du 29 septembre 2009
Notre nouveau site!
 


PARTICIPEZ À LA TRIBUNE TÉLÉPHONIQUE
du lundi au vendredi,
dès 11 h 30
514 597-3700 (Montréal)
1 877 597-3700 (extérieur)

La tribune téléphonique est ouverte jusqu'à 16 h pour recevoir vos commentaires sur le sujet du jour.

Courrier :
MAISONNEUVE EN DIRECT
Société Radio-Canada
1400 René-Lévesque Est,
bureau A67-7
Montréal (Québec)
H2L 2M2

Courrier électronique :
endirect@radio-canada.ca


Le 1 mai 2009

Être travailleur en 2009

Des milliers de travailleurs ont célébré le 1er Mai partout dans le monde, sur fond de crise économique, de montée du chômage et de fermetures d'entreprises. 
 
En cette fête des Travailleurs, le salaire minimum au Québec passe de 8,50 $ à 9 $. Quelque 300 000 personnes, dans les secteurs du commerce de détail, de l'hébergement et de la restauration, en bénéficieront. 
 
Pour les employés du constructeur automobile Chrysler, être travailleur en 2009, c'est faire des concessions importantes pour garder son emploi. D'autres diront que ces travailleurs étaient de toute façon trop gâtés. 
 
La situation des travailleurs québécois s'améliore-t-elle en 2009? 
 
Les invités de Jacques Beauchamp : Mélanie Gauvin, porte-parole nationale du Front de défense des non-syndiqués, Pierre Fortin, professeur d'économie à l'UQAM, et Gérald Larose, professeur invité à l'École de travail social de l'UQAM.



Faites-nous part de VOTRE opinion !
Communiquez-nous vos commentaires en cliquant ici.
Merci de votre participation!




La situation du travailleur québécois suit la tendance économique.  
L'important n'est pas d'accorder plus à ceux qui possèdent déjà beaucoup, mais de mettre l'accent sur les moins bien nantis.  
L'augmentation de 50 cents/l'heure du salaire minimum est un pas timide dans la bonne direction. 
La devise « Posséder toujours plus! » est dépassée.  
"Faire mieux et équitablement". Pour les travailleurs, l'environnement et la planète Terre, c'est l'avenir souhaité. 

Georges LeSueur
St-Ambroise


Bonjour, 
 
L'exemple des travailleurs français en est un à suivre. Qu'attendons-nous pour les imiter?
Nathaniel Thorne
Montréal


C'est inquétant car je suis loin de travailler au salaire minimum.  
Mon salaire en 1974 était de 400$/sem 
Une auto neuve 4200$ 
aujourd'hui tout coûte 10x et plus et on s'endette évidemment mon salaire est loin d'avoir suivi cette courbe 
Pour des employés au salaire minimum, quand ils ont faim, comment les empêcher piger dans les actifs des compagnies (petit vol) pour survivre 
 
Il n'est pas possible de survivre avec ce salaire 
Les loyers 700$ et la nourriture de 2 à 3 $ par item ça coûte trop 
Mon père en 1959 comme commis comptable, juste avec son salaire, pouvait s'acheter un bungalow, un chalet et une auto neuve  
Tout est une question de cadre d'analyse temporel
Guy Tremblay
Rimouski


Encore une fois, je dois m'opposer à votre affirmation selon laquelle les jeunes ne désirent pas être syndiqués. Les baby-boomers sont les seuls il me semble à répéter cette marotte. Existe-il des études sérieuses qui le démontre? J'en doute.
Sébastien Ouellette
Rouyn-Noranda


La situation particulière de plusieurs travailleurs s'améliore mais celle de plusieurs autres se dégrade de jour en jour. 
Nous sommes tous responsables de cette situation. 
 
Quand chaque travailleur ou chaque patron ou chaque actionnaire demande toujours plus sans tenir compte des conditions économiques existantes, il contribue à empirer le problème. Il faut cesser de se comparer aux autres. 
 
Contrairement à ce que pensent beaucoup de gens, le but des syndicats ne devrait pas être d'obtenir le salaire le plus élevé pour ses membres mais de s'assurer que les employés soient traités équitablement par leurs patrons, que ces derniers ne puissent pas exploiter à outrance une main-d'oeuvre parfois ignorante de ses droits.
Gisèle Portelance
Laval


À tous ceux et celles (non-syndiqués) qui trouvent que les employés de la fonction publique sont choyés et qu'ils n'ont pas à demander des augmentations de salaires lors du renouvellement de la convention collective, je leur dis  : pourquoi ne vous syndicalisez-vous pas si vos conditions sont mauvaise ?
Diane Morissette
Québec


Notre système est en déséquilibre depuis bien longtemps. Depuis la révolution industrielle, la force syndicale a permis à nos travailleurs d'être traités plus équitablement. Cependant, à force de tirer sur la couverture, ceux-ci ont obtenus des conditions de travail qui dépassent largement cette fameuse équité. Si vous croyez vraiment mériter toujours plus, sachez qu'aujourd'hui sur cette belle planète, certain travailleurs revendiquent un salaire minimum de $120 par mois.
Francis Berube
Sainte-Julie


J'ai eu le malheur de créer un emploi pour ma conjointe dans ma petite entreprise. 
 
La récession m'a forcé à la mettre temporairement sur l'assurance chômage entre janvier et juin, date à laquelle les affaires reprennent. 
 
La réaction des fonctionnaires quand ils ont appris que mon adjointe était aussi ma conjointe m'a pris par surprise. 
 
Nous sommes maintenant des criminels potentiels sous enquête et tout est bloqué depuis janvier, pas une cenne n'est rentrée dans son compte depuis tout ce temps. 
 
Criminaliser l'emploi et écraser les petites entreprises semble être la nouvelle raison de vivre des percepteurs d'impôts. 
 
Cela génère de la méfiance, encourage la désobéissance civile et n'aboutira qu'à l'augmentation du travail au noir, surtout avec le gaspillage et les abus dont nous sommes continuellement témoins. 
 
C'est ce qui arrive quand nos décideurs deviennent déconnectés de la réalité et s'enferment dans leur tour d'ivoire. 
 
Ressortir les guillotines, peut-être...
Gontran Drouin
Québec


Le mercantilisme grandissant des personnes en position de pouvoir, fait que toutes les entourloupes possibles et impossibles sont utilisées pour en donner le moins possible aux travailleurs. Le tout, avec la bénédiction du gouvernement. Je considère qu'il est, on ne peut plus cynique, de prétendre que l'on puisse avoir un vie décente avec 9 $ de l'heure. Malheureusement, c'est le lot de trop de gens condamnés à prendre des petits boulots le soir et les fins de semaine pour arriver à payer les factures. Pour manger, plusieurs comptent sur les banques alimentaires pour se rendre à la prochaine paie. Alors, ce sont des ONG constituées en grande partie de bénévoles qui finissent par nourrir les petits salariés, les patrons, eux, s'en lavent les mains. Quelle honte!
Odette Morin
Prévost


 


La situation des travailleurs québécois s'améliore-t-elle en 2009?
 
[Écoutez l'extrait>>>]
 


 
1er mai : fortes mobilisations
Article de Radio-Canada.ca - 1er mai 2009

 
Fête des Travailleurs : hausse du salaire minimum
Article de Radio-Canada.ca - 1er mai 2009

 
1er mai : fête des Travailleurs
Archives de Radio-Canada.ca



Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes

 
Error processing SSI file