du 29 septembre 2009
Notre nouveau site!
 


PARTICIPEZ À LA TRIBUNE TÉLÉPHONIQUE
du lundi au vendredi,
dès 11 h 30
514 597-3700 (Montréal)
1 877 597-3700 (extérieur)

Les tribunes sont ouvertes jusqu'à 16 h pour recevoir vos commentaires sur le sujet du jour.

Courrier :
MAISONNEUVE EN DIRECT
Société Radio-Canada
1400 René-Lévesque Est,
bureau A67-7
Montréal (Québec)
H2L 2M2

Courrier électronique :
endirect@radio-canada.ca


Le 2 avril 2007

Un mode de scrutin proportionnel?

Un collectif non partisan lance une pétition en ligne pour un nouveau mode de scrutin proportionnel. Ce mouvement croit qu'il s'agit de la seule façon d'assurer une représentation plus juste à l'Assemblée nationale. Un tel système serait plus représentatif, estime-t-il, compte tenu du statut minoritaire obtenu par les trois partis aux dernières élections. Sans compter, pense le groupe, qu'il est anormal que les Verts et Québec solidaire n'aient aucun député à l'Assemblée nationale, tout en ayant récolté 8 % du vote. 
 
Plusieurs personnalités appuient cette démarche, dont l'ex-ministre péquiste Jean-Pierre Charbonneau, le fondateur de l'ADQ, Jean Allaire, l'ex-président du Mouvement des caisses Desjardins, Claude Béland, et le chanteur Luck Mervil. 
 
Le collectif à l'origine de la pétition réunit l'Association pour la revendication des droits démocratiques, le Collectif féminisme et démocratie, le Mouvement démocratie et citoyenneté du Québec (MDCQ) et le Mouvement pour une démocratie nouvelle (MDN). 
 
Devrait-on avoir un mode de scrutin proportionnel? 
 
Pierre Maisonneuve s'entretient avec Claude Béland, président du Mouvement Démocratie et Citoyenneté du Québec, avec Benoît Pelletier, ministre responsable de la réforme des institutions démocratiques et député libéral de Chapleau, et avec Louis Massicotte, professeur invité à l'American University, à Washington, et professeur de sciences politique à l'Université de Montréal.



Faites-nous part de VOTRE opinion !
Communiquez-nous vos commentaires en cliquant ici.
Merci de votre participation!




Il aura donc fallu une "défaite" pour les deux principales formations politiques pour que des membres de celles-ci se résignent à demander une refonte de nos institutions démocratiques. Sinon, nos politiciens continueraient à projeter l'image de petits profiteurs de l'espace démocratique.
Jacques Léger
Montréal


Oui, des éléments de représentation proportionnelle sont nécessaires pour moderniser notre démocratie en permettant une représentation de la pluralité des opinions à l'Assemblée Nationale. 
 
Malgré que ce projet de réforme ait garni le programme des libéraux et des péquistes aucun d'eux n'a eu le courage de mener cette réforme essentielle à bon port puisque le présent système a toujours avantagé le parti majoritaire au pouvoir. 
 
Je ne vois pas pourquoi Jean Charest ne profiterait pas de l'opportunité du statut minoritaire du gouvernement pour négocier ce changement avec les deux autres partis et par le même coup laisser un important héritage dans l'histoire du Québec avant son départ.
James A. Wilkins
Lac Brome


C'est devenu un rituel. Quand un parti se sent évincé de l'Assemblée nationale en vertu du mode de scrutin actuel, il monte aux barricades avec d'autres bonnes âmes. Souvenez-vous du Parti québécois qui appelait la proportionnelle de tous ses voeux lorsque 23 et 30% du suffrage exprimé ne lui accordaient que 7 ou 6 députés en 1970 et 1973. Mais lorsque le système honni lui a permis de prendre le pouvoir confortablement en 1976, il n'a pas poussé plus loin, même en 18 ans de pouvoir. Curieux!
Mireille Barrière
Montréal


