Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

La « nuit des longs couteaux » : la Constitution rapatriée sans le Québec

La « nuit des longs couteaux » : la Constitution rapatriée sans le Québec

5 éléments 

Le 4 novembre 1981, les négociations sur le rapatriement de la Constitution canadienne se terminent dans une impasse. Dans la nuit qui suit, après que René Lévesque eut regagné sa chambre d’hôtel, les autres premiers ministres provinciaux et l’équipe de Pierre Elliott Trudeau se réunissent et en viennent à une entente. Le lendemain matin, René Lévesque se sent trahi. C’était la « nuit des longs couteaux ».

Photo : Jean Chrétien, Bill Davis et Pierre Elliott Trudeau, le 5 novembre 1981 - Presse canadienne/STF

René Lévesque mis à l'écart lors de la clôture de la conférence constitutionnelle, le 5 novembre 1981
René Lévesque mis à l'écart lors de la clôture de la conférence constitutionnelle, le 5 novembre 1981   Photo : Presse canadienne/Fred Chartrand

« Le premier ministre Trudeau obtient l'appui de neuf provinces à son projet de rapatriement, et la position du Québec devient plus isolée que jamais », résume le journaliste Hugues Poulin, en lisant les manchettes du 5 novembre 1981, au lendemain de la « nuit des longs couteaux ». Avec ses collègues correspondants, il fait le point sur l’accord conclu entre Ottawa et neuf provinces.

Le monde maintenant

Avec : Hugues Poulin et Raymond Archambault (animateurs), Francine Bastien, Gilles-André Gosselin et Pierre-Léon Lafrance (journalistes)

La conférence constitutionnelle, le 5 novembre 1981
La conférence constitutionnelle, le 5 novembre 1981   Photo : Presse canadienne/Ron Poling

« Ce matin, on a évoqué un recours éventuel à la Cour suprême, une résolution de l'Assemblée nationale du Québec, un référendum, et même une désobéissance civile au Québec », explique le journaliste Jean Lapierre, le 6 novembre 1981, peu de temps après la « nuit des longs couteaux ». Selon lui, tout est possible; tout va dépendre de la perception des Québécois.

Présent

Avec : René Mailhot (animateur), Jean Lapierre (journaliste), Gilles Paquin (collaborateur), René Lévesque

Pierre Elliott Trudeau et René Lévesque, le 5 novembre 1981
Pierre Elliott Trudeau et René Lévesque, le 5 novembre 1981   Photo : Presse canadienne/Bill Grimshaw, Ron Poling

Le spécialiste de la Constitution Gérald Beaudoin a assisté à la rencontre constitutionnelle de 1981. Dans une entrevue accordée à Michel Lacombe en 1995, il raconte le fil des événements; de l’entente verbale entre Trudeau et Lévesque lors d’une pause-café à l’éclatement du « groupe des huit », qui a mené à ce que Gérald Beaudoin refuse d’appeler la « nuit des longs couteaux ».

Le Midi-quinze

Avec : Michel Lacombe (animateur), Gérald Beaudoin (invité)

Le « groupe des huit » déjeune, le 3 novembre 1981.
Le « groupe des huit » déjeune, le 3 novembre 1981.   Photo : Presse canadienne/Peter Bregg

« Tout le monde avait une bonne excuse pour s’entendre en l’absence du Québec », a affirmé le journaliste Michel Vastel, en parlant de la nuit du 4 au 5 novembre 1981. Dans cette entrevue accordée en 1995, le journaliste revient sur l’entente verbale qui aurait été conclue entre Pierre Elliott Trudeau et René Lévesque. Cette dernière aurait été à l’origine de l’éclatement du front commun des huit provinces.

Le Midi-quinze

Avec : Michel Lacombe (animateur), Michel Vastel (invité)

René Lévesque, la Constitution dans les mains, le 11 novembre 1981
René Lévesque, la Constitution dans les mains, le 11 novembre 1981   Photo : Presse canadienne/Ron Poling

Pour l’ancien péquiste Claude Morin, le rapatriement de la Constitution sans l’accord du Québec n’est rien de moins qu’une preuve de mépris, tandis que pour l’ancien libéral Marc Lalonde, il a été bénéfique pour les Québécois. En 2007, à l’occasion du 25e anniversaire du rapatriement de la Constitution, le journaliste Frank Desoer rencontre les deux politiciens, qui portent un regard bien différent sur les événements.

Désautels

Avec : Frank Desoer (journaliste), Marc Lalonde et Claude Morin (invités)

Politique

Toutes les listes Politique
De nombreux scandales ont secoué le pays depuis le début du siècle.

9 éléments

Déçu par la position du Parti québécois sur la souveraineté, Jean-Martin Aussant fonde son propre parti.

10 éléments

Daniel Johnson en conférence de presse le 25 septembre 1968

1 élément

Toutes les listes Politique

Chargement en cours