Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

La tourtière, comme c’est bon dans nos vieilles maisons

La tourtière, comme c’est bon dans nos vieilles maisons

5 éléments 

Avec la poutine et le pâté chinois, la tourtière bataille pour gagner le titre de mets national. Ce pâté de viande, dont la recette varie d’une région à l’autre de la province, fait partie du patrimoine culinaire québécois depuis les débuts de la colonie. Son origine remonte à l’aube des temps. Mais quelle est la « vraie » recette de la tourtière? À découvrir au fil de cette liste d’écoute.

Photo : La tourtière, l'un des mets nationaux du Québec - iStock

La tourtière porte différents noms selon la région.
La tourtière porte différents noms selon la région.   Photo : Presse canadienne/Larry Crowe

La tourtière porte différents noms partout au Québec. Par exemple, ce que l’on nomme « tourtière » à Montréal n’est qu’un pâté à la viande au Lac-Saint-Jean. Quelle est l’origine des diverses appellations de ce mets traditionnel? La journaliste culinaire Anne Desjardins en a trouvé les premières mentions dans un livre de recettes britannique datant de 1747. À partir de sea pie, les mots se sont déformés pour devenir « cipaille », puis « cipâte ». « Tourtière » viendrait de « tourte », un plat de cuisson.

Les Fêtes gourmandes de Ricardo

Avec : Ricardo Larrivée (animateur), Anne Desjardins (journaliste), Édith Butler (invitée)

La famille Bouchard-Tremblay se réunit chaque année pour cuisiner des tourtières.
La famille Bouchard-Tremblay se réunit chaque année pour cuisiner des tourtières.   Photo : Radio-Canada

Chaque année, dans le temps des fêtes, la famille Bouchard-Tremblay se réunit dans la grande cuisine de l’arrière-grand-mère pour préparer des tourtières. Le savoir culinaire se transmet de génération en génération. « Faire une tourtière, c’est m’enraciner dans mon pays, dit le petit-fils Élie, car la tradition, c’est le contact d’un peuple avec son territoire et avec sa nourriture. » La plus jeune de la famille, âgée de 18 ans, observe le tout et souhaite elle aussi poursuivre un jour la tradition qui comprend, notamment, l’inévitable bénédiction d’avant-cuisson.

Ma grand-mère disait...

Avec : La famille Bouchard-Tremblay

La mise en croûte d'un mélange de viandes remonte à plusieurs millénaires.
La mise en croûte d'un mélange de viandes remonte à plusieurs millénaires.   Photo : iStock

« La première recette de tourtière a été trouvée en Mésopotamie sur des tablettes d’argile datant d’environ 1600 ans avant Jésus-Christ », affirme le professeur Jean-Pierre Lemasson. Au micro de Marie-France Bazzo, il retrace l’histoire et la sociologie de ce plat qui, avant de devenir une part essentielle de l’identité culinaire canadienne-française, a traversé les siècles sous différentes formes.

Indicatif présent

Avec : Marie-France Bazzo (animatrice), Jean-Pierre Lemasson (invité)

Une pointe de tourtière
Une pointe de tourtière   Photo : Presse canadienne/Larry Crowe

En 1983, l’équipe de l’émission Le 1580, à Chicoutimi, constate que les Saguenéens et les Jeannois en exil à Montréal ou ailleurs au Québec se retrouvent souvent autour d’une tourtière lorsqu’ils ont le mal du pays. Puisque la tourtière est généralement préparée par la maman, ils se demandent s’il n’y a pas une quelconque projection psychologique dans ce plat réconfort. Il fait sans aucun doute penser à la maison et est vecteur de nostalgie, reconnaissent les invités.

Le 1580

Avec : Marc Bergeron et Marielle Brown (animateurs), Michel McLean et Robert Maltais (invités)

Un cipaille
Un cipaille   Photo : CBC/Alistair Steele

La journaliste Hélène Raymond a rencontré Marc Levasseur qui dévoile quelques secrets de la recette familiale de cipâte qui vient de son père, originaire de Matane. Il précise qu'il a obtenu l'approbation de ses frères et sœurs pour rendre publique cette tradition familiale qu'on ne prépare que pour Noël. Marc Levasseur fait cuire sept viandes: orignal, poulet, lièvre, bœuf, porc, agneau et veau qui ont mariné avec beaucoup d'oignons et du poivre. Il évoque les souvenirs d'enfance qui sont rattachés à la préparation de ce plat.

À vous la terre

Avec : Hélène Raymond (journaliste), Marc Levasseur et Jean-Pierre Lemasson (invités)

Alimentation

Toutes les listes Alimentation
Un enfant tenant une citrouille dans ses mains à l'île d'Orléans. La citrouille fait le bonheur des familles canadiennes.

5 éléments

Être boucher, un métier ancestral qui retrouve ses lettres de noblesse

5 éléments

Le célèbre Whippet passe à travers les décennies.

4 éléments

Toutes les listes Alimentation

Chargement en cours