Reportage
Simon Marshall: l'erreur judiciaire
25 août 2005 - Le ministre de la Sécurité publique, Jacques Dupuis, a ordonné l'ouverture d'une enquête sur la conduite des policiers de Québec dans l'affaire Simon Marshall, emprisonné pour des agressions sexuelles qu'il n'a pas commises.  
 
De plus, le gouvernement du Québec s'est engagé à dédommager financièrement Simon Marshall pour les préjudices subis. Le montant du dédommagement sera évalué par un médiateur spécial au service du gouvernement.  
 
De son côté, le ministère de la Justice entreprendra les démarches nécessaires pour blanchir Simon Marshall des verdicts de culpabilité pesants toujours contre lui au sens de la loi.  
 
Rappelons que Simon Marshall, un jeune déficient intellectuel de Québec, s'était avoué coupable d'une douzaine d'agressions sexuelles au milieu des années 90. Marshall a purgé cinq ans de pénitencier pour certaines de ces agressions. Toutefois, l'une de ses présumées victimes doutait qu'il ait pu commettre les crimes dont on l'accusait.  
 
Une nouvelle enquête et des tests d'ADN ont prouvé le mois dernier l'innocence de l'homme de 31 ans. De plus, une récente enquête de la police de Québec a démontré que les échantillons d'ADN prélevés sur les victimes par la police de Sainte-Foy n'avaient jamais été analysés. 
 
Michel Désautels en discute avec André Normandeau, criminologue à l'Université de Montréal.

 

Extraits audio

L'entrevue avec André Normandeau
Écoutez l'extrait >>
 






Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes.