Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Yves Thériault&nbsp;: Au-delà d’<em>Agaguk</em>

Yves Thériault : Au-delà d’Agaguk

4 éléments 

C’était un de nos auteurs les plus prolifiques, et un des rares écrivains à vivre exclusivement de sa plume. Retracez quatre moments marquants de sa vie et de sa carrière, de l’annonce de son premier prix à Radio-Canada en 1952 jusqu’à sa mort en 1983.

Photo : Yves Thériault en 1961 - Radio-Canada/André Le Coz

Le critique littéraire Gilles Marcotte
Le critique littéraire Gilles Marcotte   Photo : Ordre national du Québec

À l’annonce de la mort du grand écrivain, l’animateur de Présent, Louis Martin, s’entretient avec Gilles Marcotte, spécialiste de la littérature québécoise. Ce dernier rappelle les grandes lignes de la vie de l’auteur et parle de son œuvre, notamment d’Agaguk, bien sûr, mais aussi de ses premiers romans et de son intérêt pour les marginaux.

Présent

Avec : Louis Martin (animateur), Gilles Marcotte (invité)

La couverture d'<em>Agaguk</em>, par Yves Thériault
La couverture d'Agaguk, par Yves Thériault   Photo : Typo

Quand Yves Thériault a rencontré sa future femme, elle l’a convaincu de se consacrer à l’écriture. « Ce sera la misère! », l’a-t-il avertie. Elle lui a répondu que la seule vraie misère, « c’est quand on a la bourse vide et l’âme vide. » Il aura fallu 17 ans, à partir de la publication de son premier roman, pour qu’il puisse vivre exclusivement de sa plume.

Métro-Magazine

Avec : Géralde Lachance (journaliste), Yves Thériault (invité)

Inukshuk
Inukshuk   Photo : Flickr/Adam Bales

Si Yves Thériault a souvent choisi de raconter l’histoire de personnages issus des minorités, c’est que, pour lui, « les majoritaires n’ont pas d’histoires ». Les « bons bourgeois riches canadiens-français » vivent peut-être des drames, mais ils sont foncièrement moins intéressants que ceux vécus par les Italiens, les Autochtones ou d’autres membres de groupes minoritaires.

D'une génération à l'autre

Avec : Gilles Hénault (journaliste), Yves Thériault (invité)

À l'occasion de la remise des prix du Concours dramatique de Radio-Canada, sont réunis Maurice Huot (2e prix), Jean-Marie Poirier (3e prix), Marcel Ouimet, directeur du réseau français de Radio-Canada, et Yves Thériault (1er prix).
À l'occasion de la remise des prix du Concours dramatique de Radio-Canada, sont réunis Maurice Huot (2e prix), Jean-Marie Poirier (3e prix), Marcel Ouimet, directeur du réseau français de Radio-Canada, et Yves Thériault (1er prix).   Photo : Radio-Canada/JAC-GUY (Montréal)

En 1952, Radio-Canada remet un prix à Yves Thériault pour l’œuvre dramatique Le samaritain. Douze ans plus tard, en entrevue, il raconte ce qui l’a mené à l’écriture de son premier sketch radiophonique, « une chose assez fantastique » d’un quart d’heure. Puis, il offre ses conseils à quiconque souhaite réussir dans le milieu de l’écriture radiophonique.

Le bel âge

Avec : Yves Thériault

Arts

Toutes les listes Arts
Robert Gravel en 1987

5 éléments

Le slameur Ivy

8 éléments

Le pianiste André Gagnon à l'émission « Superfleurs » en 1975.

6 éléments

Toutes les listes Arts

Chargement en cours