Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

L’étalement urbain, une petite bombe environnementale

L’étalement urbain, une petite bombe environnementale

4 éléments 

Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, les banlieues nord-américaines ne cessent de croître, ce qui n’est pas sans créer de véritables soucis environnementaux. La perte de terres arables, l’augmentation du trafic automobile, et donc des gaz à effet de serre, ne sont que quelques-uns d’entre eux. C’est le prix à payer pour le rêve d’une maison à soi, avec son terrain, loin des centres-villes.

Photo : La Rive-Nord vue depuis les airs - Radio-Canada/Vincent Champagne

Une banlieue américaine des années 50
Une banlieue américaine des années 50   Photo : Getty Images / RetroFile/H. Armstrong Roberts

L’expansion de la banlieue dès les années 50 ne se fait pas sans heurts. L’éditorialiste du journal Le Devoir Paul Sauriol y voit un « développement anarchique » qui « prive l’agriculture de terres fertiles et bien situées ». De plus, les autorités doivent construire de nouvelles infrastructures à grands frais. Bref, tous les problèmes de l’étalement urbain existent déjà, dès les années 60.

Métro-Magazine

Avec : Raymond Laplante (présentateur), Paul Sauriol (chroniqueur)

Construction d'une maison en plein champs en 1970
Construction d'une maison en plein champs en 1970   Photo : RetroFile/Getty/H. Armstrong Roberts

Les premières banlieues québécoises se sont développées sur l’île de Montréal au début du siècle, et c’est le tramway qui a permis leur essor, explique le professeur Paul-André Linteau. Elles s’appelaient, entre autres, Ahuntsic et Rosemont! Ce n’est qu’après la guerre, avec une vague de prospérité économique, que la banlieue telle qu’on la connaît s’est répandue sur les rives nord et sud de Montréal.

Les affaires et la vie

Avec : Jean Dussault (animateur), Frédéric Nicoloff (journaliste), Paul-André Linteau (invité)

Un bungalow de banlieue
Un bungalow de banlieue   Photo : Radio-Canada/Simon Coutu

L’expansion des banlieues est un phénomène « extrêmement grave », déclare l’urbaniste Serge Filion, qui n’y voit que des inconvénients. Non seulement les banlieues grugent-elles nos meilleures terres agricoles, mais elles coûtent cher à la société en infrastructures. De plus, nous n’avons pas besoin de tant de nouveaux logements, explique-t-il, puisque la croissance démographique est nulle.

En direct

Avec : Christiane Charette (animatrice), Serge Filion et Renée Désormeaux (invités)

Un quartier construit sur de riches terres agricoles
Un quartier construit sur de riches terres agricoles   Photo : iStock

Ralentir l'étalement urbain n'est pas une tâche facile pour ceux qui nous gouvernent. Une myriade d'interactions économiques entrent en jeu pour encourager les ménages à s'installer loin des centres ou pour les en dissuader. Pour le professeur d'urbanisme Michel Barcelo, les promoteurs immobiliers et les élus doivent concevoir des aménagements urbains attirants pour compenser le fait de vivre dans un plus petit espace.

Montréal-express

Avec : Michel Labrecque (animateur), Michel Barcelo (invité)

Environnement

Toutes les listes Environnement
L'émission de polluant a augmenté au cours du dernier siècle.

4 éléments

L'eau fraîche est une denrée rare.

3 éléments

Une femme remplit son bidon d'eau au lac Kivu, en République démocratique du Congo.

4 éléments

Toutes les listes Environnement

Chargement en cours