du 29 septembre 2009
Notre nouveau site!
 


PARTICIPEZ À LA TRIBUNE TÉLÉPHONIQUE
du lundi au vendredi,
dès 11 h 30
597-3700 (Montréal)
1-877-597-3700 (extérieur)

Les tribunes sont ouvertes jusqu'à 16 h pour recevoir vos commentaires sur le sujet du jour.

Courrier :
MAISONNEUVE EN DIRECT
Société Radio-Canada
1400 René-Lévesque Est,
bureau A67-7
Montréal (Québec)
H2L 2M2

Courrier électronique :
endirect@radio-canada.ca


Le 13 octobre 2006

La vie dans un CHSLD

Un patient traîné par terre comme un sac de sable, tel que vu grâce à une caméra cachée, est-ce l'exception? Pour vérifier les conditions dans lesquelles vivent les patients, seulement 143 des 500 Centres hospitaliers de soins de longue durée ont été visités depuis 2003. 
 
Comment pouvons-nous intervenir pour empêcher les abus dans les CHSLD? 
 
Pierre Maisonneuve en discute avec Lise Denis, directrice générale de l'Association québécoise d'établissements de santé et de services sociaux du Québec, avec Paul Brunet, directeur général du Conseil pour la protection des malades, ainsi qu'avec Jean-Pierre Ménard, avocat spécialiste en droit de la santé. 



Faites-nous part de VOTRE opinion !
Communiquez-nous vos commentaires en cliquant ici.
Merci de votre participation!




Le personnel soignant peut négliger, blesser ou harceler sexuellement un-e patient-e en 
parfaite impunité. Un peu comme un policier peut insulter, battre ou tuer un citoyen en parfaite impunité (dans 99.9% des cas). 
 
En cas de poursuite civile c'est l'employeur -- toute la société -- qui devra payer. L'individu fautif ne risque au pire qu'une réprimande ou une suspension de trois jours généralement avec salaire (des vacances payées). 
 
Aucune sanction réaliste possible. Pas surprenant qu'il y ait des abus. 
 
Le code criminel devrait être utilisé contre ces individus. En cas de condamnation il devrait devenir possible de poursuivre personnellement l'individu fautif au civil.
Serge Savard
Montréal


La poursuite de 80,000.00 de Mme Contant contre le CHSLD Meilleur, à L'Assomption. 
 
Comment trouvez-vous ça ? 
 
Quand on pense que qu'une animatrice météo a reçu 360,000.00 en dommage et intérêt par la cour pour des propos déplacés, n'est-il pas un peu ahurissant de voir un montant si peu élevé comme demande de règlement pour des mauvais traitements. Les CHSLD ne sont-ils pas là pour prendre soin de nos aînés. Il ne s'agit pas simplement de parole en l'air, mais bien d'une obligation de soin de la part de ces établissements.  
Il est temps que l'on régisse le montant en dommage et intérêt. Ou est-ce que le 360,000.00 était trop élevé ? Pour ma part, je crois qu’oui, mais je suis certain que 80,000.00 n'est pas suffisant.
Roch Fournier
Saint-Gilles


Si vous avez des parents ou des amis hébergés dans des CLSC-CHSLD, allez leur rendre visite assez souvent. Cela rompra leur isolement et encouragera le personnel à mieux les traiter.
Jean-Victor Côté
Saint-Bruno-de-Montarville


Qui sera le prochain juge à prendre la défense des démunies ? À voir comment Mme la juge Ruffault a été appuyée par notre système de justice et nos élus, il n’y aura pas cohue ! 
 
Je salut le courage de ces gens qui défendent les intérêts de tous aux détriments de leurs propres intérêts.
Jean Tétreault
Mont-Joli


On a déjà demandé aux travailleurs oeuvrant dans les centres hospitaliers de cesser d'utiliser le terme "patient" en le remplaçant par celui de "client". L'objectif de cette directive était d'amener les travailleurs à traiter les clients avec plus d'égard et de respect plutôt que comme des poulets dans un poulailler industriel. De toute évidence la directive n'a pas été comprise de la même façon par tous les travailleurs. 
 
