Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Mourir dans la dignité

Mourir dans la dignité

4 éléments 

L’idée de mourir dans la dignité a beaucoup évolué au pays au courant des 20 dernières années. Les cas les plus connus – celui de Nancy B., celui de Sue Rodriguez et l’euthanasie pratiquée par Robert Latimer sur sa fille – ont fait couler beaucoup d’encre. Puis, en février 2015, la Cour suprême a décriminalisé l’aide médicale à mourir, une décision historique qui, pour certains, ne va pas assez loin. Voici des témoignages et des réflexions sur cette question complexe.

Photo : Une femme dans les derniers moments de sa vie - iStock

Une personne en chaise roulante
Une personne en chaise roulante   Photo : iStock

« Je ne pourrais pas vivre librement si je ne pouvais pas mourir librement », croit Nicole Calestagne, atteinte de la sclérose latérale amyotrophique, aussi appelée la maladie de Lou Gehrig. La mère de quatre enfants parle de l’évolution de sa spiritualité et de sa conception de la liberté depuis qu’elle a reçu son diagnostic.

Vent d'ouest

Avec : Sylvia L’Écuyer (animatrice), Nicole Calestagne (invitée)

Une femme aux soins palliatifs
Une femme aux soins palliatifs   Photo : iStock

« Je rêve de pouvoir mourir avec mes amis, un canapé de foie gras dans une main et une flûte de champagne rosé dans l'autre », confie Nicole Gladu, atteinte du syndrome post-polio. Le 6 février 2015, peu de temps après que soit rendu le jugement de la Cour suprême qui décriminalise l’aide médicale à mourir, la Montréalaise de 69 ans se confie dans un reportage de Tamara Alteresco.

Le 15-18

Avec : Tamara Alteresco (journaliste), Nicole Gladu (invitée)

Le neuropsychiatre Boris Cyrulnik
Le neuropsychiatre Boris Cyrulnik   Photo : Getty Images/Jacques Demarthon

« La médicalisation de la mort ne consiste pas à tuer le malade, mais plutôt à lui permettre de partir sans souffrir », tient à clarifier Boris Cyrulnik, un des plus célèbres neuropsychiatres de la francophonie. Selon lui, la grande hypocrisie est que la médicalisation de la mort se fait déjà dans tous les services hospitaliers. De passage à Toronto, l’animateur Éric Robitaille s’entretient avec lui.

Grands Lacs café

Avec : Éric Robitaille (animateur), Boris Cyrulnik (invité)

Des bénévoles et des enfants à la Maison de Roger
Des bénévoles et des enfants à la Maison de Roger   Photo : Radio-Canada

« Nos enfants ne peuvent pas dire qu'ils n'en peuvent plus. Nous sommes leur voix », affirme une mère qui a accompagné sa fille de 6 ans dans la mort. La décision de la Cour suprême qui décriminalise l'aide médicale à mourir ne s’applique qu’aux adultes. La journaliste Geneviève Garon a rencontré des parents qui aimeraient avoir un mot à dire sur la mort de leur enfant, afin de leur éviter de la souffrance.

L'heure du monde

Avec : Jean-Sébastien Bernatchez (animateur), Geneviève Garon (journaliste)

Réflexion

Toutes les listes Réflexion
Une jeune femme couchée dans l'herbe

5 éléments

Vigile en support aux victimes de l'attentat de Québec

4 éléments

Le bien-être animal préoccupe de plus en plus de citoyens.

3 éléments

Toutes les listes Réflexion

Chargement en cours