du 29 septembre 2009
Notre nouveau site!
 


PARTICIPEZ À LA TRIBUNE TÉLÉPHONIQUE
du lundi au vendredi,
dès 11 h 30
597-3700 (Montréal)
1-877-597-3700 (extérieur)

Les tribunes sont ouvertes jusqu'à 16 h pour recevoir vos commentaires sur le sujet du jour.

Courrier :
MAISONNEUVE EN DIRECT
Société Radio-Canada
1400 René-Lévesque Est,
bureau A67-7
Montréal (Québec)
H2L 2M2

Courrier électronique :
endirect@radio-canada.ca


Le 10 juillet 2006

Souveraineté : avons-nous les moyens?

Vendredi, dans le cadre de son voyage officiel en France, le premier ministre Jean Charest a accordé une entrevue à l'émission Le Grand Rendez-vous, sur la chaîne TV5. 
 
M. Charest y a affirmé que le Québec avait les moyens de réaliser l'indépendance, mais que ce n'était pas dans son intérêt de le faire. 
 
Cette déclaration n'est pas passée inaperçue au Québec. Le chef du Parti québécois, André Boisclair, a immédiatement parlé d'une victoire pour le mouvement souverainiste. M. Boisclair a comparé l'importance de cette déclaration à celle d'un autre premier ministre libéral, Robert Bourassa, qui avait dit en 1990 que le Québec était libre et capable d'assumer son destin. 
 
Dimanche, dans une lettre ouverte au quotidien La Presse, Jean Charest a réagi aux propos tenus par le chef péquiste. Le premier ministre québécois y accuse André Boisclair de déformer ses propos. Dans sa lettre, M. Charest répète que le Québec a « les moyens de choisir son destin », qu'il est « libre de le faire », mais qu'il n'est pas « dans l'intérêt des Québécois de tourner le dos au Canada pour devenir un État séparé ». 
 
Est-ce que la déclaration de Jean Charest change le débat sur la souveraineté? 
 
En tribune, Jacques Beauchamp en discute avec Benoît Pelletier, ministre responsable des Affaires intergouvernementales canadiennes, de la Francophonie canadienne, de l'Accord sur le commerce intérieur, de la Réforme des institutions démocratiques et de l'Accès à l'information, Louise Harel, chef de l'opposition officielle et députée d'Hochelaga-Maisonneuve, Jean-Claude Rivest, sénateur indépendant, et Marc Van Audenrode, vice-président du groupe d'analyse économique.



Faites-nous part de VOTRE opinion !
Communiquez-nous vos commentaires en cliquant ici.
Merci de votre participation!




« Moyens », « intérêt » ... et « urgence ». 
 
Y a t-il « urgence » à faire la souveraineté 
étant donné le niveau actuel d'immigration ? Non. 
Je prédis qu'au cours de la prochaine génération 
le QC aura autant d'émigrants (QC -> Alberta) que 
d'immigrants. Ces émigrants seront essentiellement 
des allophones/anglophones qui veulent participer 
à la ruée vers l'or noir - le taux de chômage du 
QC pourrait même descendre sous 7%. Cette 
émigration (un éventuel gouvernement péquiste 
pourrait même prendre des mesures subtiles pour 
l'encourager...) couplée à une politique crédible 
d'immigration francophone devrait, à la longue, 
faire augmenter l'appui à la souveraineté. 
 
L'Alberta est la 2ème juridiction la plus riche au 
monde et va devenir encore plus riche (le paradis 
fiscal du Luxembourg est 15% plus riche, pour 
l'instant). Profitons donc, par la péréquation et 
les occasions d'affaires, de la manne albertaine. 
Grâce à ce « support », le QC sera éventuellement 
prêt pour la souveraineté. 

Serge Savard
Montréal


Montréal, le 10 juillet 2006 
 
Bonjour, 
 
Les mots de Jean Charest ont du poids. Un tel appui à la cause indépendantiste de la part d'un fédéraliste acharné fait chaud au coeur. 
 
Merci, monsieur Charest. 

Nathaniel Thorne
Montréal


M.Charest sort ces gros mots pour parler de M.Boisclair et de son option souverainiste, 
pathétique, désespéré etc.  
 
