du 29 septembre 2009
Notre nouveau site!
 


PARTICIPEZ À LA TRIBUNE TÉLÉPHONIQUE
du lundi au vendredi,
dès 12 h 15
597-3700 (Montréal)
1-877-597-3700 (extérieur)

Les tribunes sont ouvertes jusqu'à 16 h pour recevoir vos commentaires sur le sujet du jour.

Courrier :
MAISONNEUVE EN DIRECT
Société Radio-Canada
1400 René-Lévesque Est,
bureau A67-7
Montréal (Québec)
H2L 2M2

Courrier électronique :
endirect@radio-canada.ca


Le 28 juin 2005

La flambée du prix de l'essence

Pour une seconde journée, à Montréal, le litre d'essence se maintient au-dessus de la barre de 1 $ dans plusieurs stations-service.  
 
Lundi, le prix du brut connaissait un nouveau record sur le marché, atteignant 60,54 $ à New York.  


 
Le baril à plus de 60 $US 
 
Cette hausse survient alors qu'un nouveau record du prix du pétrole a été atteint lundi sur les marchés. 
 
À New York, il a finalement clôturé à 60,54 $ US, en hausse de 70 cents. À Londres, le baril de Brent a clôturé à 58,52 $ US, en hausse de 1,49 $ US. 
 
Cette augmentation s'explique par les inquiétudes quant à la capacité des pays producteurs de répondre à la demande, particulièrement aux États-Unis. Par ailleurs, la victoire de l'ultraconservateur Mahmoud Ahmadinejad à la tête de l'Iran, l'un des plus importants pays producteurs de pétrole, contribue aussi à cette nouvelle flambée des prix. 
 
Devant cette situation, le président de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), le Koweïtien Ahmad Al-Fahd Al-Sabah, a affirmé avoir joint les ministres du Pétrole de l'Arabie saoudite et du Qatar, samedi, pour examiner des mesures afin de calmer la flambée des prix. 
 
  • Michel Labrecque discute du sujet avec ses invités : François Cattier, analyste à l'Agence internationale d'énergie à Paris; Antoine Ayoub, professeur émérite d'économie à l'Université Laval.



    Faites-nous part de VOTRE opinion !
    Communiquez-nous vos commentaires en cliquant ici.
    Merci de votre participation!




    Quand le prix de l'essence était à 50¢/L, les gouvernements se contentaient bien des taxes qu'ils récoltaient, non? Maintenant, que le prix à plus que doubler, en partie à cause d'eux, ne serait-il pas raisonnable de les diminuer? Le consommateur peut-il souffler un peu, en plus de l'inflation qui risque de se produire sur les prix des biens de consommation reliés à l'augmentation des coûts de transport?
    Patrick Côté
    Cap-Rouge


    Ce qui me surprend le plus à chaque fois, c'est que personne ne semble avoir remarqué le synchronisme qui semble y avoir entre ces hau$$e$ du prix du pétrole et la période estivale favorable aux déplacements des vacanciers...  
    C'est vrai quoi!!! Pratiquement à chaque période de fin des classes et de début de vacances estivales de la plupart des gens, période qui est la principale occasion où plusieurs VOYAGENT, invariablement, le PRIX de l'e$$ence augmente car, subitement, l'indu$trie pétrolière annonce des po$$ible$ pénurie$... 
    Je me souviens que dans les années 70 déjà, ce phénomène était utilisé pour augmenter le coût de l'e$$ence et jamais ou presque il ne diminuait par la suite. 
    Donc, laissons le bénéfice du doute à ces industries et tempori$on$ ce$ hau$$e$ en admettant que c'est peut-être vrai qu'une pénurie se pointe et que NOUS devons faire notre part pour économiser la RESOOURCE PÉTROLIÈRE pour qu'ELLE dure le plus longtemeps possible.
    Maurice Monette
    Grande Rivière


    Il faudra bien s'y faire. Un jour, pas très lointain, le litre d'essence dépassera 1$ pour ne plus jamais redescendre sous cette barre. C'est encore moins cher que l'eau de source ou qu'une boisson gazeuse. 
     
    Si nous ne produisions pas de pétrole la situation pourrait sembler inquiétante. La réalité c'est que cette hausse est bénéfique pour notre industrie pétrolière. 
     
    Nos bons gouvernements n'ont pas hésité à augmenter les taxes sur le tabac pour nous inciter à cesser de fumer. Si l'industrie pétrolière nous incite à marcher ou à pédaler davantage c'est bien tant mieux. Ça fait 48 ans que je marche et que je me déplace en vélo et ça ne m'a pas encore fait mourrir. 
     

    Paolo Mitriou
    Lac-Mégantic


    À court terme, cela rend les dispositifs pour économiser l'énergie et développement de sources alternatives d'énergie plus rentables. À moyen terme, cela réduira notre dépendance envers le pétrole. À long terme, il faudra apprendre à se passer du pétrole et des autres sources d'énergie non renouvelables. À ce moment l'alternative nucléaire sera peut-être plus intéressante, pour deux raisons. La première, on utiliserait mieux l'énergie nucléaire. Actuellement, une grande partie de cette énergie est gaspillée à faire chauffer de la vapeur pour faire tourner des turbines. La seconde raison, c'est que nous aurons peut-être trouvé comment traiter les déchets nucléaires pour les rendre inoffensifs, de la même façon que l'on traite les déchets de l'industrie chimique.
    Jean-Victor Côté
    Saint-Bruno-de-Montarville


    Chère, pas chère, la question n'est pas là. 
    Si nous l'idolatrons ce fameux jus, pourquoi ne pas y faire attention, la courbe est a son maximun. 
    Plus la terre ne founira plus, plus le prix du litre va augmenter 
    Chaque personne ici qui possède un permis de conduire sont en partis responsable ici. 
    Pour moi c'est comme exterminer une autre race animal. 
    Mais c est juste du jus, c'est comme de l'eau yen a toujours??????????.............
    Bolt Lawrence
    Longueuil


     


    L'entrevue avec François Cattier, analyste à l'Agence internationale d'énergie à Paris, puis avec Antoine Ayoub, professeur émérite d'économie à l'Université Laval
     
    [Écoutez l'extrait>>>]
     


     
    Produits pétroliers : informations utiles
    Site de la Régie de l'énergie, Gouvernement du Québec

     
    Organization of Petroleum Exporting Countries (OPEC)
    Site de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP). En anglais



    Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes