du 29 septembre 2009
Notre nouveau site!
 


Recherche


PARTICIPEZ À LA TRIBUNE TÉLÉPHONIQUE
du lundi au vendredi,
dès 12 h 15
597-3700 (Montréal)
1-877-597-3700 (extérieur)

Courrier électronique :
endirect@radio-canada.ca

Courrier :
MAISONNEUVE EN DIRECT
Société Radio-Canada
1400 René-Lévesque Est,
bureau A67-7
Montréal (Québec)
H2L 2M2

Le 10 septembre 2003

Qualité des services de garde

La qualité des services de garde publics ou privés au Québec laisse à désirer selon une étude menée par trois chercheurs de l'Université de Montréal et de l'Université du Québec à Montréal. Veut-on des services éducatifs pour la petite enfance ou un service de gardiennage?
 
Les auteurs concluent que seulement le quart des garderies offrent de bons ou d'excellents services éducatifs, contre 75 % qui ne réussissent qu'à obtenir la note de passage. Les garderies privées affichent les moins bons résultats. Plus du tiers d'entre-elles sont considérées inadéquates, comparativement à 7 % des CPE. Il est à noter que la majorité des services de garde privés n'offrent pas un service éducatif. De plus, les enfants naissant dans des familles défavorisées sont ceux qui utilisent le moins les services de garde et quand ils les utilisent, les services sont souvent de mauvaise qualité. 
 
L'enquête menée pendant cinq ans dans près de 1200 points de service est la plus vaste jamais réalisée sur la question. Le projet a été présenté à Québec devant la Commission des affaires sociales qui se penche sur le projet de loi 8 qui vise à modifier la Loi sur les centres de la petite enfance et autres services de garde à l'enfance. 
 
Pierre Maisonneuve reçoit : Carole Théberge, ministre québécoise déléguée à la Famille, Richard E. Tremblay, co-auteur de l'étude et titulaire de la chaire de recherche du Canada sur le développement des enfants, Université de Montréal, Sylvain Lévesque, président de l'Association des garderies privées du Québec, et Diane Vandy, vice-présidente de l'Association québécoise des centres de la petite enfance. 



Faites-nous part de VOTRE opinion !
Communiquez-nous vos commentaires en cliquant ici.
Ils seront affichés ci-dessous dans quelques instants.
Merci de votre participation!




Ma fille de deux ans est dans un excellent CPE. Je nous considère chanceux d'avoir pu avoir une place : nous étions sur la liste d'attente de 200 noms depuis le début de ma grossesse. 
 
J'ai fait le tour de toutes les garderies (milieu familial, privé, public) de mon quartier et seulement le CPE (grande garderie) rencontrait mes attentes.  
 
Les garderies en milieu familial que j'ai visité il y a un an étaient dans un état inacceptable pour moi (présence de petites voitures pouvant perdre leur roues, manque de surveillance, litière de chat à proximité des enfants, peu d'activités d'éveil). J'ai entendu que la situation s'était améliorée déjà grâce à l'encadrement du CPE et j'espère qu'il aura l'occasion de continuer son bon travail!
Lucie La maman de Laura
IDS, Verdun


Je me demande a quoi ca sers d'avoir des enfants si c'est pour s'en débarasser. L'enfant pense 75% de son temps avec des étrangers. Au moins dans les CPE ont a l'air de faire du bon travail comparé au privé. Tant mieux. Mais c'est certain que l'enfant serait encore mieux a la maison surtout en bas age. C'est quoi l'enfant est une atteinte a la liberté ou quoi? La liberté signifie avoir aucune responsabilité? Si c'est ca la liberté pour vous, empresser de dire a vos amis qu'ils ne sont plus vos amis car vous n'etes pas libre avec vos amis. Vous leur devez respect, considération, de tenir votre parole. La liberté ne siginifie pas etre libre de toute entrave. Enfant = entrave? Bien des gens font des bébés que pour s'en vanter..... Quand c'est le temps de montrer qu'on fait des beaux bébés, ils sont présenté. Autrement ils sont a la garderie. Gardez les a la maison, c'est mieux pour votre enfant, et aussi pour vous. La reconaissance qu'il peut vous temoigner ne s'achete pas. Et si vous vous en débarasser pour tout et rien vous risquez de manquer les meilleurs moments de sa vie. En quoi est-ce plus gratifiant de travailler?
Dominic Pageau
Lévis


