Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Bar des sciences : la santé mentale, du tabou à l’acceptation sociale
Rencontres publiques

Bar des sciences : la santé mentale, du tabou à l’acceptation sociale

6 éléments 

Faut-il avoir peur de la maladie mentale? Voilà la question que pose l’animateur Yanick Villedieu à ses invités lors d’un bar des sciences consacré au thème de la psychiatrie. Il y a certainement de nombreux préjugés, estiment les invités, mais la situation évolue si l’on regarde l’histoire de la psychiatrie. Aujourd’hui, nous prenons conscience du travail à multiples dimensions qui doit être effectué pour amener les malades sur la voie du rétablissement. La médication n’est qu’un outil parmi d’autres ressources. L’accompagnement personnalisé et l’écoute doivent être au cœur d’un plan de traitement. Mais surtout, il importe de sensibiliser la population à la réalité de la santé mentale pour briser les tabous et atténuer la peur de la maladie.

Yanick Villedieu (animateur), Nicolas Georgieff, Marie-Carmen Plante, Nancy Auger, Gilles Côté, André Delorme (invités)

Un bar des sciences enregistré au bar L'Barouf, à Montréal, et diffusé le 1er avril 2007

Photo : La santé mentale, un sujet souvent tabou - iStock

L’information est très utile pour réduire la peur de la maladie mentale, indique le psychiatre André Delorme. Le gouvernement met en place des programmes pour lutter contre les préjugés.

Rencontres publiques

Le psychologue Gilles Côté rappelle que de nombreuses personnes camouflent une pathologie mentale en revêtant les habits de la réussite sociale, tout en ayant des problèmes d’identité et de perception de soi.

Rencontres publiques

Ainsi parle un homme ayant reçu des diagnostics de problèmes en santé mentale et qui se sent bien mieux depuis que son psychiatre a pris sa retraite. Selon lui, les médecins prescrivent trop rapidement des médicaments et ne maîtrisent pas l’art de soigner.

Rencontres publiques

Il reste une grande part d’ombre dans la psyché humaine, rappelle le neuropsychiatre Nicolas Georgieff. Les gens ont d’abord peur de leur propre irrationalité, avant d’avoir peur de la maladie mentale, dit-il.

Rencontres publiques

Des mécanismes biologiques sont à l’œuvre lorsque l’on parle de maladie mentale. Toutefois, les normes sociales et culturelles influencent aussi ce qui se passe dans la tête d’un individu, rappelle le neuropsychiatre Nicolas Georgieff.

Rencontres publiques

Santé

Toutes les listes Santé
Un homme utilise une cigarette électronique.

3 éléments

Un couple fait du vélo au couché du soleil près d'un lac.

5 éléments

Un bébé se fait vacciner.

5 éléments

Toutes les listes Santé

Chargement en cours