10 émissions
Biographie
Hyperliens
Audio/video
Bibliographie
Équipe
Accueil
     
 

Neuvième épisode : Le premier ministre après Meech et pendant Oka

Meech est mort. Déçu, Robert Bourassa se fait le défenseur des aspirations de la majorité des Québécois. « Le Québec est aujourd’hui et pour toujours une société distincte, libre et capable d’assumer son destin et son développement », affirme-t-il. Selon le conseiller Jean-Claude Rivest, cette déclaration correspondait profondément à son état d’âme.

Le matin du 11 juillet 1990, la Sûreté du Québec tente de prendre le contrôle de la pinède à Oka et un policier est tué. L’intervention ratée de la Sûreté du Québec donne une tout autre dimension à ce conflit mineur entre les Mohawks et la municipalité d’Oka. La tension monte dans la population mais Robert Bourassa ne veut pas brusquer les choses. Le 17 août, il demande à l’armée canadienne de prendre la relève de la Sûreté du Québec.

Il apprend qu’il est gravement malade, mais il n’en parle à personne. Robert Bourassa est atteint du cancer, la crise d’Oka n’est toujours pas résolue et il doit encore réagir à l’échec de Meech. Il crée la commission Bélanger-Campeau sur l’avenir politique et constitutionnel du Québec.

  Témoignages tirés du documentaire:

Ronald Poupart, ancien directeur des Communications. À propos de la création de la commission Bélanger-Campeau à la suite de l’échec de l’entente du lac Meech.
« Je suis convaincu, de la façon dont j'ai travaillé avec lui, ses réactions c'est toujours un problème de la rue : " comment (le peuple) va réagir. Donc je me dois d'être avec (lui). Donc quasi être en avant. Montrer que c'est encore moi qui est le leader ". Ça a été mal interprété chez les indépendantistes. Ils ont pensé que le gars avait décidé d'être indépendantiste. Non! Robert Bourassa est resté profondément fédéraliste. Il est convaincu que c'est la seule solution.»

 
  Pierre Bourgault, sur le discours de Robert Bourassa après l’échec de l’entente
du lac Meech.
Écoutez l'extrait [00:01:27]

Consultez le site des Archives
L’accord du lac Meech enterré »

Jean-Claude Rivest, conseiller. Pendant la crise d’Oka, Bourassa devient commandant
en chef de l’armée.
Écoutez l'extrait [00:01:12]

Consultez le site des Archives
L’armée débarque »