Bonjour M. Maisonneuve, 
 
Ce qui m’intrigue suite à votre entrevue avec M. Lévesque, c’est qu’à 2 reprises il a parlé de l’étude « Grandir en qualité » qui ne sortira qu’au printemps, avec l’empressement de quelqu’un qui saurait des choses et en disant explicitement  
« NOTRE étude qui sortira… » . À ce que je sais cette étude est neutre, à tout le moins je le croyais. 
 
L. Forget 
Montréal 

Laurent Forget
Montréal


C'est assez inquitant quand on entend la Ministre de la famille dire qu'elle veut former de bons "citoyens" ....
Caroline Lefebvre
Otterburn Park


Dans le cadre d'études universitaires en sociologie, un collègue et moi avons effectué une études sur les besoins et les aspirations des familles avec de jeunes enfants pour le compte du Conseil de la famille et de l'enfance. Bien que cette étude ne portait pas essentiellement sur les services de garde à prix modique, nous avons, toutefois, effectué certaines observations quant aux services en question et au quotidien des familles avec de jeunes enfants. 
 
Quelques constats : 
 
Premièrement, les services de garde semblent satisfaire les parents du point de vue des progrès verbaux-moteur que leurs enfants font lorsqu'ils fréquentent ces services (c'est le seul point de satisfaction qu'ils en retirent). 
 
Ensuite, et dans un autre ordre d'idée, la mise en place de ces services ont monopolisé une large part des deniers consacrés à l'aide à l'enfance. Les services remplacant l'aide financière directe; (nécessaire pour compenser la perte de revenus) l'état endigue le comportement des parents favorisant une retour rapide au travail (pour l'enfant aussi 35-40 semaine à la garderie avec des horaires réglés) ou aux études et, donc, trop souvent une séparation précoce de l'enfant de ses parents (parfois aussi tôt que 3-4 mois!!!!!)... 
 
Pour poursuivre, les familles avec de jeunes enfants où les deux parents sont aux travail vivent une situation particulière. Les membres de ces familles mènent une vie à 100 milles à l'heure! Infernale quoi.  
 
Bref, même si le ou les enfants fréquentent les CPE, même avec la meilleure gestion du temps possible, la conciliation travail-famille ne semble pas pouvoir se faire de façon harmonieuse.  
 
Finalement, sachons qu'avec l'arrivé d'un enfant, la vie sociale des couples passe d'une vie sociale axée sur un réseau formé d'amis et de connaissances vers un qui est presque exclusivement centré vers les membres de la parenté. Selon nos observations, ce réseau en est une de support et d'entraide.  
 
Le mouvement d'aide provient des membres de la parenté et est dirigé vers les parents et rarement ce sont les parents qui demandent de l'aide. (Ils souhaitent tellement être autonome aux yeux de papa et maman!!) 
 
et mon "opinion"... 
 
Bref, avec les CPE, l'état à pris en charge l'éducation des enfants ne laissant aux parents que le rôle de pourvoyeur, de donneur de bains, de nourrice et finalement d'ami de l'enfant. 
 
Les parents sont encouragé... forcé! par le commandement de leur comportement parental par la prestation de services (d'autre mesures d'aide ont le même effets).  
 
Et la liberté (Celle des femmes, évidemment! mais des hommes aussi) ? 
 
À mon avis, la liberté c'est de mener une vie où l'on peut savourer chacun de ses moments, où on prend le temps de bien faire les choses à notre manière, selon nos choix et nos valeurs. La dignité quoi! 
 
La liberté ne consiste pas, toujours à mon avis, à mener une vie reglé au quart de tour, commandé de l'extérieur et non selon le libre choix individuel à être l'esclave du temps toujours trop rare et ce, pour le dogme idéologique qui veut que l'égalité des sexes passe par l'égalité des rôles (mais ça... chhhut...). 
 
