Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au pied de page
Le quiz des malaises à l'hôtel de ville de Québec

Le quiz des malaises à l'hôtel de ville de Québec

La Ville de Québec a connu bien des heures glorieuses, mais ses maires ont aussi dû gérer quelques beaux malaises au fil du temps. Certains d’entre eux en ont même créé de toutes pièces! Voici un quiz pour tester vos connaissances sur quelques moments tendus à l’hôtel de ville! – Textes et recherche de Catherine Lachaussée

Partagez le quiz

Crédit : Archives Ville de Québec

Pourquoi Adolphe Guillet, connu comme le «maire Tourangeau», s’est-il barricadé dans l’hôtel de ville pendant trois jours avec quelques partisans, en 1870?

  • Le parlement avait décrété que désormais, le maire ne serait plus élu par la population, mais qu’il serait nommé par les conseillers municipaux. Cela avait outré le maire Tourangeau, élu tout juste un mois avant l’apparition de cette nouvelle loi. 

Crédit : BAnQ

Une augmentation de taxe (5 cents par 100 $ d’évaluation) a été particulièrement mal reçue par les citoyens de Québec, en 1877. À quoi le maire Owen Murphy a-t-il dû faire face?

  • La foule a tiré des pierres, fracassé les fenêtres et les luminaires et brisé des meubles dans la salle de conseil, mais la taxe a été maintenue, ce qui a coûté son poste au maire Murphy.

Crédit : Archives Ville de Québec

Quel record peu enviable détenu par la ville a contribué à la refonte complète de l’égout collecteur de Québec, au début des années 1940?

  • Les nouveaux égouts collecteurs sont le premier chantier du maire Lucien Borne après son élection, ainsi qu’un incinérateur, réclamé de longue date.

Crédit : Archives Ville de Québec

Quel maire a réclamé de l’argent au gouvernement du Québec pour rénover son bureau de l’hôtel de ville – et le salon attenant – parce qu’il était gêné d’y recevoir des dignitaires?

  • Lamontagne avait fait valoir que les nombreux dignitaires qui passaient par Montréal en profitaient aussi pour venir voir la Vieille Capitale, et qu’elle méritait mieux que son vieux bureau de l’hôtel de ville pour impressionner la visite.

Crédit : Archives Ville de Québec / Tous droits réservés

La consommation d’alcool au travail était tolérée à la Ville dans les années 1960, ce qui dénotait un certain problème de laisser-aller. Lequel de ces règlements ne faisait pas partie des nouvelles «Règles pour la conduite des employés de la Cité» instaurées par le maire Gilles Lamontagne en 1967?

  • Des dizaines de règles ont été resserrées en 1966, mais les coûts de stationnement n’en faisaient pas encore partie!

Crédit : Archives Ville de Québec / Fonds Le Soleil

Quel candidat à la mairie a perdu ses élections à cause d’un projet immobilier très contesté dans Saint-Roch, La Grande Place, défendue par la Ville pendant plusieurs années malgré les protestations des citoyens?

  • Le pharaonesque projet de Grande Place piloté par le maire Jean Pelletier et l’homme d’affaires Laurent Gagnon avait provoqué une levée de boucliers au centre-ville, mais c’est son dauphin, Jean-François Bertrand, qui en paiera le prix en perdant ses élections contre Jean-Paul L’Allier, en 1989.

Crédit : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Quel dossier promu par le maire de la Ville de Québec a suscité une bataille dans l’opinion publique et l’opposition des maires des anciennes villes, au point que plusieurs ont réclamé un référendum sur la question, en 1994?

  • Plusieurs maires de banlieue avaient ouvert leurs registres pour demander à leurs citoyens si les coûts des Jeux d’hiver, un dossier cher au maire Jean-Paul L’Allier, devaient être endossés par les villes qui n’en voulaient pas.

Crédit : Archives Ville de Québec / Fonds Le Soleil / Raynald Lavoie

En 2000, le feu est pris entre le maire de Québec Jean-Paul L’Allier, qui défend la création d’une seule ville sur la rive nord de Québec, et les maires de banlieue concernés. Quel était leur principal argument pour s’opposer au projet de fusion avec la ville de Québec?

  • Le caucus des maires de banlieue avait publié une page publicitaire pour mettre leurs citoyens en garde contre la lourde dette de Québec (699 millions de dollars) dont ils risquaient d’hériter, alors qu’eux avaient préféré gérer leurs finances avec prudence. Chaque ville est finalement demeurée responsable de sa propre dette après les fusions.

Crédit : BAnQ / Fonds André-Philippe Côté

Que ça leur plaise ou non, combien d’anciennes villes ont été forcées de fusionner avec Québec quand la loi 170 créée par le gouvernement de Lucien Bouchard est entrée en vigueur, le 1er janvier 2002?

  • La fusion de 2001 incluait les villes de Sainte-Foy, Beauport, Charlesbourg, Sillery, Loretteville, Val-Bélair, Cap-Rouge, Saint-Émile, Vanier et Lac-Saint-Charles. Saint-Augustin-de-Desmaures et L’Ancienne-Lorette, qui faisaient aussi partie du lot, ont cependant défusionné 4 ans plus tard.

Crédit : Archives Radio-Canada

Pourquoi le maire Jean-Paul L’Allier a-t-il parlé des «maudites banlieues» en pleine séance du conseil, en 2004?

  • L’ancien maire Jacques Langlois représentait les citoyens de Beauport à l’hôtel de ville. Relancé par les journalistes, Jean-Paul L’Allier avait refusé de s’excuser, prétextant qu’il n’était pas infaillible.

Crédit : Archives Radio-Canada

L’enquête Scorpion sur la prostitution juvénile a contribué à créer une atmosphère si tendue à Québec qu’un journal célèbre y a consacré un long article, en 2003. Lequel?

  • Le journaliste du New York Times avait longuement fait état du climat détestable qui régnait dans la capitale, alors que le maire L’Allier avait parlé de «l’odeur de purin qui flottait sur la ville».

Crédit : Archives Radio-Canada

Quand le retour du tramway à Québec a-t-il commencé à susciter de vives discussions à l’hôtel de ville – et dans les médias?

  • Le projet faisait déjà couler de l’encre en 2007, alors que la mairesse Boucher s’y opposait et que le Renouveau municipal dirigé par Ann Bourget y était plutôt favorable. Mais l’idée circulait depuis un colloque sur le transport en commun organisé par Vivre en ville, en 1999.

Crédit : Archives Radio-Canada

De quel surnom le fou du roi Dany Turcotte avait-il affublé Andrée P. Boucher – ce qui l’avait bien offusquée – lors de son passage à Tout le monde en parle, alors qu’elle venait d’être élue mairesse de Québec en 2005?

  • La mairesse n’avait pas aimé se faire traiter de Poune, mais elle avait trouvé très amusante la carte que Dany Turcotte lui avait aussi remise, disant qu’avec son élection à la mairie, elle était condamnée à quatre ans de travaux forcés!

Crédit : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Quel événement a suscité la controverse à l’Hôtel de Ville après la mort de la mairesse Andrée P. Boucher?

  • Le maire suppléant, Jacques Joli-Coeur, avait aussi renvoyé fraîchement le relationniste de la mairesse et rappelé qu’il avait le pouvoir, s’il le voulait, de modifier la composition du comité exécutif de la Ville.

Crédit : Archives Radio-Canada

Laquelle de ces phrases n’a pas été prononcée par le maire Régis Labeaume?

  • La phrase a plutôt été prononcée par son vis-à-vis de l’opposition à l’hôtel de ville, Jean-François Gosselin.

Crédit : Archives Radio-Canada

Quel sujet de mésentente a provoqué une chicane mémorable – et durable – après des années d’amitié entre les maires de Québec et Lévis, Régis Labeaume et Gilles Lehouillier?

  • La volte-face de Gilles Lehouillier sur le SRB a provoqué une rupture brutale entre les deux anciens complices, en 2017.

Résultat

Partagez le quiz