Bibliothèque virtuelle (photo)
Accueil (menu)
Liste de tous les livres (menu)

Beaux livres

Biographies

Essais

Fiction

Jeunesse

Livres pratiques

Tous les livres



Illustration
Bibliothèque virtuelle (photo)
Bibliothèque virtuelle (photo)
J'ai serré la main du diable
Roméo Dallaire
[Essais]
Libre Expression, 684 pages, 276480072X

L'histoire vécue d'un témoin du génocide du Rwanda. Et celle de l'incapacité de l'ONU à aider ce peuple qui n'a pas de richesse naturelle à échanger pour sa survie. «Quand le général Roméo Dallaire a été appelé à assurer le commandement de la Force internationale de maintien de la paix des Nations Unies au Rwanda, il croyait être dépêché en Afrique pour aider deux belligérants à trouver un terrain d'entente. Une fois au Rwanda, il découvrit une tout autre réalité.»


Proposé par :
Noël Grégoire, Brossard
 
Son appréciation :
Je pense que ce livre doit rester en mémoire pour les jeunes. Ce livre leur montrera que même en fin de 20ième siècle un peuple a été détruit par d'autres humains. Et, que un organisme comme l'ONU, qui doit aider, est peut-être devenu si gros qu'il a été trop lent à agir. Ce livre pourrait aider à refaire une partie de l'ONU.

Son passage marquant du livre :
« La phrase qui me revient en ce moment, est celle où un homme d'état de Washington demande combien d'êtres humain rwandais pourraiênt être suavés par une aide des USA? Cet homme dont le général ne se souvient pas du nom(Dieu merci dit aujourd'hui le général), cet homme dit clairement que les milliers de vies rwandaises en jeu, ne valent pas qu'un seul américain ne soit sacrifié! Belle idée de certains de nos voisins, des hommes n'ont pas la même valeur selon leur lieu de naissance...  »

Commentaire des internautes :

Commentaire
On croyait avoir éradiquer le mot génocide du dictionnaire
 
À qui aimeriez-vous l'offrir et quel en serait la dédicace?
à Corneille. Excuses-nous de cette tragédie!

Maurice Leboeuf, Montréal

Commentaire
nous permet de comprendre que malgré la "MONDIALISATION" nous sommes souvent inconscient des gestes démoniaques qui sont posés dans certains coin de notre chère planete.
 
À qui aimeriez-vous l'offrir et quel en serait la dédicace?
à mon fils de 6 ans, lorsqu'il saura lire afin d'être sensibiliser au horreur de ce monde. "à mon fils, que tu puises dans ce livre, la force de poser un geste pour améliorer notre humanité. Ton papa qui t'adore"

Serge beaudry, val des monts

Commentaire
Il nous place face à une réalité que nous(occidentaux) tentons par tous les moyens d'ignorer; les génocides sont encore fréquents à notre époque. Il nous porte à réfléchir sur la portée du ''village global'', de l'O.N.U. Il nous explique bien de quelle façon un génocide peut passer inaperçu au yeux du monde. Heureusement je crois que ce petit livre va aider à nous ouvrir les yeux.
 
À qui aimeriez-vous l'offrir et quel en serait la dédicace?
À mon père, c'est lui qui me l'a conseillé sans même l'avoir lu!! La dédicace serait: Encore tellement de chemin à faire...

Patrice Boyer, Beauharnois

Commentaire
Il me semble que les évènements du Rwanda ne sont que le reflet de la complexité du monde moderne. Après tant d'année à prôner la communication, la tolérance, l'équité, etc. et faire le constat d'un génocide, comment est-ce possible? Il y a eu la Bosnie, maintenant le Soudan, comment cela peut se reproduire? Ce livre m'a grandement bouleversé tout comme les évènements de 1994.
 
À qui aimeriez-vous l'offrir et quel en serait la dédicace?
À tous ceux qui croient que les êtres humains n'ont pas la même valeur. Peut-être que ce livre leur ouvrira les yeux sur les risques de telles pensées. Dédicace: Pour que cela ne se reproduise plus JAMAIS

Carmen Lindsay, Beauport

Commentaire
Aide à comprendre l'aide humanitaire la difficulté à recevoir de l'aide par ce groupe de la part de l'ONU et la misère humaine.
 
À qui aimeriez-vous l'offrir et quel en serait la dédicace?
À nos amis américains, à ceux qui n'ont rien fait pour nous aidez car il n'y avait pas de pétrole ou d'autre source de biens à voler.

Paule Buteau, Ste-Foy, Québec

Commentaire
En exposant l'inertie des grands de ce monde et surtout des mégastructures.
 
À qui aimeriez-vous l'offrir et quel en serait la dédicace?
A M. Dallaire, lui-même: `Merci, bien des fois merci. Jamais je n'ai été aussi fière d'être canadienne-française et de pouvoir démentir les préjugés nourris à l'égard de la contribution des c-f dans le monde de l'armée.

Claudette Deshaies, Sarnia, Ont.

Commentaire
Ce livre très touchant m'a complètement bouleversée. Cela me fait comprendre que l'histoire se répète, et que malgré que nous soyons en 2000, même si les actes ont eu lieu en 1994, il y a encore de la grande violence engendrée par la propagande, et que l'indifférence des pays riches face à cet horrible tragédie me fait honte et il semble que nous ayions encore beaucoup de chemin à faire pour avoirs de belles valeurs humaines, en tant que conscience collective. La plupart des individus qui vivent sur terre sont de bonnes personnes, mais ce sont les leaders et les meneurs qui doivent être plus responsables et humains. Merci au Général Dallaire d'avoir écrit ce livre, car il a ouvert le chemin et d'autres personnes maintenant s'impliquent pour punir les responsables de cet hécatombe.
 
À qui aimeriez-vous l'offrir et quel en serait la dédicace?
à ma soeur Chantal, Puisse la force et le courage qui t'habitent continuent à aider les autres.

Michelle Crepeau, stoneham

Commentaire
Il nous apprend les erreurs et horreurs du passé. Il nous fait beaucoup réfléchir et comprendre l'absurdité de la différence entre le tiers monde et le monde ''civilisé'.
 
À qui aimeriez-vous l'offrir et quel en serait la dédicace?
À tous les dirigeants des pays avec la dédicace: pour que vous vous souveniez éternellement de la fable de l'autruche.

Isabelle Plante, montréal

Commentaire
Comprendre que nous pouvons tous être aussi ...
 
À qui aimeriez-vous l'offrir et quel en serait la dédicace?
Au Pape. Nous devons nous souvenir.

Lucile Papineau, Montréal

Commentaire
Ce livre nous fait connaître toutes les tueries, tous les massacres d'humains, toute cette guerre qui a duré pendant des années au Rwanda. Je déplore le manque total d'aide humanitaire pour sauver ce peuple. Leur appel à l'aide est resté sourd... et combien de morts inutiles et gratuites. C'est monstrueux et le Général Dallaire est resté marqué par cette souffrance qu'il cotoyait tous les jours dans ce pays en mal d'amour!
 
À qui aimeriez-vous l'offrir et quel en serait la dédicace?
À mon mari pour son anniversaire car il aime beaucoup lire sur des faits qui ont marqué l'histoire et aussi parce qu'il a déjà vu une entrevue du général Dallaire à la télévision et qu'il a bien aimé son témoignage sur le Rwanda.

FRANCINE ST-HILAIRE, Québec

Commentaire
Une époque où les grandes puissances auraient intérêt à se souvenir du passé. L'histoire se répète, mais on ne règle pas les vieux problèmes. Un baume de bonne conscience tout au plus. Les grandes organisations sont trop lourdes. L'Afrique est ignorée. D'un côté plus positif, l'impact de ce livre et de tout ce qui a été fait à propos du génocide, laisse parraître un désir collectif d'aider les peuples en difficulté. On peut en voir le résultat avec la crise au Soudan.
 
À qui aimeriez-vous l'offrir et quel en serait la dédicace?
À mon père - Ce sont les plus tenaces qui font une différence.

Geneviève Mitchell, Cold Lake, Alberta

Commentaire
De penser qu'à une époque où les communications sont si rapides, mais que le temps de réaction est si long pour arrêter un tel génocide.
 
À qui aimeriez-vous l'offrir et quel en serait la dédicace?
A tous les chefs de gouvernement qui ne se sont pas ouverts les yeux. La dédicace: Priez et agenouillez-vous sur chaque tombe.

Huguette Daneault, Shawinigan

Commentaire
Ce livre montre la difficulté qu'ont les nations et les individus à défendre les valeurs humanistes universelles qui devraient protéger tous et chacun, sans égard à son origine. Heureusement, M. Dallaire montre que cet idéal survit en quelques-uns...

Sébastien Trudel, Montréal

Commentaire
Ce livre m'a tristement fait réaliser à quel point l'argent mène le monde et tout le chemin qu'il reste à parcourir pour redonner sa vraie valeur à la vie humaine.

Danny Baribeau, Montréal

Commentaire
Cet ouvrage nous démontre très bien que l'humanité est incapable d'action humanitaire pour le seul bien de la race humaine. Si on retrace dans l'histoire les missions de paix de l'ONU depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale, on peut facilement déceler le fait qu'aucune de ces missions n'a été autorisée par le Conseil de Sécurité de l'ONU pour des fins purements humanitaires. Chaque mission doit avoir un avantage économique, géopolitique ou militaire aussi subtil soit-il pour que les décideurs accordent un intérêt à l'événement. On voit bien dans le cas du Rwanda que l'ONU n'a pas mis en place les moyens nécessaires pour assurer la paix, ce pays n'ayant aucun attrait en rien pour les grandes puissances qui financent les missions de paix. Ce fut la même chose pour la Somalie et autres missions en Afrique où aucune ressource naturelle n'est disponible. Par contre, lorsque des ressources sont en jeu où que le pays menacé fait partie de l'Occident tous les moyens sont mis en place pour sauvegarder la paix. Prenons ici l'exemple de l'ex-Yougoslavie. Les décideurs du Conseil de Sécurité de l'ONU, États-Unis en tête, n'ont rien à faire des pauvres Africains qui s'entretuent à la va comme je te pousse. Avec ce livre, nous réalisons que le maintient de la paix a un prix. Le pays ou la région à sauvegarder doit pouvoir fournir des avantages à être sauvé. En terminant, et pour appuyer mon argument, observez ce qui se passe au Darfour. Tous crient au génocide, personne n'agit pour l'empêcher. Qu'y a-t-il à gagner au Darfour? Rien. Et surtout, aucun pays de l'Occident ne voudra risquer la vie de ces soldats pour sauver la vie d'Africains. On l'a bien vue en Somalie et au Rwanda.

Félix Leduc, Saint-Hyacinthe

Commentaire
On nous y présente comment la politique internationale est orientée vers les régions économiquement intéressante ainsi que comment un conflit entre 2 peuples peut mener à une violence sans limites

Stéphane Rivard, Lemoyne (Québec)

Commentaire
Ce livre nous permet de comprendre et de désespérer sur l'apathie des gens envers les génocides. Près de 50 ans après l'holocauste voici un livre qui nous démontre que nous n'avons rien appris.

Jean-Christian Drolet, St-Félicien

Commentaire
Ce génocide est le résultat des politiques coloniales du XIXème et XXème siècles, des luttes d'influence entre les puissances occidentales et de l'échec des Nations-Unies qui sont toujours paralysées et empêchées d'agir si cela va à l'encontre des intérêts des membres du Conseil de Sécurité. Également, comme il n'y a pas de pétrole au Rwanda et que ce sont des Noirs, alors pas important!

Pierre Goyette, Brossard

Commentaire
Pas très original comme suggestion, sauf que ce livre nous fait beaucoup réfléchir sur la nature humaine, les hauts et les bas de l'Homme, la géopolitique, le fonctionnement d'une organisation internationale, la politique, la politicaillerie, le désespoir, la désillusion et puis le courage et la détermination. 800 000 morts, ça parle de nous ça, n'est-ce pas?

Claude Martel, Saint-Basile-le-Grand

Commentaire
Un génocide, ignoré par tous, vu par un observateur objectif. Pas une victime, pas un assassin. Lecture horrible mais nécessaire.

Jean-Christian Drolet, St-Félicien

Commentaire
Ce livre nous permet de voir que le monde est encore loin d'être rendu à maturité. Plus de gens seront sensibilisés et moins ce genre de massacres risquent de se reproduire.

Geneviève Ouellet, Gatineau

Commentaire
Le film "Hotel Rwanda" démontre très bien les abominations de la guerre. Ce livre met en relief l'hypocrisie et l'indifférence de l'ONU qui se dissimule sous des voiles opaques pour ne présenter qu'un côté de leur organisation. Au fait, l'ONU est une criminelle de haut degré. Lorsque nous enlevons le rideau de mensonges pesant lourd sur ceux qui sont les victimes, nous comprenons mieux les enjeux détournés qu'emploient les dirigeants de ce monde. Savoir, c'est aussi réagir. Je crois que non seulement nous pouvons changer le monde, nous devons changer le monde.
 
À qui aimeriez-vous l'offrir et quel en serait la dédicace?
Peter À toi qui est Africain et qui connait les atrocités de la guerre. L'espoir est toujours vivant. C'est la solidarité qui nous unira tous et qui changera le monde.

Claire Champeau, Montréal


 
Fiche de lecture (titre)