Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Jack Layton, le politicien au grand cœur

Jack Layton, le politicien au grand cœur

5 éléments 

Bien des citoyens l’appelaient tout simplement Jack. À la tête du Nouveau Parti démocratique (NPD), cet homme de gauche a su conquérir le cœur des électeurs lors de l’élection fédérale de 2011. Toutefois, bien avant « la vague orange » qui a permis au NPD de former l’opposition officielle, Jack Layton s’était imposé par ses idées et son humanisme. Sa mort, à 61 ans, a ému tout le pays.

Photo : Jack Layton le soir de l'élection du 2 mai 2011 - La Presse canadienne / Chris Young

Jack Layton, alors conseiller municipal à Toronto, en 1999
Jack Layton, alors conseiller municipal à Toronto, en 1999   Photo : Archives de Radio-Canada

En 1996, Jack Layton rentre à la maison par un soir d’hiver glacial. Il croise deux itinérants emmitouflés et s’assure qu’ils vont bien. Le lendemain, il apprend aux nouvelles que l’un d’entre eux est mort. C’est un électrochoc, dit-il. Il réfléchit alors aux politiques que le gouvernement doit adopter pour mettre fin au fléau de l’itinérance et rédige un livre pour en faire part au grand public.

Sans frontières

Avec : Michel Désautels (animateur), Claude Bernatchez (journaliste)

Jack Layton le soir des élections fédérales d'octobre 2008
Jack Layton le soir des élections fédérales d'octobre 2008   Photo : La Presse canadienne/Jack Boland

Lorsqu’il se lance dans la campagne électorale fédérale de 2008, le Nouveau Parti démocratique (NPD) a toujours été la deuxième ou troisième opposition à la Chambre des communes. Cela n’empêche pas le chef Jack Layton d’aspirer au poste de premier ministre. Comme l’explique la journaliste Marie-France Abastado, toute la campagne du parti vise à convaincre l’électeur que le NPD est prêt à prendre le pouvoir.

Dimanche magazine

Avec : Marie-France Abastado (journaliste)

Jack Layton annonce qu'il souffre d'un cancer de la prostate en février 2010.
Jack Layton annonce qu'il souffre d'un cancer de la prostate en février 2010.   Photo : La Presse Canadienne/Darren Calabrese

« Comme 25 000 autres Canadiens, qui vont l’apprendre cette année, je souffre d’une forme traitable d’un cancer de la prostate », annonce Jack Layton en février 2010. Cette maladie l'incite à travailler encore plus fort. « Le cancer vous donne un sens de la possibilité de la fin de la vie. Ça encourage une certaine agressivité concernant la poursuite de nos objectifs », dit-il.

Désautels

Avec : Madeleine Blais-Morin (journaliste)

Jack Layton et Olivia Chow le soir du 2 mai 2011
Jack Layton et Olivia Chow le soir du 2 mai 2011   Photo : La Presse canadienne/Andrew Vaughan

Le 2 mai 2011, Jack Layton devient chef de l’opposition officielle à Ottawa. Dans son discours, le chef du Nouveau Parti démocratique (NPD) remercie d’abord les Québécois, qui ont envoyé 59 députés de sa formation à la Chambre des communes. Des défis l’attendent, rappelle le journaliste Stéphane Leclerc, tels que celui de former un groupe parlementaire fort avec des élus sans expérience.

Élections Canada 2011 - La soirée électorale

Avec : Michel Désautels (animateur), Stéphane Leclerc (journaliste)

Les funérailles de Jack Layton
Les funérailles de Jack Layton   Photo : La Presse Canadienne/Frank Gunn

En août 2011, trois mois seulement après avoir été élu chef de l’opposition officielle à la Chambre des communes, Jack Layton meurt des suites d’un cancer. Il avait conquis le cœur des électeurs qui lui avait fait confiance en envoyant 103 députés néo-démocrates au Parlement, dont une majorité du Québec. Le départ de Jack Layton suscite de nombreuses réactions à la fois des citoyens et des politiciens.

Le Radiojournal de Radio-Canada

Avec : Bruno Larose (lecteur), Myriam Fimbry et Martin Bégin (journalistes)

Politique

Toutes les listes Politique
La statue de Louis Riel à l'Assemblée législative du Manitoba

1 élément

Jean Chrétien a été réélu premier ministre du Canada le 2 juin 1997, à Shawinigan.

12 éléments

Ça s'explique écrit en blanc sur fond bleu.

128 éléments

Toutes les listes Politique

Chargement en cours