Un scrutin proportionnel répond au souci de justice qu'on souhaite pour nos élus. 
Cette approche plus réaliste pour l'Assemblée Nationale l'est-elle aussi pour le secteur qui a voté quant à sa représentation? Un point à préciser avant de signer la pétition.
Georges LeSueur
St-Ambroise


Il ne doit pas y avoir de changement dans le mode de scrutin tant que que nous serons dans un système parlementaire britannique. Ce n'est pas aux élu de décider. Cela doit se faire par référendum et étant donné que Dumont a promis qu'il n'y aurait pas de référendum (il n'a pas mentionné le genre), la réforme n'aura pas lieu au cours du prochain mandat. 
 
De toute manière, dans un référendum, la population québécoise a toujours tendance à voter NON.
steve Mc Douglas
québec


Bonjour M. Maisonneuve, 
 
C'est une bonne idée, mais ça n'aura aucun effet pour contrer le désabusement d'une partie de l'électorat. Pour redonner confiance dans notre système capitaliste, faut absolument avoir un Système Judiciaire avec des Juges genre SALOMON et non des avocats cancres nommés juges par patronnage. Un grand ménage dans notre SYSTÈME JUDICIAIRE SVP.
Yolande Taupier
Magog


Bonjours M.Maisonneuve.  
 
Gouvernements minoritaires à l'italienne, sondages et pizzas garnies, Santé-Canada vous mets en garde. Au provincial, les adéquistes et les libéraux s'accaparent les deux tétines à milliards de Steven Harper. Au fédéral, Stéphane Dion, Jack Layton et Steven Harper se partagent la pizza toute garnie adéquiste autonomiste créditiste Duplessiste. Les électeurs, eux, jouent à la chaise musicale en votant à qui mieux mieux en prenant soin d'éviter de voter pour le gagnant!!! Ne permets pas que l'imposteur se défasse de ses apparences, bientôt le monde se verra dans la mêlée de la discorde et du chaos. Don Quichote de la manche.
Mario Goyette
Charny.Qc.


Bonjour, 
 
Il ne faudrait pas que le remède soit pire que le mal, comme cela se voit en Israël. 
En outre, les bien-pensants ont tendance à oblitérer les voix des extrêmes tels l'extrême droite en Autriche et/ou en France, rappelez-vous l'élimination de JM LePen... 
Par conséquent à défaut d'endurer le présent systême, mais en autant que les circonscriptions aient des populations égales. la meilleure option demeure  : 
1) le vote obligatoire, 
2) l'option 50% + 1, c'est à dire le système à deux tours. 
Un Vert ou un Blocpot, à l'Assemblée Nationale ou à Ottawa serait le comble du ridicule puisque l'on donnerait droit de regard à des marginaux qui sont par définition hors normes et sujets à des poursuites pour leurs actions à tout le moins bizarroïdes!
jean Lengellé
Embrun


Sans trop connaître les tenants et aboutissants de la proportionnelles, j'ai tendance à être contre à cause de sa complexité.  
 
Le fait qu'il y ailles actuellement des gouvernements minoritaires à Ottawa et Québec indique peut-être une faillite du modèle parlementaire actuel. Je crois donc qu'il faille absolument renforcer le rôle du député. Il faut également mieux séparer le législatif et l'exécutif. En se sens, je voudrais un mode de scrutin qui sépare le vote pour le député et le vote pour le gouvernement.  
 
