du 29 septembre 2009
Notre nouveau site!
 


PARTICIPEZ À LA TRIBUNE TÉLÉPHONIQUE
du lundi au vendredi,
dès 11 h 30
514 597-3700 (Montréal)
1 877 597-3700 (extérieur)

La tribune téléphonique est ouverte jusqu'à 16 h pour recevoir vos commentaires sur le sujet du jour.

Courrier :
MAISONNEUVE EN DIRECT
Société Radio-Canada
1400 René-Lévesque Est,
bureau A67-7
Montréal (Québec)
H2L 2M2

Courrier électronique :
endirect@radio-canada.ca


Le 25 avril 2008

Le prix de l'essence et vous

L'économiste principal de Marchés mondiaux CIBC, Jeff Rubin, prédit que le prix moyen du litre d'essence à la pompe sera de 1,40 $ cet été et de 2,25 $ d'ici 2012. Cet expert avait été parmi les premiers, il y a trois ans, à dire que le baril de pétrole allait coûter 100 $. 
 
Toujours selon la CIBC, les réserves actuelles de pétrole ne suffiront pas à satisfaire les besoins des consommateurs, et cela entraînera une hausse substantielle du prix du brut . Ainsi, selon Jeff Rubin il devient de plus en plus clair qu'une période de rareté sans précédent se profile à l'horizon. 
 
Quel prix le litre d'essence doit-il atteindre pour que vous changiez vos habitudes? 
 
Les invités de Pierre Maisonneuve : Gérald Fillion, chroniqueur économique à Radio-Canada, Antoine Ayoub, professeur émérite d'économie sur les questions d'énergie à l'Université Laval, et George Iny, président de l'APA (Association pour la protection des automobilistes).



Faites-nous part de VOTRE opinion !
Communiquez-nous vos commentaires en cliquant ici.
Merci de votre participation!




Quel prix le litre d'essence doit-il atteindre pour que vous changiez vos habitudes?  
 
On dirait une question pour ne donner la paroles qu'aux consommateurs d'essence . 
 
Moi j'ai pas changé , j'ai gardé mon vélo mais je l'ai amélioré , ça ne me coûte que deux sous pour faire le plein, de mon véhicule hybride, c'est un Bionx , je pense que ça , on va tolérer que je l'écrive , après utilisez des moteurs de recherche 
 
Maintenant à cette nouvelle vitesse , j'attrape plus souvent le feu vert avant qu'il passe au rouge , la loi est la même pour tous mais la synchronisation des feux avantage nettement certains, ça on évite bien d'en parler  :-)
Réjean Jetté
Tétreaultville, Montréal


Monsieur Maisonneuve, 
 
Ce n'est pas le prix de l'essence qui me fera changer mes habitudes.  
 
J'ai déjà changé mes habitudes, il y a longtemps, non pas à cause du prix du pétrole, mais bien pour aider notre planète.
Isabelle G. Gélinas
Saint-Basile-le-Grand


Je ne comprends pas pourquoi tout ce débat. Moi, à chaque fois que je vais à la pompe, ca me coute $20. Ou est le problème?
Laurent Voyer
Huntington


Vivant à la campagne, ai deux voitures, une motoneige, un VTT, tracteur à gazon, une tondeuse, un souffleur à neige et un rotoculteur, chaque engin utilisé par nécessité et avec modération. Consommation totale d'esssence  : Approx. 2500 litres.  
À la rigueur, je peux investir financièrement un maximum de 7500$ annuellement dans le carburant. 
Il est facile de faire le calcul. 7500  : 2500 =3$  
Nos changements d'habitudes sont davantage déterminés par nos choix que par nos moyens réels.  
Quelles sommes sont investies dans l'alcool, la cigarette, le jeu?  
L'essence est l'énergie qui permet la liberté de mouvement.  
Quand on ne pourra plus payer, hé bien on ira vous rejoindre en ville!
Georges LeSueur
St-Ambroise


Je n'en reviens pas de voir les modèles de voitures offerts par les manufacturiers Nord Americains (surtout Chrysler). 
 
Souvenez-vous 1973. Il y aura bientôt une très forte demande pour les mini voitures (comme en Europe) et les manufacturiers ne sont pas prêt à faire face à cette demande. 
 
Ceci va arriver à $1.50 le litre selon moi.
Alain Saint-Pierre
Victoriaville


Bonjour M. Maisonneuve! 
 
Vous demandez à quel prix du litre d'essence nous allons changer nos habitudes. C'est très rare que cela arrive mais pour une fois je trouve que vous ne posez pas la bonne question. 
 
Le prix du litre d'essence est fonction de diverses composantes telles les coûts de production, les coûts de transport, la marge de profit des pétrolières, les diverses taxes, etc. Vous savez qu'actuellement plus de 50% du prix payé à la pompe n'est attribuable qu'à la spéculation de sangsues capitalistes sauvages. Dans les circonstances il me semble que la seule question appropriée consisterait à demander à quel prix du litre d'essence les consommateurs vont-ils enfin se révolter contre les bandits sans scrupules qui s'enrichissent indûment du labeur des autres. À quel prix du litre d'essence allons-nous enfin nous mobiliser pour dire qu'assez c'est assez? Quand va-t-on rendre criminel le fait de spéculer sur les prix de l'énergie essentielle au bon fonctionnement des sociétés?
Paolo Mitriou
Lac-Mégantic


Bonjour Monsieur Maisonneuve 
 
Saviez-vous qu'il existe présentement des véhicules 100% électriques, qui ont une autonomie de 300 kilomètres, qui peuvent atteindre facilement 140 kms à l'heure, dont les batteries ont une durée de vie équivalente à 400,000 kms et qui se vendent aurours de $40,000 dollars!!? 
 
Après une courte recherche sur internet, j'ai découvert, à ma grande surprise cette compagnie américaine (lionev) qui transforme toute une gamme de voitures et camions en véhicules électriques. L'économie en dollars est phénoménale et le véhicule se finance par lui-même. 
 
Je vais être un des premiers à m'en procurer un à moyen terme.
Gontran Drouin
Beauport


Je dois parcourir 50 km pour aller travailler et il n'y a pas de transport en commun à proximité.  
Depuis que l'essence est monté au dessus de 1,20$, j'ai commencé à changer mes habitudes 
1.- j'ai négocié mes horaires pour ne pas être dans les embouteillages habituels 
2.- j'ai réduis ma vitesse qui était de 110 à 130 km/heure pour une vitesse régulière à 90 km/heure.
Louise-Andrée Lalonde
St-Jacques-le-Mineur


Bonjour, 
Changer nos habitudes, quelle bonne idée! 
Mais il n'y a pas que ça! 
Si le Venezuela d' Hugo Chavez est capable en tant que producteur de pétrole, de vendre son essence à ses citoyens à quelques cents le litre, comment se fait-il que le Canada qui est un exportateur net soit incapable de donner à ses citoyens un prix raisonnable? 
La réponse est simple, nos ressources ont été vendues aux américains par les conservateurs. 
Vous souvenez-vous des efforts de Pierre Trudeau pour que Pétro-Canada nous mette à l'abri des fluctuations énergétiques? 
Vous souvenez-vous que Mulroney y a mis fin? 
Et êtes vous conscient que Harper nous a vendu à son ami Bush? 
Et vous voulez voter conservateur?
Jean G. Lengellé
Embrun Ontario


Les comportements changent à la condition que la loi les force à changer. Par exemple, le nombre des fumeurs au Canada a diminué de moitié en quelques 10 ans, notamment à cause de l'interdiction de publicité sur le tabac. Si l'on souhaite réellement que les Canadiens changent leurs habitudes dans leurs déplacements quotidiens, peut-être devrions-nous commencer par interdire toute publicité sur l'automobile? Une diminution de l'utilisation de l'automobile aiderait à consommer moins d'essence et à prolonger l'exploitation raisonnablement des ressources non renouvelables. L'anti-tabagisme c'est bon pour la santé des individus, l'anti-automobilisme, c'est bon pour la santé de la planète.
Jacques Sénécal
Nicolet


Voyons le problème de l'autre coté. Le portefeuil des citoyens aura le dernier mot, il forcerat la main tôt ou tard pour que l'ont change nos abitudes de transport individualiste qui son un des plus grand responsable des GES.
Jocelyn Mercier
Québec


Bonojuor,  
 
J'ai déjà depuis plusieurs années une attitude plus reponsable. Je roule à la limite permise, point final et tant pis pour les autres. 
 
Mais je suis toujours découragé de voir les autres automobilistes rouler à 120, 130 et même 140 km/h et me dépasser allègrement tandis que je me rends au travail le matin et que j,en reviens le soir.  
 
Je me dit alors qu'il y a beaucoup de chialeux, mais peu de personnes reponsables
Réal Coderre
Drummondville


Bonjour, 
 
Si le prix de l'essence est déterminé par la Loi du marché, c'est-à-dire par le jeu de l'offre et de la demande, ne pouvant augmenter l'offre, on pourrait réduire la demande en taxant davantage l'essence. En effet, dans cette logique, le prix de l'essence est le prix du marché. Reste à déterminer qu'elle part de ce prix devrait revenir à l'État. Si le prix d'équilibre du marché est de 1,50 $ du litre, que l'État en prenne 1,00 $ ou 0,25 $ du litre, le prix d'équilibre étant celui du marché, alors le litre est toujours 1,50 $. Ainsi, si nous ne taxons pas l'essence, ce sont les pétrolières seules qui profitent de la faible offre. Pour briser cela, il faut que ce soit l'État qui s'approprie la plus grande part du prix d'équilibre en taxant davantage.
Pierre Berger
Drummondville


Si vous voulez savoir si on va manquer de pétrole bientôt, la vétusté des raffineries devrait vous donner un indice. Si on prévoyait trouver de nouveaux puits de pétrole, on aurait modernisé ces raffineries depuis longtemps. Quant aux hausses de prix dictées par des crises, on peut faire une analogie avec le système routier; quand ce dernier est surchargé, cela ne prend pas grand chose pour bloquer la circulation. Comme les inventaires et la capacité de raffinage sont insuffisants, les prix montent au moindre contretemps. Mais il faut les surveiller parce qu'il est facile de prétexter une pénurie pour gonfler les prix et les profits.
Jean-Victor Côté
Saint-Bruno-de-Montarville


Que le prix du pétrole augmente en fonction de l'offre et de la demande, il n'y a rien de mal à ça. Le résultat devrait être bénéfique pour la planète car les gens vont changer leurs habitudes de consommation.  
Le vrai drame par contre a 2 facettes. Tout d'abord, c'est que ces augmentations faramineuses vont faire augmenter les prix de tous les biens, ce qui ne fera qu'empirer l'écart entre les riches et les pauvres (et une récession). 
Mais d'une façon plus importante, c'est que cette situation profite à un très petit groupe de gens. Jusqu'ou tolérerons-nous qu'un petit groupe accumule des fortunes dépassant largement les PIB d'un plus en plus grand nombre de pays. Quand nous aurons atteint cette limite, nous n'aurons d'autre choix que de nationaliser cette industrie et imiter la Norvège qui a pensé à investir cet argent pour le bénéfice de sa population. 
 
Merci
Vincent Landry
Rosemère


J'ai acheté il y a un ans une auto hybride par conviction et mon entourage me trouvais un peux bizarre. Maintenant les gens m'arrêtes pour me poser des questions sur la technologie. Je crois que les gens commencent déjà à réagir
Frédéric Dionne
Rimouski


Vous demandez à quel coût (monétaire) on changera nos habitudes de consommation d'essence. On pourrait aussi demander à quel coût de vie et de santé on va changer nos habitudes? À MTRL, 1600 personnes meurent prématurément chaque année de la pollution atmosphérique, causée principalement par l'automobile (À Québec c'est 400/an). C'est un coût trop souvent ignoré.
Paul Lépine
Québec


J'ai déjà changé mon véhicule en 2006 et mes habitudes de conduite bien avant. Ma consommation d'essence en a été réduite de moitié ! Ça fait du bien au porte-feuille et à la qualité de l'air. 
 
Pendant ce temps, des milliers d'automobilistes des banlieues convergent seuls vers Montréal en se faisant acroire que leur trajet est trop complexe en transport en commun ou que c'est plus rapide plutot que de faire pression sur les sociétés des TEC pour réclamer davantage de services. Peut-être crieront-ils plus fort quand le litre dépassera 2$. 
 
Petite question  : à quand une tribune téléphonique sur la hausse du prix du lait ou du pain ?
Pascal Bélanger
Montréal


Ce que vous demandez M. Maisonneuve dans le changement d'habitudes. En fait c'est demander à la société de régresser et aucune société ne veut régresser. 
Qu'ont fait l'ex-Union Sovietique quand elle a pu avoir les moyens que fait la Chine et l'Inde dans le moment. 
 