Sachez-le, le modèle familial qui a existé et qui a été le plus efficace dans la gestion du travail et de la famille est le modèle traditionnel où nous retrouvions une division fonctionelle des rôles dans le couple. (remarquez que les rôles peuvent être interchangeables entre les membres du couples).  
 
Denons une famille aux enfants! Denons leur un père ou une mère, des modèles identitaire autre que l'éducateur proche et distant à la fois. Pour les couples professionels, faites appel à vos parents, à vos frères et soeurs... ils seront heureux de vous aider. (beaucoup + que vous pensez)... 
 
Bon assez, il faut que je retourne à mes études, j'ai une carrière à préparer et une famille à oublier...
Frédéric Bérubé
Québec


BONJOUR ! 
JE SUIS COORDONNATRICE D'UN CENTRE ÉDUCATIF À OTTAWA ET JE DONNE DE LA FORMATION AUX INTERVENANTES DE LA PETITE ENFANCE DEPUIS BIENTÔT 10 ANS, AU QUÉBEC ET EN ONTARIO. CE QUE JE CONSTATE DEPUIT L'ARRIVÉ DES CPE N'ES PAS VRAIEMENT DIFFÈRENT D'AVANT, DANS L'ENSEMBLE, QUAND ON PARLE DE QUALITÉ. BIEN SUR LES PARENTS BÉNÉFICIE DE PLACE À 5$ ET ON A UN MEILLEUR CONTRÔLE SUR LES GERDERIE EN MILIEU FAMLLIAL, ON À AJOUTÉ LE SUPPORT DE CONSEILLÈRE PÉDAGOGIQUE, CE QUI EST TRÈS BIEN ET LE TOUT À ÉTÉ COURONNÉ DU PROGRAMME ''JOUER C'EST MAGIQUE'' QUI EST LE FONDEMENT D'UN PROGRAMME DE QUALITÉ POUR LE MINISTÈRE MIAS QUE 90 % DES ÉDUCATEURS ON BEAUCOUP DE DIFFICULTÉ À INSTAURER. QUAND ON PARLE DE QUALITÉ D'UN SERVICE ÉDUCATIF NOUS NOUS RÉFÉRONS À UNE VARIÉTÉE DE POINTS IMPORTANTS ET QUE QUELQUE UN EN PARTICULIER N'A PAS VRAIEMENT ÉTÉ MIS AU PREMIER PLAN QUAND LE GOUVENEMENT À MISE SUR PIED LES CPE PRENONS PAR EXEMPLE LA RÉNUMÉRATION : LE SALAIRE ET LES CONDITIONS DE TRAVAIL SONT QUELQUE UN DES POINTS IMPORTANTS À CONSIDÉRER CONTE TENU DU LIEN DIRECTE AVEC L'ÉDUCATRICE ET SON RENDEMENT AINSI QUE LA RECONNAISDSANCE OU ENCORE L'IMPLICATION DU PARENT ET LA COMMUNICATION PARENT - ÉDUCATRICE, DEPUIS L'ARRIVÉ DES CPE COMBIEN DE FOIS J'AI ENTENDU DU PERSONNEL DE CPE ME DIRE QUE DEPUIS LES PLACES À 5$ IL Y AVAIT AU SAIN DU CPE MOIN D'IMPLICATION DE LA PART DES PARENTS, JE CROIS QUE CELA EST DU AU FAIT DU COÛT. SI COMME PARENT JE PAIE 25$ ET 30 $ / JOURS JE VAIS ÉVIDAMENT EXIGER PLUS DE QUALITÉ. 
 
JE CROIS QU' EN 2003, 5 $ PAR JOUR POUR UN SERVICE ÉDUCATIF DE QUALITÉ EST COMPLÈTEMENT IRRÉALISTE MAIS PAR CONTRE SI LE GOUVERNEMENT MET DES PRIORITÉS SUR 1. LES SALAIRES 2. LA FORMATION SUR MESURE (PROGRAMME JOUER C'EST MAGIQUE ET UN PROGRAMME ÉDUCATIF DE QUALITÉ C'EST QUOI? )  
3. L'ÉDUCATION DU RÔLE PARENTAL 
ET DÉTERMINER UN TARIF UN PEUT PLUS RAISONNABLE ET/OU BARÊME D'ADMISIBILITÉ AUX PLACES RÉDUITES. 
LE PROJET DES CPE EST TRÈS BIEN DANS SONT CONTENU MAIS FAUT IL ENCORE POUVOUR L'APPLIQUER. 
 
JE POURRAIS VOUS EN PARLER LONGTEMPS MAIS LE TEMPS ME MANQUE 
BIEN À VOUS DIANE 
 
 

DIANE FONTAINE
kanata


J'aimerais aussi avoir une place pour ma fille dans un CPE, puisque je sais que la qualité y est meilleur. 
 
Malheureusement, pour trouver une place a seulement 3 jours semaine, puisque je travail à temps partiel, c'est comme essayer de gagner à la loterie!!!! 
 
Du temps partiel en CPE c'est pratiquement impossible
Danielle Albert
Laval


La mauvaise qualité des services de garde dans le monde est un secret de polichinelle : on sait depuis plusieurs années que les enfants y sont moins bien qu'à la maison, plus stressés (plus haut taux de cortisol), plus agressifs et présentent des troubles de comportement envers leurs jeunes compagnons. 
 
Le programme de garderie -- qui s'est fait en privant les parents d'allocation familiale et qui ne touche que la moitié des enfants en bas âge -- n'est ni une mesure équitable, ni efficace au niveau démographique, ni de qualité pour l'enfant mais uniquement une mesure féministe pour encourager le travail des femmes (et encore abaisser la natalité) !
Pierre Côté
Chambly


L'idéal serait de pouvoir garder nos enfants à la maison, mais dans le mode de vie actuel les parents travaillent. 
 
Alors les garderies sont essentielles selon moi. 
Je suis pour un service éducatif. 
De plus, une supervision externe serait très apprécié. 
Une supervision qui verrait à véfifier la conformitée des garderies, 
EX : propreté, sécurité et le coté éducatif. 
 
C'est un + pour certain enfants de sortir de leur milieu où ce n'est pas toujours rose et pouvoir être en contact avec d'autres enfants et pouvoir evoluer dans 
un milieu positif et éducatif. 
 
Merci ! 
 
 

pierre marghem
trois-rivières


Avant de porter un jugement sur le rapport de ce groupe d'étude, il serait intéressant de connaître les critères d'évaluation... J'ai moi-même travaillé en CPE et j'ai remarqué que la qualité d'une éducatrice était souvent jugé sur la quantité de bricolages produits par les enfants qui, soit dit en passant, sont souvent terminés par l'éducatrice... Autre qualité recherchée : la vitesse à laquelle l'éducatrice change les couches et respecte l'horaire de la routine car souvent les éducatrices sont dépendantes les unes des autres à cause du manque de personnel ou d'espace (ex : la cour extérieure étant trop petite, les groupes doivent respecter une horaire, ou encore le respect de l'horaire des pauses des éducatrices, ou encore la vitesse à laquelle la vaisselle sale retourne à la cuisine) Tout ceci au détriment des besoins des enfants absorbés à un jeu qu'on doit interrompre. Les décorations (à Noel, Pâques...) dans la garderie jettent de la poudre aux yeux aux parents qui associent ces parures au dynamisme de l'équipe en place. Le savoir-être et les valeurs d'une éducatrice sont secondaires. Je crois qu'on institutionnalise les enfants bien tôt...alors qu'on jette à la rue des malades qui eux auraient besoin d'être pris en charge par la société. J'ai aussi constaté que plusieurs enfants sont en carence affective et développent des troubles de comportements par cette promiscuité qu'on leur fait vivre. Ils sont contamment bousculés par les horaires des adultes qui les entourent. Pour remédier à la situation : réduire le nombre d'enfants par éducatrice...L'idéal : valoriser et aider financièrement, les parents qui se sacrifient pendant quelques années pour le bien-être et l'équilibre de leurs enfants.
Louise Lefebvre
Montréal


