PAR DATE »
PAR MOTS-CLÉS :
PAR LA POSTE:
INDICATIF PRÉSENT
1400, RENÉ-LÉVESQUE EST
BUREAU 1328
MONTRÉAL (QUÉBEC)
H2L 2M2

PAR COURRIEL:
indicatif@radio-canada.ca

Une heure avec Fatima Houda-Pépin
[25 août 2005]

Marocaine d'origine, Fatima Houda-Pépin est arrivée au Québec en 1975. Le printemps dernier, la députée libérale provinciale de La Pinière, présidente de la Commission de l'agriculture, des pêcheries et de l'alimentation, a déposé une motion condamnant l'instauration d'un tribunal islamique au Québec. 
 
«Je suis une personne entière. Je suis une personne fidèle à mes amours, mes principes», dit Fatima Houda-Pépin, qui croit aussi à l'honnêteté et à la rigueur
 
Issue d'une famille musulmane de classe moyenne ouverte et de la deuxième génération de femmes marocaines éduquées, Fatima Houda-Pépin a fréquenté l'école coranique. Malgré son talent évident en lettres, elle a terminé une formation en études commerciales. Une bourse d'études du Canada l'a amenée au pays, par hasard. 
 
Depuis une vingtaine d'années, la députée s'intéressait aux questions de religions, aux relations interculturelles et aux dangers de l'extrémisme. Mais un jour, elle a fait le saut dans l'arène politique. «Ce n'était pas du tout dans mon plan de carrière. Le métier de député est le secret le mieux gardé en ville. Nous faisons des lois qui ont des implications majeures sur la vie des gens. Nous avons une position privilégiée», dit-elle. 
 
Fatima Houda-Pépin constate que la diversité religieuse constitue le défi le plus grand que doit affronter le monde: «Toutes les religions sont traversées par des courants extrémistes, fanatiques. Il faut établir un dialogue», dit-elle, convaincue.

Écoutez l'entrevue (48:39)

Fatima Houda-Pepin