Pour corriger les dérives observées, et celles dont on n'entendra jamais parler, il faut donner d'immenses pouvoirs à la clientèle des CHSLD et à leurs proches. Ces personnes devraient avoir un pouvoir sur l'embauche et le congédiement du personnel. La clientèle pourrait également être représentée par un "ombudsman" relié à un petit groupe d'institutions. Pourquoi pas des caméras de surveillance comme dans les commerces et dans de nombreuses entreprises? Personne n'en meurt. Une caméra ça inquiète les gens mal intentionnés, même s'il n'y a personne en permanence derrière.
Paolo Mitriou
Lac-Mégantic


Les gens qui travaillent auprès des personnes âgées manquent certainement de formation etparfois aussi d'éducation. Une parente, 87 ans, résidant dans un centre privé, se faisait constamment tutoyer par le personnel. Cette femme éduquée et célibataire par choix se faisait aussi appeler grand-maman. Un jour, elle applaudissait vivement un accordéonniste invité par le centre. Cela ouvrait à sa conscience un pan de sa vie malgré le brouillard affectant son esprit. Le musicien s'est alors tourné vers les préposés et en riant leur a dit " a m'aime la vieille". Il n'y a eu personne parmi le personnel pour le remettre à sa place.  
Perdre la mémoire est sans aucun doute la pire des calamités pour une personne âgée. Toutes les humiliations peuvent lui être faites sans qu'elle puisse réagir.
nicole pedneault
québec


Bonne journée M.Maisonneuve. Les traditions se perdent, ma grand-mère s'est étteinte et fut exposée avant son dernier repos dans la maison familiale entourée des siens. Ma mère a eu droit à de très bons soins dans un excellent CHSLD de Rosemont, recevant l'aide appréciée du personnel, de mon père à tous les jours. Regardons les choses en face, la maladie d'Alzeihmer est relativement récente dans nos moeurs, il se peut qu'un infirmier saute les plombs soit qu'il n'a pas la vocation ni la formation pour faire face aux exicences d'un malade agé qui retourne à l'enfance. Vu l'essoufflement de l'état québécois à s'occupper de trops de problèmes à la fois, nous devrions nous questionner pour rétablir les valeurs de génorisité, de charité et d'abandon de soi qui habitaient le coeur de nos ancêtres, autrefois. Faire de la dénonciation ou installer des caméras de surveillance serait regarder le problème par le mauvais bout.
Mario Goyette, Mario
Charny.Qc


il manque 6 heures soins en moyenne par patient dans les CHSLD selon les données ministérielles...comment voulez vous que les gens soient bien traités et en sécurité... 
 
Réseau vieillir en liberté 
Université de Montréal 

Louis Plamondon
montreal 514 242 6111 1 2917


Bonjour, 
J'allais dire Bravo, je préfère dire Merci à Pierre Maisonneuve d'avoir traité cette question délicate avec tant de pudeur et de réserve, et on le sent d'empathie envers les patients. Et surtout, sans voyeurisme ni recherche de sensationnalisme.
jean lengellé
Embrun Ontario


Malgré le ministre de la santé et malgré le personnel, je dis oui aux caméras et le congédiement systématique à tout employé qui sabote le système de surveillance.
Serge Gingras
Aylmer (Gatineau)


Nous ne pouvons pas toujours demander au personnel des CHSLD et des hopitaux d'être continuellement des héros. Ça fait des années qu'on coupe dans les budgets, qu'on réduit le personnel et qu'on accroît la charge de travail. Trop souvent les préposés, les infirmières n'ont tout simplement plus le temps pour accomplir leurs tâches. On ne peut pas continuellement «étirer l'élastique». À un moment donné il va rompre et alors ... 
 