Bonjour M. Maisonneuve. 
Je suis une future maman enceinte de 4 mois. Il y a quelques mois, je planifiais visiter les garderies avant de m'inscrire sur leurs listes d'attente, dans le but de choisir le meilleur milieu possible pour mon enfant lorsque je retournerai au travail. Malheureusement, je n'aurai pas le "luxe" de choisir le lieu où mon enfant passera ses journées... En effet, je n'ai même pas pu inscrire mon enfant sur les listes d'attente des garderies de mon quartier tellement ces listes sont pleines!!! Et je ne me suis pas limitée aux places à 5$... Dans ce contexte de rareté des places en garderie, je ne vois pas comment les parents peuvent exercer un choix quant au milieu de garde. Nous sommes dans l'incertitude face à notre retour au travail, face au lieu où notre enfant sera gardé durant notre absence, et face aux coûts des services de garde (qui risquent d'augmenter substantiellement). Les joies de la maternité sont passablement ternies par toutes ces difficultés organisationnelles, et il est clair pour moi que le gouvernement a laissé tombé les familles québécoises. Il n'est pas surprenant dès lors que la qualité des services de garde ne soit pas mieux contrôlée, même si cette situation est loin d'être rassurante pour les parents! 

Julie Grandmont
Anjou


Bonjour, 
Se demander si des garderies sont à but éducatif revient à comparer des enfants à des voitures laissées à un stationnement. 
Bonne journée.
Stéphane Gallien
montréal


C'est quoi le service éducatif offert à des bambins de moins de 2 ou 3 ans et même pendant la GROSSESSE ? Mort de rire ! 
 
Est-ce que les enfants en bas-âge n'ont pas d'abord besoin de se sentir aimer, en sûreté et avoir une relation tendre et rassurrante avec une personne pendant plusieurs années. 
 
Et on entend il faut encore mettre plus d'argent pour de meilleurs « services » ! 
 
Rendez l'argent aux parents et rendez- leur le choix de pouvoir garder les enfants à la maison sans les pénaliser par pure idéologie. 
 

Jacques Boisvert
Vaudreuil


Malheureusement, un fléau de notre société axée sur la performance est que les parents sont complètement absorbés par leur vie professionnelle et sociale. Ils n'ont plus le temps de s'occuper de leurs enfants. Résultat : ils confient leur éducation à d'autres; que ce soient aux CPE, ou plus tard, aux services de garde dans les écoles primaires. Ce devrait être le rôle des PARENTS d'assurer l'éducation en bas âge de leurs enfants. Deux avantages très importants : Un, offrir une vie plus stable à l'enfant (songez au stress pour un bambin de 2 ans de partir tôt le matin, se retrouver dans un groupe de quasi inconnus dans les premiers temps, et de retrouver ses parents, qui deviennent de quasi-inconnus puisqu'ils passent davantage de temps avec leurs àducateurs). Deux : le rapprochement des enfants avec leurs parents. Ils développeront une relation beaucoup plus saine ainsi. De plus, qui de mieux placé qu'un parent pour suivre l'Évolution quotidienne de son enfant?
Mélanie Dufour
Montréal


Bonjour M. Maisonneuve, 
 
J'aurais aimé que, lors de votre première entrevue avec l'un des responsable de l'étude, vous lui demandiez s'il fait une distinction entre "éducation" et "instruction". 
 
Il est tout à fait essentiel, selon moi, que nos enfants soient éduqués dès le berceau, c'est-à-dire qu'on leur apprenne à vivre.  
 
Des garderies idéales viendraient même pallier l'incapacité de certains parents d'éduquer leurs enfants. 
 
Pour ce qui est de l'instruction, j'espère que l'on ne compte pas leur apprendre à lire et à écrire à deux ans. Mais il y a un tas de choses à apprendre que les jeunes enfants peuvent apprendre, en fait, veulent apprendre. 
 