Ce qui est pathétique m.Charest et désespérant c'est de constater combien vous tenez le peuple québécois dans ces complexes de colonisés. Et dire que 200 pays dans le monde sont souverains en ayant soit une population ou un territoire ou une économie infiniment plus petit que le Québec. 
 
Un retour d'un parti qui croit au peuple québécois, qui en est fier et qui croit en sa croissance, s'impose le plus rapidement possible! 
Vivement un chef qui a le fleurdelysé dans le coeur, pas le meaple leaf! 

Lucille Labrie
St-Jean


La déclaration de Jean Charest ne change rien au débat sur la souveraineté. 
Le Premier Ministre du Québec ne fait que reconnaître une évidence. 
Les Québécois sont rendus plus loin que cela dans leur reflexion.  
 
Je ne voit pas non plus pourquoi André Boisclair jubile autant. Il devrait plutôt vendre son option avec un peu plus de profondeur dans ses commentaires. 
 
Si cette simple déclaration de Jean Charest, qui n'est pas la trouvaille du sciècle, fait coulé autant d'encre, peut-être sommes-nous plus loin que je pensais d'un référendum gagnant. 

James A. Wilkins
Lac Brome


Bien sûr que le Québec a les moyens de faire la souveraineté... grâce aux libéraux de Jean Charest. Ces derniers ont démontré qu'ils avaient la capacité de bien gérer les finances de la province, comme le témoigne la récente hausse de la cote de crédit du Québec. Mais cela ne m’incite pas à voter OUI lors d'un éventuel référendum. Au contraire, cela m’incite à voter pour le Parti libéral aux prochaines élections. 

Gabriel Latraverse
Montréal


Cette déclaration ne change rien. 
 
J'ai beaucoup de difficulté à comprendre la partialité des journalistes qui cherchent des bibittes pour faire la promotion de leur cause tant du côté des séparatistes que des fédéralistes. 
 
Si Jean Charest avait affirmé que le Québec N'a PAS les moyens de faire la souveraineté, les journalistes de Radio-Canada auraient affirmé que c'est à cause du fédéral et qu'il faut en conséquence faire la souveraineté. Bref, on ne s'en sortira jamais. 
 

Stéphane Bourque
Gracefield


Bonjour, 
Bien sûr que la Province de Québec peut vivre seule. À quel niveau de vie voilà la vraie question, et le choix de ses Habitants. 
Ceci dit la déclaration de Jean Charest peut être interprétée d'autant de façons qu'il y a d'interprètes. 
 
Ce qu'il faut plutôt retenir, c'est que le PLQ ne se fera pas conter d'histoires, et que même "fédéraliste", Jean Charest pourrait proclamer une indépendance intelligente et non basée comme celle des péquistes sur la rancœur, la hargne, la jalousie etc etc. 
Vu de l'extérieur, de l'Ontario où on dépense des fortunes pour la peréquation, pour l'amour, séparez vous, vous nous coûterez pas mal moins cher, car après tout qu'est-ce que le Québec et son maintien dans la confédération nous rapportent pour ce que nous payons? À part RIEN??? 

Jean Lengellé
Embrun Ontario


Bonjour à vous ! 
 
M. Charest le savait, mais voulais faire savoir à ses homologues de la France que seul les souverainistes sont pour la souveraineté. 
 
M. Boisclair a saisi l'occasion pour ceuillir cette manne de parole de la part du parti en place. 
 
Les Québéçois savent de toute façon que la souverainté est viable..alors.. 

Suzie Lévesque
Québec


C'est évident qu'on a les moyens de la souveraineté puisque c'est John James Charest lui-même, le "king" du fédéralisme, qui le proclame sans retenue. 
 
On peut croire que lors du prochain référendum les arguments basés sur la peur, sur la petitesse du Québec et de son économie et sur les rappels du passage au chaos des petits états africains devenus indépendants, ne pourront plus être sérieusement formulés. Finis les vous-allez-perdre-vos-pensions-de-vieillesse et autres peurs du genre. 
 
Lorsque les québécois auront à choisir entre faire partie du G8 ou être membre à part entière de l'ONU, ils sauront quoi faire. Quand ils devront choisir entre une péréquation arbitraire et changeante au gré du vent et la fin des chevauchements coûteux de juridiction, ils sauront quoi faire. Quand ils devront choisir entre un litre d'essence domestique albertain à 1,15$ le litre ou un litre d'essence étranger albertain à 1,15$ le litre, ils ne vont pas se poser de grandes questions. 
 
 

Paolo Mitriou
Lac-Mégantic


Si le Québec a les moyens de réaliser l'indépendance, quelles avantages avons-nous à rester dans le Canada? 
 
Nous faisons gérer 60 % de nos taxes et impôts par nos voisins. Depuis des décennies, Québec doit quémander son propre argent à Ottawa. 
 
Vive l'indépendance!  
À mort la dépendance! 
 

Dany Leblanc
Saint-Jude


Il aurait été intéressant d'avoir l'opinion de Pauline Marois sur le sujet, elle qui parlait de plusieurs années de turbulence suite à une victoire du Oui. 
 
Non mais sérieusement; j'avais 13 ans lors du dernier référendum. Et depuis, je n'ai jamais entendu de véritable débat sur la souveraineté excepté ce genre de connerie où l'on s'accroche à des déclarations sans conséquences. C'est pathétique. 

Sébastien Lemieux
Mercier


Jean Charest a été soit imprudent soit stratège en faisant cette déclaration. 
 
Imprudent parce qu'il savait très bien qu'une intervention aussi élaborée et nuancée ferait immédiatement l'objet d'une récupération opportuniste et simplificatrice par ses adversaires; comme prévu, ceux-ci se limitent à la brève phrase qui fait leur affaire.  
 
Stratège parce qu'il espérait peut-être pouvoir exploiter lui-même la situation en les taxant de malhonnêteté intellectuelle. Malheureusement pour lui, le débat public fait rarement dans la nuance et les distinctions fines de son entrevue ("ce n'est pas parce qu'on a les moyens de faire quelque chose qu'il est nécessairement opportun de le faire") trouveront probablement peu d'écho dans les manchettes ou dans la population. 

Luc Pomerleau
Gatineau


Je crois que M. Jean Charest s'est mis le pied dans la bouche. Demandez donc à la place à un économiste sans parti pris si le Québec à les moyens et il vous répondra l'évidence : NON! Le Québec est pauvre, surtaxé, surimposé et ça changerait pour le mieux dans un Québec indépendant? Laissez-moi rire... car je m'attend au pire. Le Québec est actuellement un boulet pour le reste du Canada et le ROC sera, à mon grand désespoir, bien heureux de nous voir partir. 

Patrick Côté
Cap-Rouge


Jean Charest a dit la vérité de façon honnête et objective. Il n'y a pas à faire de gorges chaudes avec des évidences.  
Relever ses propos, c'est bien, mais insister lourdement n'est pas trop élégant. 

Georges LeSueur
St-Ambroise


Bonjour, 
Méchant volte-face d'un des chantres des campagnes de peur! Il s'est échappé et j'en tiens pour preuve sa lettre d'explication qu'il a fait publié dans les médias.  
 
En plus il a du culot l'ami Charest de dire que ce ne serait pas dans l'intérêt du Québec d'être hors-canada... Quelques avantages qu'on aurait? Nous pourrions dépenser notre argent comme nous voulons, donc moins dans l'armée plus dans l'éducation, environnement, culture et santé au lieu de dépenser ça dans l'armement! De plus nous aurions un siège à l'onu, unesco et ailleurs et nous pourrions afficher notre politique à l'extérieur! Nous serions bien moins militariste et aligné sur la chasse aux sorcières américaine. Nous serions aussi beaucoup plus à même de protéger la langue Française dans un pays Souverain et Francophone que dans cette illusion de bilinguisme qui n'est qu'une anglicisation lente! 
 
Non, désolé mais en disant qu'on aurait pas intérêt à le faire, je trouve ça arrogant et mensonger! 

Frédéric Pageau
Montréal


Monsieur Pelletier se contredit car il enchaîne sur la réaction du Canada anglais et même des États-Unis face à un vote affirmatif du Québec. Je lui répondrait qu'alors les libéraux devront défendre la légitimité du vote et qu'ils devront affronter leurs peurs. Nous n'avons même pas signé 82 et que fait monsieur Charest? 

Claude L'Heureux
Québec


Cette question me fait bien rire, le Québec a le dos bien large, nous devrions plutôt nous demander si le Canada est toujours viable avec les autres provinces qui désirent aussi se séparer du Pays. 

Marc Vallières
Ste-Germaine Boulé en Abitibi


Les analystes de la scène politique ont souvent dit que Charest manquait de jugement politique. En voilà un bel exemple. Ce que Charest a dit, il le pensait vraiment mais il savait aussi qu'il ne faillait pas le dire. Hélas, il s'est échappé. Ce spécialiste des arguments basés sur la peur, qui vilipende tout un chacun avec des discours tenus "le couteau dans les dents", ce spécialiste dis-je vient de "s'autopeluredebananiser!" 
Le monde fédéraliste est en ébullition, un de ses intégristes vient de dire la vérité!
Réal Ouellet
Chicoutimi


Alors que nous entrons dans l'ère du tourisme dans l'espace, j'ai connu la fin de l'ère des chevaux comme moteurs du transport local.. Tout un voyage, toute une évolution. Faisons confiance au temps, il est porteur  
Les politiciens étant par définition des diviseurs, ma génération aura fait l'erreur de leur faire confiance, ce qui nous a conduits collectivement au blocage actuel et à son verbiage. 
Les peuples vivant plus longetmps que les individus qui les composent, j'ai le bonheur de voir la nouvelle génération prendre son destin en mains, toutes partisanieries confondues, pour indiquer aux politiciens ce qu'elle veut depuis le Suroît et les autres.  
C'est encourageant pour l'avenir.... 

Pierre Minville
Oka


Laissez-moi vous citer un extrait d'un texte de Pierre Bourgault : 
 
"... la discussion des marchands de tapis nous passe par-dessus la tête, nous n'y comprenons plus rien, nous nageons dans les plus vives contradictions et nous avons oublié en chemin toutes les notions de liberté, de responsabilité et de dignité qui sont à la base même de la souveraineté des peuples. Ce qu'il faut dire et qu'on ne dit pas assez, c'est que même si la fédération canadienne était "payante", il faudrait quand même faire l'indépendance du Québec. Pourquoi? Tout simplement parce qu'il vaut mieux gérer ses propres affaires que de les laisser gérer par les autres. Il en va des peuples comme des individus. " 
 

Simon Robert
Montréal


Mr. Boisclair a mordu à l'hameçon comme un enfant d'école. La stratégie pré-électorale des Libéraux commence déjà à profiter. À qui les indécis vont-ils donner leur appuis pour un Québec plus autonome ET PEUT-ÊTRE un Pays, à un Mr. Charest (Modéré, cappable de negocier avec le FED et avec aucun squellettes dans placard) ou a un Mr. Boisclair (Extrêmiste, misterieux avec un bagage douteux, prêt à tout pour aquérir le POUVOIR). 
 
Attention à la marche !!!!!!!!
Ed Lebel
Rang 2 Dixville


Bonjour, 
 
J'ai toujours pensé que le Québec n'avait pas les moyens de ses ambitions. La déclaration de M. Charest, me fait beaucoup réfléchir. Je n'ai jamais été souverainiste mais je commence à me requestionner. 
 
Si nous avons les moyens, pourquoi ne pas exister comme tous les autres pays ? 
 
Je reste un peu hésitant car le Canada est un beau pays mais le Québec n'existera pas tant qu'il restera le 1/10 d'un pays. 
 
Exister a un prix...mais si nous avons les moyens pourquoi pas ? 
 

Stéphane Dion
Gatineau-Hull


C'est drôle mais je ne vois pas André Boisclair comme un grand meneur d'un peuple, surtout après que je le vois courir après des miettes (les propos de Jean Charest) comme une mouette au McDonald, quelle dérision. On est en manque de visionnaires et que vaudra une souveraineté-association sans leadership habile. 
 
