Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

L’histoire colorée de la margarine au Québec

L’histoire colorée de la margarine au Québec

5 éléments 

Avant les années 60, la margarine était interdite au Québec. Il y existait même un commerce illégal de margarine. Puis, en 1961, cette tartinade a été légalisée, mais avec des restrictions par rapport à sa couleur : elle ne pouvait ressembler au beurre. Tranquillement, on a toléré dans la province que la margarine soit de la même couleur que le beurre. Cependant, en 1987, le produit a dû se soumettre à une nouvelle loi à propos de son apparence. Le 24 novembre 1997, une saisie de margarine a eu lieu à Alma chez un commerçant qui réclamait le droit de vendre de la margarine jaune, comme partout ailleurs. Il aura fallu attendre jusqu'en 2008 pour clore ce débat interminable avec la légalisation de la margarine « jaune beurre ».

Photo : La margarine de couleur jaune est autorisée au Québec depuis 2008 - iStock

Germaine Gloutnez, auteure et démonstratrice de cuisine
Germaine Gloutnez, auteure et démonstratrice de cuisine   Photo : Radio-Canada / Jean-Pierre Karsenty

« On peut s’en servir en cuisine, partout où l’on a besoin d’un corps gras », explique Germaine Gloutnez en juillet 1961. Peu de temps après, le 1er août  1961, la margarine était légalisée au Québec. La spécialiste en art culinaire explique les différentes façons d’utiliser la tartinade et la manière de lui donner l’apparence du beurre avec un sachet de colorant.

Métro-Magazine

Avec : Raymond Laplante (animateur), Jacques Fauteux (journaliste), Germaine Gloutnez (invitée)

Un pot de margarine de marque Thibault
La margarine Thibault existe depuis 1953. Avant 1961, elle se vendait sous le nom de « spread de table », pour contourner la loi qui interdisait la fabrication de margarine au Québec.   Photo : Nuvel.ca

En 1953, un dénommé Thibault a mis en vente de la margarine sous le nom de « spread de table » pour contourner la loi qui interdit la fabrication du produit au Québec. M. Thibault est alors devenu la bête noire de Maurice Duplessis, proche de l’industrie laitière. Le premier ministre a intenté quelque 283 poursuites contre le fabricant de margarine avant qu’elle ne soit légalisée, huit ans plus tard. L’historien Jacques Lacoursière raconte cette histoire et explique toutes les tensions engendrées par l’arrivée de la margarine au Canada et au Québec.

Si on prenait le temps

Avec : Paul Ouellet (animateur), Jacques Lacoursière (chroniqueur)

Une pancarte annonçant la vente de margarine jaune devant une épicerie d'Alma en 1997.
De la margarine « jaune beurre » est annoncée devant une épicerie d'Alma, alors que la loi québécoise interdit la vente d'un tel produit.   Photo : Archives de Radio-Canada

En 1997, de pair avec le fabricant de margarine Unilever, un commerçant d'Alma met en vente des caisses de margarine colorée, qui ressemble à du beurre, malgré la réglementation québécoise qui interdit ce produit. Les contenants illégaux sont aussitôt saisis. La compagnie Unilever espère se servir de cet événement pour faire avancer la cause de la margarine colorée devant les tribunaux. « On va en vendre, de la margarine colorée tantôt. Tout le monde en vend. Y’a toujours un bout à être à part », clame le commerçant au micro de Jean Dussault.

Le Midi-quinze

Avec : Jean Dussault (animateur), Marc Maltais (invité)

Des hommes brûlent des caisses de margarine illégale avant 1961.
Un feu à la suite d'une saisie de caisses de margarine illégale avant 1961   Photo : Archives de Radio-Canada

Selon le journaliste Alain Stanké, la prohibition de la margarine contribuait à son succès. En 1961, à quelques mois de l’entrée en vigueur de la loi légalisant la margarine au Québec, il s’amuse à penser que le produit perdra en popularité. Sur un ton humoristique, le journaliste décrit l’époque absurde où la margarine traversait illégalement les frontières.

Métro-Magazine

Avec : Alain Stanké (journaliste)

Un pot de margarine « jaune beurre » (à gauche) et un pot de margarine jaune moutarde (à droite).
De 1987 à 2008, la couleur « jaune beurre » (à gauche) était interdite pour la margarine. Le ministère de l'Agriculture du Québec suggérait aux fabricants d'utiliser une couleur blanche ou jaune moutarde (à droite).   Photo : Archives de Radio-Canada

En 1987, le gouvernement du Québec cède aux revendications exprimées depuis des années par l'industrie laitière : la margarine devra être colorée blanche ou jaune moutarde, mais jamais de la couleur « jaune beurre » afin de différencier le beurre de ce produit. À la veille de l’adoption de cette loi, les auditeurs, parfois colorés, donnent leur avis sur cette mesure.

Tout compte fait

Avec : Gérard Gravel (animateur); auditeurs et auditrices

Alimentation

Toutes les listes Alimentation
Des pommes

4 éléments

Un enfant tenant une citrouille dans ses mains à l'île d'Orléans. La citrouille fait le bonheur des familles canadiennes.

5 éléments

Une femme innue prépare la banique dans le sable et la cendre.

5 éléments

Toutes les listes Alimentation

Chargement en cours