaire radio dure en général entre 30 et 60 minutes.

Le dicton préféré d'Alan, emprunté à une école d'architecture allemande : « less is more ». Les constructions les plus simples donnent de meilleurs résultats. Pour dépeindre ses sujets, il privilégie la cohérence et l'élégance à la complexité, même si la technologie lui permettrait de créer des ambiances sonores extravagantes.

Étape 1 : Le quoi et le comment : trouver l'idée !
Étape 2 : La cueillette et la sélection du contenu
Étape 3 : Le scénario
Étape 4 : L'enregistrement et le montage


» Étape 1 : Le quoi et le comment : trouver l'idée !
 
L'inspiration peut venir de tous côtés : lectures, rencontres, activités, discussions. Évidemment, quand un réalisateur a en tête de concevoir un documentaire d'une heure, il choisit un thème riche, à propos duquel il se pose lui-même plusieurs questions.

Ces questions orientent sa recherche de contenu. Dès le début, il se demande, entre autres, qui pourra lui parler de ce sujet de manière captivante.
Le réalisateur a souvent totale liberté dans le choix et le traitement d'un sujet.

Parfois, cependant, le documentaire fait partie d'une série. Le réalisateur doit dans ce cas respecter la couleur et la personnalité de la série quand il conçoit son documentaire. Récemment, Alan a réalisé un documentaire sur le français et les intellectuels américains dans le cadre de l'émission Des idées plein la tête.


» Étape 2 : La cueillette et la sélection du contenu
 
La documentation que rassemble le réalisateur - au moyen d'Internet, entre autres - de même que l'information recueillie auprès de personnes choisies servent de matériel de base au documentaire.

Après avoir mené sa recherche, Alan interview une douzaine de personnes, pendant 30 à 40 minutes chacune. Il enregistre ces entrevues sur magnétophone numérique, puis les réécoute et les transcrit.

Bien entendu, Alan sait qu'il ne peut tout conserver : une entrevue de 40 minutes, présentée dans son intégralité, ennuierait vite l'auditeur ! Il faut déployer le sujet avec style, varier les genres pour offrir des intermèdes à l'oreille : extraits d'entrevues intéressants, pièces musicales, éléments sonores, narrations (celle du réalisateur ou de comédiens), etc.

Ainsi, les tâches du réalisateur se diversifient : documentation de base, recherche d'intervenants, entrevues, transcription des entrevues, recherche musicale, composition d'ambiances sonores, prémontage des éléments, c'est-à-dire nettoyage, découpage et collage du son à l'aide d'un logiciel spécial. 

» Étape 3 : Le scénario
 
Tout l'art de la réalisation réside dans l'organisation élégante et logique des éléments recueillis à l'étape 2. Une tâche difficile mais exaltante, qui exige de faire des choix parfois déchirants. De quelle façon commencer le documentaire ? Dans quel ordre présenter les interventions des personnes interviewées ? Quelle information inclure dans les narrations et à quelle fréquence les placer ?

Étape essentielle que la rédaction du scénario : elle oblige le réalisateur à organiser ses éléments et à les situer dans le temps afin de maximiser la compréhension du sujet.
Grâce au scénario, le réalisateur a une idée assez précise, dans son esprit, du déroulement de son documentaire.


» Étape 4 : L'enregistrement et le montage
 
Si Alan travaille seul à la recherche, aux entrevues, à la préparation des contenus sonores et à la rédaction, il est ravi de pouvoir compter sur un technicien à l'étape de l'enregistrement et du montage. L'expertise du technicien l'assure de la qualité sonore de son documentaire.

Le technicien ajuste les niveaux de son, mixe les éléments et crée des effets sonores en se basant sur les indications du réalisateur. Il veille aussi à ce que l'enregistrement des narrations, effectué sur place par Alan ou un comédien, soit de bonne qualité.

Le montage représente une étape délicate, qui peut même tourner au cauchemar si le réalisateur s'est mal préparé; s'il n'a pas tenu compte du temps de façon assez précise, par exemple.

Alan se souvient également de certaines idées qui - bien que tout-à-fait pertinentes sur papier - ont donné des résultats abracadabrants au montage. Il faut alors repenser le scénario.

Grâce à la magie du numérique, Alan peut recommencer un montage indéfiniment. Les éléments sonores sont en effet conservés dans l'ordinateur dans leur forme originale. Par le passé, Alan aurait dû récupérer et recoller ses bouts de rubans. Comme quoi même les nostalgiques trouvent du charme aux nouvelles technologies !

 

Reportage : Jacinthe Bussières
 




À la recherche d'un bon sujet ? Visez l'intelligence. (57 s)


À la radio, la parole est reine. Le succès réside dans le choix des intervenants… (1 min 24)


La radio, un média intimiste. De là, la facilité à trouver des participants au documentaire… (51 s)


Le format numérique facilite le travail de prémontage, mais rien ne vaut le ruban pour s'exercer à l'écoute.
(48 s)



La radio, un média de parole ? Oui, mais qui s'appuie sur l'écrit. (35 s)


Comment organiser le documentaire ? Le scénario sert de base au travail avec le technicien.


À l'étape du montage, la réalisation de documentaires devient un travail d'équipe.
(44 s)


Les avantages du numérique : souplesse et rapidité d'exécution.
(2 min 13)

Retour