Radio-Canada - zone Radio

Logo Radio-Canada
Les livres
L'énigme du retour
Dany Laferrière, Éditions du Boréal

Défendu par
Françoise David

Un jeune homme de 23 ans a quitté son pays de façon précipitée. Un homme épuisé y retourne, 33 ans plus tard. Le jeune homme est passé de l’étouffante chaleur de Port-au-Prince à l’interminable hiver de Montréal. Du Sud au Nord. De la jeunesse à l’âge mûr. Entre ces deux pôles se trouve coincé le temps pourri de l’exil.


Notes biographiques Dany Laferrière est né à Port-au-Prince. Il est l’auteur de plusieurs romans, dont, aux éditions du Boréal, Vers le sud (2006), Pays sans chapeau (2006) et Je suis un écrivain japonais (2008). Il vit à Montréal, où il est également journaliste et chroniqueur. Son dernier livre, L’énigme du retour, publié aux Éditions du Boréal en 2009, lui a valu le prix Médicis et le Grand Prix du livre de Montréal, en plus de jouir d’un énorme succès en librairie.

©photo : Éléanor Le Gresley

Vos arguments

26 mars, 16 h 54 - Le meilleur livre a gagné, c'est clair, mais je trouve que Mme David aurait pu se donner un défi un peu plus grand à relever, faire connaître un livre moins connu ou mal compris. En quelque sorte, ce combat des livres enfonce une porte ouverte. 
 
Mais bon, elle voulait sûrement gagner un vote au moins une fois! (c'est dit sans malice)

Pierre-Luc Beauchamp
Brossard

26 mars, 10 h 53 - J'ai eu tellement peur par moment cette semaine, mais YOUPI!!! L'énigme du retour est le gagnant.

Paule Pelletier
St-Alexandre Kamouraska

26 mars, 10 h 51 - l'énigme du retour,fût pour moi,une merveuilleuse découverte, que ce peuple,sur lequel, le sort s'acharne,mais sans jamais voir la fin du courage de ce peuple.Bravo!

Yolande Genois
Trois-Rivieres

26 mars, 10 h 51 - Monsieur Dufour n'arrête pas de parler de l'auteure québeécoise. Pense-t-il qie Dany l. n'est pas québécois? Veut-il dire que pure laine est encore pertinent?

hélène hudon
québec

26 mars, 10 h 50 - Dès le début j' ai voté pour "L' énigme du retour", j' ai courru cherché à la librairie "le cantique des plaines, et la`je vais me précipité à la librairie pour me procurer le "Survenant". BRAVO! CHRISTIAN DUFOUR, VOUS M' AVEZ CONVAINCU ET bravo! aux panellistes vous avez fait du bon boulot. à l' année prochaine.Meri Christiane.

Denise Coulombe,
Buckingham

26 mars, 10 h 49 - Peut-on éliminer M. Dufour? 
 

Mélissa Martel
Montréal

26 mars, 10 h 41 - J'ai bien aimé le livre de Dany. C'est bien écrit. Ce livre m'a donné le goût de lire tous les livres de Dany. Je crois qu'il mérite d'être gagné. Au cegep, je lisais le survenant, mais je me rappelle de rien, en conséquence l'énigme du retour va rester graver dans ma mémoire toute ma vie.

Ghana Laurissaint
Laval

26 mars, 10 h 40 - Dix ans depuis mon dernier voyage en Haiti...dix ans...et lors d'un voyage en avion...j'ai pris ce livre dans mes bagages. Et Dany m'a donné "le goût" d'y retourner...et depuis j'y suis retourné malgré l'évènement du 12 janvier...

Wesney Duclervil
Bois des Fillion

26 mars, 10 h 39 - Ne fait-on pas tous un retour quelque part à un moment donné? Moi j'en fait un en Asie et je me suis tellement retrouvée dans le livre de Dany Laferrrière!! 
Pendant que je lisais ce livre, je me laissais bercer par la voix grave de Dany en narration souple et rythmée. 
Bravo à L'énigme du retour!!!

Caroline Deveau
Taichung, Taiwan

26 mars, 10 h 33 - Je n'ai pas été emballée par l'Enigme du retour.Pourtant j'ai tout lu Dany Laferrière.J'ai préféré de beaucoup Le cri des oiseaux fous et Pays sans chapeau.

lyette léveillé
sherbrooke

26 mars, 10 h 31 - Ayant perdu le gout de lire a mon adolescence, l'énigme du retour ma définitivement redonner la passion de lire.

