Jean-Louis Légaré est né à Saint-Jacques-de-l’Achigan, au Québec, en 1841. Comme il n’y a pas d’avenir pour lui dans la ferme de son père, il quitte sa famille à 24 ans. Il arrive dans l’Ouest en 1870 et devient traiteur de fourrures auprès des Métis de la Montagne de Bois.

L’or qui engendre la guerre
En 1875, aux États-Unis, on découvre de l’or dans les Montagnes Noires, qui avaient été cédées aux Sioux par un traité. En 1876, le gouvernement américain permet l’accès de la région aux mineurs. Après la bataille de Little Big Horn contre l’armée américaine, les Sioux, avec à leur tête Sitting Bull, cherchent refuge en Saskatchewan. Jean-Louis Légaré aide les Sioux à s’installer et les convainc de respecter la paix de la région.

Le protecteur des Sioux
De 1876 à 1881, Jean-Louis Légaré a dépensé plusieurs milliers de dollars pour nourrir les Sioux. En 1881, il persuade Sitting Bull de retourner aux États-Unis. Il fournit 20 chevaux aux Sioux en espérant recevoir la prime de 25 000 $ que le gouvernement américain a offerte pour le retour de Sitting Bull. Il ne l’a jamais obtenue.

La fondation de Willow Bunch
En 1880, Jean-Louis Légaré et les Métis s’établissent à l’est de la Montagne de Bois. Ils y fondent la paroisse de Saint-Ignace-des-Saules. Comme les bisons ont presque tous été exterminés, Jean-Louis Légaré se lance dans l’élevage du bétail et des chevaux. Il engage les Métis comme cowboys. En 1899, après avoir tenté de lancer une fromagerie, il se consacre uniquement à l’élevage des chevaux, qu’il poursuivra jusqu’à sa mort en 1918.

Absent des livres d’histoire
Jean-Louis Légaré est un personnage oublié des historiens. Dans les deux livres canadiens publiés à l’occasion du centenaire de la Confédération, The taming of the Canadian West et Canada’s five centuries from discovery to present day,  il n’en est fait nulle mention. Dans le livre Sitting Bull, chef des Sioux Hunkpapas, il est écrit qu’il a vendu Sitting Bull aux Américains.

En 1970, la communauté de Willow Bunch a inauguré, en l’honneur de Jean-Louis Légaré, un parc régional et un musée où certains objets lui ayant appartenu sont conservés.

[ Jean-Louis Légaré: la tribune ]

Musiques diffusées

 


Bibliographie

  • Sitting Bull, the years in Canada, Grant MacEwan, Edmonton: Hurtig Publishers, 1973.
  • Sitting Bull and Jean Louis were friends. The Sitting Bull Affair, Edward Albert Légaré, Edward Legare Publ. 2004
  • Deux oubliés de l’histoire: Jean-Baptiste Bruce-Jean-Louis Légaré par l’Honorable Juge L.-A. Prud’homme dans Mémoires et comptes rendus de la Société Royale du Canada, Troisième série, Tome VIII, séance du 27 mai 1914.
  • Les mémoires de Jean-Louis Légaré, archives du musée, Willow Bunch Museum & Heritage Society, Willow Bunch, Saskatchewan.

Hyperliens