du 29 septembre 2009
Notre nouveau site!
 


PARTICIPEZ À LA TRIBUNE TÉLÉPHONIQUE
du lundi au vendredi,
dès 11 h 30
514 597-3700 (Montréal)
1 877 597-3700 (extérieur)

La tribune téléphonique est ouverte jusqu'à 16 h pour recevoir vos commentaires sur le sujet du jour.

Courrier :
MAISONNEUVE EN DIRECT
Société Radio-Canada
1400 René-Lévesque Est,
bureau A67-7
Montréal (Québec)
H2L 2M2

Courrier électronique :
endirect@radio-canada.ca


Le 23 juin 2008

Médias québécois : les sports et Julie Couillard

Au menu médiatique des Québécois : beaucoup de hockey, la météo et très peu d'actualité internationale. C'est ce que révèle une enquête menée par la firme Influence Communication.  
 
Selon cette enquête, les sports, les faits divers, les arts et spectacles, la météo et Julie Couillard ont accaparé la moitié de toutes les nouvelles diffusées au Québec depuis le 1er janvier. 
 
Le président d'Influence Communication, Jean-François Dumas, qualifie cette situation d'exceptionnelle. M. Dumas observe que le Québec est très centré sur lui-même. Il explique que le Québec est la région du monde qui traite le moins d'informations internationales.  
 
Que pensez-vous de l'information que nous présentent les médias québécois? 
 
Les invités de Jacques Beauchamp : Jean-François Dumas, président de la firme Influence Communication, Marc Laurendeau, journaliste à l'émission C'est bien meilleur le matin, diffusée à la radio de Radio-Canada, et Jean-Luc Mongrain, Jean-Luc Mongrain, ancien animateur du Grand Journal de TQS et producteur.



Faites-nous part de VOTRE opinion !
Communiquez-nous vos commentaires en cliquant ici.
Merci de votre participation!




La Tribune retrouve son nom. Bienvenue!  
 
Les médias débattent de sujets collés à notre nombril. Des faits divers au parfum de scandale, abus sexuels, sports de millionnaires, etc.. 
Un vrai sujet? Le cas du Zimbabwe où la démocratie, remplacée par la force brutale et le meurtre pourrait se voir jugulée par une action internationale, si on s'y mettait... 
Mais consolons nous! Les informations au Québec nous donnent plus en quantité et en qualité que ce que les Français n'obtiennent chez eux, le "foot" prenant la 1ère place.  
Il faut se comparer pour s'apprécier!
Georges LeSueur
St-Ambroise


Je n'habite plus le Québec depuis 17 ans. J'ai vécu en Alberta, en Ontario et aux États-Unis. J'écoute les infos sur le web et je lis les journaux sur le web. Je désespère du côté très paroisse des infos, des invités, des sujets. On est très, très nombrils.
Josee Bergeron
Canyon


«malheureusement c'est tout le temps qu'on» formule bien connue et qui schématise bien la qualité de l'information au Québec. Déjà à CBC les nouvelles en anglais sont meilleur. Y a-il complot pour garder les les québécois idiots ? 
On a le droit de se poser cet question. 
 
ET la cerise, c'est qu'on pleur maintenant sur le sort de la salle des nouvelles de TQS. Une suggestion  : incorporer la salle de nouvelles de TQS à celle de radio canada.
Khalil Foundy
Roxboro


Nos médias, en parlant autant de sports, de faits divers et d'autres niaiseries, fabriquent boucoup de jeunes hommes paresseux intellectuellement. Écoutez ce que disait Benoit Dutrizac sur le sujet. Cherchez la chronique Raison de la Colère qu'il avait enregistré dans l'émission "Vous êtes ici" à Radio-Canada, à la première chaîne. 
 
Heureusement qu'il y a internet. C'est là que beaucoup de jeunes intelligents vont pour s'informer. Et ils ont heureusement la possibilité d'y constater que plusieurs des "grands" journaux du Québec utilisent des copies des mêmes textes niaiseux, et que les journaux d'ailleurs ont parfois un contenu plus intelligent et une analyse plus clairvoyante que les nôtres. 
Jeunes du Québec, respectez votre propre intelligence! Contournez nos pauvres médias et informez vous sur Internet!
François Privé
Alma


Bonjour! 
 
