du 29 septembre 2009
Notre nouveau site!
 


PARTICIPEZ À LA TRIBUNE TÉLÉPHONIQUE
du lundi au vendredi,
dès 11 h 30
514 597-3700 (Montréal)
1 877 597-3700 (extérieur)

Les tribunes sont ouvertes jusqu'à 16 h pour recevoir vos commentaires sur le sujet du jour.

Courrier :
MAISONNEUVE EN DIRECT
Société Radio-Canada
1400 René-Lévesque Est,
bureau A67-7
Montréal (Québec)
H2L 2M2

Courrier électronique :
endirect@radio-canada.ca


Le 2 mai 2007

Encore une fois, le prix de l'essence grimpe

Les automobilistes canadiens subissent, encore une fois, une hausse du prix de l'essence. Au pays, le litre coûte en moyenne 1,10 $. Il s'agit d'un bond de 5 cents le litre, par rapport à la moyenne de mars. C'est à Vancouver que l'essence est la plus chère. On la paie 1,28 $ le litre. Dans la région montréalaise, il faut payer 1,18 $ le litre. Instabilité au Nigeria, tensions au Moyen-Orient, forte demande, faibles stocks. Ces facteurs pourraient expliquer la dernière hausse du prix de l'essence au pays.  
 
L'Association des consommateurs du Canada proteste contre cette nouvelle augmentation. Selon le président de l'organisme, Bruce Cran, les gens en ont assez de se faire escroquer à la pompe pour des raisons obscures. 
 
Croyez-vous ce qu'on vous dit pour justifier les hausses du prix de l'essence? 
 
Pierre Maisonneuve analyse la situation avec Antoine Ayoub, professeur émérite en économie à l'Université Laval et spécialiste des marchés pétroliers, avec Carol Montreuil, porte-parole de l'Institut canadien des produits pétroliers, et avec Sophie Gagnon, directrice des affaires publiques au CAA, section Québec.



Faites-nous part de VOTRE opinion !
Communiquez-nous vos commentaires en cliquant ici.
Merci de votre participation!




Un problème bien défini est à moitié résolu. 
 
Le problème est le suivant  : la consommation de pétrole  
des Énormes Économies Émergentes Énergivores (ÉÉÉÉ) -- 
Inde/Chine/etc -- est en « progression géométrique », 
i.e. double à chaque 10 ans; mais la production mondiale de  
pétrole progresse beaucoup plus lentement. Ce problème n'a 
pas de solution, pas même de solution magique -- en effet, 
d'un coup de baguette magique pouf! doublez la production 
de pétrole mondiale...et dans 10 ans vous vous retrouverez 
à la case départ. Et ça va continuer ainsi pendant tout le 
21ème siècle.  
 
Les ÉÉÉÉ boivent tout le pétrole, Mesdames et Messieurs, 
et il en reste de moins en moins pour abreuver nos autos 
assoifées et ça coûte de plus en plus cher. Je n'ai pas de 
solution, si vous en avez une mettez-la ici --> ______
Serge Savard
Montréal


Bonjour, 
 
Semble t-il qu'il n'y ait pas collusion entre les pétrolières, sauf que toutes augmentent en même temps et au même prix! 
 
De plus, on se plaint à la petite caissière qui n'a rien à voir avec le prix exorbitan et pour ne pas être trop méchant envers elle, on termine notre transaction en disant "c'est trop cher, mais on n'a pas le choix" 
 
Peut-être que cette fois-ci l'augmentation nous fera réfléchir sur nos moyens de transport et fera réfléchir l'industrie automobile pour trouver des alternatives au pétrole. Ce serait bien de pouvoir se passer de ces exploiteurs. 
 
Bonne journée...de marche!
DOMINIQUE LAVALLÉE
QUÉBEC


L'essence à prix fort fait enrager l'automobiliste et l'amateur de sports motorisés qui sommeille en moi alors que les pétrolières font des profits records.  
 
Mais je me console en pensant que c'est un moyen pour limiter les Co2. 
 
Un dur combat en soi-même !
Georges LeSueur
St-Ambroise


C'est évident qu'ils sont menteurs!! En plus, leurs chiens-de-poche, les écologistes jouent leur rôle  : ils tentent de nous faire croire que c'est une bonne chose. Personne, ou presque, ne peut réellement se priver de son auto. En plus, la plupart des produits que nous achetons viennent par camion, les prix exploseront. Quel bon inventissement pour les pétrolières de donner des centaines de milliers de dollars à Greenpeace!!
Bruno Laforest
Mtl


L'analyse du professeur Léo-Paul Lauzon est pertinente. On ferme des raffineries pour contrôler l'offre et faire monter les prix. Les profits des pétrolières canadiennes est passé de 25 milliards en 1999 à 121 milliards en 2006 et scandaleusement le gouvernement canadien continue à subventionner cette industrie en y versant 1.6 milliards par année. Tous les pays producteurs nationalisent leur industrie pétrolière sauf au Canada pour plaire aux États-Unis dont l'hégémonie est menacé.
James A. Wilkins
Lac Brome


Bonjours M.Maisonneuve.  
 
Entre 1966 et 2002, le gouvernement fédéral a englouti 66 milliards dans l'industrie de l'énergie fossile coast to coast. L'achat de Pétro-Fina en 1982 au coût d'un milliard et demi alors évalué à 300 millions par Pierre-Éliot Trudeau démontre une longue tradition de magouille troublante de la politique énergétique canadienne. Après avoir supporté ders recherches coûteuses et immobilisations, Paul Martin a vendu les actions de Pétro-Canada alors que sa rentabilité était assurée pour les payeurs de taxe canadiens. L'ennemi #1 de Georges Bush vient de nationaliser une partie de la pétrochémie de son pays alors qu'ici on fait tout le contraire. Sommes-nous à la solde d'une bande de criminels qui détournent des milliards vers des paradis fiscaux nous laissant que les jobs de caissiers de dépanneurs! Et la pollution, en prime!
Mario Goyette
Charny.Qc.


Les raisons obscures sont profitables pour les compagnies pétrolières. Je crois qu'ils ont compris la stratégie que ENRON avait addopter avec la fabrication d'une crise energitique en Californie de 2000-2001.
Kevin Savoie
Fredericton


Comment ne pas se sentir frustré quand  : 
On nous prend pour des idiots en expliquant les hausses sous des prétextes tant farfelus que contradictoires.  
Aucune autorité gouvernementale ne semble avoir assez d'emprise pour contenir cet insatiable appétit pour les profits. 
Même si personne n'ose l'affirmer, tout ça ressemble dangereusement à une collusion parfaitement synchronisée. 
 
On n'ose même pas se réjouir de l'éventuelle diminution de la pollution provoquée par la majoration des prix  : ce qui nous attend à terme, c'est une hausse généralisée de tous les produits et services. Bref, notre appauvrissement collectif pour l'enrichissement d'un monopole.
André Michaud
Boucherville


Pour ma part, je considère que nous avons tout a gagner. La hausse du prix de l'essence que l'on dit inévitable a un effet qui ne peut durer bien longtemps en comparaison a notre consommation qui ne cesse de croitre et qui détruit notre environnement alors les deux effet se rejoignent et c'est tant mieux . Il faut se demander qu'est-ce qui falloir faire pour diminuer notre surconsommation? Moi j'y travaille j'ai commandé une voiture hybride. 
Merci
Alain Marcotte
Victoriaville


En Californie et au Névada, il y a systématiquement 5 à 10 cents de différence entre les différentes stations d'essence sur un même coin de rue.
Jean Beaudet
Montréal


Tant et aussi longtemps qu'une politique ne sera pas mise en place pour empêcher les pétolières a jouer avec les prix de l'essence, ils pourront abuser de notre dépendance à l'essence pour faire des profits faramineux. Rien à voir avec le prix du brut et le prix à la pompe, le 31 mars dernier le prix du brut était de 67,00 $ et à la pompe 101,09 $ . Aujourd'hui il est à ±66.00 $ le brail et 120.00 $ à la pompe. Mais l'été arrive et l'argent aussi.
Alain Lebel
Trois-Rivières


Bonjour, 
Dommage que le ridicule ne tue pas! Oublions le Nigeria, l'Arabie Saoudite, l'Irak etc. 
Le Canada est un exportateur net de pétrole. Autrement dit, nous sommes auto-suffisants. 
L'ennui, c'est que les conservateurs et leur aplatventrisme devant les américains a fait en sorte que nous soyons dépendants non pas de nos propres ressources, mais bien des compagnies américaines héritières des Bush, Cheney, etc. à qui nous avons livré ces ressources. 
 
