du 29 septembre 2009
Notre nouveau site!
 


PARTICIPEZ À LA TRIBUNE TÉLÉPHONIQUE
du lundi au vendredi,
dès 11 h 30
597-3700 (Montréal)
1-877-597-3700 (extérieur)

Les tribunes sont ouvertes jusqu'à 16 h pour recevoir vos commentaires sur le sujet du jour.

Courrier :
MAISONNEUVE EN DIRECT
Société Radio-Canada
1400 René-Lévesque Est,
bureau A67-7
Montréal (Québec)
H2L 2M2

Courrier électronique :
endirect@radio-canada.ca


Le 3 mars 2006

Pour ou contre la décision de la Cour suprême d'autoriser le port du kirpan?

Dans une décision unanime rendue jeudi, les huit juges de la Cour suprême ont accordé au jeune Gurbaj Singh Multani le droit de porter à l'école le kirpan, un poignard symbolique dans la religion sikhe. 
 
La décision annule un jugement de la Cour d'appel du Québec rendu il y a quatre ans, qui entérinait une décision de la Commission scolaire Marguerite-Bourgeoys. La notion d'accommodement raisonnable demeure, toutefois, puisque la Cour suprême autorise le port du kirpan avec restrictions. 
 
Selon les juges, accepter le port du kirpan, même sous réserve de conditions, montre l'importance que la société canadienne accorde à la protection de la liberté de religion et au respect des minorités.  
 
Les juges ont en outre estimé qu'il n'y avait pas de preuve suffisante que la présumée atteinte à la sécurité justifiait une restriction de la liberté religieuse. 
 
Que pensez-vous de la décision de la Cour suprême qui autorise le port du kirpan à l'école? Cette question est à deux volets. D'abord, maintenant que le jugement est rendu, que fait-on dans les écoles? Ensuite, comment la société québécoise peut recevoir des cultures immigrantes, et vice versa. 
 
En tribune : Diane de Courcy, présidente de la Commission scolaire de Montréal; Gurdev Singh, membre de la communauté Sikh canadienne; Michèle Vatz Laroussi, spécialiste de l'intégration des immigrants dans les écoles à l'Université de Sherbrooke; Jean-Claude Leclerc, chroniqueur Éthique et religion au quotidien Le Devoir.



Faites-nous part de VOTRE opinion !
Communiquez-nous vos commentaires en cliquant ici.
Merci de votre participation!




Ca n'a rien à voir avec le kirpan, avec la violence et le poignard. C'est un faux problème et la CS a raison sur ce point. 
 
L'histoire de fond c'est l'intégration des immigrants venus de cultures lointaines à notre société. La frange dure se sert de la Charte Trudeau pour s'accrocher à sa culture ancestrale et ne pas s'intégrer (parlons même pas d'assimilation), le tout quotitionné par la CS qui n'a aucun respect pour les droits collectifs.  
 
Ce refus d'intégration tape royalement sur les nerfs des Québécois (plus de 500 lettres dans le Cyberpresse depuis hier sur le sujet, du jamais vu) mais ces derniers n'ont aucun leader, aucun parti capable de canaliser leur frustration. Du moins, jusqu'à maintenant.
jacques noel
québec


Le problème n'en est pas un de sécurité mais de valeurs. Comment peut-on accepter dans une école un élève qui s'affiche avec une arme. Peut-être faudrait-il damander à la cour suprème si le port d,Unearme dans une ècole respecte la charte canadienne. Si la réponse est oui il faudrait amender la charte...
Armand Paquin
Saint-Eustache


Ce n'est pas nécéssaire d'avoir un kirpan sur toi 7 jours sur 7.En plus c'est vraiment dangereux.
lorie gagnon
sainte-marie


Il existe tellement d'autres façons de porter des symboles sur soi  : épinglette, bijou, boucle d'oreille, badge, insigne, imprimé, même tatouage ou piercing...
André Michaud
Boucherville


Maintenant que le kirpan a été approuvé, à quand l'approbation de l'excision. Après tout c'est une pratique culturelle et religieuse et ça ne fait pas de tort à la majorité. N'est-ce pas là la définition même de l'accommodement raisonnable?
Pierre Pagé
Lavaltrie


c`est une incitation à la violence  : pourquoi 
un Sikh aurait le droit d`etre armé, alors 
que moi je n`en ai pas le droit? 
devroins-nous nous approvisonner en armes chez les motards?
serge duchesneau
montreal


si on en donnais a chacun de nos enfants 
peut-etre que la cour reviendrais sur sa decision
Pierre Roy
ST-LIN


Demain matin,  
 
je m'invente une religion qui oblige les jeunes à porter l'arme à feu à l'école.  
 