C'est drôle que ce soit les Media qui essaie de faire la critique de ce qu'ils sont.  
Dans les faits, s'il n'y a pas d'international c'est que ce n'est pas payant ou encore que les Media ont assez de revenu pour ne pas avoir à le faire. Je dirais même qu'ils sont dans une position d'inceste avec le système qui les finance, soit leur commenditaires. En d'autres mots, ils sont la voix de leur commenditaires et non l'accession à une plus grande autonomie de pensée.  
Le but de l'existence des Media est de faire consommer. Donner de l'information déconnecter du réel de la consommation est tout à fait impossible...sauf quelques belles exceptions bien entendu.
Martin Gauthier
Rimouski


L'information qui nous est présentée par les médias québécois me semble correspondre assez bien aux principales préoccupations des québécois. Cette information nous ressemble. Pour survivre, les différents médias doivent nécessairement aborder les sujets qui nous intéressent. S'intéresse-t-on aux bonnes choses? Ça c'est une autre question. 
 
Que votre principal invité s'interroge au sujet de notre engouement envers Julie Couillard versus notre intérêt envers le Canada m'étonne un peu. Je m'intéresse très peu à Madame Couillard mais le Canada m'intéresse encore moins. Objectivement parlant, le Canada n'est pas un sujet plus fascinant que la Papouasie. 
 
Ça fait 5 ans qu'on nous mitraille d'informations sur l'Irak et l'Afghanistan. Pourtant j'ai l'impression qu'on ne fait que compter les morts. Au sujet de la Palestine on tourne en rond depuis des décennies. Ça use. Si on s'intéresse à des sujets plus pointus, Internet peut amplement nous rassasier.
Paolo Mitriou
Lac-Mégantic


Jean-Luc Mongrain n'est pas vraiment un journaliste. 
C'est plutôt un missionnaire de l'information. Il rejoint 
d'abord et avant tout le martyr du coin de la rue, celui 
qui a besoin de se faire flatter dans le sens du martyre. 
 
Il fait du sensationalisme d'un genre unique et discongru. 
Tout de même il donne un bon show au bon peuple. 
 
Il faut voir son show pseudo-journalistique comme une 
super-version de la série pseudo-historique Les Remarquables 
Oubliés de Serge Bouchard.
Serge Savard
Montréal


J'abonde dans le mêm sens que tout le monde ou presque. La presse québécoise est très nombriliste. Si je veux des nouvelles du Québec, je lis et j'écoute la presse québécoise, incluant Cyber Presse). Pour toutes les autres nouvelles nationales et internationales, j'écoute et je lis la presse canadienne anglaise et celle du reste du monde (e.g., BBC, New York Times, etc.).
Christiane Horne
Ottawa


Bonjour, 
À la télévision, l'information est devenue un divertissement. Les journalistes divertissent les téléspectateurs. On le voit dans le choix des nouvelles présentées et dans le traitement. On ne fait plus d'analyse  : on va chercher les commentaires des experts, des chroniqueurs, de l'homme de la rue... C'est pathétique. 
 
Et la situation en Abitibi-Témiscamingue ? Une seule compagnie, RNC communication (connue sous le nom de Radio-Nord), diffuse les mêmes nouvelles, les mêmes reportages avec les mêmes journalistes, à la SRC, à TVA et à TQS, jusqu'à tout récemment. Et vous pensez que nous sommes bien informés ?? 
 
Finalement, ce que je pense de l'information au Québec  : ça se dégrade très rapidement et c'est inquiétant pour la démocratie.
Henri Blatter
Rouyn-Noranda


D'abord, une première réaction à une affirmation entendue il y quelques minutes  : il n'y a pas que Radio-Canada et le groupe Gesca qui diffusent de l'information internationale (au demeurant cette information est plutôt famélique et souvent biaisée -par exemple, la couverture de la participation canadienne à la guerre en Afghanistan) il y a aussi (et surtout) le journal Le Devoir et même là il est indispensable de recourir aux médias internationaux pour compléter cette couverture... 
 
Cette question pourrait aussi être formulée autrement  : quel est le rôle des conglomérats médiatiques dans pauvreté de l'information (particulièrement internationale) disponible au Québec. 
 
Entre Radio-Canada, Gesca, Québecor, il y peu de place pour une information moins teinté politiquement et idéologiquement.
Lucie Blais
Lévis


L'intérêt du public pour l'affaire Julie Couillard ( qualifié parfois de populiste)n'est-elle pas fortement d'intérêt publique? Ne parle-t-on pas de danger d'influence et de corruption à l'intérieur de nos systèmes socio-politiqueet même socio-économique? Les médias n'ont-ils pas le devoir de dévoiler et de dénoncer ce risque de corruption? N'est-il pas sain que le public se montre très intéressé à savoir pour qui il vote et qui le dirigent vraiment et à qui profitent ses taxes et ses impôt. Non?
Carole Lemire
Sherbrooke


On me permettra de fournir un commentaire sur le peu de couverture que nos médias imprimés et électroniques accordent à la musique dite sérieuse. Marc Laurendeau, à mon avis, n'a pas bien répondu aux remarques des quelques auditeurs qui s'en sont plaint. Je viens de terminer la rédaction de la biographie de Colette Boky. On n'a pas idée combien les artistes de son temps étaient largement médiatisés, donc très connus. Si des gens reconnaissent encore Mme Boky dans la rue aujourd'hui pour lui manifester leur admiration, c'est qu'on la voyait et l'entendait partout, à la radio comme à la télé. Aujourd'hui, l'intérêt de nos shows de chaise se limite à Marie-Nicole Lemieux et Yannick Nézet-Séguin, deux excellents artistes, de bons communicateurs, mais il n'y a pas qu'eux. Au Florida Grand Opera, l'an prochain, trois chanteurs québécois tiendront des rôles dans La Cenerentola de Rossini. France Beaudoin va-t-elle s'y intéresser?
Mireille Barrière
Montréal


Je préfère lire les journeaux et internet pour m'informer, car les nouvelles télévisées, surtout à TVA sont remplies de publicité, de météo aux 5 minutes et de maladies des uns et des autres, c'est pitoyable. 
Mais le petit peuple colonisé que nous sommes n'en demande pas davantage alors pourquoi lui en donner plus?
Lucille Labrie
St-Jean sur Richelieu


Bonjour, 
 
Et la gauche? Où est la presse de gauche, la vraie? 
 
Au secours! Au secours!
Nathaniel Thorne
Montréal


Le débat sur la qualité de l'information est stérile. Personne ne veut vraiment jaser de la concentration des médias. J'ai entendu dire qu'il semble exister un consensus dans la profession de journaliste pour qu'aucun ne critique vraiment un collègue. C'est aussi vrai de la restauration. Aucun cuisinier ne critiquerait un confrère. Si dans une cuisine il y en a un qui fait vraiment de la mauvaise bouffe, on le vire. À l'opposée, imaginons une cuisine où un seul cuisinier est saucissier. Que fait-on? On apprend sa recette, puis on le renvoie, comme ça on peut donner la job à un gars qui demande la moitié du salaire. Comme ça c'est démocratique, puisque tout le monde peut apprendre la recette, et que plus personne ne peut trouver de bonnes saucisses. 
 
Le commun des mortels lit quoi, trois ou quatre articles et vingt titres par jour? a-t-il le choix? 
 
Alors qu'est-ce qui fait une "bonne" émission d'actualité, qu'est-ce qui distingue telle de telle, ou de telle autre? Pas grand-chose, non?
Léo Frappier
Montréal


Depuis pas mal de temps la presse radio-télé se dégrade. La course aux cotes d'écoute, les budgets sabrés en passant par une tradition journalistique sérieuse qui s'effrite car les modèles sont partis, souvent écoeurés par des changements de patrons tout azimut qui s'imaginent que leurs géniales décisions vont tout révolutionner. Il y a beaucoup de prétention dans le milieu de l'information et de gros égos qui se prennent pour d'autres. Je reviens d'un an en Afrique et je vous avoue être incapable de regarder les chiens écrasés et les petites poutines maison qu'on nous montre tous les soirs. Est-ce le reflet nombriliste des québecois? Je ne sais pas mais je sais que je m'ennuie des Louis Martin, Laurent Laplante, Judith Jasmin et plus près de nous Bernard Drainville qui savaient écouter, découvrir et échanger avec l'auditeur. 
Non décidément, je préfère magasiner mon information par internet.
Monique Trotier
Gatineau


Bonjour, 
 
Les médias sont montréalais. Hier soir le spectacle de Québec fut extraordaire. Ce matin aux nouvelles à RC juste une mention et un grand reportage sur le spectacle de Ville de Laval. 
 
Hier le spectacle a été redifussuer par TQS ce soir pour Mtl ce sera la TV d'État. 
 
Le 15 mars nous avons eu un concert extraordinaire à Québec. Aucune rediffusion par RC Il y a juste MTL qui existe au Québec et pour la SRC. Autre exemple le feu au Manège Militaire !
Marie Rivet
Québec


Les résultats de 30 années de discours indépendantistes commençent à se faire sentir.  
 
Nombrilisme, auto-dérision dû aux echecs des référendums, n'en sont que quelques exemples.  
 
Le peuple ouvert au monde lors du règne de M. Jean Drapeau s'est rapidement transformé, grace à des profiteurs aux paroles mielleuses. Et aujourd'hui nous avons tous oublié que notre prospérité viens de notre ouverture sur le monde et non le contraire. 
 
Comme nos gouvernements, nous avons les médias que nous méritons.  
 
Le réveil des Québécois est brutal.
Gabriel Pelletier
Trois-Rivières


 


Que pensez-vous de l'information que nous présentent les médias québécois?
 
[Écoutez l'extrait>>>]
 


 
État de la nouvelle - bilan 2007 Québec
Influence Communication



Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes

 
Error processing SSI file