Au lieu de passer notre temps à villipender Pierre Trudeau et sa constitution, peut-être faudrait-il se souvenir qu'il souhaitait avec Pétro-Canada assurer notre indépendance énergétique. Malheureusement à commencer par le Bloc et le PQ, en dénigrant ses nobles idées, le Canada s'est tiré dans le pied... Fantastique la souveraineté!
jean lengellé
Embrun Ontario


Moi, l'été, j'utilise un véhicule économe en essence  : une motocyclette. Consommation  : un peu plus de 3 litres au 100 km sur la route, environ 6 en conduite urbaine. J'en profite pour illustrer un cas de discrimination  : l'achat d'un véhicule économique en consommation d'essence à deux roues n'est pas encouragé par la mesure récemment annoncée par le gouvernement fédéral. Pour avoir droit à l'encouragement monétaire, il faut acquérir un véhicule à quatre roues, qui consomme plus... qu'une moto.
Michel Morin
Québec


Je veux bien croire qu'une certaine augmentation de la demande justifie la hausse du prix de l'essence mais je crois que ce qui amène surtout cette hausse c'est avant tout la boulimie des pétrolières et des actionnaires. On nous prend pour des imbéciles et nous le sommes en acceptant de payer plus cher l'or noir sans réagir. Il manque une partie à l'équation "hausse de la demande = hausse des prix". Logiquement la hausse de la demande devrait entraîner une hausse des prix qui à son tour entraîne une hausse de la production et l'arrivée de nouveaux joueurs sur le marché. S'il était impossible d'augmenter l'offre je comprendrais mais ce n'est pas le cas. Si la capacité de raffinage est limitée il suffit de l'augmenter. Il n'y a pas beaucoup d'industries qui n'ajustent pas l'offre à la demande. 
 
Il faudrait arrêter plus souvent à la pompe et demander chaque fois 2$ d'essence pour démontrer que les consommateurs peuvent également faire suer l'industrie.
Paolo Mitriou
Lac-Mégantic


Nous sommes un couple à la retraite et nos revenus n' augmentent pas au même rythme.Comment voulez vous diminuer votre consommention quand vous vivez à trois km dun village, à 17 km d' une épicerie et d' une banque et à 40 km d'un centre d'achat? Nous avons une voiture économique et plusieurs personnes sont dans notre situation au Québec. 
C' est scandaleux les profits que font les pétrolières.
Lise Laberge
Lac Saint-Paul secteur Mont Laurier


Lorsque l'on demande à quelqu'un de justifier son achat de VUS ou autre véhicule énergivore, il vous répondra à tout coup qu'il a s'agit d'un choix, qu'après tout on habite dans un pays libre (sous-entendu une économie de marché). Ces personnes seront ensuite les premières à exiger une règlementation gouvernementale afin de limiter les prix de l'esence à la pompe. 
 
Je suis désolé, mais l'exploitation d'une resssource, dans un "pays libre", ça se fait par le secteur privé et, quand cette ressource vient à se faire rare, son prix reflètera l'état de l'offre et de la demande. Point à la ligne. 
 
SVP, faîtes très attention de ne pas confondre vos désirs et vos besoins.
Luc Surprenant
Montréal


Absolument pas, les compagnies sont là pour une simple et bonne raison  : le profit. 
Un abandon soudain et absolu du modèle conventionnel du véhicule à essence par des véhicules hybrides (électrique et essence) provoquerait immédiatement une hausse du prix unitaire du litre d'essence afin d'engranger un profit constant. On nous dira que c'est le marché mondial de la libre entreprise qui le veut ainsi...Il y aura toujours une bonne raison justifiant une hausse du prix à la pompe. Un jour c'est la pénurie, demain ce sera l'équilibre entre la production et la demande. Le contrôle est hors de portée des gouvernements. La solution réside dans des gestes de nationalisation comme ceux du gouvernement de Hugo Chavez. Si il y a profit, que ce profit revienne au peuple.
André Duval
Montréal


Il faudrait faire des études comparatives de l'évolution des prix respectifs du pétrole brut, d'une part, et de l'essence et du diesel, d'autre part, pour déterminer s'il y a des entreprises de distribution d'essence et de diesel qui abusent de la situation. Un moyen pour elles de profiter de la situation serait de réfléter les hausses de prix rapidement ou même de les devancer et de refléter les baisses de prix lentement ou partiellement, de façon à provoquer un effet de clé à rochet sur les prix au détail, qui s'éloigneraient ainsi progressivement des prix de gros. Mais la croissance de la demande peut aussi avoir un effet  : si les capacités de raffinage sont utilisées au maximum, alors la croissance de la demande au delà de cette limite entraîne une hausse des prix au détail à cause de la rareté du pétrole raffiné. Il faut dans ce cas limiter la demande au détail pour que les prix baissent. Dans tous les cas, en encourageant l'économie d'énergie, on exerce une pression à la baisse sur les prix au détail.
Jean-Victor Côté
Saint-Bruno-de-Montarville


1% d'augmentation de l'offre. 
1,5% d'augmentation de la demande. 
une conduite apaisée et respectueuse des limites de vitesse conduirait, à kilométrage égal, à une baisse de la demande de l'ordre de 10 à 15%. La demande baisserait...on verrait si les prix suivraient..?
Jean-Jacques Roussel
Québec


Lorsque j'écoute Monsieur Montreuil expliquer et défendre la position des pétrolières, je me dis que j'espère qu'on le paie bien pour faire un tel travail, car je suis convaincu que les dirigeants de ces entreprises l'écoutent en se frottant les mains en signe de satisfaction. Il faut être drôlement compétent pour tenter d'endormir toute la population et nous faire croire que les pétrolière ne sont pas les grand abuseurs de ce marché.
Mario Ledoux
Varennes


Oui c'est justifier, le pétrole c'est précieux. La bonne facon de faire face à cette hausse, c'est de ralentir.
Laurent Piché
Montréal


Bonjour, 
 
Nous sommes en présence d'un oligopole et dès que les entreprises se parlent dans ce marché, nous revenons à une situation de monopole. 
 
Les ressources naturelles appartiennent à l'ensenble des habitants du pays où elles se trouvent. Nous avons donné à quelques entreprises géantes l'exclusivité d'exploiter une ressource nationale et de se remplir les poches de façon exagérée. 
 
Les héritiers d'Al Capone ont troqué la mitraillette pour la cravate. Ils sont désormais dans les grandes sociétés, à la bourse, dans les banques etc. On aura beau essayer de croire certains universitaires qui s'évertuent à faire toutes sortes d'analyse de tendance, là n'est pas le problème. La solution cependant est celle de Hugo Chavez  : La nationalisation.
Gaston Langlais
Gaspé.


Il existe très peu de gros "monstres" en Suède; en fin 2005, le coût de l'essence était d'environ 1,90 $/litre mais les transports en commun et surtout une taxation très en faveur des véhicules au biogaz, hybrides électriques, à faible consommation et, dans une moindre mesure, à l'éthanol, offrent véritablement aux consommatrices et consommateurs responsables une alternative réelle au pétrole . Résultat? La vente de véhicules "verts" était en très forte hausse en 2006.
kim Cornelissen
Saint-Marc-sur-Richelieu


Savez-vous quel est le prix de l'essence à la pompe au Vénézuela ? 3 cents le litre. Est-ce un exemple à suivre ? Ce pays est en train de sombrer dans la pollution.
daniel boisseau
montréal


On me dépasse régulièrement de façon tout à fait agressive parce que je roule sur autoroute à 90KM/H avec ma Hybride afin de faire des 4.5 litre/100Km. Si tous ne faisaient que suivre les limites de vitesse, il sauveraient des 10% à 20% d'essence sans aucun effort.
Pierre Morissette
St-Bruno


Bonjour! Lorsque l'on voit la facon dont les gouvernements nous volent(voir article de Jobboom, avril vol.8 no.4  : Le vol du siecle)sur le detournement des fonds de l'A.C.,la porte est ouverte a toutes les exagerations et c'est toujours le moins nanti qui est pris en otage.
Michel Therrien
Pointe-Claire


Essence  : Je suis horrifiée par le prix élevé de l'essence et face à ceci on n'a pas le choix ( et tous le savent bien ) nous devons se rendre à notre travail ( transport en commun et covoiturage) sont des solutions pour une infime partie de la population. ET dans tout ceci nos salaires n'augmentent pas et il faut se nourrir aussi et se vêtir il n'y a pas de l'essence. Si on proteste jamais et qu'on se dit, on a pas le choix car c'est pas nous qui font les augmentations ( mais nous devons les subir par exemple) J'aime bien donne mon commentaire, mais jusqu'à quel point finalement nos commentaires ont un impact ? Je crois que les dirigeants s'en contre fou !!! et c'est un bien grand dommage l'indifférence de leur part. À quelque part le fait " d'être ignoré " cela insite parfois à en venir même à détester ceux qui nous dirigent finalement c'est aussi simple que cela... 
Merci de la lecture
Lina Bouchard
Stoneham


J'ai fait le plein ce matin à 1.07 $ du litre. Il y a 2 semaines, le prix était de 1.08 $ et Pétro Canada a tenté une hausse à environ 1.12 $. Les petits n'ont pas suivi et Pétro Canada a baissé le prix à 1.07 afin de punir les petits de ne pas avoir suivi. C'est du moins l'opinion de mon détaillant Crevier. Des batailles de rue qui n'ont rien à voir avec la géopolitique mondiale...
pierre laplante
sainte-luce


Bonjour ! 
 
On parle d'économie, alors vivement pas deux dollars mais trois dollars le litres et pourquoi pas les taux d'intérêts à 20%. 
 
Peut-être alors prendrons-nous un véritable virage vert !
Richard St-Laurent
Val-Joly


Bonjour ! 
 
On parle d'économie, alors vivement pas deux dollars mais trois dollars le litres et pourquoi pas les taux d'intérêts à 20%. 
 
Peut-être alors prendrons-nous un véritable virage vert !
Richard St-Laurent
Val-Joly


Il faut que le prix de l'essence reste élevé si on veut arrêter sa surconsommation, source du réchauffement climatique. Le problème, c'est qu'il augmente avec la demande et qu'il diminue quand la demande baisse. L'application du protocole de Kyoto risquerait ainsi de faire baisser les prix de l'essence! 
 
De plus, les hausses de prix ne servent en rien la collectivité, allant dans les poches d'une poignée d'actionnaires. 
 
C'est la preuve que la loi du marché ne peut rien pour l'environnement.  
 
Le prix de l'essence, selon moi, devrait être à 2,50$ le litre. Cette hausse ne devrait pas être allouée à l'enrichissement des actionnaires de sociétés pétrolières, mais devrait prendre la forme d'une taxe destinée à la "désautomobilisation" des systèmes de transport.
Nicolas Calvé
Montréal


Bonjour..... 
 
Non, ce n'est pas justifié du tout, ces compagnies profitent des consommateurs. 
 
Une seule chose à faire pour contrer ces profiteurs... 
 
Nationalisé, se réapproprié ce qui nous appartient. Copié la démarche du Vénézuela et reprendre le controle de nos richesses naturelles, dans ce cas ci, de notre pétrole et en faire profiter les citoyens et notre économie.  
 
Il n'existe aucune raison logique à ce que ce soit des compagnies privés et étrangères qui sois en controle de nos richesses naturelles. 
 
Il n'y a rien d'autre à faire, sinon, on se tait et l'on continus d'enrichir ces profiteurs.
Mario Rondeau
Gatineau


Prix de l'essence... 
 
L'essence, ne sert pas seulement aux vacances... Toutes ces hausses de prix scandaleuses (surtout lorsque le prix du baril est à la baisse) ont aussi des conséquences catastrophiques dans notre vie... 
 
Le prix de la nourriture de base, le transport scolaire, les biens de consommation. Les services aussi. Un électricien, un plombier augmentera aussi ses tarifs. Bref, tout monte et notre pouvoir d'achat diminue considérablement. 
 
Je vous demanderais aussi d'arrêter de citer en exemple les 4X4 lorsqu'on parle de consommation d'essence. Toutes les voitures sport surtout Turbo consomment autant sinon plus qu'un Toyota Tundra 4X4. Nous avons troqué notre audi allroad contre un tundra et ça nous coûte moins cher Longueuil-Rimouski que lorsque nous avions une audi.  
 
Le gouvernement abuse aussi à son profit de la situation car il n'y a pas de plafond!
Diane Desfossés
Longueuil


Les pétrolière font des profits sur le dos des consommateurs? Soit, mais voilà qui sert la cause environnementale. Et pour moi ce combat a priorité. Nous sommes des SUR CONSOMMATEURS! Reconnaissons-le et changeons nos habitudes. De cette façon on paiera moins cher, à terme, le prix de l'essence et on aura réduit nos émissions de GES. C'est triste à dire, mais quand le portefeuille des individus est touché, les habitudes changes. Ce ne sera que par des prix élevé que les gens adopteront des moyens alternatifs à l'automobile. Le prix de l'essence peut bien grimper à deux et même trois dollars, je serai content de voir les effets. Quant nous aurons rompus notre dépendance envers le pétrole, les prix baisseront d'eux même, la règle de l'offre et de la demande étant ce qu'elle est.
Daniel Grégoire
Montréal


On nous dit que les gouvernements ne peuvent intervenir pour contrôler les prix de l'essence. Je ne comprends pas pourquoi, mais pourquoi n'interviennent-ils pas sur l'augmentation en limitant, par exemple, à 3 cents le litre / jour ? De cette façon, nous les consommateurs aurions au moins la possibilité de réagir, chose qui nous est présentment impossible.
Mario Ledoux
Ste-Julie


Bonjour, 
 
Trop chère l'essence??? 
 
C'est l'énregie la moins chère sur terre sans aucun doute pour le transport. La loi du libre marché existe bien. Tous et chacun peuvent se lancer en affaire pour y faire concurrence! 
 
Je vous souhaite bonne chance! 
 
Pour ma part je crois que le prix devrait encore monter pour nous permettre de dévelloper d'autre technologie et sauver notre si précieuse planet.
Billy Lapointe
Rivière-du-Loup


on va récuperer les couts d'augmentation de l'essence par un retour de la perequation au québec ... L'alberta étant la vache a lait, de notre systeme actuel. c'est peut etre la seule bonne nouvelle...
pierre m de ruelle
ile des soeurs, mtl pq ca


Bonjour, 
 
Le prix de l'essence augmente et les automobislistes se fachent. 
 
Je m'étonne juste de constater que l'on n'aborde que trop rarement le problème sous un autre angle. L'augmentation de l'essence va avoir des répercussions directe sur de nombreuses marchandises tels que l'alimentation. Les coûts de notre alimentaion de base vont augmenter. Et encore une fois, ce seront les populations les plus pauvres - qui n'ont pour la plupart pas de voiture - vont encore avoir plus de difficulté pour boucler leur budget. 
 
Si vous avez un 4X4, je n'ai aucun problème. Allons y pour un litre d'essence à 2 $ ! Mais arrangeons-nous au moins pour qu'il n'y ai pas d'impact négatif sur les marchandises premières comme l'alimentation. Le gouvernement doit agir pour cela par des aides ponctuelles.
Étienne van Steenberghe
Montréal (Qc)


Depuis des décennies, nous sommes habitués à un confort incroyable. Avoir une automobile est un de ces confort pour de nombreuses personnes. Et je ne parle pas ici des gens qui, comme le représentant de commerce qui vient de vous téléphoner. Nous pourrons influencer la demande en changeant notre utilisation de l'automobile. Je suis toujours un peu ahuri de voir plus de 90% des automobiles sur nos routes avec un chauffeur et aucun passager! Je propose donc à vos auditeurs de changer leur utilisation de leur véhicule en les encourageant à prendre le transport en commun, à trouver des personnes avec qui ils pourraient faire du co-voiturage, à utiliser un vélo ou à marcher. Pourquoi pas trouver une résidence située plus près de leur travail, aussi. Chiâler contre les pétrolières ne sert par à grand chose. Leur objectif est de maximiser les profits pour leurs actionnaires, et cela ne changera pas de sitôt! Rappelons-nous,  : comprendre globalement et agir localement.
Guy-Renaud Kirouac
Montréal


monsieur maisonneuve,  
 
je suis un auditeur francais, et je rigole à vous écouter car ici le litre d'essence est en moyenne à 2,3$. il faut savoir que l'essence est taxé à 75%, et la compagnie TOTAL vient de faire un profit record de 12 billion $. monsieur ici l'essence est vital peut importe le prix, il nous en faut pour nos voitures. pour finir mon propos sachez qu'ici cette hausse ne se percois pas. 
 
cordialement.
jeremy pecoul
digne les bains (provence FRANCE)


Le gaspillage va arrêter à $3.00 le litre, pas avant...
Alain Saint-Pierre
Victoriaville


Dans une perspective de Développement Durable, le prix de l'essence n'est évidemment pas conforme à la réalité. Il ne tient pas compte des coûts sociaux (comme la santé des gens) et environnementaux (comme la préservation des écosystèmes) que nous devons tous assumer en tant que citoyens et comme société. Il faudra encore beaucoup de sensibilisation et d'éducation pour que nous comprenions ces choses en termes d'interdépendance...
Pierre-Antoine Girard
Montréal


On cherche des facons de réduire les gaz a effet de serres. Mais on permet la vente du véhicules énergivore. On les vend a la télé en les voyant rouler a vitesse folle dans les villes. 
Quand va t on légifiré? En Europe, l'essence est cher, mais ce sont les taxes, qui reviennent aux consommateurs.
Daniel Fontaine
Montréal


Une partie de notre problème reside dans le fait que nous sommes dependants d'une seule source d'énergie pour faire rouler nos voitures. Je reviens d 'un séjour de plusieurs mois en Amérique du sud et j 'ai été à meme de constater que des pays comme le Brésil ont pris les moyens pour y remédier. Le méthanol se vend pratiquement 2 fois moins cher que l essence super d'ici. En Argentine le gaz naturel est diponible pour les voitures. À quand les petites voitures électriques pour les centres villes.
jean martineau
Sherbrooke


2 ou 3 dollars le litre pour l'essence, pas de problème si les profits servent à développer des solutions pour parvenir à améliorer l'environnement, mais 1.15, c'est trop, c'est honteusement trop si c'est profits vont dans les poches de ces grosses pétrolières polluantes. 
 
HONTEUX! Et on nous endort!
Serge Charbonneau
Québec


Je ne crois pas du tout aux arguments pour nous expliquer la hausse du prix du pétrole. Il faudrait plutôt faire enquête pour savoir si ceux qui décident la hausse du prix de pétrole, c'est-à-dire les grands millionnaires et milliardaires ayant le pouvoir, ne feraient pas présentement partie d'une société secrète ayant des ambitions obscures pour établir le nouvel ordre mondial. N'oublions pas que Georges Bush et beaucoup d'hommes ayant le pouvoir ont fait partie ou font présentement partie de la société secrète située à l'université Yale aux États-Unis portant le nom Skull and bones (littéralement le crâne et les os).
Sébastien Gaudreault
Chicoutimi


Arrêtons les cachettes. 
 
Les pétrolières, c'est vous, c'est moi, c'est nous. Elles ne vivent pas sur une autre planète. Nous y travaillons, nous consommons leurs produits, nous investissons dans leurs actions, ... 
 
Il y a quelques décennies, on faisait des efforts énormes pour réduire la taille des voitures et leur consommation. On anticipais les transports en commun de masse, les voies réservées, le covoiturage corporatif, ... 
 
Depuis 10 ans, les gens n'ont pas de remord à s'acheter des 4x4 de peur de rester pris dans LA tempête de l'hiver et faire croire qu'ils grimpent le Mont-Orford le weekend. 
 
Si vous êtes prêts à dépenser 30 000 à 70 000$ pour acheter un VUS de marque afin de ne pas être en reste face à vos voisins, amis et collègues de stationnement sous-terrain, bien payer 2.00$ le litre, quelques contraventions et passer quelques heures dans le traffic ne devrait pas vous déranger non?!? 
 
Allez.....Le gros méchant, ce n'est pas eux.... c'est vous, c'est moi, c'est nous....
Louis Valiquette
Montréal


 


Encore une fois, le prix de l'essence grimpe
 
[Écoutez l'extrait>>>]
 


 
Prix élevé de l'essence : la frustration, d'un océan à l'autre
Article de Radio-Canada.ca - 2 mai 2007



Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes

 
Error processing SSI file