Pourquoi ne pas s'inspirer de d'autres états (USA, France,ect...) et instaurer deux types d'élections. soit les législatives et celles pour "le gouvernement".
Christian Généreux
Montréal, Québec


Le geste de voter n'est pas celui de s'exprimer mais celui de choisir un gouvernement. La liberté d'expression et de la presse assurent cet aspect de la démocratie. Le fait que chaque opinion a droit de cité sur la place publique ne signifie pas qu'elle a droit de sièger à l'assemblée nationale. Dans un un cas on parle de droit civique qui existe de façon continu et dans l'autre de devoir qui s'exerce ponctuellement et j'ose dire solennellement. Un s'appui sur l'autre il est vrai mais la riguer exige de ne pas les confondre.
Michel Préfontaine
Montréal


Je suis favorable à la proportionnelle, pourvu qu'on envisage de transformer nos traditions parlementaires et le rôle du lieutent gouverneur. La proportionnelle, peu importe les modalités, est plus susceptibles de produire des gouvernements minoritaires que majoritaires. La stabilité politique ne pourra alors exister que si l'on est capable de former des gouvernements de coalition. Je serais contre un système qui accepterait que le gouvernement minoritaire soit la norme. Donc il faut introduire dans les moeurs la pratique du gouvernement de coalition. Finalement, la proportionnelle suppose une autorité à l'exécutif capable de désigner un chef de gouvernement susceptible de former un gouvernement majoritaire. Ce n'est certainement pas le cas maintenant avec notre brave lieutenant gouverneur (sans référence à la personne en place). C'est une question de force instituitionnelle.
Serge Lusignan
Montréal


J'irais encore plus loin que ce qui est proposé. Ceux qui seraient élus à la proportionnelle, selon une liste, pourraient avoir le poids exact de leur représentation. Si un individu reçoit l'appui de 8% de la population du Québec, son vote à l'assemblée nationale pourrait valoir 8% du vote total. Encore plus intéressant serait de pouvoir changer son appuis à un représentant ou à un autre. Ainsi, d'une semaine à l'autre ou d'un mois à l'autre, le poids de chaque représentant baisserait ou augmenterait selon ses positions et celles des gens qu'il représente. Pour maintenir la représentation régionale, il pourrait y avoir deux chambres élues, comme dans plusieurs pays.
Jean Beaudet
Montréal


Il ne faut pas oublier que le Québec est un territoire spécifique avec ses particularités spécifiques. En effet, même si le sujet demeure délicat, nous ne pouvons occulter cette réalité. Il est notoire que la minorité anglophone du Québec demeure concentrée sur un territoire assez restreint et que tout naturellement ces citoyens québécois s'identifient plus aisément à la majorité canadienne. De plus, sans vouloir sous-estimer les capacités d'apprentissage et d'adaptation de mes concitoyens, la modification du système habituel par l'ajout de nouvelles données comportant les éléments nouveaux de district et de listes de candidats potentiels complexifie singulièrement la compréhension du système électoral qui 
jusqu'ici demeure relativement simple. 
 
Il ne faut jamais oublier le vieil adage qui dit que l'enfer est pavé de bonnes intentions. Tout cela pour dire que la volonté de faire le bien ne signifie aucunement qu'effectivement que le bien sera.
Raymond Guay
Québec


J'entend tout juste ce commentaire à votre radio "on sacrifie le député ou le chef" tout dépendant du mode de scrutin. 
 
Je crois qu'on sacrifie les idées d'abord et avant tout. C'est vrai qu'on perd l'intérêt lorsque notre vote ne "compte" pas. Mais notre vote n'est pas perdu de toute façon lorsqu'il est basé sur des promesses électorales qui sont non-tenues une fois le parti élu (au fédéral  : TPS - Libéraux) ? 
 
Votons pour les idées alors !! Je me rapporte à ce fameux site web où l'on indiquait nos préférences sur des sujets précis. Le site nous retournait alors le parti le plus apte à répondre à la volonté du peuple. C'est pas cela que l'on recherche avec une réforme du mode de scrutin ? 
 
Bien à vous, merci de me publier !
D. Lacroix
Gatineau


Ah, la proportionnelle... 
 
Tout parti est pour la vertu, jusqu'à ce qu'il atteigne le pouvoir (on a vu l'exemple du PQ ou de l'ADQ). C'est vrai qu'il est difficile d'avoir un consensus quant aux modalités de la réforme, je le conçois aussi. Est-ce que nous pourrions voir réapparaître une chambre haute ou alors un genre de conseil législatif dont la représentation serait proportionnelle au nombre de voix exprimée pour chaque parti ?  
 
Une observation  : on a parlé du taux de participation faible  : d'ailleurs, si tous ces 29 virgule quelque pourcent des voteurs avaient voté «parti protestation», celui-ci aurait une grosse députation !
Marco Tremblay
Alma


Pourquoi ne pas faire comme en France où il n'existe pas de gouvernement minoritaire! Il suffit d'avoir deux tours pour déterminer un gouvernement majoritaire..En France, cette méthode permet une juste répartition de la richesse car les députés au pouvoir n'ont pas plus d'argent que ceux de l'opposition. La proportionnelle est "ingérable" à l'échelle du Québec et il faut penser que cette méthode n'est pas juste, sinon antidémocratique! 
Bernard Leiffet.
Bernard Leiffet
Gascons


Mon nouveau député a été élu avec envirion 25 % des électeurs inscrits sur la liste électorale. En plus de remodeler la carte électorale, il serait souhaitable d'instaurer un scrutin à deux tours. Système autrement plus efficace que la proportionnelle. Avec cette méthode, je parierais que Nancy Charest, ancienne et excellente députée de Matane, serait élue.
NESTOR TURCOTTE
MATANE


Bonjour,  
 
je suis politiquement de gauche, j'ai voté Québec Solidaire aux dernières élections donc le mode de scrutins mixtes serait favorable à mon option. Par contre, les gens de gauche doivent garder à l'esprit qu'un tel mode de scrutin est favorable aux deux extrêmes du spectre politiques... à titre d'exemple, en Italie, la petite-fille de Mussollini à dernièrement été élue à titre de chef d'un partit d'extrême droite... avancerait-on réellement dans cette situation? 
 
Aussi, je crois que Québec Solidaire comme le Parti Vert doivent réévaluer leur positions mutuelles quand à leur hypothétique fusion... car avec chacun seulement 4 % des votes dépasseraient-ils réellement le seuil établi pour obtenir un député?
Raphaël Lavoie
Montreal


Bonjour, 
 
Pourquoi pas un scrutin à deux tours? On entend toujours proportionel, Mr. Beland ? qu'est-ce que vous en pensez ? 
 
Merci
Solange Cossette
Sainte-Geneviève-de-Batiscan


S'il y a réforme, il m'apparaît important qu'elle soit proposée, analysée et adoptée par un comité composé de non élus triés sur le volet ( professeurs de science politiques, politologues, anciens parlementaires, historiens, DGEQ, DGEC ) afin qu'ils n'aient aucun intérêt partisan à protéger.  
 
Pourquoi? Parce que les élus chercheront la formule favorisant le plus leur formation politique au détriment des autres. 
 
On en a eu un exemple flagrant lors de la proposition contenue dans l'avant-projet de loi déposé dernièrement par le ministre Jacques Dupuis et défendue en commission parlementaire par son collègue Benoît Pelletier. 
 
Dans cet avant-projet de loi, le PLQ s'assurait le monopole du pouvoir en proposant un système où les autres partis seraient condamnés à siéger à perpétuité dans l'Opposition. Pas très démocratique comme démarche!!
Rémi Drolet
Québec


Un mode de scrutin proportionnel peut sembler séduisant mais il y a des défauts majeurs à un tel mode de représentation qui favorise nécessairement la multiplication inutile des partis marginaux. 
 
Il est déjà difficile de choisir pour qui voter quand nos préoccupations légitimes sont éparpillées entre 4 ou 5 options possibles. Si je suis un souverainiste préoccupé par la qualité de mon environnement et par une plus grande justice sociale et que je suis en faveur de la légalisation de la marijuana, dois-je voter pour le PQ, pour le Parti Vert, pour Québec Solidaire ou pour le Bloc Pot. Pour faire avancer toutes les bonnes causes il me semble que les partisans des groupuscules marginaux devraient militer à l'intérieur des grands partis plutôt que de faire bande à part et prêcher dans le désert. Si on avait attendu le Parti Vert pour faire du recyclage ou pour choisir des énergies propres nous serions dans le trouble. 
 
Et je n'ai pas envie d'avoir perpétuellement des gouvernements minoritaires.
Paolo Mitriou
Lac-Mégantic


« Devrait-on avoir un mode de scrutin proportionnel ? », ma réponse est oui. Voilà mon argument  : seul un scrutin proportionnel permet au vote de chaque citoyen de compter. Ainsi, c'est seulement avec cette méthode que l'autorité populaire sera réellement considérée. Si le citoyen sait que son vote compte réellement, il est porté à voter, le nombre de citoyens qui participe à l'élection augmente. Un électorat nombreux provoque une démocratie vigoureuse et qu'est-ce qui découle d'une démocratie forte ? Un État en santé ! 
 
Mikaël Plamondon 
étudiant à l'UQAT
Mikaël Plamondon
Barraute


Le vrai scandale au Qc c'est que plus de 80% des 4 millions de Québécois (lire les "Francophones) de 18 à 64 ans, qui forment le coeur de la société québécoise, se retrouvent avec un gouvernement qu'ils n'ont pas choisi!!!  
 
A droite, le vote du PLQ. En bas le vote du PLQ sur le nombre d'électeurs inscrits qui indiquent très bien que les Québécois (lire les Francophones) n'ont pas voté pour le PLQ. Lorsqu'on enlève le vote des vieux (20%), on voit qu'il il ne reste plus rien dans ces comtés, bref, que les Québécois de 18 à 64 ans ne votent pas du tout pour le PLQ. 
 
Beauce-Nord  : 26,38% 
20,4% 
 
Berthier  : 17,41% 
12,5% 
 
Champlain  : 21,54% 
16,3% 
 
Charlesbourg  : 27,30$ 
16,3% 
 
Charlevoix  : 27,30% 
19,8% 
 
Iberville 24,66% 
20,4% 
 
Rimouski  : 21,94% 
16,5% 
 
Riv-du-loup  : 28,!% 
21,8% 
 
Verchères  : 14,2% 
11,1% 
 
Trois-Rivières  : 28,54% 
20,7%
jacques noel
québec


Bonjour, 
 
Je crois qu'il est souhaitable de revoir notre mode de scrutin car je ne trouve pas normal que le premier ministre du Québec soit élu par moins d'électeur que les maires des grandes villes qui eux sont élus par l'ensemble des électeurs. 
 
En fait, le maire de Montréal et celle de Québec, représentent plus d'électeur que M. Charest. Cela me semble une aberration. 
 
Avons-nous besoin de la représentation proportionnelle pour corriger cela ? Non, je ne crois pas.
M. DOMINIQUE LAVALLÉE
QUÉBEC


Je suis pour la proportionnelle qui répond et s'adapte mieux aux critères démocratiques de la représentation. Les débats de tout genre devraient se dérouler à l'Assemblée nationale plutôt qu'éventuellement dans la rue! 
 
Tous les citoyens (nes) auraient le sentiment d'avoir voté pour être vraiment représentés. Il reste à surmonter la réticence des élus (es) qui changent d'idée sur cette question, une fois qu'ils sont entrés au cénacle. Bazin disait que l'urne électoral contient parfois les cendres du peuple souverain.
André Gamache
Québec


 


Un mode de scrutin proportionnel?
 
[Écoutez l'extrait>>>]
 
Les modes de scrutin
Sujet traité à l'émission 5 sur 5 le 25 mars 2007
 
[Écoutez l'extrait>>>]
 


 
Élections : des voix s'élèvent
Article de Radio-Canada.ca - 2 avril 2007

 
Pour un nouveau mode de scrutin
Site du collectif

 
Élections Québec 2007
Dossier de Radio-Canada.ca



Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes

 
Error processing SSI file