Ce ne sont là que des pécadilles d'aspirants futur "rois" du Québec. 
 
Je suis fier d'être Canadien-Français vivant au Québec sauf quand je vois de tel politicailleries. 
 
M.Lévesque doit se rouler dans sa tombe, quelle honte!!!
Alan Craig
Gatineau


Avec une dette d'environ 120 milliards de dollars, des programmes sociaux lourds et couteux et une économie moyenne (par rapport aux autres provinces et États en Amérique du Nord), il serait irresponsable de dire que le Québec a les moyens. Beaucoup de dépenses, des revenus limités et une dette monstrueuse...voyons donc...ca n'a pas de sens. 
 
Il faut penser de façon rationnelle et non de façon émotive. Avec un ralentissement important de l'économie, le Québec pourrait frapper le mur et faire faillite.  
 
C'est assez, ce sont des mathématiques l'économie, des +, des - et des *. C'est clair que le Québec ne pourrait pas soutenir l'économie du reste du Canada et des USA. 

Richard Beaulieu
Montréal


On aurait peut-être dû demander à Monsieur Charest si le Québec avait les moyens d’être dépendant du Canada. 
 
Pour n’en nommer qu’un, le projet de creusage de la voie maritime afin d’accroître le trafic des navires vers les grands lacs est sans aucun doute très attendu pour l’économie du Canada mais est le présage d’une mort certaine pour le Port de Montréal. Les conséquences économiques d’un tel scénario contribueront à creuser l’écart de richesse entre le Québec et le ROC. La colonie du Québec deviendra encore un peu plus dépendante de l’Empire du Dominion. 
 
Le Québec ne se séparera pas du Canada car il n’en a jamais fait parti. Qu’attendons nous pour nous prendre en main et voter OUI ? 

André Colpron
Saint-Lambert


L'expression avoir les moyens ne mène pas à l'acte de la séparation! Je veux bien y croire, lorsque le propos émane d'un politicien qui a fait ses classes à Ottawa. Mais pour moi entendre qu'il faille rester au Canada pour profiter de la péréquation, notamment du pétrole albertain m'a fait sursauter. Serions-nous rendu à ce point si peu fier d'être une nation québécoise distincte et si réffractaire envers un projet collectif de se donner un pays afin de se complaire dans un rôle de quêteux. Si c'est une conviction de notre PM, alors pauvre de nous! S'il a dit ce qu'il ne pense pas pour bien paraître, alors c'est un .... 

André Gamache
Québec


M. Charest en visite en France? Il a fait une déclaration inusitée venant d'un fédéraliste mais que je crois honnête. Son coeur un peu Français a été bercé par la France. Le Canada va t-il lui pardonner. Je ne l'ai jamais aimé mais comme Premier Ministre, il dérange beaucoup de monde et moi j'aime ça! Peut-être que les finances et l'économie du Québec seront plus en santé. Pour ceux qui pleurent beaucoup, il faut comprendre que l'assiette au beurre est moins généreuse maintenant et que c'est intelligent. 

Alain Maréchal
Saint-Jean-sur-Richelieu


Bien sur que nous avons les moyens d'être souverain. 
Nous n'aurons plus les transfers d'Ottawa disent certains. Ont-ils pensé que nous aurons nos impôts fédéraux qui serons à nous, enfin! 
C'est mon opinion. 
 
Denise Pépin 
Warwick, Québec
Denise Pépin
Warwick, Québec


Il est d'une évidence claire que les médias on fait preuve de mauvaise fois et de manipulation. Il n'y a aucun débat! le premier ministre a été clair, oui nous pouvons, sur le plan financier faire l'indépendance. Mais est-il dans notre intérêt de se séparer du reste du pays. Le premier ministre y a bien répondu! Il n'y a pas de contreverse! Ceci est un bon exemple du manque de professionalisme d'une organisations comme radio-canada!! 

pierre jacques
montréal


Quels moyens aurons-nous pour faire cette souverainté (anciennement indépendance)? 
 
La dette du Québec est de $120 milliards, ajoutez à celle-ci notre part de la dette fédérale, ce qui représente +ou- $125 milliards. Il est facile de prévoir une baisse de la cote de crédit -de combien nul ne sait? 
 
