Bibliothèque virtuelle (photo)
Accueil (menu)
Liste de tous les livres (menu)

Beaux livres

Biographies

Essais

Fiction

Jeunesse

Livres pratiques

Tous les livres



Illustration
Bibliothèque virtuelle (photo)
Bibliothèque virtuelle (photo)
Le meilleur des mondes
Aldous Huxley
[Fiction]

Dans ce livre visionnaire écrit dès 1932, Aldous Huxley imagine une société qui utiliserait la génétique et le clonage pour le conditionnement et le contrôle des individus. Dans cette société future, tous les enfants sont conçus dans des éprouvettes. Ils sont génétiquement conditionnés pour appartenir à l'une des 5 catégories de population. De la plus intelligente à la plus stupide: les Alpha (l'élite), les Bétas (les exécutants), les Gammas (les employés subalternes), les Deltas et les Epsilons (destinés aux travaux pénibles). Le "meilleur des mondes" décrit aussi ce que serait la dictature parfaite: une dictature qui aurait les apparences de la démocratie, une prison sans murs dont les prisonniers ne songeraient pas à s'évader. Un système d'esclavage où, grâce la consommation et au divertissement, les esclaves "auraient l'amour de leur servitude"...


Proposé par :
Annie Degré, Lasalle
 
Son appréciation :
Défi, réquisitoire, utopie, ce livre mondialement célèbre, chef-d'œuvre de la littérature d'anticipation, a fait d'Aldous Huxley l'un des témoins les plus lucides de notre temps.

Son passage marquant du livre :
« "- Le monde est stable à présent. Les gens sont heureux; ils obtiennent ce qu'ils veulent, et ils ne veulent jamais ce qu'ils ne peuvent obtenir. (...) Ils sont conditionnés de telle sorte que, pratiquement, ils ne peuvent s'empêcher de se conduire comme ils le doivent. Et si par hasard quelque chose allait de travers, il y a le soma*. *drogue -anti-dépresseur  »

Commentaire des internautes :

Commentaire
Ce livre m'a plutôt aidé à comprendre à quel point il est difficile d'anticiper pour un auteur, surtout si sa prémisse de départ s'éloigne de l'optimisme. Bien sûr, la vision de Huxley correspond à une certaine réalité d'aujourd'hui: notamment que les classes sociales tendent à s'éloigner les unes des autres. Seulement, son avenir en non devenir éperonne l'exagération, tout va mal... tout espoir est perdu ou fabuleusement fragile. Il en va de même pour 1984. Or, les voyageurs du temps qui ouvrent les yeux découvrent qu'en dépit de ses imperfections flagrantes, le coeur de la société d'aujourd'hui fait BIG BANG à la naissance d'un nouvel univers en expansion... un monde meilleur que le meilleur des mondes. Évidemment, rien ne va jamais aussi vite que la vitesse de la pensée, voilà pourquoi peut-être nous critiquons plus que nous apprécions. Philip K. Dick, à sa façon vivement imaginative, aura abordé le thème de la mondialisation tout en prévoyant la chute du mur de Berlin et la venue d'un gouvernement mondial. Nous en sommes loin en vertu de nos existences éphèmères, mais l'humanité a innexorablement mis le cap à tous azimuths vers une prise de conscience déterminante: nous sommes tous humains... La route sera infiniment longue et parsemée d'impossibles obstacles. Mais j'y crois. Il y a plus de Roméo Dallaire ou de Gomery dans le monde qu'on ne le croit. Surtout, le poids de la démocratie sensible augmente. Bon, les sibyllins assoifés de pouvoir sont moins nombreux, mais plus gloutons. Mais les gras "trans-miam miam le monde m'appartient" de ces vaniteux obèses à l'esprit obtu et liliputien finiront par bloquer leurs malveillantes artères sans âme. Alors, gardons le sourire :+) D'autre part, Isaac Asimov dans son cycle des fondations exprime à merveille toutes les teintes d'hier à d'aujourd'hui jusqu'à demain qui forment les couleurs de l'homme et son histoire... à travers les étoiles certes... l'échelle est simplement plus grande alors que l'homme demeure toujours petit, encore plus petit dans la perspective d'une voie lactée. Cela dit, je ne crois pas que la 'voix" lactée de la sympatique animatrice lira mon humble point de vue, mais je lui souhaite bon été!
 
À qui aimeriez-vous l'offrir et quel en serait la dédicace?
À tous ceux qui adorent nager dans un éclatant pessimisme. Bref, à beaucoup d'entre-nous.

Lally Thomas,

Commentaire
Je lisais aussi Nietzsche quand j'ai lu le meileur des mondes. j'ai passé deux années noires dans l'existentialisme le plus radical. Ce livre nous confronte à une série de questions: l'hégémonie culturelle et l'uniformisation, en quoi cela nous dérange? qu'est-ce que l'individualisme , qu'est-ce que la soumission et la marginalité à l'intérieur d'une communauté? Si nous parlions tous la même langue et avions tous les mêmes valeurs communes serait-ce le bonheur ontologique, et donc serait-ce cela l'ennuyeux paradis dont parlent les religieux?
 
À qui aimeriez-vous l'offrir et quel en serait la dédicace?
Je le dedierai a tous les jeunes dans la vingtaine et leur dirai aussi de lire Jack London pour compenser et ramener un peu d'optimisme ;O)

Samir Yalaoui, Montreal

Commentaire
C’est la première et la plus célèbre des sociétés imaginaires décrites par Huxley: dans le meilleur des mondes, les barreaux des prisons sont inutiles; on les a programmés dans la tête des gens. Vers la fin de sa vie, Huxley a décrit une autre société imaginaire (Island) où les gens étaient vraiment libres (c’est-à-dire que la liberté de chacun s’arrêtait là où commençait celle des autres), mais le roman se termine très mal, car une secte s’implante dans l’île. (Ce livre-là aussi a sa place dans notre bibliothèque.)

Hélène Couture, Québec

Commentaire
C'était du fantastique maintenant c'est la réalité
 
À qui aimeriez-vous l'offrir et quel en serait la dédicace?
à Aldous Huxley. Tu vois tu ne t'étais pas trompé

Maurice Leboeuf, Montréal

Commentaire
C'est en fait le premier livre auquel j'ai pensé en apprenant le thème suggéré. Notre époque, dans le monde occidental, en est effectivement une de "prêt à penser". On tient les gens occupés en permanence, on fait en sorte que plus personne n'a de temps et surtout pas de temps pour remettre en question la pertinence des activités et des idées dont on est captif. Par chance, il y a quand même quelques rebelles pour résister à ce faux confort.

Myriam de Bailleul,

Commentaire
La domestication de l'humanité par une classe dirigeante, domestication comme dans animaux domestiques... Des joies artificielles proposées, en fait le monde actuel à peine un peu anticipé
 
À qui aimeriez-vous l'offrir et quel en serait la dédicace?
À mon fils regarde ou nous mène ce monde... Il n'est pas trop tard pour réagir

Dussault Jocelyn, Prévost

Commentaire
Je suis ravi de retouver ce livre et 1984 au sommet de la liste. Huxley et Orwell avaient vu les Stalin, Hitler, etc. prendre le pouvoir et avaient imaginé la direction vers laquelle ceci pouvait évoluer. La vision du MdM m'a toujours semblée la plus effroyable car la population considère l'oppresseur comme un bienfaiteur et que ceci élimine la dissidence. Le plus inquiétant, c'est de voir les américains ré-élir Bush, se balader sans souci dans leur VUS climatisé, se gaver de Prozac et réaliser que Huxley avait vu juste.

Louis Charbonneau, Gatineau (Hull)

Commentaire
Par sa façon de nous montrer ''l'organisation", la manipulation et la hiérarchie dans lequel l'humain se déshumanise et par sa manière d'illustrer notre intolérance à la différence...

Johanne Lapierre,

Commentaire
Je crois comme Alain Cormier ce livre doit être lu en tandem avec 1984. Le souvenir que j'ai de ce livre est surtout le contrôle sur l'autre et ici par un moyen très pernicieux la sécurité contre la liberté, qui peut être contre la sécurité. pas de crotte de chien, pas de bruit (des enfants) pas de fromage au lait cru. les prof touchent pas aux étudiants la DPJ
 
À qui aimeriez-vous l'offrir et quel en serait la dédicace?
a tout les visiteurs de Walt Disney

Ghislain Masson, Gaspé

Commentaire
Je crois que c'était un ouvrage très visionnaire pour l'époque où il a été écrit. C'est incroyable de voir à quel point l'auteur a su mettre le doigt sur ce qu'allait être la société. Bien sûr, ce n'est pas entièrement comme cela, mais je trouve qu'il y a beaucoup de ressemblance.
 
À qui aimeriez-vous l'offrir et quel en serait la dédicace?
Je l'offrirais sans contredit à nos dirigeants occidentaux et je leur dirais: "Un monde comme celui-là, non merci"

Melanie Camirand, Cap d'Espoir

Commentaire
C’était une de mes lectures imposées au secondaire. Cette description d’une société de consommation stratifiée m’a donné aussi froid dans le dos que « 1984 », que je venais juste de finir (lui aussi un livre imposé). Beaucoup d’aspects, comme les classes sociales artificielles, se retrouvent dans nos sociétés, où les pauvres n’ont pas le même accès à l’éducation, donc à la culture, que les mieux nantis.
 
À qui aimeriez-vous l'offrir et quel en serait la dédicace?
Aux tenants du système de santé à deux vitesses

Michèle Laframboise, Mississauga

Commentaire
J'ai lu ce livre comme lecture obligatoire en philosophie au Cegep, en 1989! GENIAL! Il aide à conprendre le monde dans lequel on vit, et surtout dans celui où on se dirige. Écrit pour illustrer le modele en serie ''T'' de Ford appliquer aux humains, l'ouvrage est une savante analyse de notre société atomisée!
 
À qui aimeriez-vous l'offrir et quel en serait la dédicace?
A Rael, pour qu'il renoue avec l'influence majeur de ses romans fantastiques (!!!) et aux directeurs des ''Grandes Ecoles'' en France, qui participent à la philisophie du Meilleur des Mondes...

Sylvain Lacoursiere, Montréal

Commentaire
Je comprend ce livre comme une projection un peu ironique et fade du futur. C'est un pensez-y sur certains éléments qui suscite beaucoup de débat à notre époque comme le clonage, les médicaments, les relations homme-femme. Pour les jeunes, comme moi, c'est un avertissement.
 
À qui aimeriez-vous l'offrir et quel en serait la dédicace?
Mon amour, Bruno.

Christine Nault, Sherbrooke

Commentaire
Ce livre est extraordinaire. À chaque année je le fais lire à mes élèves...et leurs réactions sont toujours aussi surprenantes. J'ai été éblouie la première fois..et je continue d'admirer un roman qui nous touche depuis des décennies. Jusqu'où l'homme peut-il aller pour connaître ce qu'il est??? Jusqu'à le détruire???
 
À qui aimeriez-vous l'offrir et quel en serait la dédicace?
À mon petit-fils. À lire quand tu auras 15 ans, puis 20 ans, puis 30 ans..et encore, et encore. Souviens-toi de ta grand-mère. Fais que la vie soit juste et belle pour tout le monde!!

Louise Sauvageau, Rimouski Qc Canada

Commentaire
La différence entre l'homme et les autres animaux.

François Simard, Québec

Commentaire
«L'homme s'est bâti des mondes dans lesquels il ne peut pas vivre.» Je suis étonnée depuis toujours combien on a pu nous retrouver dans des structures sociales si peu en accord avec un réel épanouissement des êtres.
 
À qui aimeriez-vous l'offrir et quel en serait la dédicace?
À nos dirigeants Est-ce cela que vous désirez réaliser?

Nicole Charbonneau, Montréal

Commentaire
Regardez la cour de nos écoles primaires et secondaires... nos jeunes sont attriqués pour le sexe et vaguement uniformes
 
À qui aimeriez-vous l'offrir et quel en serait la dédicace?
À la jolie fille là bas... Dédicace: "Vous êtes très pneumatique ;P"

Jean-Francois Paradis, Montréal

Commentaire
C'est un portrait intemporel d'allure futuriste qui décrit bien les faux-semblant de notre société de consommation dans laquelle quelques individus ont peine à vivre, entourés d'humanoides n'ayant plus rien d'humain. Ca fait réfléchir
 
À qui aimeriez-vous l'offrir et quel en serait la dédicace?
A Hélène, (si j'en venais au suicide) Toi seule, en lisant ce livre, comprendra l'indicible silence dans lequel je me suis emmuré malgré moi face au monde ambiant. Même le "soma" n'y pouvait plus rien...

Jean Le May, Saint-Jean-sur-Richelieu

Commentaire
Ce roman, que j'ai lu lorsque j'étais ado, permet de mieux saisir les dangers des manipulations génétiques et de vouloir l'efficacité à tout prix. Toutefois, ce qui m'a le plus marqué, c'est qu'en contrôlant la douleur par une petite pilule "Soma", nous ne serions pas en mesure d'apprécier ce qu'est le bonheur car nous n'aurions pas vécu le malheur, le danger de l'état neutre, est-ce que c'est ce que nous voulons?
 
À qui aimeriez-vous l'offrir et quel en serait la dédicace?
À tous - un moment d'arrêt pour réfléchir à ce que nous voulons devenir...

Marie-Hélène Primeau, Montréal

Commentaire
Ce livre est pratiquement une prophétie de ce qui nous attend avec les manipulations génétiques. Nous avons déjà créé des monstres et c'est pas fini.
 
À qui aimeriez-vous l'offrir et quel en serait la dédicace?
À Raël, C'est peut-être un des livres qui t'as inspiré, relis-le donc...

François Durette, Schefferville

Commentaire
Ce livre devrait être en première position tellement il est criant de vérité sur notre époque. On élève maintenant ses enfants à la chaîne, souvent à partir de 6 mois ou moins, avec l'aide et la complicité de l'État, on en fabrique avant tout de bons consommateurs avertis. Et si ça ne marche pas comme on veut il y a toutes sortes de SOMA qu'on appelle Ritalin, Prozac, Valium, Viagra et j'en passe... Car les ressources humaines sont rendues trop chères...
 
À qui aimeriez-vous l'offrir et quel en serait la dédicace?
Ne voulons pas le meilleur des mondes.

Lucie Galibois, montréal

Commentaire
Le meilleur des mondes, reste visionnaire, et il m’a apporté beaucoup de réflexions qui me hantent encore aujourd’hui. Cette société "parfaite", organisée comme une fourmilière, où les liens familiaux ont fait place aux liens organisationnels, est axée comme la nôtre sur la recherche du bonheur, même si il est artificiel. Les habitants de ce meilleur monde sont manipulés et conditionnés depuis leur conception et nous pourrions croire qu’il n’en est pas de même pour nous, que nous avons encore notre libre arbitre mais en sommes nous certains ?
 
À qui aimeriez-vous l'offrir et quel en serait la dédicace?
à tout le monde

Terry Leyback,

Commentaire
Ce livre met en opposition science et philosophie, liberté individuelle et productivité sociale. Il présente ce qu'il advient d'une société lorsqu'au nom du progrès et de l'avancement, les plus "forts" utilisent à leur avantage les plus "faibles".
 
À qui aimeriez-vous l'offrir et quel en serait la dédicace?
Je l'offrirais à tous les jeunes de la fin du secondaire, et la dédicace serait : Accepteriez-vous d'être de la sous-classe de citoyen? Et je l'offrirais à tous les parents, et la dédicace serait : Accepteriez-vous que votre descendance soit de la sous-classe de citoyen?

Annie Biron, Rimouski

Commentaire
Malheureusement possible et fort probable. Les écrivains ont des antennes ultrasensibles qui leur permettent de voir loin et juste. Jespère ne plus être là.
 
À qui aimeriez-vous l'offrir et quel en serait la dédicace?
A tous ceux qui sont optimistes et naïfs.

Serge Gingras, Aylmer (Gatineau)

Commentaire
La contre-utopie la plus célèbre de la littérature du 20e siècle, avec le "1984" d'Huxley. En moins pessimiste, parce que Huxley prévoit un certain espace de "dissidence" qui préfigure l'altermondialisme. Je suggère d'en compléter la lecture en consultant aussi "Retour au meilleur des mondes", l'essai percutant que Huxley a publié en 1958. Son constat: le monde totalitaire que son roman projetait dans un lointain avenir est déjà en train de se mettre en place. Beaucoup plus vite que prévu. Et c'est encore plus vrai aujourd'hui que ce ne l'était en 1958...
 
À qui aimeriez-vous l'offrir et quel en serait la dédicace?
À ma fille. "Méfie-toi des prisons qui n'ont pas de barreaux."

Alain Cormier,

Commentaire
J'ai lu ce livre pour la première fois lorsque j'aviais 16-17 ans. J'ai beaucoup aimé cette fiction. Je le relis assez souvent j'ai aujourd'hui 44 ans c'est étrange comme cette fiction est presque réalité. J'espère qu'un jour nous nous rendrons pas aussi loin dans le conditionnement psychique de nos enfants. Quand on lit ce livre le débat sur le clonage humain nous fait peur et réflechir. Nous ne sommes pas très loin d'être capable de reproduire cette histoire.

dominique fortier, Sainte Julie

Commentaire
Il touche à des éléments essentiels de notre société: la médecine et les apprentis sorcier, le désir du "bonheur", le désir de contrôle de ce qui nous entoure pour nous sécuriser. Ce roman fantastique relativise tout ça en nous faisant voir comme l'humain est universel, prévisible et futile?
 
À qui aimeriez-vous l'offrir et quel en serait la dédicace?
À un jeune chercheur en génétique rencontré par hasard et qui croit en le pouvoir de l'homme de tout comprendre de la nature et d'avoir le pouvoir sur la création.

Lucie Vallée, Québec

Commentaire
Il nous montre qu'il est possible de prévoir ce qu'il pourrait arriver dans 50 ou 100 ans. Il faut être attentif à ce qui se passe et s'est passé car tous ces événements "dessinent" notre avenir.
 
À qui aimeriez-vous l'offrir et quel en serait la dédicace?
À tous mes proches et moins proches, avec en dédicace : bonnes réflexions et au plaisir d'en parler.

Jocelyne Mayrand, Évain

Commentaire
Comprendre c'est quoi la manipulation génétique et de l'esprit et que le soma peut-être la culture de masse qui empêche les gens de se révolter.
 
À qui aimeriez-vous l'offrir et quel en serait la dédicace?
A tous les politiciens surtout a M. Bush et M. Martin pour qu'ils acceptent toutes les différences individuelles et ne pas uniformiser l'être humain

patrick henein, Montreal

Commentaire
Nous sommes presque dedans si on réfléchit bien et on regarde autour de nous, dépendant de l'âge que nous avons.
 
À qui aimeriez-vous l'offrir et quel en serait la dédicace?
A mon fils, Tu as 19 ans mon grand, tu as un cinéma maison, tu es branché sur la planète avec ton internet, mais à l'époque ou j'ai lu ce livre, internet n'existait pas, ce que je t'ai montré en t'amenant à Walt Disney l'année de tes 11 ans quand tu te laissais prendre par les odeurs, la chaleur dans le coup, les effets spéciaux qui te faisaient peur car tu les croyais réel. Et bien un petit génie avait tout vu cela avant, alors lis ce livre comme un hommage à l'intelligence et l'invention humaine et fais ce que tu peux avec, sans oublier qu'un arbre et bien mieux dans son environnement que dans un pot au coin de ton salon. D'une femme qui t'aime de tout son coeur. Ta mère.

Rita Piché, Prévost

Commentaire
J'ai ressenti en le lisant, il y a déjà une bonne trentaine d'années, le danger qu'il y a à vivre dans une société ou (désolée, mon clavier ne sait pas qu'on peut mettre un accent grave sur le u) on cherche par tous les moyens d'éviter tout risque. ou tout est contrôlé.
 
À qui aimeriez-vous l'offrir et quel en serait la dédicace?
Je l'offrirais aux journalistes qui, dès qu'il s'est passé quelque chose d'un peu grave, demandent à tout venant qu'est-ce qu'on peut faire pour ne plus que ça se reproduise, en leur soulignant que vivre est dangereux dans la plus grande partie du monde et que l'hyperprotection dont nous sommes affligés limite la liberté des individus.

Françoise Raymond, Ville-Marie

Commentaire
Je viens de terminer ce livre (en anglais) et 2005, il est toujours d'actualité. Ca m'a fait sourire en comprenant par qui on avait remplacé "Dieu"...Oh Ford!
 
À qui aimeriez-vous l'offrir et quel en serait la dédicace?
A tous ceux qui préfère mettre un "plaster" sur le bobo au lieu de le régler!

Julie Laurin, Montreal

Commentaire
Je ne voudrais pas briser cette belle unanimité mais je crois qu’il faut faire attention avec des romans comme Le Meilleur des mondes et aussi 1984. Ce sont des romans magnifiques, troublants et qui portent à réfléchir sur le monde qui nous entoure. Mais il faut être prudent avant de se baser sur ces pages de fiction pour en tirer des conclusions (souvent radicales) sur les médias, la société de consommation ou encore l’entreprise capitaliste. Je trouve fascinant de constater le nombre étonnamment élevé de personnes qui semblent baser entièrement leur conception de la société politique sur ces romans.

Pierre-Yves Néron, Montréal

Commentaire
Un monde qui dérape, où l'individu ne sert plus qu'à accroître le bon fonctionnement de la société. Le rejet du traditionnel, l'ostracisme, la collectivité à tout prix... Ouf! Ce livre est extrêmement pertinent pour la bibliothèque. Cette dérive, elle sera toujours à deux pas.
 
À qui aimeriez-vous l'offrir et quel en serait la dédicace?
Amoureux de la littérature, dirigeants des pays, méga-corporations, scientifiques (avant d'entreprendre des recherches, on devrait réfléchir à l'impact que ça peut avoir), banquiers, drogués, rednecks, yuppies et pas mal tout le monde finalement. La dédicace: "Et ci c'était ça, demain?"

François Morel, Montréal

Commentaire
Il nous ouvre les yeux sur l'instrumentalisation du vivant en dépeignant un monde, qui, au fil des avancées scientifiques et des années, s'avère de moins en moins irréaliste ou invraisemblable. Il montre comment on peut aliéner le corps et l'esprit à des desseins utilitaristes et finalement peu humains.
 
À qui aimeriez-vous l'offrir et quel en serait la dédicace?
À tous technocrates "sur-rationnels" prêts à utiliser et modifier la nature humaine pour desservir leur pouvoir. Dédicace : "Nous vous surveillons!"

Alexandra Dubé Loubert, Rimouski

Commentaire
J'avais déja proposé le livre, mais en anglais puisque c'est comme ça que je l'ai découvert à l'école. Et ce qui me frappe le plus c'est que j'avais relevé le même passage qu'Annie Degré. Ce livre est en quelque sorte l'amplification de nos défauts actuels en tant que société. Certains plus pessimistes y verront la triste réalité qui nous attend dans un avenir pas si loin que ça.
 
À qui aimeriez-vous l'offrir et quel en serait la dédicace?
Aux docteurs qui prescrivent tous ces anti-dépresseurs sans se questionner sur le fondement de ce mal de vivre quasi-généralisé. Et la dédicace: Dommage que vous ne puissiez pas encore conditionner tous vos clients.

Antoine Fortin, montreal

Commentaire
Ce remarquable roman de science-fiction et d'anticipation nous averti maintenant et plus que jamais des dangers des totalitarismes à venir dans notre société. Les utopies apparaissent comme bien plus réalisables qu'on ne le croyait autrefois.
 
À qui aimeriez-vous l'offrir et quel en serait la dédicace?
Je l'offrirais à nos dirigeants politiques. «Avant de prendre des décisions finales sur notre société, ouvrez ce livre et relisez quelques pages afin de confirmer ou d'infirmer votre choix.»

Sylvaine Roulin, Cap-Rouge

Commentaire
C'est un livre que j'ai lu à l'age de 18 ans et qui m'a complètement bouleversé. Malgré sa parution en 1932, il demeure actuel et décrit une société avec d'inquiétantes ressemblances avec la nôtre. Mais surtout, «Le meilleurs des monde» nous aide à comprendre ces démocraties fantoches qui contiennnent les gens dans un joug de consommation et de plaisir.

Marc Perron, Montréal

Commentaire
La génération hippie des années 70 a retenu certains thèmes du roman d’Aldous Huxley. Dans 50, 60, 100 ans avec l’acceptation du clonage humain, le meilleur des mondes ne sera peut-être plus un roman de fiction mais un roman qui a su prévoir l’avenir ?

André Pettigrew, Cookshire, QC

Commentaire
Roman écrit en 1932, il est aujourd'hui, plus que jamais, source de réflexion sur la condition humaine dans la société. Son titre en dit long sur son contenu morale et philosophique. Est-ce vraiment le meilleur des mondes?

Nelson Simard,

Commentaire
Ce roman, futuriste avant son temps, nous touche beaucoup car il nous parle d'une société qui pourrait bien être la nôtre et qui parfois a des parrallèles inquiétant avec notre époque. C'est un roman qui fait beaucoup réfléchir sur notre propre futur, pas si lointain.

Catherine Toupin, Montréal

Commentaire
Roman d'anticipation qui écrit une société totalitaire qui utilise la génétique et le clonage afin de contrôler les individus.

Marie-Hélène Séguin, Montréal

Commentaire
Il est effrayant de constater à quel point le monde horrible décrit par l'auteur ressemble en de nombreux points à la réalité actuelle! Entre l'abrutissement des masses par la consommation et le divertissement, embrigadant les esprits dans une prison abrutissante, et les dérives de la science notamment vers des manipulations génétiques potentiellement catastrophiques, le "meilleur des mondes" dans lequel on vit en 2005 mérite une réflexion et un engagement personnel de tous, dès maintenant.

Valérie Lapierre, Sainte-Foy

Commentaire
Au cas où personne ne l'aurait encore proposé ... D'après moi, plus pertinent encore que le grand 1984, car, malheureusement, plus proche de ce qui nous attend.

René Bolduc, Québec

Commentaire
Ce qui rend ce livre si intéressant, c'est que l'auteur a une vision d'une société recherchant le confort ultime, un idéal humain, la recherche du savoir, le tout confiné dans un monde contrôlé par la propagande et la peur. Fait intéressant, les personnages du livre consomment le SOMA, une drogue les faisant oublier tous leur soucis, et en 2005, cette drogue est effectivement réelle, un anti-dépresseur!

Daniel Beaudin, Gatineau

Commentaire
Dans notre monde où le clivage entre les riches et les pauvres, les classes dirigentes et dominés, s'agrandit de plus en plus et où l'incitation à la consommation comme source du bonheur est devenu une façon de vivre, je pense que nous avons déjà l'amour de notre servitude...

Daniel Côté, St-Augustin-de-Desmaures

Commentaire
On peut y faire des parallèles plus qu'intéressants entre le monde dépeint par Huxley et notre monde actuel: le fossé béant entre les riches et les pauvres, entre ceux qui ont des emplois qui leur donnent des salaires astronomiques et ceux qui travaillent dans des "sweatshops" pour quelques cents à l'heure, entre ceux qui ont les moyens de s'instruire et ceux qui n'ont pas d'éducation et qui se retrouvent exclus par le fait même... Et avec les progrès de la biotechnologie et la tyrannie de la beauté dans nos sociétés occidentales, le spectre de l'eugénisme et de l'être humain "parfait" n'est pas loin.
 
À qui aimeriez-vous l'offrir et quel en serait la dédicace?
Aux PDG des grands médias et des grandes entreprises multinationales, ainsi qu'aux chefs d'État du G8. Il y serait écrit: "Ceci est votre vision du monde."

Marie-Hélène Leclerc, St-Jean-sur-Richelieu


 
Fiche de lecture (titre)