Car on n'apprendra jamais mieux dans notre vie que dans l'enfance.
Jocelyn Bérubé
Montréal


Mais on s'inquiète Mme la Ministre que vous ne pensiez qu'aux services éducatifs, cela vaudra dire encore plus d'argent pour les seules garderies et rien pour les parents qui gardent leurs enfants. 
 
Il est normal que la Ministre et les chercheurs veulent faire plus et investir plus, cela justifie leur fonction. 

Étienne Filiatreault
Acton Vale


Oui M. Lévesque c'était en développement en 1997-98, mais il n'y a pas eu de développement proprement dit dans le privé depuis avant la politique des services de garde... le privé a eu le temps d'améliorer la qualité
Martin Lafleur
Québec


Bonjour, 
Richard Tremblay, brillant intellectuel connu et respecté mondialement , méritait mieux comme présentation que d'être identifié comme simple auteur d'une recherche. 
Ceci étant dit, il a clairement indiqué que son équipe se préoccupait de développement intellectuel et que cette étude ne concernait pas la mise au pilori des garderies privées, mais bien l'évolution intellectuelle d'enfants éduqués dès la prime enfance. 
Pour évaluer intelligemment, il importe de mesurer les résultats obtenus à partir des prémices énoncées clairement. 
Les garderies privées ou publiques se veulent-elles toutes avoir une mission éducative? Si oui laquelle, et ce n'est qu'alors que l'on pourra le cas échéant véritablement mesurer ce qui a été effectué en fonction des promesses. 
Par ailleurs, les milieux dits défavorisés matériellement sont aussi malheureusement défavorisés intellectuellement. Pourquoi alors s'étonner du peu d'intérêt envers la formation manifestés par ces milieux? 
Bonne journée
Jean Lengellé
Embrun


Mon expérience avec une garderie privée est déplorable.  
 
Mes deux garçons y ont passé. Je dirais que d'abord les éducatrices n'avaient aucun diplôme. 
 
On s'aperçevait du changement de la propreté quand un inspecteur passait surtout qu'il devait prévenir avant de rendre une visite. 
 
Les jouets étaient achetés par les éducatrices avec leur propre argent car la propriétaire n'investissait pas assez d'argent et ce même si elle était subventionnée et qu'elle demandait un supplément aux parents de 3 dollars par jour. 
 
La pouponnière était grande comme un garde-robe. 
 
Heureusement, j'ai eu assez rapidement des places en CPE. Ce fut tout un changement, c'était le paradis à comparer. 
 
Les CPEs ne sont pas parfaits mais on a un milieu où le profit n'est pas la règle no 1.
André Bilodeau
La Prairie


Donnez la voix aux auditeurs et aux internautes (un message lu et bien sûr il est favorable aux CPE !) Il est 12h43 !
Jacques Boisvert
Vaudreuil


Bonjour monsieur Maisonneuve, 
 
Moi d'entendre des pères ou des mères de dire que la garderie leurs permet d'être libre de travailler... le monde est-il rendu fou??? Le travail la liberté, garder un enfant de l'esclavage??? moi quand j'entend des discours de mêmes ca me donne le gout de faire une enquête pour trouver les parents qu pensent comme ça et de leur retirer leurs enfants!!! Ce genre de parents, méritent-ils un enfant??? Dans ma tête... non!!! Si les gens voulaient être "libre" d'être l'esclave d'un employeur au lieu de s'occuper de leurs enfants, n'est-ce pas plus valorisant de voir son enfant grandir et plus noble que le "shipper" de gauche à droite comme un vulgaire objet??? 
 
Nous devrions encourager les parents à élever leurs enfants à la maison en leur donnant une allocation mensuelle aux hommes ou aux femmes qui voudraient rester à la maison pour prendre soin de leurs enfants!!! 
 
Celà ne serait pas mieux pour le système en le désengorgeant??? Ne pensez-vous pas que les enfants écouteront plus leurs parents si ils étaient plus avec eux??? Pourquoi mettre très tôt l'enfant dans l'instabilité en le voyagant d'un bord et l'autre??? 
 