Maxime Savoie-Chenard
alouette

26 mars, 10 h 31 - Je n'ai pas encore lu l'énigme du retour mais il m'attend sur ma table de nuit, il est le prochain sur ma liste. Par contre, défendre le Survenant, jamais de la vie!  
 
Comme disait Marc Cassivi dans une chronique dans La Presse cette semaine "c'est le plus assommant des romans du terroir ... Cet ouvrage chéri par les professeurs de français d'une autre époque a non seulement découragé de la littérature québécoise une génération entière de cégépiens, mais il en a convaincu certains d'abandonner leurs études. Son analyse forcée, un trimestre pénible durant, m'a transformé, il y a 20 ans, en militant de l'abolition des cégeps. Ce n'est pas un compliment." 
 
Que dire de plus, cela résume parfaitement ma pensée. Tous pour Dany Laferrière.

Myriam Thibault
Montréal

26 mars, 10 h 20 - Bonjour a tous, 
J'ai tenu hier soir et ce matin a lire tous les commentaires qui m'ont emue parfois froissee. Quoiqu'il en soit c'est certain que l'enigme du retour est mon choix je suis de celle qui favorise 9 fois sur 10 l'emigrant car je me rejouis que ce dernier ait eu la chance de percer que ce soit pour un emploi, un pme, un livre... je trouve tres mesquines et injustes qui ne cessent de dire qu'il a eu assez de prix. Je ne comprends rien car c'est son 1er prix apres 19 livres... c'est trop? Qui etes-vous pour parler ainsi? Que dire de ceux et celles qui ont deja gagne 7 Felix, 9 Jutras etc? Vous me peinez beaucoup par votre etroitesse d'esprit. Quand un joueur de hockey est bon est-ce que l'on s'ecrie c'est assez laisse le tour aux autres... bien non c'est le contraire et on va jusqu'a parfois blesse pour gagner... j'ai parfois honte d'etre quebecoise et les exemples sont nombreux. 
Redressons-nous et imaginons-nous que nous sommes l'emigrant ici Dany Laperriere dirons-nous bien non donnez le prix a quelqu'un d'autre. 
J'y ai lu aussi des commentaires sur Mr. Hall... c'est juste ses reparties sont souvent de tres mauvais gout et il y a des moments pour les passer... ici ce n'est pas la place. 
Merci a tous qui avez suivi ce combat et a l'an prochain, 
 
Louise Vallieres 
St-Laurent

Louise Vallieres
St-Laurent

26 mars, 9 h 12 - J'adore Dany Laferrière, mais il semble que je sois un des rares qui n'ait pas aimé L'énigme du retour. Par contre, Le survenant, NEVERMIND! Je me rallie donc à Dany pour l'ensemble de son oeuvre magnifique.

Marcel Lalonde
Valleyfield

26 mars, 8 h 23 - rafraîchissant

Maggy Rousseau
Nicolet

26 mars, 7 h 52 - J'ai donné ce livre en cadeau dès sa sortie, après l'avoir lu. 
 
Bien aimé, bien sûr. Mais là, je ne venais pas de lire Le Livre de ma vie! C'est quoi ce délire d'enthousiasme!

Pauline Germain
Chicoutimi

25 mars, 15 h 08 - J'aimerais le lire absolument...

Jeannot Bazile
Acworth

25 mars, 8 h 09 - J'ai retrouvé dans le propos de Dany Laferrière un univers qui colle implacablement à celui d'Haiti, à ses hommes et ses femmes qui poursuivent depuis toujours cette même quête : sortir de ce pays de misère. Certains vont à l'étranger mais, écorchés, apportent encore avec eux leur baluchon de pauvreté. D'autres restent au pays mais se replient dans la religion sous ses différentes facettes(le vaudou par exemple), le destin fatidique "si bon Dieu vlé" inscrit sur le taptap... Et tout ça avec un sourire naïf... Le mérite du roman de Laferrière c'est d'avoir traduit à merveille cet univers de petites gens qui sourient malgré tout à la vie. L'auteur a su peindre son Haïti avec toutes ses couleurs natales. J'y ai revu ce même pays visité il y a trente ans. Bravo!

Jocelyn Lavoie
Québec

25 mars, 7 h 44 - L'énigme du retour est une oeuvre d'une grande beauté et d'une grande humanité. Je l'ai lu tout juste à sa sortie et il m'a profondément touchée. Ce livre n'a pas besoin d'Haïti ni de séisme, ni même de Dany Laferrière. Ce livre est unique. — Il ne s'agit pas de défendre un concept d'émission, mais bien de faire interagir des livres entre eux. Et parfois il y a des êtres plus forts et magnifiques. Et nous sommes privilégiés.

Lise Marcil
Montréal (Québec)

24 mars, 22 h 07 - Lire "L'énigme du retour" c'est comme écouter une mélodie de Schubert : on l'accueil avec grande limpidité. 
 
Je préfère de loin ce livre au "Survenant" justement parce qu'il ne parle pas de la sempiternelle identité québécoise. C'est parce que je suis fier d'être québécois que je veux plus voir ce qui se passe au-delà de nos frontières.

Pierre Chiasson
Montréal QC

24 mars, 16 h 09 - Tous les "juges" sont d'accord pour dire que le livre de Dany Laferrière est le meilleur mais on veut l'éliminer. Ça en dit long sur nous et c'est pas réjouissant.

Céline Giasson-Arsenault
Notre-Dame-des-Prairies

24 mars, 14 h 12 - Je vous écrit du sud, j'apporte toujours plusieurs livres, le premier lu a été l'Enigme du Retour. C'est un bijou, un chef d'oeuvre, la langue est magnifique. Je suis certaine qu'il mérite ce prix touchant Dany, merci! A relire

Yolande Trudeau
St-Laurent

24 mars, 13 h 13 - De la sensibilité au bout de la plume, des émotions, de l'intelligence et un propos poétique qui nous tient en alerte. 
Bravo Dany Laferrière.

Richard Simard
Montréal

24 mars, 10 h 59 - Dany Laferrière joue à avoir un déchirement d'être entre le Québec et Haîti.Il n'a aucune nostalgie concernant son pays. Il sait que s'il était resté dans son pays. il ne serait pas devenu un écrivain en vue. Tout ce qu'il dit dans ses romans au sujet d'Haïti est faux. Ce n'est pas un homme sincèree. Ariane

Ariane Paquin
Montréal

24 mars, 10 h 56 - NONNNNNNNNN n'éliminez pas L'énigme du retour. Impossible c'est un bijou, un exposition par ces couleurs, un oeuvre d'art. Je ne vous écouterz plus.....

Odette Thomas
Asbestos

24 mars, 10 h 50 - J'éspère que ce magnifique livre ne sera pas éliminé. Il faut critiquer un livre par la langue utilisée, par la poésie, la prose, par les sentiments entamés à travers la lecture de ce chef d'oeuvre.

Vanessa Brasseur
Brossard

24 mars, 10 h 37 - L'Énigme du retour ne doit pas être rejeté parce qu'il fait consensus. Que les arguments soient plus forts et plus profonds! Il faut appuyer sur le fait que c'est une écriture à la fois poétique et riche qui nous entraîne, nous accompagne et qui nous nourrit. En le lisant, on est avec l'auteur, on entend sa voix, on est avec lui dans notre voyage en Haïti. Bref, combien d'auteurs ont cet effet sur leurs lecteurs?

Monique Girard
Québec

24 mars, 10 h 25 - Pour l'écrivain majeur qu'est Dany Laferrière c'est ici à la radio de R.C. que la juste consécration lui revient car bien que le Médicis soit un grand prix, celui-ci reste discret et c'est au lectorat de le faire surgir avec la parole de madame David.Bravo!

DANIELLE DESBIENS
ST-LAMBERT

23 mars, 13 h 35 - Ce livre est le meilleur des 5. Pourquoi reprocher à madame David de l'avoir choisi ? je donnerais la 2e place au livre de Nancy Huston; le reste ne m'intéresse pas du tout.

Bertrand Léger
St-Gabriel Qc

23 mars, 12 h 54 - Ce jeu, et c'en est un, favorise la lecture et le choix d'un livre par un membre du panel doit être dicté par l'impact du livre. Qu'importent les prix obtenus, mordel de berde, ce qui compte c'est le livre et la qualité du dialogue entre l'écrivain et sa lectrice. Ce livre est un grand livre et je suis intéressé d'entendre ce que Madame David a à en dire, de même que les autres. Bien sûr d'autres auteurs moins connus ou moins célébrés pourraient bénéficier de cette visibilité, mais un bon livre mérite d'être discuté. Peu importe sa visibilité médiatique. La mesquinerie de certains commentaires est attristante

Robitaille Yves
Montréal

22 mars, 20 h 50 - Je pense moi aussi que ce livre n'avait pas besoin de cette vitrine. Mme David, vous auriez pu trouver plus original. J'espère qu'il ne gagnera pas.

