Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Lucille Teasdale, la médecine comme mission

Lucille Teasdale, la médecine comme mission

5 éléments 

La médecin Lucille Teasdale arrive en Ouganda en 1961 et pense y passer quelques mois. Elle y fera cependant toute sa vie. Elle s'y marie et y met au monde sa fille. Ayant contracté le sida lors d’une opération, elle meurt et est enterrée près de l’hôpital qu’elle a fondé avec son mari, le docteur Pierre Corti. À deux, ils ont assuré la formation d'une relève médicale ougandaise, permettant ainsi à l'œuvre de leur vie de se poursuivre après leur mort.

Photo : Lucille Teasdale lors d'une opération, puis lors d'une consultation. - Fondation Teasdale-Corti

Lucille Teasdale à l'hôpital St. Mary
Lucille Teasdale à l'hôpital St. Mary   Photo : Fondation Teasdale-Corti

« Je suis venue rendre service à mon mari, qui venait ouvrir un hôpital en Ouganda […] dans l’intention de venir quelques mois », explique la Dre Lucille Teasdale-Corti. Lors de cette entrevue, enregistrée en 1965, cela fait plus de deux ans qu’elle habite en Ouganda. Elle revient, entre autres, sur son parcours universitaire et explique comment elle et son mari ont terminé la mise sur pied de l’hôpital.

Souvenirs d'Afrique

Avec : Père Émile Legault (collaborateur), Lucille Teasdale-Corti (invitée)

Lucille Teasdale se prépare à opérer un patient.
Lucille Teasdale se prépare à opérer un patient.   Photo : Fondation Teasdale-Corti

En 1987, la chirurgienne Lucille Teasdale estimait que 15 % de la population du nord de l’Ougadan, là où elle et son mari ont fondé un hôpital 26 ans plus tôt, est porteuse du sida. Dans cet extrait du radiojournal, diffusé peu de temps après qu’elle ait reçu le prix de l’Association médicale du Canada et que sa candidature ait été soumise au prix Nobel, la médecin parle de ses craintes par rapport à la propagation du sida.

Le Radiojournal de Radio-Canada

Avec : Gaétan Lemay (lecteur), Carole Graveline (journaliste), Lucille Teasdale-Corti (invitée)

Lucille Teasdale-Corti et Pierre Corti
Lucille Teasdale-Corti et Pierre Corti   Photo : Fondation Teasdale-Corti

En 1994, le journaliste Michel Arsenault se rend en Ouganda pour réaliser des reportages sur la Dre Lucille Teasdale et sur son mari, le Dr Pierre Corti. Alors qu’il s’attendait à voir une mourante, il fait plutôt la connaissance d’une femme forte et dynamique, et ce, malgré la maladie. En 1994, la chirurgienne était atteinte du sida depuis 9 ans. Le journaliste revient sur le parcours du couple engagé.

En direct

Avec : Christiane Charette (animatrice), Michel Arsenault (journaliste)

Lucille Teasdale-Corti et Pierre Corti en 1995
Lucille Teasdale-Corti et Pierre Corti en 1995   Photo : Presse canadienne/Paul Chiasson

« Quand j'ai commencé mes études en médecine à Montréal, en 1950, on était seulement huit femmes », explique la chirurgienne Lucille Teasdale. En 1995, au moment de l’entrevue, elle avait 66 ans. Elle parle, entre autres, de ses débuts en Ouganda, et elle raconte comment elle a contracté le sida en opérant des patients dans des conditions difficiles.

Indicatif présent

Avec : Marie-France Bazzo (animatrice), Lucille Teasdale-Corti (invitée)

Lucille Teasdale et Pierre Corti avec le personnel de l'Hôpital St. Mary, en Ouganda
Lucille Teasdale et Pierre Corti avec le personnel de l'Hôpital St. Mary, en Ouganda   Photo : Fondation Teasdale-Corti

« En 1965, il y avait une trentaine d’employés à l’hôpital, dont 15 Blancs. Maintenant, sur 560 employés, il n’y a que deux Blancs », expliquait en 2006 la fille de Lucille Teasdale, la Dre Dominique Corti. Accompagnée de la sœur de Lucille Teasdale, Lise Teasdale, Dominique Corti revient sur ce que ses parents ont laissé aux Ougandais et parle de son apport à la mission de ses parents.

Pourquoi pas dimanche

Avec : Joël Le Bigot (animateur), Dominique Corti et Lise Teasdale (invitées)

Santé

Toutes les listes Santé
Une femme prépare une boisson spéciale pour guérir.

3 éléments

Un homme porte ses mains à la tête. Des gribouillages comportant des points d'interrogation et d'exclamation entourent sa tête.

2 éléments

Un bébé se fait vacciner.

5 éléments

Toutes les listes Santé

Chargement en cours