Méchante blague... ils ont refait les critères pour évaluer les garderies pour justifier l'ajout du privé dans l'éducation... on voit bien la démagogie du parti libéral(grandir en qualité)...ça va être très crédible leurs études... Oui les enfants on besoin d'éducation pas juste du gardiennage.. c pas des chèvres les enfants!!!! 
 
De plus pour en revenuir au con-seil du patronat.. si il était sérieux et voudrait aider les familles, les entreprises permetrait aux parents d'avoir des horraire plus flexible pour s'occuper des enfants à la maison et si cela ne serait pas possible, pourquoi le conseil du patronat ne suggère pas des garderies en millieur de travail??? 
 
Moi c'est drôle mais les garderies our tous, on dirait que ça vient d'une mesures de féministes extremistes qui considère que de s'occuper d'un enfant s'est une entrave a leur "liberté" de travailler... 
 
Un arrangement entres le conseil du patronnat et les féministes extremistes??? 
 
Ça ne me surprendrait pas du tout car une ex-féministe(Paulette Giroux) avait été traité de prostitué par des féministes extremistes car elle voulait une allocation pour les femmes au foyer!!! 
 
Si on a pas le choix pour les garderies, qu'on favorise les cpe mais qu'on donne des allocations aux parents qui gardent leur enfants à la maison...ne peut-on pas mâcher de la gomme et marcher en même temps??? 
 

Frédéric Pageau
lévis


Bonjour,  
Votre invité, M. Lévesque, critique l'étude en affirmant qu'un échantillon de moins de 50% des garderies n'est pas suffisant. Je fais moi-même de la recherche. Or, il est très rare, même impossible, qu'une étude utilise un échantillon de 50% et plus de la population étudiée. Cela prendrait trop de temps et d'argent. Dans l'optique de M. Lévesque, aucun sondage d'opinion et aucune étude ne serait valide. 
 
Autre petit commentaire : souvent, lorsqu'une personne n'est pas d'accord avec les résultats d'une étude, elle s'attaque à la méthodologie et essaie de trouver des failles, pour invalider les résultats. C'est un réflexe humain.
Guillaume Beaulé
Rouyn-Noranda


Tout le monde s'accorde pour penser que tout se "joue" avant six ans!... Il faudrait en tirer des conclusions et des priorités...
andré martin
Sherbrooke


Bonjour, a mon avis, des enfants de 3 ou 4 ans qui jouent et qui s’amusent en garderie au lieu de participer à des activités éducatives ne perdent ne perdent pas leurs temps.
Michel Savard
Baie-Comeau


Je trouve très triste que le débat actuel soit présenté comme si les garderies étaient la solution ultime pour les enfants. Que de futurs parents mettent leurs enfants sur des listes d'attente de garderies avant même d'avoir vu ce bébé me questionne beaucoup! Je suis d'accord pour que les services de garde soit de qualité, particulièrement pour les clientèles à risque, mais je ne crois pas que ce soit uniquement le rôle du gouvernement de financer les services de garde pour tous les enfants. Les parents et les entreprises devraient être les premiers à le faire! Pour moi, les services de garde ne sont pas une politique familiale, mais bien une politique de soutien au travail et à l'entreprise! Une politique familiale est un soutien aux familles, indépendamment de leurs choix de vie et favorisant VRAIMENT une vie familiale heureuse et équilibrée. Que des parents prennent quelques années avec leurs enfants est payant à long terme pour une société. Je suis cependant tout-à-fait d'accord qu'il faut aider les familles plus défavorisées; il est prouvé que ce coup de pouce donné très jeune est essentiel. 

Marie Claude Chabot
Québec


Bonjur M DeMaisonneuve! 
 
Je suis un peu tannée d'entendre et de lire que les mères devraient rester à la maison pour s'occuper de leur enfant au lieu de les faire garder. 
 
Combien de ménages peuvent se permettre de n'avoir qu'un seul salaire, soit celui du père, pendant 3 ans? 
 