Ne se sait donc pas mieux d'accélérer la mise en marché de l'auto "verte" plutôt que de prôner, l'autobus ou le vélo?
André La Lancette
Montréal


Les Verts me font bien rire. Sauvons la planète disent-ils, réduisons la consommation d'essence, achetons des autos électriques. Mais d'ou viens cette électricité? Des centrales au mazout, au charbon, du nucléaire. Le Québec est unique avec son potentiel hydro-électrique, mais allez dire cela aux Américains, aux Européens, aux Indiens ou aux Chinois. L'énergie doirt être produite avant d'être consommée. ALors, cessez vos sottises avec votre auto électrique pour sauver la planète. C'est seulement pour votre porte feuille, et encore lè, ca dépendre du prix de l'électricité. Si vous voulez sauver la planète, cessez de consommer et pourquoi pas de respirer. On produit 500 Tonnes de CO2 par an à respirer.
Sarah Bissonnette
St-Hubert


Cette décision ne peut pas être uniquement individuelle. Pour réduire notre dépendance à l'automobile et au pétrole, destructeur de l'environnement et dont les réserves ne sont pas infinies, il faut revoir la conception de nos villes et nos priorités d'investissement en matière de transports. Les autoroutes Notre-Dame et échangeurs Turcot sont des structures du passé; c'est dans les transports collectifs et actifs qu'il faut investir massivement. 
 
À Montréal, un parti municipal tient ce discours depuis des années. Il serait temps que les journalistes cessent de nous rabattre les oreilles avec le conflit de personnalités opposant MM Tremblay et Labonté et s'intéressent aux vrais débats auxquels nous invitent Projet Montréal et son chef, Richard Bergeron.
Jean-Francois Desgroseilliers
Montréal


Après avoir entendu votre invité d'aujourd'hui, Monsieur Antoine Ayoub, il me semble que tous ceux qui souffrent de la hausse des prix de l'essence ont maintenant une excellente raison de tendre tous leurs efforts vers le transport collectif. 
 
Puisque les hausses des prix sont dues en grande partie au fait que des milliardaires utilisent l'essence comme valeur refuge suite à la dévaluation du dollar américain, tous les automobilistes devraient choisir logiquement de diminuer leur demande d'essence le plus possible pour contrer ce genre de pratique. On ferait d'une pierre plusieurs coups ! Donner une bonne leçon à ces spéculateurs, améliorer l'air et donc la santé et sauvegarder la planète !
Gisèle Portelance
Laval


À mon avis, on serait d'autant plus prêt à changer nos habitudes en matière de transport que le transport en commun soit plus attrayant comme choix. 
Je vis à Montréal; je travaille à Longueuil. Je continue de voyager en transport en commun en grande partie parce que je peux trouver une place assise à l'heure de pointe. Si je devais être debout, coincé comme une sardine deux fois par jour, cela fait longtemps que j'aurais choisi de voyager en auto. 
Pour moi, la décision entre l'auto et le transport en commun dépend de trois facteurs  : 
1. le prix relatif, c'est un facteur important mais il y a aussi...  
2. la fréquence des départs des autobus et métros et plus généralement toute la question de la durée du trajet. 
2. le confort. Je n'en reviens pas que les nouveaux autobus et rames de métro RÉDUISENT les places assises. C'est une détérioration de service considérable. Il faut viser l'objectif d'avoir TOUJOURS une place assise dans un environnement climatisé!
Lorne Huston
Montréal


La question est très injuste. A titre d'exemple, le choix d'un couple qui habite en banlieue qui devrait payer 2 fois 120$ pour le transport en commun en lus d'avoir une petite voiture pour se déplacer n'aura pas le choix que d'utiliser la voiture pour aller travailler. Le choix des individus est souvent déterminé par les conditions dans lesquelles ils vivent. 
 
La question la plus dramatique à propos de l'augmentation du coût de l'essence est l'impact qu'elle aura sur le prix des produits de base. L'alimentation saine et variée particulièrement deviendra encore moins accessible aux plus démunis !
Lucie Gagnon
Laval


J'ai vécu trois ans sans auto. J'ai dû en acheter une pour mon travail ,qui n'est pas en ville. C'est une petite Vibe que j'utilise de façon très réfléchie. Bien avant cette semaine ! je prends soin de m'observer et ce, à plusieurs niveaux. 
 
Et parmi mon entourage , il y a de plus en plus de gens qui font des petits et des grands changements de consommation et qui n'ont pas l'occasion de s'en venter à la radio de façon quotidienne. 
 
Ce n'est pas tout le monde qui " tombe des nues " avec le prix de l'essence de cette semaine .
Francine Beauchemin
Magog


D'accord à 100% avec Antoine Ayoub qui attribue la hausse des ressources primaires à la spéculation. 
 
Les gros investisseurs déversaient leurs milliards dans les points com puis se sont réfugiés dans l'immobilier qui a croulé pour ensuite se réfugier dans les sources d'énergies de l'humanité contemporaine soient les denrées de base (blé, riz, soya et autres aliments de souche), les éléments de base (particulièrement les nitrates pour les engrais et les explosifs), ainsi que le pétrole, les gaz, l'éolien, et autres énergies transformables, tous nécessaires à la survivance de l'humanité. 
 
Cette progression s'arrime avec la pyramide des besoins de Maslow, de l'actualisation de soi en passant par la sécurité de la propriété immobilière vers les besoins physiologiques 
- respiré  : pollution atmosphérique 
- mangé  : produit bioogique 
- boire  : guerre de l'eau 
- sexe  : bestial plutôt que relationnel 
- sommeil  : rapidité de l'existence 
- excrétion  : pas dans ma cours
Daniel Adam
Trois-Rivières


Le prix du carburant n'est pas assez élevé. Pour s'en rendre compte, regardez les pratiques des automobilistes  : démarreur à distance, bouchons de circulation dûs à l'utilisation solo de l'automobile, les chauffeurs de taxis, autobus ou camions de livraison qui laissent leurs moteurs tourner alors qu'ils sont garés entre deux courses, etc... 
 
Pour le bien-être de la planète, vive l'essence à 3.00$ le litre. 
 
Je voyage au boulot en vélo ou en transport en commun. J'ai dû adapter mes habitudes, pour le bien commun. 
 
Merci.
Yves Leduc
Québec


Si j'en avais le besoin, je roulerai en Chevrolet Suburban. 
 
Je souhaite que grace à cette hausse du pétrole, l'Occident va comprendre qu'il faut investir pour se débarasser au plus tot du pétrole. 
Nous arreterons d'enrichir nos ennemis qu'ils soient le Vénuzuela, l'Iran et tous les pays du Golfe. 
 
Le remplacant du moteur à explosion nous permettra d'éviter de rouler dans des boites à conserve sur quatre roues du genre Honda Fit, Civic, Toyota Yaris, Prius et autres, Nissan, Kia, Hyundai... 
 
Pour ce qui est du transport en commun, il faut faire preuve de don de soi pour s'y adonner.
Philippe Cauchi
Montréal


Et oui, la rareté de la ressource a cause de nos mode de surconsommation! On veut la facilité et l'autonomie a tout prix. À tout prix? Faut-il vraiment que la hausse des prix commande nos habitudes? Il y a bien des gens pour qui c'est la principale motivation. Pour eux (et pour ceux qui se soucient de l'environnement) Pourquoi n'y aurait t-il pas plus d'alternative quant au choix de véhicules? Pourquoi n'avons nous pas accès aux modèles de voiture Européennes? Pourquoi la Zenn (voiture électrique "zero emission, no noise) fabriquée au Québec n'est-elle pas disponible? 
Et le bio-diésel fabriqué a partir d'huile usée? Mais surtout, pourquoi continuer de privilégier un aménagement urbain qui nous oblige à utiliser la voiture?
Annie Lemaître
Montréal


Il faudrait suggérer aux consommateurs de maintenir le niveau d'essence à son plus bas, pour chaque auto qu'il possède. 
 
Par conséquent, la demande globale de l'essence diminuera. Les réserves augmenterons(l'offre). Ainsi, le prix diminuera. 
 
Le problème, c'est que le consommateur se sent impuissant à lui seul... 
 
Un mouvement collectif d'envergure aurait une impact sur la demande globale.
Steeve Bonneau
Chicoutimi


désolé, il faut lire 0.5 Tonne (500 Kg) de CO2 par an à respirer.
Sarah Bissonnette
St-Hubert


Bonjour, 
 
avant de répondre à cette question, faisons ce petit exercice  : 
 
Une famille montréalaise de 2 adultes 2 enfants fait une sortie au jardin botanique. Cout de l'opération en transport en commun = 12$. En voiture  : disons 2$ pour l'essence et 5$ pour le parking = 7$. On est loin du compte, malheureusement. 
 
Cette même famille va faire du ski dans les laurentides. Cout de l'opération = au moins 98$ pour le remonte-pente, 45$ pour le dîner et....10$ d'essence pour une voiture au diesel. Le cout de l'essence represente ici moins de 10% du coût total. 
 
Pour répondre à votre question  : je ne changerai rien avant un seuil d'au moins 4 à 5$ le litre. Ce qui me préoccupe avec le prix de l'essence, ce n'est pas mes déplacements personnels mais l'inflation qui vient avec.
Isabelle Robillard
Montréal


J'ai bien peur que le party tire à sa fin. Le réveil sera brutale pour tous les adeptes du rêve américain. La possibilité d'aller où bon nous semble quand bon nous semble ou de se procurer des kiwis de Nouvelle-Zélande en janvier sera bientôt presque impossible. Ce modèle de société est insoutenable à long terme. Le fait de parcourir à chaque jour des dizaines de kilomètres pour se rendre au travail est une abhération. Nous sommes comme jamais les proies des spéculateurs non seulement pour l'essence mais aussi pour la nourriture et ce n'est qu'une question de temps pour que nous aussi descendions dans la rue.
Odette Morin
Prévost


Je vous suggère d'interviewer la propriétaire-fondatrice de l'entreprise "ALLO-STOP", qui se consacre au co-voiturage longue distance au Québec depuis plusieurs années. Avec maintenant plus de 75,000 membres, cette entreprise offre une alternative originale au transport individuel. En plus de réduire significativement les coûts de déplacement tant pour le conducteur que pour ses passagers, cette formule permet souvent d'établir des contacts intéressants et profitables. J'ai connu ce service par mes adolescentes et depuis 5 ans, je l'utilise fréquemment comme conducteur ou comme passager....même si j'ai 55 ans.... À titre d'exemple, j'ai voyagé l'an passé entre Rimouski et Alma aller-retour (1200 km) pour 64$ et j'ai trouvé par la même occasion un appartement pour ma fille à Québec grâce à une référence d'une passagère.
Sabin Bois
Mont-Joli


Il y a eu une solution dans les anees 90 par GM! Ou est cette voiture?  
 
Je parle de EV1 de GM 
 
Allez regarger  
 
"WHO KILLED THE ELECTRIC CAR" 
 
Une belle voiture 100% electrique et on l'a tue.
Michael Anthony
Pickering ( Ontario )


Salut Maisonneuve en direct... 
 
J'ai manqué le début de l'entrevue avec Antoine Ayoub et je pensais l'avoir sur le site internet. C'était bon. 
 
Pour ce qui est de l'influence des prix sur l'offre et la demande, c'est un principe économique de base et pas nécessaire d'avoir le gouvernement pour nous dire quoi faire. 
 
Cordialement,
Yvon Dionne
St-Damase-de-L'Islet


le prix est influencé par toute l'organisation économique et sociale. 
-Spéculation immobilière au centre-ville et taxes élevées 
-fuite en banlieu et déplacements multipliés sur des distances de plus en plus grandes.  
- pressions pour des infrastructures routières de plus en plus lourdes. 
- Coûts prohibitifs des solutions de transport collectif par manque de densité de population 
- solutions difficiles à rendre efficaces et attrayantes.  
 
Ce qui complique l'affaire 
- le travail à temps partiel  
- plus d'un travail pour vivre 
- heures disparates 
- lieux de travail en directions contraires 
- des parents qui partent en directions différentes à des heures différentes 
 
La réponse à votre question est qu'il déjà trop élevé pour beaucoup de gens et probablement la majorité, mais ont-ils le choix?  
 
Et ce prix ne sera jamais assez élevé pour une minorité qui vit de la spéculation. 
en rationant les autres.
Harold Jenkins
Québec


Je fais déjà attention à ma consommation d'essence. Je fais mon heure de vélo par jour pour aller et revenir du travail, ce qui représente la quantité recommandé d'activité physique par jour par Santé Canada. L'essence est un bien comme tout les autres, et elle appartient à des entreprises privées. En plus de la hausse explicable par la demande, quelle compagnie serait assez stupide pour baisser les prix alors que le parc automobile grandit de plus en plus et que les gens consomment de plus en plus. Ils ne nous volent pas, nous décidons d'acheter l'essence. Le porte-feuille est la corde sensible de bien des gens, et donc un bon moyen de sensibilisation à économiser l'énergie sous toutes ses formes.
Guillaume Côté
Lac-au-Saumon


 


Quel prix le litre d'essence doit-il atteindre pour que vous changiez vos habitudes?
 
[Écoutez l'extrait>>>]
 


 
Projet de loi 41 : Béchard revient à la charge
Article de Radio-Canada.ca - 23 avril 2008

 
The Age of Scarcity
Analyse de Jeff Rubin, économiste en chef de la CIBC - 24 avril 2008 (PDF)



Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes

 
Error processing SSI file