du 29 septembre 2009
Notre nouveau site!
 


PARTICIPEZ À LA TRIBUNE TÉLÉPHONIQUE
du lundi au vendredi,
dès 11 h 30
514 597-3700 (Montréal)
1 877 597-3700 (extérieur)

La tribune téléphonique est ouverte jusqu'à 16 h pour recevoir vos commentaires sur le sujet du jour.

Courrier :
MAISONNEUVE EN DIRECT
Société Radio-Canada
1400 René-Lévesque Est,
bureau A67-7
Montréal (Québec)
H2L 2M2

Courrier électronique :
endirect@radio-canada.ca


Le 15 juin 2009

Chanter en anglais à la fête nationale?

La possible exclusion de deux groupes musicaux anglophones d'un spectacle de la Saint-Jean- Baptiste suscite la controverse. 
 
L'Association culturelle Louis-Hébert exige le retrait des deux formations anglophones du spectacle L'autre Saint-Jean, organisé le 23 juin dans le quartier Rosemont, à Montréal. L'association, qui organise le spectacle, estime que la fête nationale doit se célébrer en français. 
 
Bloodshot Bill et Lake of Stew doivent se produire le 23 juin en même temps que des artistes francophones. 
 
Selon Mario Beaulieu, président de la Société Saint-Jean-Baptiste, la maison de production a programmé des artistes anglophones sans autorisation préalable, et le comité a reçu des plaintes. 
 
Les festivités de la Saint-Jean devraient-elles se dérouler exclusivement en français? 
 
Les invités de Jacques Beauchamp : Mario Beaulieu, président de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal, Jack Jedwab, directeur général de l'Association d'études canadiennes, Mathieu Bock-Côté, chercheur associé au Département de sociologie de l'UQAM et auteur de La dénationalisation tranquille (Boréal), et Gérald Larose, président du Conseil de la souveraineté et ex-président des États généraux sur la situation et l'avenir de la langue française au Québec (2000-2001).



Faites-nous part de VOTRE opinion !
Communiquez-nous vos commentaires en cliquant ici.
Merci de votre participation!




Un peu de Wagner peut-être la Journée de la Fête nationale en Israel? 
 
Ce sera bientôt l'Independance Day aux États-Unis. Combien de groupes de mariachis va-t-on voir sur les grandes chaines américaines, célébrant la "Fête nationale"? Zéro, pis une barre. Là-bas, on est american ou on ne l'est pas. 
---- 
Dans les années 80, lorsqu'on est passé d'un nationalisme culturel tout à fait normal, à un nationalisme territorial utopique, les nationalistes se sont fait coincer par les Feds. Depuis, ils en rament un coup, coincés dans leurs contradictions.
Jacques Noel
Québec


Il s'agit de la fête nationale de TOUT les québécois, incluant ceux qui partagent la langue de certains de nos patriotes (Robert Neilson entre autre, si mes références historiques sont exactes). Je suis souverainiste et je ne vois pas en quoi la décision de l'association culturelle Louis-Hébert fait de nous des racistes puisque la plupart des souverainistes, j'en suis convaincu, ne partage pas cet avis. André Pratte en ratisse large ce matin pour établir des liens et vas même jusqu'à dire que les fédéralistes n'ont pas leur place à cause des méchants séparatistes. Va faloir arrêter de déchirer nos chemises en publique pour rien, le globe and mail va le faire pour nous.
Francis Therrien
Québec


Oui absolument. Le 24 juin, c'est en francais que cela doit se dérouler. Par contre, les immigrants allophones et les québécois anglophones sont et seront toujours bienvenus pour marcher, porter le drapeau, célébrer et participer avec nous. Par contre, pour cette journée uniquement ils devront s'ils veulent chanter sur les différentes scènes le faire dans la langue de Moliere. J'appuie les décisions des responsables du compté de Louis Hébert, un quartier francophone en majorité d'exclure des groupes anglophones aux festivités...Apres le 24 juin et le 1er juillet tout les groupes anglophones pourront célébrer en anglais la fete du Canada, je n'y vois aucun probleme. Par contre, par respect pour notre peuple et nos traditions vous devrez le jour de la Saint Baptiste chantez en francais...
Michele Tremblay
Quebec


OUI ! 
 
Une prestation en anglais de ces 2 groupes à la Sait-Jean c'est ou de l'inconscience ou de la provocation. Dans les 2 cas j'y vois là le signe d'une assimilation grandissante vers l'anglais. Si les 2 groupes avaient annoncé qu'ils chanteraient en français parce que c'est la Saint-Jean, ce serait une autre paire de manche. 
Mais qu'on aie juste penser les laisser chanter en anglais, je n'en reviens pas. Même Trudeau, dans ses plus belles provocations, n'aurait pas pensé à ça. 
S'il y a une journée où les anglophones doivent montrer patte blanche, c'est bien le 24 juin me semble-t-il !
André Labelle
Laval


Si la fête nationale est une rare occasion 
de célébrer le fait français en amérique, 
je trouve déplacé d'inviter des groupes de la langue des conquérants pour animer sa fête, 
ce sont de bons artistes mais ils ont tellement 
d'autres occasions de se faire entendre. 
Ala fête du Canada par exemple.
Martin Blanchard
Montreal


Contester la présence d'anglophones à une manifestion en l'honneur de la fête dite "nationale", c'est faire dépasser une bien vilain jupon, celui de l'intolérance. 
 
Il s'agit, (c'est à dire que l'ont a établit, qu'il s'agit) de la fête du Québec, et non de la langue française. Elle était celle des canadiens-français, mais des groupes politisés ont voulu en faire celle du Québec  : eh! bien assumez votre geste, maintenant. Les anglophones, hispanophones, et autre allophones qui vivent et travaillent au Québec sont québécois. Dire autrement, c'est du racisme.
Julie Ruel
Québec


Il m'est égale qu'un groupe de musique anglophone se produise sur scène pour la fête de la St-Jean Baptiste. Est-ce pré-requis d'être francophone pour célébrer la fête de TOUT les QUÉBÉCOIS ??? Pour ma part, je connais personnellement plusieurs anglo-québécois qui sont autant, sinon plus encore, fiere d'être québécois que certains francophone. Partageons !
Manuel Ritchie
Mont-Tremblant


Que le comité invite le ''pascal(?)'' Picard Band', 
 
Je l'ai entendu l'année dernière à Bruxelles lors d'une dimanche de la francophonie et elle a chanté uniquement en anglais, elle est pourtant francophone de la ville de Québec
Suzanne Trudeau
Sainte-Adèle, Qc


Au Québec, beaucoup parlent plusieurs langues. Où je travaille, il y a plein de gens qui parlent le paquistanais, l'anglais et qui baragouinent le français.
Laurent Voyer
Montreal


Ma réponse  : OUI! 
Il y a 365 jours dans une année. Le peuple québécois peut-il s'en garder une, en français, LANGUE OFFICIELLE ET COMMUNE. Les 364 autres jours sont bilingues ou anglophones partout. Nous vivons dans une mer anglophone. 
On ne peut demander aux immigrants de s'intégrer à un peuple qu'ils ne sont pas capables d'identifier. 
Tous les autres peuples de la terre célèbrent leur fête nationale dans leur langue respective et on ne les accuse pas d'être xénophobes et fermés d'esprit. 
Si nous voulons être respectés, commençons par nous respecter nous-mêmes.
Francine Vachon
Québec


Il y a deux de cela, à Outremont, nous avons eu droit à une St-Jean beaucoup plus troublante que celle qui se prépare à Rosemont. Figurez-vous que le groupe engagé jouait quasi exclusivement des chansons rétro américaines. Cela nuit certainement plus à notre sentiment de fierté nationale et d'attachement communautaire que la présentation par deux groupes anglophones de leurs chansons anglo-québécoises. Sont-ils fiers d'être québécois? Ont-ils le sentiment d'appartenir à cette collectivité? Est-ce que leur contenu est original? La fête se déroule-t-elle majoritairement en français? Oui? Je ne vois pas le problème à intégrer du contenu anglophone. Tant que l'esprit de la St-Jean est respecté.
Marianne Hussar
Montréal


Je crois que toute cette médiatisation est faussée dès son énoncé. La Saint-Jean-Baptiste n'est pas la fête nationale des québécois mais bien la fête des canadiens français. C'est une fête pan-canadienne de la francophonie. Qu'on exige que cette fête soit célébrée en français me semble tout à fait normal et acceptable.
Yves Buteau
Joliette


Je considère ce geste comme xénophobe. Mon réseau social est essentiellement constitué de souverainistes et la plupart comptaient se présenter au Parc Pélican (lieu du spectacle mitigé) pour fêter la St-jean, sans égard à la langue utilisée par les groupes présentés. 
"Lake of Stew" et un groupe qui transmet une ambiance tout à fait pertinente pour la St-Jean-Babptiste ayant d'ailleurs quelques influences musicales traditionnelles. De plus, il me semble qu'au sein d'une nation s'étant munie d'une politique d'inter-culturalisme, le geste détonne! 
 
Peut-être que ma génération (les 25-35 ans) est plus intégrée? Mais nous ne nous sentons aucunement menacé par le fait d'inclure 2 groupes anglophones lors d'une fête de quartier pour la St-Jean... 
Je me demande si cela ne soulève pas encore les passions désuètes suscités chez ceux qui ont peur de l'étranger ou de l'envahisseur. 
À force de se refermer sur nous-même nous en perdront la richesse de notre culture qui sait évoluer aux contacts de celle des autres!
Nellie Brière
Montréal


Bonjour, 
 
Tous en choeur! Chantons tous! 
 
-Ami, entends-tu le vol noir des corbeaux sur nos plaines? 
Ami, entends-tu les cris sourd du pays qu'on enchaine? 
Ce soir, l'ennemi connaitra le prix du sang et des larmes. 
(...)Ohé, partisans, ouvriers et paysans, c'est l'alarme! 
Ohé, les tueurs à la balle ou couteau, tuez vite! 
Ohé, saboteur, attention à ton fardeau  : dynamite! 
 
(air connu)
Nathaniel Thorne
Montréal


Les festivités de la Saint-Jean devraient-elles se dérouler exclusivement en français? 
 
Ça dépend si on désire célébrer la fête nationale des québécois ou célébrer la fête multinationale du microcosme de la planète que le Québec devient. Ça dépend si on désire célébrer une identité nationale spécifique ou un simple lieu commun de résidence. 
 
Personnellement je n'aurais pas envie de célébrer la désanationalisation de notre fête nationale. Nous n'avons qu'une seule fête nationale et il ne faut pas la vider de son sens en la travestissant. Il restera toujours 364 jours par année pour continuer à nous assommer et à nous endormir avec des spectacles à caractère international. 
 
Que désire-t-on souligner? Notre spécificité identitaire ou la disparition de cette spécificité?
Paolo Mitriou
Lac-Mégantic


M. Bock-Côté a raison de dire qu'un tel incident mineur suscite des réactions et accusations bien extrêmes. Malheureusement, il ne voit qu'un côté de la médaille. 
 
Les partisans de l'exclusion ont eux aussi des mots très durs à l'endroit de ceux qui ne voient pas de problème à inclure dans la fête nationale un contenu anglophone, un des deux grands groupes linguistiques fondateurs de ce Québec qui se prétend inclusif. Pactisation avec un ennemi héréditaire, complicité avec des partisans de l'assimilation ou reniement de l'héritage national, voilà comment on peut résumer nombre de sentiments exprimés ce matin sur les tribune, et auxquels MM. Bock-Côté et Larose font écho. 
 
Encore une fois, le débat linguistique se limite aux invectives et à la fermeture intellectuelle.
Luc Pomerleau
Gatineau


Tu ne parles pas ma langue, t'as pas le droit de la fëter.... serait-ce l'adolescence de notre identité
Louise Raymond
Montreal


Pourquoi ne pas maintenir la St-Jean comme une fête qui célèbre le Québec, dans sa représentation évolutive. 
 
Parcontre, il devrait y avoir également une "Fête de la langue française" au Québec... Appelons-ça la fête Felix-Leclerc ! 
 
Salutations,
Denis Mercier
Ste-Angèle-de-Monnoir


Pourquoi pas? Cette fête est-elle réservée à une majorité qui s'arroge le privilège d'exclure les minorités? Le Québec est devenu multiculturel et cosmopolite, une formidable opportunité d'enrichir la culture majoritaire. Le "nous" me hérisse, car il définit toujours des "eux". Monsieur Larose dit que nous célébrons une "fête française"!? Première nouvelle!!! Je croyais qu'on célébrait une fête québécoise, pas une fête d'une succursale de la France! Je suis toujours surprise de voir comme les souverainistes sont si chatouilleux sur la question de la langue dans l'espace public, alors que nombre de francophones doivent s'exprimer en anglais dans leur vie privée, notamment au travail. Ne pourrions-nous faire du 24 juin une journée d'armistice, une trêve entre toutes les tendances, une occasion de rapprochement plutôt que de brouille? Je rêve du jour où on pourra proclamer  : Vive le Québec espace de liberté! Un Québec où l'expresssion des uns "n'outragera pas" l'expression des autres...
Ginette Gauthier
Saint-Sylvère


La fête nationale est un symbole. Le symbole de notre nation.  
 
Si l'image que l'on donne de notre nation ce jour-là n'est que francophone, on envoie un message clair à tout le monde  : parlez français ou taisez-vous! 
 
À mon sens, si on décide d'inclure les communautés culturelles, il faut aussi les écouter. Et écouter leur musique.
Marie Wright
Montréal


Bonjour, 
 
Je suis renversé de voir que la Fête nationale du Québec ne soit pas plus inclusive dans l'esprit de mes compatriotes souverainistes. Ce n'est plus la St-Jean d'antan. Le 24 juin a été décrété fête Nationale du Québec et pour moi, tout indépendantiste que je suis, celà inclu toute les langues et toutes les cultures. En yalof, en anglais, en créole en cri peut importe. Ça n'est pas de tomber dans le multiculturalisme ni se mettre à genou que d'être inclusif. Quelques chansons dans des langues qui sont parlées au Québec.
Robert Beauchamp
Gaineau


Si les gens de C4, veulent montrer le caractère multi ethnique du Québec et s'ils décident de le faire le premier juillet  : pas de problème. Qu'on le veuille ou non, l'anglais a une valeur symbolique ici et lourde de sens.  
Si les artistes veulent s'exécuter à l'occasion de la St-Jean qu'ils le fassent, cette journée-là en français. 
 
Qu'on le veuille ou non, ici on est dans le SYMBOLE.
C-André Labelle
Laval


C'est avec consternation que j'écoute les commentaires. Sommes-nous à ce point colonisés qu'un tout petit peu d'anglais nous terrorise? Que vais-je dire à mes enfants? Ils sont bilingues de naissance, partageant un héritage riche d'histoire qui remonte, par mes racines, aux origines de la Nouvelle-France, et par celles de leur père à nos "terribles" conquérants. Ne sont-ils que des moitiés de québécois? 
 
Qui dit speak white, maintenant?
Cristina-Mercier Gouin
Montréal


Je crois que les deux groupes devraient participer à la Fête de la Saint-Jean, mais ils devraient chanter en français. 
S'ils veulent participer à la fête, ils doivent prouver qu'ils sont vraiment québécois et peuvent s'exprimer en français.
Lucile Horner
Saint-Sauveur


qU,on le veille ou non ST-Jean Batiste était juif et si il s'était obstiné à ce que sa langue soit la seule qu'on ait le droit de parler, il n'aurait jamais été le patron des Canadiens Francais
Michel Couture
Montreal


quand l'allumeur de réverbère est un des représentant de la presse et que le relai est pris par radio-canada je voudrais croire que tout ça est innocent mais malheureusement je vis dans ce pays depuis trop longtemps pour le croire.merci quand même
Benoit Chevarie
Saint-Marc sur Richelieu


C'est vraiment décourageant de constater à quel point nous avons encore une mentalité de vaincus. Les curés de la langue et de la "rectitude" nationaliste montent aux barricades et sermonent tous ceux qui ne respectent pas les dogmes de leur religion. La révolution tranquille a finalement remplacés les directeurs de conscience catholiques par des directeurs de conscience nationalistes qui se pensent encore au lendemain de la bataille des plaines. Le Québec ou moi je vis n'est manifestement pas le même que celui de ces groupes de dinosaures.  
 
A quand le jour ou on arrêtera d'être frileux et défensifs et plus affirmatifs et inclusifs et modernes?
Laurent Gauthier
Montréal


La Fête nationale 2009  : 
 
Imaginons un instant que  
partout aux États-Unis on y parlerait que le français; 
et partout au Canada on y parlerait que le français ... sauf en Ontario (dont la langue officielle serait l'anglais). 
 
Est-ce qu'on ne comprendrait pas que les Ontariens veuillent célébrer leur fête nationale en anglais. 
 
Alors pourquoi n'en est-il pas de même pour nous ici au Québec? 
 
Bienvenue à tous, mais en français! 
 
Merci
Lise D.-Garant
Rosemère


Bonjour, 
 
Un jour aux États-Unis, il y a longtemps, une courageuse femme noire a refusé de céder sa place à un blanc dans un bus. Mais les Québécois n'ont pas le même cran. Deux reférendums perdus prouvent tristement mes dires.
Nathaniel Thorne
Montréal


Je pense que quelque soit le spectacle donné pour la St-Jean, il doit être en français sans exclure des petites (oui, des petites!) portions en d'autres langues. On oublie souvent que la langue majoritaire au Québec doit et devra demeurer le français. Je suis politiquement libérale, francophone, mais je suis des activités en anglais à Mc Gill et je comprends très bien l' anglais et l'espagnol.  
La vigilance pour le français est de tous les instants  : en effet, je vis dans un quartier de l'agglomération de Montréal, essentiellement anglophone et les services tant publics que commerciaux en français sont des plus tristes, et en constante diminution. 
 
Bonne Journée et Bonne continuation de cette émission!
Anne Dupré
Montréal


J'en ai vraiment mare d'entendre parler de cette sempiternelle chicane d'identité nationale, d'autant plus lorsqu'il s'agit de savoir si on devrait chanter uniquement en français à la Saint-Jean...Quelle banalité! 
 
Au lendemain de l'incontestable succès de Pierre Lavoie et de son Grand défi, idée qui rassemble tout le monde au Québec (j'entends bien TOUT le monde), j'aurais trouvé infiniment plus constructif que l'on parle de l'influence de cet événement sur chacun d'entre nous, 
 
En attendant votre prochain sujet de discussion, qui je l'espère, saura s'élever un peu, je vais aller pédaler un peu,
Martin Simard
Chicoutimi


J'ai lu dans une chronique qu'on avait suggéré à Marlene Dietrich de ne pas chanter en allemand lors d'une tournée en Israël.  
 
Il paraît que cette suggestion l'avait irritée (ce que je comprends).  
 
Quoi qu'il en soit, elle a bel et bien chanté en allemand en Israël. Selon une biographie, le public d'Israël lui fit une ovation. 
 
Fête nationale ou pas, je crois que le Québec francophone est loin d'être sous-représenté en fait de chanteurs et de musiciens. 
 
Pourquoi se sentirait-on menacé par quelques artistes anglophones qui acceptent avec plaisir d'être de la fête, même avec leur propre matériel (écrit en anglais)?
François LeBlanc
Montréal


Vous ramènez (encore!) la St-Jean à "la ceinture fléchée" et parle même d'"interdit" en faisant allusion à l'ouverture d'esprit des organisateurs... Pourtant, il ne s'agit pas, lorsque l'on chante en français au Québec le 24 juin de se péter les bretelles fléchées en crachant sur tout ce qui ne s'appelle pas Tremblay! Ça fait longtemps que Karkoua, Jean Leloup et autres Malajube sont "ailleurs"! Quant à M. Wang, il me crie haut et fort à quel point il est heureux d'être au Québec! Allez lui demander pour voir... Alors, la St-Jean doit simplement rappeler (c'est une fête historique) le fait français avec énergie et fierté. Exclusivement en français (dah!). Quand les Ukrainiens jouent de la flûte toute la nuit en dansant pour se rappeler qui ils sont, c'est en ukrainien que ça s'passe! Quant à votre interlocuteur, que quelqu'un lui dise qu'il peut enlever ses béquilles, se tenir droit et aller danser avec les autres, en français, parce que c'est comme ça que se définit le Québec moderne et ouvert sur le monde.
Cyril Berthou
Montréal


m beauchamp merci de nous rappeler comment m. maisonnauve était bon intervieweur  : c'est tout juste si vous n'avez pas félicité m. jedwab de traiter les nationalistes de xénophobes alors que vous y êtes repris à plusieurs occasions pour amenr m. bock-coté à dire ce que vous vouliez qu'il dise, devant un événement plutôt anodin, plutôt que de comprendre sa démonstration sur le caractère xénophobe ou intolérant de ceux qui traite les nationalistes de xénophobes...  
est-ce cela la neutralité journalistique radio-libérale-canadienne? 
personnellement je suis plutôt indépendantiste mais je ne m'offusque pas de voir un groupe anglophone participer èa la fête nationale s'il se sent québécois autant que moi; cependant, lorsque sa réaction est de traiter les québécois de xénophobes après cet incident, il vient bien sûr de se disqualifier à participer à la fête.
Denis Bergeron
Sherbrooke


La St-Jean-Baptiste est toujours la Fête des Canadiens Français, La Fête Nationale créé par le parti Québéquois me dit que tous les Québécois sont inclus. Dans son effort de d'accentuer sur la francophonie, le parti Québéquois a en effet fait tout le contraire. 
Il inclus par défaut tous les Québéquois et isolé les Canadiens Français. 
 
Ce n'est pas l'affaire d'un jour mais toute une année car nous sommes un peuple entier.
Emile Langevin
St-Clet


Quelle est la prochaine étape  : reconduire en Ontario tout ceux qui ne chantent pas en français à la Fête Nationale?
Laurent Comeau
Montréal


Fête Nationale ! Doit-on accepter que l'on chante en Anglais, le jour de notre fête ? NON, parce qu'on y célèbre notre culture et notre langue. Alors pourquoi la controverse actuelle??Simplement parce que des gens ont récupéré la Fête à des fins très partisannes... Et voilà que le Président de la Société qui est censé promouvoir et défendre la culture de notre Nation se porte à la défense de groupes Anglophone qui pourraient chanter lors de notre Fête, pour les inclure...(et gagner des votes)Quand la quête d'un pays nous aveugle au point de ne plus voir la Nation...Il y a là un grave problème et tout le monde est mêlé!!Quand on ne pense qu'à la Nation tout devient si simple !!! Si l'on veut célébrer le Québec, il faut créer une fête du Québec . Alors tous les autres pourrons célébrer avec nous dans toutes les langues ce magnifique territoire que nous occupons ...Beaucoup plus facile comme cela et personne n'est brimé !! Merci
André Rioux
Amos


Ce qui serait bien, c'est que des groupes anglophones chantent des chansons en français pour l'occasion. 
Ils nous exprimeraient leur respect pour notre langue, et leur désir de participer à notre culture. Beaucoup de groupes francophones peuvent chanter en anglais, mais combien de groupes anglophones ou autres peuvent chanter en français?
Simonne Cossette
Trois-Rivières


Je suis fédéraliste, et ily'a longtemps que je sais que cette fète n'est plus la mienne, mais bien celle des souverainistes, comme le drapeau d'ailleurs. 
Alors je me fou du francais ou de l'anglais, à cette fète, mais je défendrez toujours le francais avsc vigueur. Alors faites la VOTRE FÈTE
Clément Pelletier
Rimouski


votre émission d'aujourd'hui aurait du s'intituler;la presse ou l'art de beurrer du papier pour rien dire, ou encore; radio-canada et la drôle d'odeur du mandat biculturel bien pensant..si l'explication ne vous semble pas assez claire(je suis toujours surpris de noter un grand manque de culture générale ainsi que de connaissance historique de nos prétendus élites) je ni suis pour rien.merci
Benoit Chevarie
Saint-Marc sur Richelieu


Concernant le débat au sujet des groupes anglophones qui devraient ou non participer à la fête de la St-Jean dans Rosemont-Petite-Patrie, je crois que la question n'est pas de savoir de quel côté sont les plus « frileux ». 
 
Personnellement, j'accueillerais avec grand plaisir tout groupe se comportant comme des invités digne de ce nom, c'est-à-dire ayant assez de sensibilité à notre cause pour inclure à leur répertoire ce soir-là quelques chansons en français. 
 
Nicole Croteau 

Nicole Croteau
Montréal


Il n'y a vraiement qu'une question a se poser. Est-ce que la fète nationale est celle des séparatistes ou celle de TOUS LES QUÉBECOIS? Pourquoi exclure les autres ethnies des spectacles?
Pierre Leblanc
St-Eustache


Ce n'est pas la présence d'une minorité de spectacles dans des langues diverses qui pose problème. Bien que le français soit la langue nationale de tous Québécois, beaucoup de gens s'expriment aussi dans d'autres langues. Le problème, c'était de présenter cette Fête nationale comme une fête bilingue et multiculturelle. N'est-ce pas là la définition que Trudeau a donnée au Canada, en évacuant toute notion de culture nationale? Au contraire, le modèle québécois d'intégration favorise le rapprochement interculturel autour d'une langue et d'une culture commune qui n'appartient pas seulement aux "Canadiens français". Malheureusement, on constate depuis quelques années un glissement graduel vers une définition du Québec qui ressemble étrangement à celle du Canada de Trudeau et toute velléité de résistance est accueillie par de fortes réactions qui confinent à l'auto-censure.
Michel Sarra-Bournet
Boucherville


Je trouve que c'est un manque de respect de la part de ces 2 groupes que de venir chanter en anglais. De la même façon que la Bottine Souriante serait certainement refusée dans un spectacle de la Carifête, devenue avec le temps la Carifiesta d'ailleurs, ou serait exclue du le défilé de la St-Patrick. 
 
Est-ce que Gilles Vigneault s'offrirait en spectacle aux festivités du Nouvel an chinois en février? Bien sûr que non. 
 
Par contre, le 24 juin a été proclamé Fête nationale du Québec par le PQ. L'erreur fut commise à ce moment-là. Nos amis anglophones font partie du peuple québecois à part entière, et c'est gênant de les exclure ainsi. 
 
J'ai toujours aussi trouvé symathique que certaines communautés organisent des fêtes de quartier, et ce, dans le plus grand respect de notre drapeau, et avec un mélange de chansons de leur pays d'origine et de leur nation d'adoption. J'ai toujours été à l'aise avec ça.
Luc Desjardins
Montréal


Je tiens à féliciter l'équipe de C4, qui a eu la belle idée de ne pas s'arrêter aux dogmes habituels de l'idéologie souverainiste et nationaliste. La société québécoise change, et si l'on partage tous la fierté de la langue française, on sait, ou devrait savoir, selon moi, accepter, intégrer et même célébrer les "autres", anglophones, allophones, immigrants de 1ère, 2e, 3e, Xe génération! Les autres c'est nous autres! Je pense que la jeune génération, dont je fais partie, a de plus en plus l'idée d'une "québécosité" citoyenne (versus culturelle ou ethnique), et c'est fort louable.
Joëlle Midy
Montréal


Je suis decu de la reaction discriminatoire des quebecois, envers les performances anglophones pour la fete nationale 
 
Les separatistes sont comme les iraniens, les koreens du nord, les chinois; ils ne veulent pas avoir d'interference par les etrangers. Pourquoi ne pas essayer de s'entendre, et de vivre ensemble, chaque peuple, y compris les quebecois ont le droit de respecter et de faire croitre leur culture. Moi, j'ai demenage en 1981, de la ville de Quebec, decu de la situation politique, a destination de Toronto; la, ou meme les francophones ont des droits egaux a tous. Pourquoi etre si militant, lors d'une fete qui est pour tous ceux qui demeurent au Quebec, arretez d'etre si insecure de votre culture et laisser ceux qui veulent faire partie de la fete nationale.
Leo Bernier
Toronto, Ontario


 


Les festivités de la Saint-Jean devraient-elles se dérouler exclusivement en français?
 
[Écoutez l'extrait>>>]
 


 
Fête nationale : en français seulement
Article de Radio-Canada.ca - 15 juin 2009

 
Montréal fête la Saint-Jean-Baptiste
Archives de Radio-Canada



Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes

 
Error processing SSI file