Mais tout celà étant dit il faut réellement avoir une politique de tolérance zéro et il faudrait aussi que les gestionnaires de ces services, le Ministre en premier, aient le courrage de dire qu'avec les budgets imposés par le Gouvernement, les services nécessairement se dégraderont. On les entends pas ou trop peu. Pensent-ils trop à leur carrière ou à se faire réélire ? !
André Labelle
Laval


D'abord je m'excuse de mon francais...je suis colombien, j'habite en Colombie et je suis étudiant en Médecine......cest triste lorque l'on sappercoit que dans le pays que je prend comme exemple en santé publique et la provice qui j'ai connu par su respect aux droits de la personne, des choses comme ca se passent....
Juan Pablo Perdomo
Neiva-Colombia


La majorité silencieuse mérite largement la plus grande partie du blâme. Cependant, la très petite minorité d'employés fautifs semble oublier qu'ils vieillissent eux aussi. 
 
Un jour, ils seront vieux vieux vieux et ils auront toutes les raisons de s'inquiéter.
Nathaniel Thorne
Montréal


Je ne comprends pas les réticences à installer de façon systématique des cameras dans les chambres des patients. 
Ma soeur s'occupe depuis des années de ma mère qui est lourdement atteinte d'Alzheimer. À aucun moment, jour et nuit, elle ne se sépare du moniteur qui reçoit le signal de la petite camera. Ce n'est quand même pas pour se surveiller elle-même, pour prouver qu'elle néglige ou maltraite maman. 
Ça devrait être une évidence que ces personnes doivent être surveillées sans arrêt, pour leur propre sécurité, car elles ne sont pas capables d'actionner un bouton d'appel, à supposer qu’elles soient capables de prendre conscience qu’elles ont besoin d’aide. Une de nos tantes, il y a des années, s'est cassé le col du fémur, 2 jours ont passé pour qu’on s'en rendre compte : il fallait beaucoup d'attention pour voir les signes de souffrance sur son visage. 
Seulement accessoirement, cette camera pourrait permettre de surveiller aussi les préposés.
Louise Gariépy
Morin-Heights


Il est tres facile de blamer le personel et de les accuser de tous les abus du monde, cependant quand il n'y a que 2 ou 3 preposes pour prendre soin de 15 ou 20 personnes tres malades et aux besoins tres particuliers, il faut nuancer. 
Ces preposes pour la majorite sont payes au salaire minimum et n'ont pas ou tres peu de formation. Ce sont les proprietaires des ces mourroirs dores qui sont les grands responsables, car il faut que ce soit payant de prendre soin de nos vieux. 
J'arrive a l'age ou je me dois de regarder les choses en face et je souhaite de tout coeur de ne pas avoir a vivre ces cauchemar. 
Alors, SVP, formons nos preposes, donnons leurs de meilleurs salaires et des conditions de travail decentes afin que ces malheureuses situations ne se repetent pas a l'avenir. 
Et c'est le grace que je nous souhaite...
Claude Lavoie
L.D.R


Une partie du problème est que nos priorités ne sont pas toujours à la bonne place. Mes parents et mes beaux-parents ont passés par les centres pour personnes agées, ce qu'ils nous ont fait remarquer c'est que la décoration est somptueuse, des fauteuils de cuirs, des tableaux, de belles moulures ...mais ne devrait-on pas mettre quelques millions de moins sur la déco et plus sur les ressources humaines? Le personnel, sauf quelques exceptions, est extraordinaire, ça prends beaucoup d'ampathie pour faire ce travail, mais ils sont à bout de souffle.  
Évidemment c'est plus facile (et moins couteux)de demander aux femmes de faire plus de bénévola!
Anne Savoie
Rouyn-Noranda


 


La vie dans un CHSLD
 
[Écoutez l'extrait>>>]
 


 
«CHSLD Meilleur : la famille d'un patient réclame 80 000 $»
Article de Radio-Canada.ca (Montréal) - 13 octobre 2006

 
Association québécoise d'établissements de santé et de services sociaux du Québec
 
Conseil pour la protection des malades
 
Jean-Pierre Ménard
Réseau juridique du Québec

 
Saisir le jour... en CHSLD
Tribune du 29 septembre 2006



Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes

 
Error processing SSI file