du 29 septembre 2009
Notre nouveau site!
 


PARTICIPEZ À LA TRIBUNE TÉLÉPHONIQUE
du lundi au vendredi,
dès 11 h 30
514 597-3700 (Montréal)
1 877 597-3700 (extérieur)

La tribune téléphonique est ouverte jusqu'à 16 h pour recevoir vos commentaires sur le sujet du jour.

Courrier :
MAISONNEUVE EN DIRECT
Société Radio-Canada
1400 René-Lévesque Est,
bureau A67-7
Montréal (Québec)
H2L 2M2

Courrier électronique :
endirect@radio-canada.ca


Le 21 avril 2009

Doit-on encadrer davantage la procréation assistée?

Le procureur général du Québec plaidera l'inconstitutionnalité de la loi fédérale sur l'infertilité vendredi en Cour suprême. Le gouvernement provincial soutient qu'il lui revient de définir les pratiques médicales. En vigueur depuis 2004, la loi sur l'infertilité n'est donc que partiellement appliquée au Québec. 
 
Auparavant, les cliniques de fertilité canadiennes avaient leur propre banque de sperme. Mais depuis l'adoption de la nouvelle loi, qui interdit la rémunération des donneurs, les banques canadiennes doivent importer le sperme de banques américaines, ce qui rend le suivi plus difficile, notamment quant au nombre d'enfants venant d'un même donneur. 
 
Québec a déjà promis son propre projet de loi pour encadrer la procréation assistée.  
 
 
Doit-on encadrer davantage la procréation assistée? 
 
Les invités de Jacques Beauchamp : Maureen McTeer, professeure de droit à l'Université d'Ottawa et avocate spécialisée en droit médical, Caroline Amireault, présidente de l'Association des couples infertiles du Québec, et le Dr François Bissonnette, président de l'Association canadienne de fertilité et directeur de la clinique de fertilité OVO.



Faites-nous part de VOTRE opinion !
Communiquez-nous vos commentaires en cliquant ici.
Merci de votre participation!




Bonjour, 
Que ce soit pour la procréation assistée ou pour le divorce, le jour où la religion aura entièrement déserté la vie publique, et surtout les cours de justice, ce jour là et ce jour là seulement pourra-t-on répondre intelligemment à des questions qui n'ont rien, mais absolument rien à voir avec la vie des citoyens normaux, c'est à dire non gouvernés par des superstitions aussi surannées qu'inutiles. 
Un suaire de Turin avec ça?
Jean Lengellé
Embrun Ontario


Il m'apparaît comme de la négligeance criminelle de ne pas se soucier du fait qu'un demi-frère peut épouser sa demi-soeur sans aucun moyen de la savoir.  
 
Un numéro unique de donneur DOIT IMPÉRATIVEMENT être attribué et divulgué pour éviter les mariages consanguine.  
 
Trop simple peut-être ???
Alain Senécal
Montréal


Une petite réflexion sur ce débat qui me semble un peu artificiel. 
Comment en effet justifier l'utilisation, très coûteuse, de la technologie médicale à des fin de reproduction alors qu'il y a encore des enfants qui meurent de faim dans le monde? Ne devrions-nous pas d'abord nous occuper des enfants qui sont déjà avec nous? 
 
Avoir des enfants, est-ce vraiment un "droit"?
Louis Rivard
Montréal


Sur les plans éthique, humain et démographique, la procréation assistée n'a pas sa place dans une société normale et équilibrée.  
Les techniques utilisées font abstraction d'éléments importants tant médicaux que moraux qui soumettent les familles concernées à des conséquences imprévisibles et regrettables. 
 
On a créé un secteur biomédical commercialisé qui nous apparente aux espèces animales utilisées comme produits de consommation.  
On ne peut classer ces expériences comme un réel progrès. 
 

Georges LeSueur
St-Ambroise


Avoir des enfants est un privilège et non un droit. Au lieu de promouvoir la procréation assistée, nous devrions encourager l'adoption. Je suis donc contre toute aide financière que pourrait recevoir un couple qui voudrait utiliser ce type de technologie. Par contre, je ne vois pas l'intérêt de réglementer ce type de pratique. Je crois que les cliniques peuvent très bien faire ça à l'interne par l'entremise du collège des médecins, par exemple.
Jason Paré
Montréal


Ce commentaire s'adesse à Monsieur Alain Sénécal de Montréal. Je ne sais pas si vous avez des enfants mais vous n'êtes probablement pas dans ma situation. Essayant d'avoir des enfants depuis au moins 3 ans, je suis d'avis que la technologie, peut-importe son prix pourra m'aider à réalier mon plus grande rêve  : avoir un enfant à moi, un seul s'il le faut mais un enfant dans ma maison. Ne craignez rien j'aurai toujours une pensée aux enfants qui, comme vous dites, meurent de faim et j'apprendrai à mon enfant la notion de partage.
Marie-France Godin
Montréal


 


Doit-on encadrer davantage la procréation assistée?
 
[Écoutez l'extrait>>>]
 


 
Procréation assistée : l'État financera trois essais
Article de Radio-Canada.ca - 9 avril 2009

 
Le rapport Baird et la reproduction de l'être humain
Archives de Radio-Canada.ca



Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes

 
Error processing SSI file