Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Histoires d'Enquête
Balados

Histoires d'Enquête

13 éléments 

Histoires d'Enquête propose de découvrir les personnages et les enjeux journalistiques au cœur des reportages de l'émission Enquête. Dans cette deuxième série d'épisodes, Anne Panasuk lève le voile sur de nombreux cas de disparition d'enfants dans les communautés autochtones du Québec. Elle recueille des témoignages bouleversants qui démontrent toute la résilience dont font preuve ces communautés.

Réalisation : Cédric Chabuel

Consultez le site de l'émission Enquête.

Photo : La journaliste Anne Panasuk - Radio-Canada

Daniel Jolivet lors de son arrestation en 1992
Daniel Jolivet lors de son arrestation en 1992   Photo : Radio-Canada

Le 10 novembre 1992, des policiers découvrent quatre cadavres dans un luxueux immeuble à condos de Brossard. Les victimes sont deux hommes impliqués dans le trafic de stupéfiants et deux jeunes femmes sans antécédents judiciaires. Le 14 novembre, la police arrête deux suspects, Daniel Jolivet et Paul-André Saint-Pierre. Ce dernier plaide coupable et incrimine Jolivet en échange d’une peine réduite. Daniel Jolivet va toujours clamer son innocence.

Histoires d'Enquête

Avec : Isabelle Richer (journaliste) et Daniel Jolivet (intervenant)

Claude Riendeau sur une photographie d'identité judiciaire de la Sûreté du Québec
Claude Riendeau sur une photographie d'identité judiciaire de la Sûreté du Québec   Photo : Radio-Canada

En 1994, Daniel Jolivet est condamné à la prison à vie, sans possibilité de libération conditionnelle avant 25 ans. Le témoin principal lors du procès est Claude Riendeau, un criminel de carrière. Ce délateur soutient avoir reçu les confessions de Jolivet le lendemain du quadruple meurtre. « Il y a toujours quelque chose d’un peu risqué à faire témoigner un délateur », explique la journaliste Isabelle Richer. Non seulement les délateurs se font payer, mais ils obtiennent aussi des avantages sur le sort que la justice leur réserve.

Histoires d'Enquête

Avec : Isabelle Richer (journaliste), Daniel Jolivet et Lida Sara Nouraie (intervenants)

La main de l'avocate Lida Sara Nouraie pointe une section de l'immense parchemin chronologique assemblé par Daniel Jolivet.
La main de l'avocate Lida Sara Nouraie pointe une section de l'immense parchemin chronologique assemblé par Daniel Jolivet.   Photo : Radio-Canada

La cause de Daniel Jolivet a été entendue en Cour supérieure, en Cour d’appel et finalement en Cour suprême, qui a maintenu son verdict de culpabilité. « Neuf fois sur dix, c’est là que les bandits craquent », note la journaliste Isabelle Richer. Plutôt que de se laisser abattre, Daniel Jolivet se met à multiplier les demandes d’accès à l’information depuis le fond de sa cellule. Avec l’aide de son avocate, Lida Sara Nouraie, il réussit à obtenir de nouveaux éléments de preuve.

Histoires d'Enquête

Avec : Isabelle Richer (journaliste), Daniel Jolivet, Lida Sara Nouraie et Johanne Bonneau (intervenants)

L'avocate Lida Sara Nouraie
L'avocate Lida Sara Nouraie   Photo : Radio-Canada

Les documents obtenus par Daniel Jolivet tendent à démontrer qu’il ne pouvait pas se trouver sur les lieux du crime dans la nuit du quadruple meurtre. Il ne pouvait pas non plus se trouver dans un restaurant avec Claude Riendeau le lendemain des faits, puisqu’il aurait plutôt été en déplacement dans son véhicule. Pourquoi les policiers ont-ils négligé ces éléments cruciaux de l’enquête? « C’est ce que les avocats appellent la vision tunnel, explique la journaliste Isabelle Richer. C’est le suspect idéal, les policiers vont s’accrocher à lui et vont tout interpréter […] de façon à ce que ça colle à leur théorie. »

Histoires d'Enquête

Avec : Isabelle Richer (journaliste), Daniel Jolivet et Lida Sara Nouraie (intervenants)

Daniel Jolivet lors de sa rencontre avec Isabelle Richer en 2017
Daniel Jolivet lors de sa rencontre avec Isabelle Richer en 2017   Photo : Radio-Canada

Daniel Jolivet purge sa peine depuis plus de 25 ans. Il pourrait obtenir une libération conditionnelle s’il admettait son crime, mais il continue de plaider l'innocence. Si Isabelle Richer ne peut pas déterminer la culpabilité de Daniel Jolivet, elle critique sévèrement la façon dont sa cause a été traitée. « C’est tout le sérieux du système judiciaire qui est remis en question [dans ce dossier], et c’est là où ça doit heurter nos valeurs profondes. »

Histoires d'Enquête

Avec : Isabelle Richer (journaliste), Daniel Jolivet et Lida Sara Nouraie (intervenants)

La journaliste Anne Panasuk au téléphone, au côté d'une image de la communauté de Pakuashipi.
Anne Panasuk enquête sur la disparition de neuf enfants dans la communauté de Pakuashipi, au début des années 70.   Photo : Radio-Canada

Au début des années 70, neuf enfants d’une toute petite communauté de la Basse-Côte-Nord, Pakuashipi, ont disparu. « Dans une communauté d’alors 80 personnes, [c’était] une véritable saignée », souligne la journaliste Anne Panasuk. Contactée par des membres de la famille de ces enfants disparus, elle se lance dans une quête pour savoir ce qui leur est arrivé.

Histoires d'Enquête

Avec : Anne Panasuk (journaliste), Marie-Marthe Malec, Agnès Poker et Mary Mark (intervenantes)

À gauche de l'image, une photo d'un bambin disparu de Pakuashipi. À droite, des mains consultent un cahier de notes.
Anne Panasuk se rend à l’hôpital de Blanc-Sablon pour retrouver des traces des enfants disparus.   Photo : Radio-Canada

Les enfants disparus de Pakuashipi ont tous été envoyés à l’hôpital de Blanc-Sablon, à la frontière entre le Québec et Terre-Neuve-et-Labrador. Anne Panasuk apprend qu’il reste des traces de leur passage dans les archives de l’établissement. La journaliste se rend sur place en compagnie de femmes innues proches des enfants disparus.

Histoires d'Enquête

Avec : Anne Panasuk (journaliste), Charlotte Audet, Harvey Burke, Agnès Poker, Mary Mark, Louisa Mark, Charles Mark, Andrew Poker et Annette Dubé (intervenants)

Anne Panasuk en compagnie d'Atimateks de Manawan, de dos, au cimetière de Joliette.
Anne Panasuk en compagnie d'Atimateks de Manawan, au cimetière de Joliette   Photo : Radio-Canada

Après la diffusion de son reportage sur les enfants disparus de Pakuashipi, Anne Panasuk est contactée par des Attikameks qui rapportent des histoires similaires vécues dans leur communauté. La journaliste se rend à Manawan, à 250 km au nord de Montréal, où elle constate que le même scénario d’horreur s’est produit.

Histoires d'Enquête

Avec : Anne Panasuk (journaliste), Pierre-Paul Niquay, Viviane Echaquan, Alice Echaquan et François St-Jean (intervenants)

Une réunion de familles autochtones, assis en cercle sur des chaises.
Des familles de différentes nations autochtones se regroupent afin d'obtenir justice.   Photo : Radio-Canada

Tous les témoignages que reçoit Anne Panasuk décrivent le même scénario : des enfants autochtones sont envoyés à l’hôpital et ne reviennent jamais. Certains y sont morts, sans que leurs parents aient été avisés, tandis que d’autres ont été placés en adoption. Les Innus de Pakuashipi, qui ont mis au jour cette affaire, demandent une enquête publique.

Histoires d'Enquête

Avec : Anne Panasuk (journaliste), Diane Petiquay, Anne-Diane Béliveau, Alice Echaquan, Denis Mestanapeo, Alain Arsenault, Constant Awashish, Richard Kistabish et Marie-Marthe Malec (intervenants)

Gros plan du visage d'un des aînés de la communauté de Pakuashipi, Andrew Poker, qui a vécu la déportation.
Andrew Poker, l'aîné de la communauté de Pakuashipi, qui a vécu la déportation.   Photo : Radio-Canada

Au début des années 60, le gouvernement canadien a forcé les Innus de Pakuashipi à quitter leur territoire. Deux ans après cette déportation, ils sont revenus sur leurs terres ancestrales, défiant l’autorité d’Ottawa. Les Innus n’obtenant plus d’aide du fédéral, Anne Panasuk croit que les enfants disparus sont morts faute d’avoir reçu des soins appropriés.

Histoires d'Enquête

Avec : Anne Panasuk (journaliste), Laurent Jérôme, Rémi Savard, Mack Shattler, Jérôme Mestanapeo et Mary Mark (intervenants)

Le père Alexis Joveneau avec une famille innue. Ils sont tous assis près d'une tente, sur le bord de l'eau.
Le père Alexis Joveneau avec une famille innue   Photo : Bibliothèque et archives nationales du Québec

L’oblat Alexis Joveneau, surnommé autrefois le « pape de la Côte-Nord », est désormais connu sous le nom de « monstre de la Côte-Nord ». Ses crimes sordides ont été dévoilés lors des audiences de l’Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées. La journaliste Anne Panasuk recueille les témoignages de nombreuses victimes de Joveneau.

Histoires d'Enquête

Avec : Anne Panasuk (journaliste), Thérèse Lalo, Marie-Christine Joveneau, Francis Mark et Max Gros-Louis (intervenants)

Plan rapproché d'une statuette en bois représentant un curé, avec une crucifix à la main.
La congrégation a toujours protégé ses missionnaires, malgré les alarmes.   Photo : Radio-Canada

« Chaque communauté semble avoir eu son missionnaire abuseur », constate la journaliste Anne Panasuk. Alexis Joveneau sur la Côte-Nord, Raynald Couture en Mauricie ou encore Edmond Brouillard en Abitibi; tous ces bourreaux ont en commun d’être des oblats puissants, craints et protégés par leur congrégation.

Histoires d'Enquête

Avec : Anne Panasuk (journaliste), Marie-Marthe Awashish, Max Gros-Louis, Claude Niquay, Alex Coocoo, Jason Petiquay, Charles Coocoo et Raynald Couture (intervenants)

Deux statuettes avec des traits autochtones semblent représenter respectivement Jésus et la Vierge Marie.
En attikamek, le mot « curé » peut être littéralement traduit par « flamme noire ».   Photo : Radio-Canada

Anne Panasuk a recueilli les témoignages incriminants de 10 oblats, mais sa liste en compte 15 en tout. C'est une véritable organisation de prédateurs sexuels. Sur la Côte-Nord, les Innus ont obtenu gain de cause pour faire reconnaître leur déportation au fédéral et souhaitent maintenant exhumer le corps de Joveneau pour le renvoyer chez les oblats.

Histoires d'Enquête

Avec : Anne Panasuk (journaliste), Constant Awashish, Jean-Yves Rousselot, René Lapointe, Rachelle Dominique, Natah Nuna et Alain Arsenault (intervenants)

Chargement en cours