Il y a et de façon permanente 500,000 personnes vivant de l'aide sociale (un échec social inexcusable). Ajouter à cela 40% de la population qui ne paie pas d'impôts car ils gagnent trop peu.  
 
Le Québecois sont déjà taxés au maximum. Les indépendantistes "progressistes" vont-ils  
taxer les entreprises afin de boucher les trous de leur budget national? Est-ce la bonne façon de créer des emplois ? 
 
La manipulation des sentiments de fierté et autres est la seule arme des souverainistes. 
Pour ce qui est de la realité géopolitique et des donnés économiques réelles embarrasantes, il faudra repasser. 
 

Michel Gagnon
Montréal


Bonjour, 
 
Mr. Charest a enfin réussi à se rendre intéressant! 
 
Bonne journée.
Dominique Lavallée
Québec


Je crois que Charest, étant à l'extérieur du Québec, a tout simplement pu dire la vérité.  
 
Avez-vous remarqué que dès que quelque chose d'objectivement favorable à la souverainté est mentionné, les fédéralistes tombent dans la démagogie.  
 
« désespéré », « peur », « trahi les propos »...non mais, comment éviter le débat sérieusement ! 
 
Ces fédéralistes nationalistes purs et durs devraient faire leur examen de conscience. 
 
Merci M. Charest d'avoir fait avancer le débat. 

Pauline Desmarais
Westmount


Si le québec un jour devient indépendant, ce ne sera parce qu'il en avait les moyens mais plutôt qu'il a pris les moyens. Advenant le cas de l'indépendance, je doute que ce sera le paradis promis. On ne crèvera pas de faim mais comment se comportera l'économie du Québec, bien malin celui qui aura fait la prédiction juste. Jusqu'a date la meilleure raison de faire l'indépendance est pour pouvoir rendre la langue francaise absolument prioritaire et seule officielle. 
Ça me rappelle le temps ou "hords de l'Église, point de salut". Avez-vous verifié les présences à la messe dominicale dernièrement?
Jacques Moreau
St-Bruno


M. Charest a, peut-être sans le vouloir, fait avancé le débat. On ne parlera plus de moyens de faire la souverainté, mais plutôt, quel est l'intérêt du Québec d'être un pays. 
 
En regardant l'actualité : 
 
- Bois d'oeuvre dans lequel le Québec fait les frais avec son système qui, selon les USA, subventionne beaucoup moins son industrie que ex. la Colombie-Britannique; 
 
- Le Québec qui fait les frais des vaches folles albertaines; 
 
- L'étiquetage des OGM, une promesse du PLQ n'ont respecté pour cause de « les autres provinces ne veulent pas »; 
 
- Le Protocole de Kyoto... 
 
- Etc...!! 
 
Bref, le débat sur « qu'est-ce qui est dans l'intérêt du Québec », tel qu'avancé par Jean Charest, risque d'être plus intéressant ! 
 
Faisons le lien avec l'actualité ! 
 

Brigitte Derome
Montréal


Maintenant que les moyens sont confirmés, les voix de discordances reviennent avec les incertitudes économiques suivant le référendum gagnant. 
 
Est-ce que quelqu'un peut m'expliquer pourquoi plus personne ne voudrait faire affaires avec le Québec ?  
 
Il suffit que les États-Unis (80% de nos exprtations), continue d'être ouvert avec nous pour que tout se poursuive tranquillement. Et il s'adonne que ce pays est ouvert à tout gouvernement qui est prêt à ouvrir ses frontières économiques. Même s'il est anti-démocratique comme la Chine !! 
 
Je ne vois pas pourquoi le Québec modifierait sa façon de faire avec son plus gros partenaire commercial ! Les McDo vont rester ouverts, ne vous inquiétez pas !! 
 
Je suis tanné de ces campagnes de peur des petits économistes de court terme. 

John Saul
Lévis


 


Souveraineté : avons-nous les moyens?
 
[Écoutez l'extrait>>>]
 


 
Charest fustige Boisclair
Un article de Radio-Canada.ca - 9 juillet 2006



Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes

 
Error processing SSI file