du 29 septembre 2009
Notre nouveau site!
 


PARTICIPEZ À LA TRIBUNE TÉLÉPHONIQUE
du lundi au vendredi,
dès 12 h 15
597-3700 (Montréal)
1-877-597-3700 (extérieur)

Courrier électronique :
endirect@radio-canada.ca

Courrier :
MAISONNEUVE EN DIRECT
Société Radio-Canada
1400 René-Lévesque Est,
bureau A67-7
Montréal (Québec)
H2L 2M2

Le 27 décembre 2004

En demande-t-on trop à nos enfants?

Les enfants ont un horaire chargé : des cours aux activités sportives et culturelles, en passant par l'école, les enfants subissent-ils trop de pression? 

 
Beaucoup d'enfants, curieux, aiment apprendre et faire différentes activités. Parfois, les jeunes sont maîtres de leur emploi du temps et sont stimulés par les activités qu'ils pratiquent. 
 
D'un autre côté, certains parents exercent une certaine pression sur leurs enfants, leur imposant un horaire du temps trop chargé. Les jeunes sont donc victimes de pressions académiques et parascolaires. 
 
Toutefois, certains enfants n'ont pas même pas accès à ce genre d'activités : toutes les écoles n'offrent pas un grand nombre d'activités parascolaires. De plus, la situation financière des parents peut avoir un lien direct avec les cours ou activités que leurs enfants peuvent pratiquer. 
 
Dans un monde où la compétition et la performance prennent beaucoup de place, en demande-t-on trop à nos enfants? 
 
Frédéric Nicoloff reçoit Alexandre Plouffe, élève de secondaire 5 au Collège Jean-de-Brébeuf, Édith Samson, vice-présidente de la Fédération des comités de parents du Québec, Michel Plouffe, président de l'association de parents du Collège Brébeuf, et Rollande Deslandes, professeur au département des sciences de l'éducation à l'Université du Québec à Trois-Rivières.



Faites-nous part de VOTRE opinion !
Communiquez-nous vos commentaires en cliquant ici.
Merci de votre participation!




On n'en donne jamais assez à ses enfants. On ne leur donne jamais assez de ce qu'ils leur faut vraiment : attention, amour, présence, connaissances, sourires, exemple. On replace une bonne partie de ce qu'on ne leur donne jamais assez par des GameBoy, des Lego, des BoutChoux, des Barbies, des Kens...
Michel Samson
St=Émile de Suffolk


Quand j'ai commencé l'école, j'étais à une école où l'on n'en demandait pas assez aux écoliers. J'y ai perdu mon temps et cela aurait pu avoir des conséquences sur mes études ultérieures. Heureusement pour moi, j'ai pu fréquenter un pensionnat privé tenu par la même communauté religieuse. Nous étions encadrés du matin au soir. J'y ai terminé mon primaire en beauté et j'ai fait mes études secondaires et collégiales dans un autre pensionnat privé où nous étions aussi encadrés du matin au soir. Cela m'a donné des habitudes de travail qui m'ont permis de faire des études universitaires, dont plusieurs diplômes de second cycle universitaire. Cela m'a aussi permis de travailler à des postes qui exigeaient un effort de concentration soutenu jour après jour. Mais je m'ennuie de mon enfance...
Jean-Victor Côté
Saint-Bruno-de-Montarville


Je suis le père d'une petite fille de 9 ans. Mon enfant a été diagnostiquée comme ayant un déficit d'attention et d'hyper-activité. Elle a vécu, durant ses premières années à l'école, des situations qui ont affectées son estime de soi. Elle participe régulièrement à des activités sportives à l'extérieurde l'école, ça lui a permis des réussites, qui ont aidé à améliorer sa confiance en soi. Aujourd'hui, elle gère mieux son hyper-activité. Je crois, que les activités qui se déroulent à l'extérieur de l'école peuvent aider les enfants à développer leur potentiel, à la condition de ne pas en abuser et de ne pas mettre de pression. Il faut ausi qu'ils participent à des activités qu'ils aiment, sinon celles-ci ne leur apporteront que très peu de bénéfice et beaucoup de pression inutile.
Gilles Lecavalier
Terrebonne


La pression exercée par les parents n'est pas nécessairement explicite.  
Les enfants subissent toujours, à différents degrés, l'influence des parents et ce, même s'ils n'en sont pas conscients. A 15 ans, nos choix sont tributaires en partie des exigences de nos parents.  

Marie Abin
Montréal


Sans rien enlever à qui que ce soit! 
 
Trop de pression... Trop de dépression... 
Question? Pourquoi a-t-on au Québec le taux de suicide le plus élevé et le plus de consommateurs de ritalin? 
 
J'aimerais que cela fasse partie d'une prochaine tribune. 
 
Merci!
Jean-François Pignon
Montréal


J'ai une fille de 13 ans et je l'ai inscrit à des cours de danse classique à l'age de 4 ans et elle en suit encore aujourd'hui. Elle avait 1 cours d'une heure par semaine et depuis cette année, elle a 2 cours d'une heure et demi par semaine. C'est son choix. 
 
Maintenant, elle fait du ballet jazz et elle adore ça. Elle vient de recevoir une guitare pour Noel et elle va prendre des leçons bientôt, mais elle devra laisser un soir de cours de danse. Je refuse de la surcharger, car les études ont la priorité, même si elle n'a aucune difficulté scolaire. 
 
Les week end, nous les passons dehors au ski et le grand air nous fait grand bien. 
 
Merci et bonne année 

Chantale G.
Saguenay


Il est intéressant de constater les questions suscitées par votre émission et les débats sur ce que nous voulons en tant que société pour nos enfants. 
Mais je questionne l'action de choisir des intervenants de Jean de Brébeuf. Est-ce vraiment le reflet d'une réalité de notre société? Nous parlons ici d'une école qui dit former l'élite de demain, qui offre des ressources multiples à ses élèves...  
Nous les gens ordinaires, ceux qui sont les plus nombreux à vous écouter et qui sont allés à l'école publique, que pensons-nous de la pression sur les jeunes? Comment les parents se sentent-ils? 
Là, vous auriez touché la réalité. 

Gaby Senay
Ottawa


Trop ou pas assez ? 
Les jeunes ont besoin d'attention, d'amour, de discipline et de beaucoup d'activités. Et d'une liberté...bien contrôlée. 
La qualité des soins qu'ils reçoivent est le reflet de celle de leurs parents !  
Dans une société où on est porté au laxisme et à la facilité, la tendance générale est de remplacer l'essentiel par le superflu. L'exercice physique est remplacé par l'électronique, le vêtement pratique fait place aux nombrils à l'air, et l'alimentation saine cède à la malbouffe.  
Le travail rémunéré des écoliers à l'extérieur et le sport de compétition ne sont pas souhaitables s'ils s'éffectuent au détriment des études.
Georges LeSueur
St-Ambroise


 


En demande-t-on trop à nos enfants?
 
[Écoutez l'extrait>>>]
 


 
Attention! Enfants sous tension!
Enfantsquébec.com

 
Fédération des comités de parents du Québec


Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes