Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

La médaille d’or de Sylvie Fréchette : une erreur, un drame et une victoire

La médaille d’or de Sylvie Fréchette : une erreur, un drame et une victoire

4 éléments 

C’est l’une des bourdes les plus dramatiques de l’histoire récente des Jeux olympiques. À la suite d’une performance en nage synchronisée presque parfaite, la jeune Sylvie Fréchette rate la médaille d’or à cause de l’erreur d’une juge qui s’est trompée de bouton. Sur le coup, rien à faire, la compétition continue. Ce n’est que 16  mois plus tard, au terme d’une longue contestation, que Sylvie Fréchette reçoit sa médaille d’or. Entre temps, elle a conquis le cœur des Québécois.

Photo : Sylvie Fréchette lors de la compétition finale à Barcelone en 1992 - La Presse canadienne / Presse Canadienne/Dave Buston

Sylvie Fréchette en 1990
Sylvie Fréchette en 1990   Photo : Archives de Radio-Canada

À peine âgée de 22 ans, la nageuse Sylvie Fréchette a un horaire chargé. Elle explique au micro de l’animateur Michel Désautels qu’elle s’entraîne de 6 à 7 heures par jour, en plus d’étudier à temps plein à l’Université de Montréal. La fin de semaine, il lui arrive de prendre une pause d’une demi-heure entre deux travaux scolaires.

Ici comme ailleurs

Avec : Michel Désautels (animateur), Sylvie Fréchette (invitée)

Sylvie Fréchette le jour de l'erreur malheureuse de la juge brésilienne
Sylvie Fréchette le jour de l'erreur malheureuse de la juge brésilienne   Photo : Archives de Radio-Canada

« C’est la dernière chose à laquelle on peut s’attendre », affirme la nageuse Sylvie Fréchette à son retour des Jeux olympiques de Barcelone, en 1992. Ayant livré sa meilleure performance à vie, elle voit son rêve de médaille d’or s’effondrer lorsque la juge brésilienne se trompe dans ses notes. Au Québec, son histoire crée la « fièvre Sylvie Fréchette ». « Je recevais des fax et des fax de mots gentils », dit l’athlète.

Hebdo sports

Avec : Pierre Dufault (journaliste), Sylvie Fréchette (invitée)

Sylvie Fréchette en conférence de presse
Sylvie Fréchette en conférence de presse   Photo : Archives de Radio-Canada

« Ça ne vaut pas la peine » de rester fâchée, dit Sylvie Fréchette après la terrible tornade d’émotions qu’elle a vécue aux Jeux olympiques de Barcelone. Elle refuse de blâmer la juge brésilienne, qui a fait une erreur. Elle blâme toutefois la juge en chef américaine, qui a refusé de réviser le verdict. Des années plus tard, Sylvie Fréchette se montre résiliente : « J’ai encore toute ma vie à vivre. Je n’ai pas envie qu’il y ait du gris dedans. »

Samedi et rien d'autre

Avec : Joël Le Bigot (animateur), Sylvie Fréchette (invitée)

Sylvie Fréchette lors de la remise de sa médaille d'or 16 mois après la compétition
Sylvie Fréchette lors de la remise de sa médaille d'or 16 mois après la compétition   Photo : Radio-Canada / Archives de Radio-Canada

Mal notée par erreur par une juge lors des Jeux de Barcelone, Sylvie Fréchette ne voudrait pas que les choses se soient passées autrement, dit-elle 18 ans plus tard. « Je suis devenue qui je suis, et j’ai eu l’amour et l’attention du public à cause de cette histoire-là », dit-elle en traçant le bilan de sa carrière au micro de René Homier-Roy.

Attendez qu'on se souvienne

Avec : René Homier-Roy (animateur), Sylvie Fréchette (invitée)

Sports

Toutes les listes Sports
Le logo Tellement hockey avec un bâton de hockey bleu.

21 éléments

Bruny Surin après un relais 4 x 100 m à Atlanta en 2001

5 éléments

Un joueur de football en douleur après un choc à la tête

5 éléments

Toutes les listes Sports

Chargement en cours