Pour ma part, avec nos dettes d'études, le coût du loyer (parce que pour le moment, nous n'avons pas les moyens d'avoir une maison), les paiements de la voiture, nous n'aurions pas les moyens de vivre et de faire vivre un enfant avec UN SEUL salaire. 
 
Vivez avec votre siècle!! 
 
Bonne journée!
Sophie Blainville
Montréal


Nom de Dieu! à croire que mes concitoyens rétrogradent à vue d'oeil! 
Je suis horrifiée de voir combien de points de vue s'opposant à la socialisation de l'enfant en garderie et qu'encore une fois l'on veuille selon plusieurs niveler par le bas. S'il est possible d'améliorer le niveau d'éveil, de culture et de connaissance et de susciter chez l'enfant un désir d'apprendre ce qui n'est pas synomyme d'un cadre rigide et non-aimant pourqoi pas??? Selon moi il n'y a pas d'âge pour mettre nos enfants en contact avec des éducateurs qualifiés et leur offrir le meilleur de nos connaissances en matière de développement de la petite enfance. 
 
Haro sur notre ministre qui nie l'apport que peuvent apporter à nos tout-petits des éducateurs qualifiés.
Chantal Ouellet
Joly


Il y a des choix que les parents font et on ne peut les discuter : garder l'enfant à la maison ou avoir recours à un dispensateur de service de garde. 
 
On se questionne sur la qualité des services de garde "éducatifs" pour les jeunes pré-scolaire mais que penser des écoles primaires qui ont recours aux «éducatrices» des services de garde pour le remplacement des professeurs de première année lors des absences de courtes durées (un ou deux jours). La plupart de ces éducatrices ont un diplôme de secondaire 5. Elles ne sont pas autorisées à aider les enfants lors de la période de devoirs (qu'on appelait jadis aide aux devoirs) mais peuvent faire du remplacement dans les classes.  
 
Où allons-nous ???
Louise Bertrand


Les enfants à la garderie... 
Les parents occupés au travail... 
Les vieux à l'hospice... 
Les adultes coupables, chez le psychiatre avec leurs prescriptions de paxil ou de prozac dans les poches... 
Et...l'État toujours dans mes poches... 
 
Des milliers d'année d'évolution pour en arriver là, c'est triste à mourir... Il peut bien y avoir plus de 4 suicides par jour dans cette société tellement distincte. Si nous n'en voulons pas, si nous n'avons pas les moyens d'avoir des enfants, on en fait pas, c'est simple. Coudonc est-ce si difficile de prendre le temps d'Être et de vivre ? Mais ça on l'a oublié, nous ne prenons plus le temps d'observer les petits enfants, c'est pourtant en les observant, en les écoutant que nous disons souvent "La vérité sort de la bouche des enfants".
serge lemire
sherbrooke


Je n'en reviens pas du vocabulaire utilisé par vos invités! 
 
«Grandir en qualité», qu'est-ce que ça signifie au juste? Est-ce comme «grandir en sagesse»? 
 
Et est-ce qu'on parle de «travailler en défavorisation» comme on dit «travailler en informatique, en entreprise ou en s'en fichant»? 
 
Pas surprenant qu'on ne veuille pas laisser les enfants vivre leur enfance et qu'un statisticien souhaite les enrégimenter dès leur conception. Il faut s'y prendre très, très tôt pour concocter des titres pareils! 
 

Michelle Asselin
Montréal


Le but premier d'une entreprise privée est avant tout le profit, le but premier du gouvernement est le service public. Il est donc bien évident que pour assurer la qualité des services éducatifs, les cpe sont les mieux placés. Leurs exigences face au personnel de garde, élément principal, sont plus hautes. Ils offrent également des avantages sociaux aux employés, ce qui attire et retient les meilleurs. Pour faire du profit, les propri;taires des garderies privées doivent rogner sur ces exigences, payer le salaire minimum ou presque sans avantages sociaux, à moins de charger cher, ce que seuls les riches peuvent se payer. Il est facile de conclure.
André Robert
Longueuil


 


Qualité des services de garde
 
[Écoutez l'extrait>>>]
 


 
Association des garderies privées du Québec


Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes