Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ça fait l'tour! - Avril

Ça fait l'tour! - Avril

Connaissez-vous bien la Gaspésie? Testez vos connaissances avec le quiz du mois pour participer au concours Ça fait l'tour. Pour tous les détails, consultez le http://radio-canada.ca/cafaitltour

Partagez le quiz

Crédit : Musée de la Gaspésie

Qui interprète Noum dans la télésérie L’ombre de l’épervier?

  • Luc Picard interprète bien Noum, le personnage principal de la télésérie tiré du roman du Gaspésien originaire de Maria, Noël Audet. Elle est tournée en grande partie dans le secteur de Grande Grave dans le parc Forillon. Plusieurs résidents de l'endroit y ont d’ailleurs participé à titre de figurants. La télésérie a été diffusée du 5 janvier au 13 avril 1998 sur les ondes de Radio-Canada. Un dossier spécial avec de nombreuses photos a été publié dans le Magazine Gaspésie. Magazine Gaspésie, Irving Whale, no 131 (volume 34, numéro 3, 1997, p. 34) 

Hormis le bœuf et le cheval, quel autre animal les Gaspésiens utilisent-ils comme animal de trait?

  • Jusqu’à la fin des années 1950, les chiens sont utilisés pour seconder les jeunes enfants et les adultes dans leurs travaux domestiques. Attelé à une petite charrette artisanale, le chien aide, entre autres, au transport de la morue lors des différentes étapes de préparation de celle-ci. Le chien attelé devient aussi une icône des cartes postales de la Gaspésie d’antan et fait l’objet de plusieurs photos dans des magazines et des ouvrages. Magazine Gaspésie, La question gaspésienne... une question de transport, no 155 (volume 42, numéro 3, 2006, p. 28) Vers 1900-1930, un chien moustaché attelé à une charrette chargée de bois, jeune fille et garçon derrière lui.

Crédit : iStock

Que veut dire l’acronyme CHNC?

  • Charles Houde s’installe à New Carlisle après ses études où il exerce le métier de dentiste. Le village détient un net avantage : l’électricité. Passionné par la communication par radio, Charles Houde est d’abord un radioamateur avant de fonder CHNC en 1933. Desservant les deux côtés de la baie des Chaleurs, soit la Gaspésie et le Nouveau-Brunswick, la station est d’abord bilingue avant de se scinder en deux en 1946 : CHNC pour le volet francophone et CKNB pour le volet anglophone. Plusieurs annonceurs y défileront dont René Lévesque dès ses 14 ans, Claude Allard et Jean-Pierre Coallier. Magazine Gaspésie, L’émergence des médias, no 176 (volume 50, numéro 1, 2013, p. 15) 

Crédit : Musée de la Gaspésie

Comment se nomment les gens de Cap-Chat?

  • Plusieurs variantes existent quant à l’origine du nom Cap-Chat. Il proviendrait du rocher en forme de chat, d’une ancienne légende ou de la déformation du nom d’Aymar de Chaste, lieutenant général de la Nouvelle-France au début de la colonie en 1608. Magazine Gaspésie, Une toponymie unique, no 188 (volume 54, numéro 1, 2017, p. 24) 

Crédit : Musée de la Gaspésie

Vrai ou faux? Durant la Deuxième Guerre mondiale, un poste d’observation est construit au sommet du mont Jacques-Cartier dans le parc de la Gaspésie.

  • De 1942 à 1945, l’armée canadienne s’établit à la base du mont Jacques-Cartier et y construit un poste d’observation au sommet pour faire la surveillance du fleuve Saint-Laurent et de l’espace aérien. La guerre a ralenti considérablement l’ouverture du parc. Amorcé en 1937, le parc de la Gaspésie ouvrira ses portes au public en juin 1950. Magazine Gaspésie, Le parc de Miguasha, no 138 (volume 37, numéro 1, 2000, p. 9)

Crédit : Radio-Canada/François Pierre Dufault

La déportation acadienne a lieu en :

  • La déportation acadienne se déroule en 1755. C’est toutefois en 1758 que plus de 1 000 d’entre eux trouvent refuge au poste français de Petite-Rochelle, à l’embouchure de la rivière Ristigouche, en Gaspésie. Magazine Gaspésie, Une Gaspésie moderne bâtie par de multiples ethnies, no 146 (volume 39, numéro 3, 2003, p. 22)

Les anciennes cartes postales de la Gaspésie mettent en scène des femmes accomplissant une tâche bien particulière. Quelle est cette tâche?

  • En 1929, avec la création de la route permettant le tour de la Gaspésie, le tourisme devient accessible et monte très vite en popularité. Les cartes postales de la région représentent souvent différents aspects de la vie des Gaspésiens, y compris la fameuse représentation de la Gaspésienne s’affairant au four à pain extérieur. Magazine Gaspésie, À table!, no 186 (volume 53, numéro 2, 2016, p. 9) Négatif représentant une jeune femme sortant un pain d’un four à pain vers 1950.

Crédit : Musée de la Gaspésie

Que signifie « Matapédia » en langue micmaque?

  • Le village de Matapédia est bien nommé puisqu’il est situé à la confluence des rivières Ristigouche et Matapédia qui, en langue micmaque, signifie justement « jonction de rivières ». Magazine Gaspésie, Une toponymie unique!, no 188 (volume 54, numéro 1, 2017, p. 18) 

Crédit : Musée de la Gaspésie

Vrai ou faux? La Gaspésie a connu des famines sévères et répétitives.

  • Au 19e siècle, les crises alimentaires en saison hivernale conduisent plus d’une fois les communautés locales à vivre des famines sévères et répétitives dont celles de 1816, 1833 et 1886. Elles sont souvent le fruit d’une saison de pêche improductive et de récoltes désastreuses. Magazine Gaspésie, Tragédies et catastrophes, no 158 (volume 43, numéro 3, 2007, p. 7) 

Vrai ou faux? Cédric Paquette, joueur de hockey dans la LNH natif de Gaspé, a fait son junior majeur avec l’Océanic de Rimouski.

  • De 2011 à 2013, Cédric Paquette évolue avec l’Armada de Blainville-Boisbriand. Il passe deux saisons dans la Ligue américaine de hockey avant d’être recruté par le Lightning de Tampa Bay en 2014. Magazine Gaspésie, Nos glorieux Gaspésiens, no 184 (volume 52, numéro 3, 2015, p. 45) 

Résultat

Partagez le quiz