Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Le Parti rhinocéros : la politique tournée en dérision

Le Parti rhinocéros : la politique tournée en dérision

6 éléments 

En cette journée mondiale du rhinocéros, voici une liste d'écoute sur son parti. Fondé en 1963 par l’écrivain et médecin Jacques Ferron, le Parti rhinocéros utilisait l’humour absurde pour faire la satire de la politique fédérale canadienne. Son programme électoral a proposé, entre autres, d’implanter les mesures de guerre de façon permanente, de raser les Rocheuses et, surtout, de ne respecter aucune promesse. Voici un portrait de son fondateur et des entrevues avec quelques candidats marquants.

Photo : Gravure d'Albrecht Dürer (1515) utilisée pour le matériel promotionnel du Parti rhinocéros - Wikipédia/Christies

Jacques Ferron dans les années 1960
Jacques Ferron dans les années 1960   Photo : Radio-Canada

« Nous pensons faire circuler, de l’Atlantique au Pacifique, les rhinocéros sans arrêt. Comme ils ont des petites pattes et ne marchent pas vite, il faudrait les mettre sur roulettes », répond sérieusement le Dr Jacques Ferron quand on le questionne sur le programme du Parti rhinocéros en matière de travaux publics. Dans cet entretien surréaliste diffusé en 1963, il explique notamment le fonctionnement de son parti.

Partage du jour

Avec : Martel Réginald et Pierre Paquette (animateurs), Jacques Ferron (invité)

Robert Charlebois en 1970
Robert Charlebois en 1970   Photo : Radio-Canada/Francis J. Menten

« Si j’étais élu, je ne tiendrais aucune promesse, sauf celle de présenter L’Osstidcho à Longueuil le 21 », répond Robert Charlebois, le 7 juin 1968, alors qu'il est candidat du Parti rhinocéros dans Longueuil pour l'élection fédérale de 1968. Son programme politique propose, entre autres, de légaliser le hachisch et les alambics, puis de rendre la bière dans les tavernes gratuite pour les « vieux en haut de 60 ».

Présent

Avec : Colette Devlin et Michel Pelland (animateurs), Robert Charlebois (invité)

Raôul Duguay à l'émission <em>Appelez-moi Lise</em> en 1972
Raôul Duguay à l'émission Appelez-moi Lise en 1972   Photo : Radio-Canada/Jean-Pierre Karsenty

« Right in svrigan zin zleugue in zvriken slight and plouk zin vegan zin zsloc [...] C'est à peu près comme ça que je fais mes discours politiques », racontait le poète Raôul Duguay, en 1972. Il revient sur son expérience comme candidat pour le Parti rhinocéros. Cette année-là, son parti a recueilli 8000 votes. Entre tous les candidats du parti, Raôul Duguay est celui qui en a récolté le plus.

Cosmik

Avec : Hélène Cousineau et Louise Cuerrier (animatrices), Raôul Duguay (invité)

Gérald Godin, en 1971
Gérald Godin, en 1971   Photo : Archives de Radio-Canada

« Le plus fondamental de mon programme réside en une politique d’habitation pour emmerder les pauvres », explique le poète Gérald Godin, qui a été rhinocéros avant d’être péquiste. On vendrait des maisons mal construites aux pauvres et on y enverrait des inspecteurs, qui au lieu de régler les problèmes, écouteraient la télé chez eux. Il propose cette idée et d’autres, bien pires encore, dans cet entretien accordé en 1972.

Présent

Avec : René Ferron (animateur), Guy Rochette (journaliste), Gérald Godin (invité)

Sonia Côté, alias la clown Chatouille, lors de la campagne électorale de 1980
Sonia Côté, alias la clown Chatouille, lors de la campagne électorale de 1980   Photo : Archives de Radio-Canada

« On travaillait pour l'humour, pour le ridicule, pour que le rire désarme », raconte Sonia Côté. Son personnage de clown, Chatouille, s’est présenté aux élections fédérales de 1980. Contre toute attente, il a été le candidat rhinocéros le plus populaire. Dans un entretien accordé en 2002, celle qui le personnifiait revient sur son expérience en politique, de laquelle elle conserve un merveilleux souvenir.

Au coeur du monde

Avec : Hélène Raymond (animatrice), Sonia Côté alias clown Chatouille (invitée)

Jean-François Nadeau, en 2013
Jean-François Nadeau, en 2013   Photo : Radio-Canada/Camille Lavoie

À l'automne 1963, l’écrivain Jacques Ferron lit une brève qui raconte que les habitants d'un quartier de Sao Paolo ont élu un hippopotame plutôt qu’un candidat humain. Inspiré par cette histoire, il choisit le rhinocéros comme symbole de son parti, qu’il fonde la même année. Voici la chronique de l’historien Jean-François Nadeau, diffusée en 2002, dans laquelle il dresse un portrait de celui qui a utilisé la satire et l’absurde pour tenter d’incliner la société vers la gauche.

Macadam tribus

Avec : Jacques Bertrand (animateur), Jean-François Nadeau (invité)

Politique

Toutes les listes Politique
Robert Bourassa devant la rivière La Grande, 1973

10 éléments

Jean Drapeau à la Place des Nations en 1968

6 éléments

Jack Layton le soir de l'élection du 2 mai 2011

5 éléments

Toutes les listes Politique

Chargement en cours