Jean Robert
Montréal

22 mars, 15 h 36 - c'est un livre admirable, il m'a fait vivre le quotidien en Haïti, d'hier et d'aujourd'hui. Voir Haïti par les gens qui y habitent et non par les journalistes du monde entier qui ne voit que les problèmes politiques et qui ne parlent que de dictature et de tonton-macoutes. 
je ne suis pas d'accord avec ceux qui prétendent que ce livre doit se contenter du prix Médicis. Un bon livre n'est jamais trop honoré...

monique audet
price qc

22 mars, 13 h 16 - J'ai presque terminé la lecture de ce livre et c'est un des meilleurs roman/essai/poème que j'ai lu, la qualité d'écriture et d'émotion dépasse tout ce que j'ai pu lire à ce jour. Un chef-d'oeuvre de sobriété

Claude Marquis
Gatineau

22 mars, 12 h 09 - Je ne veux pas défendre ce livre, il n'a pas sa place dans ce combat. Les armes ne sont pas égales.  
Bonne chance aux 4 autres.

yolande beaudoin
gaspé

22 mars, 11 h 20 - J’ai lu ce livre avec beaucoup de curiosité étant donné son succès médiatique, et j’ai adoré ! C’est un livre qui se lit lentement comme l’a bien mentionné Françoise David car l’auteur nous impose un rythme lent qui nous permet d’apprécier –et parfois s’attarder- sur les chapitres, les passages, et les réflexions. À plusieurs reprises, j’ai arrêté la lecture pour méditer sur certaines réflexions philosohiques ou sur simplement une description magnifique d’un paysage (du Nord ou du Sud). L’énigme du retour devrait être recommandé à tous les « exilés », qui garde en souvenir une image et une ambiance de leur pays d’origine qui ne correspond plus à ce que ce pays natal est devenu au fil du temps. Dany Laferrière a l’art de s’exprimer clairement et poétiquement sur des questions aussi épineuses que l’identité, l’exil, la démocratie, la pauvreté, et j’en passe. Un autre argument qui plaide en faveur de ce livre est tout ce qu’on apprend sur Haïti (histoire, climat, société, etc.). On voyage avec l’auteur lors de son Retour (avec grand R).

Zeineb Gharbi
Gatineau

22 mars, 1 h 47 - Dany Leferriere est cet écrivain qui me permet de vivre Haïti à ma manière. Et Montréal, de la même façon. Tout ça simplement car l'univers qu'il projette dans son écriture nous est hors de portée. L'énigme du retour nous présente ce nouveau sentiment humain qui semble de plus en plus existant dans ce monde diversifié. Celui où l'homme vit plus souvent l'anormalité d'une vie que c'est simple plaisirs. L'idée de nous présenter des événements crus n'est pas nouvelle chez M.Laferrière et s'applique encore une fois très bien dans l'énigme du retour.  
 
Une confortable disposition du texte rends la lecture, quoique qu'un peu inhabituel, inusité. Ce roman est certainement une nouvelle marche franchise dans l'écriture d'aujourd'hui qui ne cessera d'épater les patelins. C'est de Chine que j'ai donc lu et entrevu, encore une fois, Haïti et le "retour chez soi" le plus sincèrement déployé sans jamais que l'auteur n'en oublie son deuxième toit, Montréal, où j'ai pu subodorer l'hiver et tout ce que nous chérissons.  

Olivier Moreau
Suzhou, Chine

21 mars, 18 h 29 - Ce livre n'a pas besoin d'être défendu, avec tous les prix qu'il a gagné. 
 
Je trouve injuste que vous ayez accepté de l'inscrire au combat des livres, injuste pour les autres ... c'est certain qu'il va gagner. 
 
Mauvaise décision de votre part!

Aline Lussier
Montréal

19 mars, 8 h 30 - Économie de mots. Mots-clés : exil, désapprendre, m'adapter, changer de vie, obsession du ventre, le sens du pays, étranger. Un livre que tous les adolescents devraient lire pour se reconnaître et pour comprendre l'autre.

suzanne canuel
rivière-trois-pistoles

13 mars, 6 h 57 - Je viens de terminer la lecture d’un chef-d’œuvre, un des plus épatants romans du moment, un de ces livres singuliers qui vous touchent droit au cœur, une ou deux fois par décennie. Dès les premières pages de L'énigme du retour, de Dany Laferrière, dès le premier contact avec cet effet de style tout en dialogues, allant et revenant sans cesse, avec cette passion amoureuse abyssale, dévastatrice, absolue, initiatique, j’ai su que je lisais le plus beau livre d’amour depuis Belle du Seigneur, ce qui n’est pas peu dire... Dany Laferrière est notre Albert Cohen : amour de la vie, amour des autres, amour du pays qui vous a vu naître.  
Chaque pas avec lui régale, tout comme ses humeurs, son intelligence, ses doutes... À chaque page, de l’âme, du vécu traduit en mots, une puissance et une rage, une vie que l’on voudrait à soi, et l’histoire du sentiment tel qu’il est devenu au XXIe siècle.  
N’importe quel prix littéraire fera l’affaire. L'énigme du retour les mérite tous. En tout cas, à moins d’avoir le cœur desséché, personne ne pourra quitter 2010 sans l’avoir lu. 

GHILA SROKA
MONTREAL

12 mars, 10 h 49 - J'ai lu l'énigme du retour comme un voyage en Haïti, au jour le jour. J'ai vu le paysage merveilleux, j'ai senti les odeurs du marché, j'ai rencontré la population et j'ai vécu Port-au-prince comme plus jamais plus on ne pourra le voir. Merci à Dany Laferrière pour nous avoir permi de faire ce voyage avant le grand séisme.

Monique Voisine
Québec

12 mars, 8 h 04 - L'immigrant nous donne l'occasion de se déprendre de soi-même (selon l'expression du philosophe Michel Foucault). L'exilé me donne la chance de voir autrement, de penser autrement, ce qui est indispensable pour continuer à regarder ou à réfléchir. Par exemple, le chapitre intitulé DERRIERE LA FENETRE GIVREE qui dit : l'un des spectacles les plus bouleversants de la nature. Je regardais fasciné, toute cette neige qui ne cessait de tomber. 
Pour moi, qui n'aime pas l'hiver, je me suis mise à la fenêtre avec un regard neuf et j'ai aimé cette neige.

suzanne canuel
rivière-trois-pistoles

11 mars, 6 h 48 - J'aime la forme qui mêle haiku et narration. En fait, ce n'est pas une histoire, ce sont des impressions. Chaque chapitre très court est comme un tableau pointilliste et impressionniste. Je suis en train de le lire, je vous reviendrai un peu plus tard.

suzanne canuel
rivière-trois-pistoles

11 mars, 1 h 06 - J'ai adoré ce livre. Le style d'écriture qu'emprunte Dany Lafreniere en est assez unique, original et attrayant. Ce fut mon premier roman lu par cet auteur et j'ai depuis lu L'odeur du café et je m'en suis commandé un autre recemment. Le côté historique mêlé à la romance m'ont plu énormément.

nancy palson
kamloops

9 mars, 8 h 56 - L'énigme du retour, Dany Laferrière... 
Une manière envoûtante de mêler la prose à une poésie en vers... Une façon de mettre l'emphase sur des mots, des pensées en coupant la prose en vers parfois, puis en revenant à la prose... Un rythme de vague nous porte tout au long du livre, comme des allers-retours... Une écriture originale, pas verbieuse et qui nous fait réfléchir.

Éric Champoux
Charlottesville, VA

8 mars, 11 h 05 - Ah non. 
Je crois que ce livre ne mérite pasd 'être défendu. Il a bénéficié d'une grande visibilité lorsqu'il a reçu le prix Médicis.  
Vraiment pas nécessaire!!!

Marc Blanchette
Mont-St-Hilaire

Vous avez été nombreux à voter pour le livre que vous vouliez voir couronné. Comme nos panélistes, c'est L'énigme du retour que vous avez choisi.

Dany Laferrière L'énigme du retour Défendez ce livre »

Germaine Gèvremont Le survenant Défendez ce livre »

Nancy Huston Cantique des plaines Défendez ce livre »

Patrice Desbiens L'homme invisible/ The invisible man Défendez ce livre »

Jean Barbe Comment devenir un ange Défendez ce livre »