Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Nos pires scandales politiques

Nos pires scandales politiques

9 éléments 

Des culottes à Vautrin à l’affaire Mike Duffy en passant par le délit d’initié de certains ministres de Maurice Duplessis, la politique canadienne a eu droit à son lot de corruption et d’abus de pouvoir. Cette liste d’écoute présente des cas de politiciens qui se sont crus au-dessus des lois et qui ont utilisé leur pouvoir pour obtenir des privilèges.

Photo : De nombreux scandales ont secoué le pays depuis le début du siècle. - Radio-Canada

L'animateur du <em>Téléjournal</em> parle du scandale de l'Hôpital Jean-Talon.
L'animateur du Téléjournal parle du scandale de l'Hôpital Jean-Talon.   Photo : Archives de Radio-Canada

« Le président du CA de l'hôpital achetait en son nom des terrains où allait se construire le futur hôpital, et les revendait au double et au triple du prix, dans la même journée », racontait Guy Lamarche en 2005 en parlant du scandale de l’Hôpital Jean-Talon, qui a éclaté en 1961. Les journalistes Gilles Lesage, Guy Lamarche et Marc Laurendeau reviennent sur les pires scandales de notre histoire.

Samedi et rien d'autre

Avec : Joël Le Bigot (animateur), Marc Laurendeau, Gilles Lesage et Guy Lamarche (invités)

Le ministre de la Colonisation, Irénée Vautrin, vers 1935
Le ministre de la Colonisation, Irénée Vautrin, vers 1935   Photo : Wikipédia/Domaine public

En 1935, le ministre Irénée Vautrin s’était fait payer un habit par la province. Dénoncée par le parti adverse, cette affaire a contribué à la chute de son gouvernement. Lors de la campagne électorale suivante, les adversaires brandissaient des culottes au bout d’un bâton pour rappeler cet épisode. Par la suite, pour faire allusion à une situation de corruption politique, on parlait des culottes à Vautrin.

Avec le temps

Avec : Pierre Paquette (animateur)

Gerda Munsinger, le 15 mars 1966
Gerda Munsinger, le 15 mars 1966   Photo : PC

« Trahir son pays, c’était la pire accusation pour Pierre Sévigny », relate le journaliste Gilles-Philippe Delorme. En 1966, une histoire d'espionnage et de mœurs ébranlait le gouvernement. Vers 1959, des ministres canadiens, dont Pierre Sévigny, auraient fréquenté Gerda Munsinger, une Allemande aux mœurs légères soupçonnée d'espionnage. Le terme « Gerda » viendrait d’ailleurs de cette affaire.

En direct

Avec : Christiane Charette (animatrice), Danielle Roy et Gilles-Philippe Delorme (invités)

Extrait de la une du <em>Devoir</em> du 14 juin 1958
Extrait de la une du Devoir du 14 juin 1958   Photo : Le Devoir

« Cette série d'articles du Devoir [sur le scandale du gaz naturel] a marqué la fin du régime de Duplessis », affirmait le journaliste Michel Roy dans cette entrevue accordée en 1975. En 1957, plusieurs ministres avaient commis un délit d'initié en achetant des titres de l'entreprise québécoise de gaz naturel avant leur émission, réalisant ainsi d’importants profits.

Noir sur blanc

Avec : Carl Dubuc (journaliste), Michel Roy (invité)

Le juge John Gomery en 2005
Le juge John Gomery en 2005   Photo : La Presse canadienne / Tom Hanson

Le 10 février 2004, la vérificatrice générale du Canada, Sheila Fraser, rendait public un rapport accablant sur le programme de commandites du gouvernement fédéral. Le document dénonçait un « non-respect généralisé de la loi » et constatait que les hauts fonctionnaires « ont contourné toutes les règles » pour appliquer le programme de commandites, dont l’objectif était d’assurer une plus grande visibilité du Canada au Québec. L’historien Jacques Lacoursière fait un parallèle entre cet événement et le scandale du Pacifique, qui s’est produit vers la fin du 19e siècle.

Ateliers de création

Avec : Jacques Lacoursière (collaborateur)

L’ancien premier ministre canadien Paul Martin en 2004
L’ancien premier ministre canadien Paul Martin en 2004   Photo : La Presse canadienne

Un autre volet du rapport de la vérificatrice générale - celui qui a trait à la publicité - a fait moins de bruit, mais ce sont les mêmes acteurs qui étaient impliqués, sans compter les mêmes règles qui n’ont pas été respectées. « Ça ressemble au dossier des commandites, sauf qu’il s’agit d’encore plus d’argent », résume l’animateur Jean Dussault. Les enveloppes budgétaires annuelles pour les commandites s’élevaient à environ 40 millions de dollars par année, comparativement à plus de 200 millions de dollars pour les publicités.

Sans frontières

Avec : Jean Dussault (animateur) et Maurice Godin (journaliste)

Un homme d'affaires boit de l'alcool.
Un homme d'affaires boit de l'alcool.   Photo : iStock

« Selon le vérificateur général, de 1989 à 2005, plus d’une centaine d’élus de tous les partis de Terre-Neuve-et-Labrador ont dépensé 2 200 000 $ pour l’achat de bière et de vin, et pour des dons illicites », rapportait le journaliste Stéfan Thériault, le 14 septembre 2007. Depuis, l’affaire a été portée devant les tribunaux, et les finances de la province ont été resserrées.

Le Radiojournal de Radio-Canada

Avec : Joane Prince (lectrice), Stéfan Thériault (journaliste)

La journaliste Marie-Maude Denis en 2012
La journaliste Marie-Maude Denis en 2012   Photo : Radio-Canada/Julie Mainville

« Ce n'est pas une mince tâche de tenter de retrouver Pierre Poutine », précise la journaliste de l'émission Enquête Marie-Maude Denis. Lors de la campagne électorale fédérale de 2011, des milliers d’appels téléphoniques informant d’un faux changement de bureau de vote ont été lancés. Marie-Maude Denis a rencontré celui qui est suspecté d'en être responsable, Michael Sona.

Pas de midi sans info

Avec : Michel C. Auger (animateur), Marie-Maude Denis (journaliste)

Le sénateur Mike Duffy, le 28 mai 2013
Le sénateur Mike Duffy, le 28 mai 2013   Photo : Presse canadienne/Fred Chartrand

« C’est hallucinant d’apprendre que le chef du cabinet du premier ministre aurait donné 90 000 $ à un sénateur pour le sortir d’un pétrin d’ordre éthique », affirme le chef de l’opposition, Thomas Mulcair, en 2013. On savait que Mike Duffy avait remboursé les sommes contestées, mais on ignorait que c’est son ami Nigel Wright, chef de cabinet du premier ministre Stephen Harper, qui avait signé le chèque.

Désautels

Avec : Michel Désautels (animateur), Madeleine Blais-Morin (journaliste)

Politique

Toutes les listes Politique
Une foule de partisans du Parti québécois en avril 2011

1 élément

Daniel Johnson en conférence de presse le 25 septembre 1968

1 élément

Un vendeur de journaux, le 16 octobre 1970

1 élément

Toutes les listes Politique

Chargement en cours