C'est la liberté de religion, vous ne pouvez rien faire.  
 
Vive la tolérance!  
 
Vive le multiculturalisme extrême!
Dany Leblanc
Saint-Jude


Sous prétexte de la liberté de religion, le port d'une "arme blanche" est autorisée parmi les enfants. Mais qu'est qu'une religion ? Quelle sont le religions reconnues ? Et si une autre religion avait comme pratique de saigner des agneaux en publique et pourquoi pas à l'école, devrait-on sous prétexte de la liberté de religion permettre un tel geste ? On a sorti nos innocents crucifix des écoles. Nos écoles sont laics et c'est bien comme cela. 

Rémy Couture
Baie-Saint-Paul


La cour suprême tolère le kirpan dans les cours de nos enfants mais pas dans sa cour, car à l'école il n'y a pas de risque tandis qu'eux, les juges peuvent se faire agresser par les Siks? 
 
L'école n'arrive plus à enseigner ni à dicter des règles de gros bon sens.  
 
Permettre ce poignard à l'école secondaire est démentiel. Dorénavant, des jeunes, sans parler des gangs de rue, pourront eux aussi se protéger en portant des armes blanches. 
 
C'est désolant, car même les policiers se sentent mal à l'aise avec ce jugement. 
 
Et quand ils sont grands les Siks, le kirpan est-il cousu aussi? Ou bien peuvent-ils dégainer comme au far west? 
 
Au fait, ma fille peut-elle se convertir et porter le kirpan? 
 

Jean-François Pignon
Québec


Les juges de la cour supreme ont montre encore une fois leur mepris envers le citoyen de ce pays. Encore une fois nous assistons a l'heritage pernicieux de monsieur Trudeau.
Giacomo Falconi
Stanstead


On nous dit que la décision de permettre le port du kirpan était motivée parce qu'elle portait atteinte à la liberté de conscience et de religion.  
 
Il faudrait reporter le débat sur ce qu'est une religion et distinguer entre la religion elle-même et les symboles et accessoires qui en sont les manifestations visibles. 
 

armande thouin
Montréal


Tenter de faire preuve d'objectivité est un exercice périlleux en matières religieuses mais je tente ma chance.  
Si j'adhère à une religion qui me dicte de porter un poignard en tout temps, je devrais me demander en quoi cette pratique peut être essentielle à une démarche spirituelle. Si en 2006 ma religion me dit que je ne suis pas une bonne personne respectueuse et dévote si je ne me conforme pas à un usage reposant sur une tradition séculaire, mais choquante dans une société moderne, je devrais me demander si ma religion n'aurait pas besoin de modernisation. 
L'unanimité des juges laisse croire que la charte doit être très claire à ce sujet; donc le problème, ce n'est pas les juges, c'est la charte !
Guillaume Lanthier
Montréal


CONTRE!!!!
Serge Pelletier
Varennes


Est-ce que le droit de la religion a préséance sur celle de la sécurité...posez la question, c'est y répondre. Quand cette décision vient des plus hautes instances juridiques, ça laisse un mauvais goût dans la bouche. Pour avoir vécu et travaillé à l'étranger, il faut s'adapter aux moeurs et coutumes du pays et non imposer la sienne. La religion, principale source de conflit dans le monde, vient encore mettre les pieds là où elle n'y devrait pas !
Alexandre Germain
St-Nicolas


Un poignard demeure un ...poignard aussi symbolique ou religieux soit-t-il!  
Cela demeure un objet contondant potentiellement dangereux. 

Stéphan Tousignant
Montréal


Ca pas d'allure !!!! 
 

Louise Guilbault
Laval


En entendant toutes sortes de réflexions suite à ce jugement que je qualifierais d'inepte, je me rend compte d'une chose  : C'est que l'intolérance face à une culture est en partie provoquée par celle-là même qui refuse de s'intégrer à celle de la majorité et qui rejette les lois d'une société (dans laquelle elle a décidé de venir vivre) qui ne leur conviennent pas. Vraiment, cela vient juste prouver que la religion, ça doit rester chez-soi et que politique et religion ne font pas bon ménage. Que dire aussi du fait que l'individu prime sur la collectivité? Une inquiétante aberration. Et l'intégration dans tout ça, comment se fait-elle? Je me souviens d'un dicton et c'est à vous de juger  : Quand on vit chez les Romains, on agit comme les Romains ... et on parle comme les Romains.
Patrick Côté
Cap-Rouge


Nous avons ce que nous méritons. 
 
Hier ce fut le chador dans les écoles, les heures de baignade pour femmes musulmanes avec monitrices femmes dans les piscines de Cote des Neiges, le refus par les femmes musulmanes de se faire osculter par un médecin homme dans un hopital public. 
 
Aujourd'hui c'est le kirpan. 
 
Demain cela sera la burkha, les mosquées dans les universités et encore pire.
Philippe CAUCHI
Montréal


Si un matin, je me sens atteint d'une psychose instantannée et je dérobe le kirpan d'un jeune sikhe pour agresser un individu, est-ce que cela ne changerait pas la perception symbolique établit par la cour suprême de cet objet qui demeure une arme blanche?
Jean-philippe Lamarre
Sept-Îles


Re  : le kirpan. 
Tout gain de liberté est un gain social. Cependant l'espace social doit être laïc pour garantir le droit à la différence. Il y a un danger réel que le religieux détruise ce tissu parce qu'en sacralisant (ici le part du kirpan) car celui qui sacralise se donne un droit hors du champ normal de la disscussion, de l'accommodement. Il tend ainsi à créer une catégorie de citoyens hors de la sphère laïque. La France présentement réfléchit sur les conséquences de certaines ouvertures. Voir à titre d'exemple cetains éditoriaux de Jean Daniel.
léonard belleau
Lévis secteur Charny P.Q.


Alors qu'on autorise le port du Kirpan également dans tous les avions, trains, etc. 
Si ce poiganrd n'est pas dangereux pour nos enfants il ne l'est pas non plus pour nos pilotes d'avion, ni non plus pour nos adultes qui voyagent en avion. 
 
Qu'on autorise la prière catholique en classe à tous les matins. 
 
F.Giroux
F. Giroux
Québec


On a enlevé à nos écoles tout ce que pouvait représenter la religion alors pourquoi en accepter d'autres. La religion est une affaire personnelle, chacun chez nous. Ce message nous renvoie une image de peuple prêt à tout pour accueillir des immigrants. Je suis totalement en désaccord avec cette décision et de plus en plus déçue de mon pays et de mes élus (es). 
 
Si un des leurs se retrouve en prison, aura-t-il le droit de porter son kirpan?
Sylvie Laboissonnière
montréal


Vos invités monsieur Maisonneuve confondent la raison du refus des Québécois concernant le kirpan. 
 
Nous ne sommes pas contre les signes religieux à l'école; nous CONTRE LES ARMES BLANCHES À L'ÉCOLE DE NOS ENFANTS. 
 
Est-ce clair ça?
Jean-François Pignon
Québec


Ce que la Cour Suprême vient de dire c'est que nulle organisme peut interdire le port d'arme "blanche". Autrement, on entre en conflict avec la Charte des Droits et Libertés qui interdit la discrimination basé sur, entre autre, la religion. Comme on ne peut interdire au sikhe le port de leur couteau, on ne peut donc l'interdire à personne. Noter que le jugement ne précise pas la longueur de lame permise, non plus. 
À partir d'aujourd'hui les commissions scolaire n'ont plus à vérifier si des écoliers sont en possession d'un couteau à l'intérieur d'une école. 

Jacques Moreau
St-Bruno


Au lendemain de l'annonce de la décision unanime des huit juges de la cour suprême, je pense toujours que ces juges ont radicalement manqué de jugeote. Je dirais même que c'est une bêtise suprême qui s'exprime à tavers ce jugement. Comment des gens supposément sensé peuvent-ils en arriver à accorder à un petit groupe des droits qu'on refuse à ceux qui ne sont pas membres de ce groupe? Si les sikhs peuvent porter un kirpan, tout le monde peut logiquement en porter un. Je trouve que l'argumentation justifiant ce jugement voulant qu'aucun incident ne soit survenu en 15 ou 100 ans ne tient pas la route. On ne peut quand même pas autoriser une personne à porter une ceinture explosive sous prétexte que le piton est collé, que les explosifs ne peuvent donc pas être activés et qu'ils ne l'ont pas été en 100 ans. 
 
On ne peut avoir une école laïque remplie de gens qui ne le sont pas. L'école doit demeurer un lieu où on éduque les gens et où on combat les hérésies. 

Paolo Mitriou
Lac-Mégantic


Qu'en est-il du respect de nos valeurs??? Je suis prêt à respecter la diversité des autres, mais je me sens très peu respecté par ce jugement. Le vrai débat, c'est que nous allons permettre la présence d'arme dans des écoles, un environnement d'enfant qui n'ont pas tous le jugement d'un adulte.  
 
Imaginons que mon enfant, plus costaux que les autres, se dispute avec d'autres écoliers, perd la pédale et tente de s'enparrer de cet arme de façon impulsive. Cette erreur constiturait une tourmente irréversible dans la vie de ma famille. J'ai peur d'envoyer mes enfants dans une école ou des armes sont permis... ou j'ai l'impression qu'ils seraient désormais moins en sécurité que dans la rue. 
 
Les sikhes veulent que l'on respecte leurs valeurs, mais respectent ils les nôtre?
Eric Valin
Montréal


Ce sont des choses qui ne devait jamais être acceptable dans cette societé. Si les gents ont leurs coutumes mais du moment où ils viennent au Canada, ils doivent normallement se conformer ou integrer a la societé canadienne et ne pas venir imposser leurs coutumes ici au Canada. 
 
Le Canada, c'est un pays qui est vraiment tres biem. Moi, ça neuf ans et demis je suis au Canada mais je suis totallement en desaccord avec cette decission.  
 
Merçi
Nic nic Boynisa
Toronto


Les lois doivent s'appliquer à tous les citoyens de façon égales. Il est interdit d'apporter un poignard  
à l'école et ça doit s'appliquer pour tous. 
 
Ce jugement est un dangereux précédent. Si le kirpan est un symbole alors ils n'ont qu'à porter un dessin sur eux.. 
 
Imaginer un jugement semblable concernant la liberté d'expression de ceux qui pronent l'assassinat des infidèles que nous sommes aux yeux de certains et tout ça au nom de leur religion.
Ghislain Létourneau
Quebec


si quelqu'un fonde une religion nouvelle qui demande a ses menbres ou fideles de porter une arme a feu soit un calibre 32,  
 
est ce que la cour supreme rendrais legale le calibre 32 et que ses fideles pouraient le porter?
michel martel
quebec


Je ne comprends pas pourquoi il pourrait être si important que le Kirpan soit un réel poignard. Les chrétiens ont bien des crucifix en plâtre, en métal, en bois, en verre et en plastique; pourquoi le Kirpan ne pourrait-il être pas être une immitation inoffensive ? À l'époque des croisés aussi la croix était portée en arme  : les épées des croisés étaient en forme de croix... je ne vois plus aucun chrétien porter l'épée cruciforme, que je sache !
Pierre Deshaies
Amos, Québec


Soulignons que le jugement reconnaît la possibilité de restrictions raisonnables au port de cette arme symbolique. 
 
Cela étant, le véritable danger de la décision me semble être que de tels jugements vont servir à réintroduire peu à peu la religion, sous une forme pluraliste peut-être, au centre de la sphère publique, en particulier dans des institutions comme l'école. 
 
Il faudra combattre cette érosion possible de la légitime laïcisation de notre société par la récupération du droit individuel au port d'un crucifix ou d'un voile sous prétexte de tolérance et de diversité.  
 
D'accord pour la liberté de religion individuelle; mais la société en tant qu'instution doit rester libre de religion.
Luc Pomerleau
Gatineau


Évidemment, comme plusieurs, cette décision m'inquiète. Je me pose la question  : quelle sera la prochaine étape ? Qu'allons-nous accepter au nom de la liberté de religion, au nom de la diversité culturelle ? À ce sujet, l'événement qui m'a le plus marqué est survenu il y a deux ou trois ans  : à Noël, des personnes avaient demandé de retirer les arbres de Noël et les chants de Noël des écoles, parce qu'ils représentaient des symboles de la religion catholique, ce qui pouvait heurter les pratiquants des autres religions. 
 
Mais ce qui m'a profondément déçu hier, c'est de constater que le jeune Sikh en question ne parle même pas le français. Donc, cet adolescent et moi ne parlons pas la même langue, nous ne pratiquons pas la même religion et nous n'avons pas la même culture. Pourtant, légalement, nous sommes tous les deux Québécois. Mais qu'est-ce qui nous unit ? Qu'est-ce qui nous rassemble ? 

Henri Blatter
Rouyn-Noranda


Je ne comprends pas comment on peut être si stupide!!! 
 
Donc, si je comprends bien; 
une arme blanche, c'est bien à l'école mais pas dans les avions. 
Ça ne tiens pas debout! 
 
Dans les aéroports, on ne peut même pas avoir de lime à ongle pour passer la sécurité. 
 
Nous sommes si naïf, c'est navrant. 
 
Et il y aurait bien d'autre chose à dire! 

Jean Roy
Sept-Iles


Mes ancètres se baladaient toujours avec une lance ou un arc et des flèches....Maitenant ai-je le droit de transporter ces armes sous prétexte que ça fait partie des coutumes de ma culture et de ma religion ??...
Christian Denis
montréal


Concernant le port du kirpan, 
je suis des plus étonnée que la cour ait donné son approbation. 
Quand on va ''à Rome, on vit comme les romains'' 
Et du fait qu'on accueille toutes les nationalités ne nous oblige pas à immoler notre propre culture sur l'autel de ceux que l'on accueille . 
Ici, il est interdit de porter une arme pour se protéger pourquoi alors le permettre aux autres. 
Après ça, ce sera quoi ? 
Je pense à la chanson de Félix Leclerc qui dit  :''assis-toi fais comme les autres ''autrement dit  : gobe tout ce qu'on t'impose.
Andrée Dumas
Charlesbourg


Complètement contre. J'exigerai de ma commission scolaire de savoir si une personne porte un couteau sur elle à l'école que mon enfant fréquente. Si c'est le cas, j'exigerai de ma commission scolaire une protection accrue pour mon fils. Si elle ne peux fournir cette protection, j'engagerai des poursuites parce que mon fils n'a pas droit à une éducation sécuritaire. Ce n'est pas la cours suprême qui va me convaincre en tant que parent qu'un kirpan n'est pas dangereux.
Robert Paquette
Lachenaie


Nos enfants n'ont pas le droit d'avoir une casquette en classe, ni d'emporter du beurre d'arachide à la garderie. Eux, ils ont le droit de ne pas porter de casque de vélo (en C.-B.), les agents sihks de la GRC ont le droit de garder leur turban au travail, portent des poignards sur eux à l'école... ça me répugne. Mon propre gouvernement me dit que je suis un citoyen de 2ème classe et je suis supposé dire "Merci et Bienvenue au Québec" ??? 
Avez-vous fini de rire de moi ?
Pierre Marcotte
Sept-Îles


Je suis d'accord avec le jugement en ce qui concerne l'aspect sécurité de la chose. J'ai l'impression que l'on se batttait avec le mauvais cheval. Ce avec quoi je suis en désaccord c'est que ce jugement impose aux écoles d'accepter la présence de symboles, (qu'ils soient religieux ou non ne devrait pas faire de différence), qui vont à l'encontre des principes qi cimentent la société québéquoise. 
 
Ce symbole en est un de résolution de conflit par la violence car le kirpan est le symbole d'une arme. Est-ce que les Sikhes croient que ce mode d'action est à valoriser? C'est aussi déplorable que le port du voile et de la burka qui eux sont le symbole de la soumission de la femme devant les hommes tout autant que devant le Dieu des musulmans.
Chantal Ouellet
Joly


Je suis tout à fait d'accord avec la Cour Suprême. Le Kirpan n'est pas plus dageureux pour nous que le marteau d'un ouvrier; il y a eu des meurtres fait à coups de marteau pas de kirpan.  
Un symbole religieux exprimant son état a le droit de cité, en public; un jonc ou une bague de mariage pour une jeune enseignante, une petite croix sur les vêtements d'une religieuse qui serait directrice d'école et le mot Jésus imprimé sur les tee-shirts de nos enfants à l'école ne devrait pas causer de tort à personne... 

Pierre Letendre
Ste-Brigitte des saults


Je suis contre. Je crois à la liberté mais! Ils sont au Canada maintenant plus dans leur pays, je ne crois pas que c'est à nous de nous adaptez à eux mais bien à eux à s'adaptez à nous.  
Si nous allons vivre dans un pays musulman, je ne crois que ces gens vont apprécier qu'on se promène en short et camisole...je vais devoir me vêtir selon leur habitude. Donc s'adaptez à eux. 
Le Canada est trop flexible. Nous avons enlevé tout symbole religieux dans nos écoles. Alors si nous sommes catholiques on devraient avoir le droit à un symbole. Hônetement, il n'y a rien dans leur religion qui indique le porte du voile...se n'est pas écrit. C'est un choix. Le Canada devrait faire comme la France. Aucun symbole. 
Déjà que les gens sont craintif envers les musulman qui sont en général associé au terrorisme.... donc maintenant on ne surveille plus juste les sacs à dos mais les couteaux maintenant qui devienne plus long lorsque la personne vieillit.  
La prochaine étape  : les grenades!
Macy Isabel
Montreal


Mon opinion 
 
La différence et la diversité ouvre l'esprit et permet la tolérance. 
Je trouve que l'on a peur de la différence. 
 
L'école est laïque mais la façon de se vêtir est personnelle, le danger n'est pas le vêtement mais l'enseignement. On doit enseigner toutes les religions ainsi on comprend et accepte la différence, donc plus de tolérance.
pauline bouffard
lac drolet


Au lieu de passer de contre à pour du jour au lendemain, je suis toujours contre. Et j'ai d'autres arguments. Vous rappelez-vous de la mode hip hop du bling bling, associée notamment au gangsta rap? Vous rappelez vous aussi des chaînes que certains joueurs de basketball portaient au cou? Et bien, la NBA a émis la directive suivante  : “The bling-bling can't be worn on the outside of a shirt.” Il s'agit un peu du même dilemme que celui du kirpan. Les noirs américains pouvaient plaider qu'ils étaient victimes de discrimination, même si les chaînes pouvaient servir à attaquer quelqu'un. Les statuettes africaines sont bien utiles pour se défendre des gens qui entrent par effraction dans les maisons, mais quand même... Que dirait-on si les japonais se promenaient avec des armes blanches sous le prétexte que les arts martiaux font partie de leur culture?
Jean-Victor Côté
Saint-Bruno-de-Montarville


Un auditeur rappelait qu'une arme, aussi symbolique soit-elle, reste une arme et je suis d'accord. Que ce symbole soit fondamental à la pratique de la religion sikhe, j'en convient aussi. Et si le jeune garçon faisait l'objet de "taxage" ou s'il se faisait subtiliser son poignard par des voyous parce qu'ils la convoirent, justement comme une arme? Que penser alors de la liberté individuelle d'apporter un tel "symbole" à l'école?
Monique Chevrier
Val-Morin


La fonction d'une arme est de se protéger ou d'attaquer. 
En quoi est-ce qu'un étudiant a besoin d'une arme pour apprendre? 
Avec les conséquences qui s'en suiveront... 
Nous envoyons nos enfants à l'école pour apprendre et à l'église pour pratiquer le religion. 
Si les Sicks ont maintenant droit de porter le kirphan à l'école, pourquoi les autres étudiants n'en porteraient-ils pas eux aussi? 
La Cour suprême a permis à nos immigrés «d'envahir» un peu plus notre société plutôt que de «s'intégrer» à notre société. 

Daniel Dubuc
Saint-Romuald


Nous avons opté pour une école non confessionnelle au Québec. Nous en avons sorti les crucifix, ce n'est pas pour faire entrer d'autres signes religieux à l'école . 
Il ne faut pas mélanger la religion avec l'éducation scolaire comme il ne faut pas mélanger la religion et la politique  
La religion est un domaine privé et doit le rester . Oui pour la religion à la maison non pour la religion à l'école .
Alain Desilets
Henryville


Bonjour Monsieur Villeneuve 
 
Je n'étais pas raciste, mais avec tout ce que j'entend actuellement, je commence réellement à m'opposer à notre philosophie d'acceptation des autres cultures. Non pas que je veux régresser, mais plus on avance dans le temps et plus la culture Québécoise s'efface. Où en sommes-nous et dans quel état sera notre culture dans 10 ans? Qu'est-ce qui nous représente aujourd'hui? Si nous acceptons tout ce qui nous est proposé venant des autres cultures, nous perdrons notre identité et on s'éffacera tranquillement sans que personne s'y oppose. Je suis tout simplement outré de voir que nos juges oulient jusqu'à notre propre protection et ce juste pour que nous puissions donner l'image d'un peuple accueillant. On va attendre qu'il y ait une agression avant d'agir encore une fois..ON RIT DE NOUS ACTUELLEMENT. S.V.P. réveillons-nous. 

Claire St-Georges
Laval


Les juges de la CS ne font qu'interpréter la Charte Trudeau. À l'époque, bien du monde applaudissait cette loi ancrée dans le béton; nous en sommes qu'au début de la découverte de sa portée! Le Canada vaste pays qui exhalte le communautarisme devrait se pencher sur la question de l'intégration des immigrants et exiger que des valeurs communes soient partagées par tous dès la 2e génération. Par exemple, la langue, l'école et la loi de notre démocratie doivent devenir le crédo de tous. Partager ces valeurs dans un espace démocratique commun ne signifie pas l'abandon complet de sa culture, mais annonce que tout immigrant doit ajouter d'autres valeurs prioritaires qui viendront peut-être nuancées celles déjà acquises. C'est le sous-entendu de leur arrivée dans un pays. Dans une démocratie pluraliste, le plus petit commun dénominateur c'est la loi. Que les législateurs en soient aussi conscients!
André Gamache
Québec


Bonjour monsieur Maisonneuve, 
 
En préambule, je me demandais justement si ce n'est pas un Sikhe qui a assassiné Ghandi?  
 
Comme le disait un auditeur ce matin à Radio-Canada Ottawa-Gatineau, cette décision permettra aux canadiens de mieux s'intégrer aux immigrants que nous accueillons. 
 
Quel beau symbole religieux de justice! 
 
En terminant, je constate que la Cour suprême a repris sans le savoir un slogan de mai 1968 qui disait qu'il est interdit d'interdire... 
 
 
 

Robert Beauchamp
Gatineau


Est-il possible que les Quebecois pure laine soient fondamentalement xenophobe ? 
 
Moi je commence a croire de plus en plus que oui. 
 

Didier Nicque
Mtl


Le poisson est un symbole qui représente les chrétiens. devrions-nous traîner à l'école un poisson dans notre sac sous le prétexte de la liberté d'expression? 
Par ailleurs est-ce possible que quelqu'un qui ne croit pas à la liberté de pensée, quand il est disciple d' une religion totalitaire, obtienne de la cour le droit de porter une arme blanche dans une école neutre au non de la liberté d'expression? Et cela est encore plus ridicule qu'il s'agit ici d'un enfant qui devrait avoir le droit à ne pas devenir si jeune exclave d'une pensée totalitaire.
Jicano Simard
ste-foy


Je suis d'accord avec la décision du tribunal. C'est pour moi une question de liberté religieuse.  
 
Par contre, pour moi les Sikhe on un travail de réfexion à faire sur le symbol du Kirpan. Le Kirpan est un symbol violent. Je comprend toute la tradition et l'identité derière ce symbol mais pour un jeune Sikhe a l'age de la puberté, un couteau n'est pas ce qui l'aidera à défendre sa foi. Les temps changent ce qui avant sembalit nécessaire pour défendre sa foi, la rabaisse maintenant.  
 
Les Sikhe pensent-ils vraiment défendre leur foi par la violence? 
Quel rapport à la violence on les Sikhe? 
Quel image veulent-ils projeter au nom de la tradition?
Dominique Chayer
Montréal


 


Pour ou contre la décision de la Cour suprême d'autoriser le port du kirpan?
 
[Écoutez l'extrait>>>]
 




Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes

 
Error processing SSI file